#Economie

Contrat d'édition, droits, négociations : le côté obscur des éditeurs

DOSSIER – Quand un contrat d’édition unit un auteur à un éditeur, pour une durée d’exploitation qui va de la signature à 70 ans après la mort, mieux vaut savoir où l’on met les pieds. Dans le cadre de notre dossier sur le métier d’agent littéraire, David Pathé-Camus revient sur ces faces sombres, méconnues, ou trop tardivement, de l’édition.

Le 16/10/2019 à 12:24 par David Pathé Camus

21 Réactions |

Publié le :

16/10/2019 à 12:24

David Pathé Camus

21

Commentaires

linkedin mail print
ActuaLitté

carrotmadman6, CC BY 2.0

Soumises à d’importantes charges fixes et à des ventes en décroissance régulière – « Les ventes de livres ont baissé de 4,88 % par rapport à 2017 », peut-on lire dans le rapport 2018-2019 du SNE –, beaucoup de maisons d’édition cherchent à contenir la baisse de leur chiffre d’affaires en publiant toujours plus de titres, sans augmenter (voire, en diminuant) leur personnel. 

La conséquence est qu’elles n’ont plus le temps de s’occuper correctement de tous les titres qu’elles publient, et ne se focalisent que sur ceux susceptibles de leur rapporter le plus.

Sortez les filets, on prend la mer...

Si l’on voulait jouer sur les mots, on pourrait dire que plus une maison « publie » de livres, moins elle en « édite ». Cette pratique, dans le jargon de l’édition, s’appelle « la pêche au gros » : on jette le filet et on voit ce qui vient.
Rien d’étonnant, donc, à ce que les auteurs — surtout ceux qui rapportent le moins — se sentent perdus, pour ne pas dire floués, lorsqu’ils cherchent à obtenir des réponses de leur éditeur. Trop souvent, les auteurs n’ont tout simplement aucun interlocuteur vers lequel se tourner lorsqu’ils ont un problème, une question. Et lorsque cet interlocuteur existe, il n’a généralement pas de temps à leur consacrer. 

Vous n’avez pas reçu vos redditions de comptes ? Vos droits d’auteur ne vous ont pas été versés ? Les provisions sur retour inscrites sur vos contrats ont mystérieusement été doublées et leur durée prolongée à l’infini ? Tel éditeur divise par deux vos royalties pour la reprise en poche de votre ouvrage parce que vous en avez conservé les droits, et que, comme il vous l’explique : « Je n’ai pas à payer la part éditeur » ?

Tel autre veut vous faire signer un nouveau « Contrat de traduction » (qui viendrait annuler et remplacer le précédent) au lieu d’un « Contrat d’acquisition des droits d’exploitation numérique », parce qu’il ne veut pas vous payer la centaine d’euros d’à-valoir qu’il devrait vous verser pour acquérir ces droits, que votre précédent contrat (signé en 2002) ne mentionnait pas ? Votre nom a été oublié ? Votre éditeur décide de reporter de deux ans la publication de votre ouvrage ?

Votre éditeur a réuni « tout le monde » pour discuter du changement de titre de votre œuvre, sauf vous, l’auteur ? Votre livre est paru à l’étranger et personne ne vous a rien dit ? Votre éditeur ne vous verse pas la totalité des sommes qui vous reviennent au titre d’une cession de droits audiovisuels au prétexte que « votre à-valoir n’est pas couvert » ?

Ou le voici qui vend en direct votre ouvrage dans des salons et « oublie » de vous verser les recettes provenant de ces ventes ? Votre éditeur a cédé les droits poche de votre ouvrage pour une durée excédant celle de la cession principale ? Votre livre a été publié sans que vous en ayez signé le BAT ou relu les épreuves ? Votre livre a été publié sans que vous ayez signé de contrat ? Des passages de votre livre ont été réécrits dans votre dos ?

Attends, on déjeune et on en reparle

On pourrait penser que j’invente toutes ces situations. J’ai pourtant été confronté à chacune d’elles, soit directement (en tant qu’auteur ou traducteur), soit indirectement (en tant qu’agent). Et il en existe une infinité d’autres. 

Les explications qu’on vous servira — si vous avez la « chance » d’en recevoir — seront généralement du même acabit, et prennent la forme d’une variation autour de ces deux phrases : « Ah ben on a toujours fait comme ça », et « C’est pareil pour tout le monde ». Allez savoir pourquoi, ces explications me sont invariablement fournies par des personnes ayant 10 ou 20 ans d’expérience dans la même boîte. Raison pour laquelle il n’est jamais mauvais d’aller se frotter aux pratiques d’autres maisons — y compris à l’étranger.


Call center, service après-vente pour auteurs

Bien sûr, il ne faut pas toujours imputer à la malice ce que la stupidité peut expliquer — mais j’ai constaté que la « stupidité » allait toujours dans le même sens : léser les intérêts de l’auteur. Autrement dit, elle a bon dos.

Pas de généralités hâtives...

Tous les éditeurs ne sont pas ainsi, heureusement, et il n’est pas rare de rencontrer — y compris au sein de ces maisons coupables des pratiques énoncées ci-dessus — des personnes de bonne volonté, prêtes à aider les auteurs. Mais ces personnes ne sont pas là pour les auteurs. Et comment le leur reprocher ? D’une certaine façon, elles sont des « agents d’édition », au service de la maison qui les emploie, et les rémunère. Comme le disait une ancienne collègue éditrice : « David, tu sais très bien qu’on ne peut pas être ami avec les auteurs. » 

Si vous ajoutez à cela le fait que pour un certain nombre d’éditeurs « On s’en fiche de ce qu’il y a entre la couverture ! » — l’idée étant que de toute façon les lecteurs sont des cons auxquels on pourra toujours refourguer n’importe quelle merde pourvu qu’elle soit bien empaquetée —, vous comprendrez qu’il vaut mieux vous faire accompagner par un agent. 

Que vous soyez gros ou petits, que vous soyez publié par une grosse ou une petite maison : il y va de votre intérêt. J’ajouterais même qu’il y va également de l’intérêt de votre maison d’édition — mais cet avis n’engage que moi, bien entendu.

Face à des mastodontes tels que Hachette, Editis, Madrigall ou Media Participations, peu importe ce que votre éditeur vous dira – « Vous êtes ici chez vous », « Cette maison est la vôtre », etc. –, aucun auteur n’est assez gros pour rester seul.

Prochain article : « Une industrie en mutation »

Précédemment : Après la négociation, l'euphorie de la signature

Dossier - Profession : agent littéraire, un métier mal connu

21 Commentaires

 

Le Martien

16/10/2019 à 13:30

Monsieur PATHÉ-CAMUS,

Bonjour.

« On s’en fiche de ce qu’il y a entre la couverture ! »
Cette phrase a été réellement prononcée???

J'aimerais bien, à l'avenir, un article sur l'apparition d'une mode littéraire (la manière dont elle apparaît, ses conséquences sur les manuscrits passant l'épreuve du comité de lecture, etc.), s'il vous plaît.

Cordialement

David

16/10/2019 à 18:08

Bonjour Le Martien,

hélas oui, cette phrase a vraiment été prononcée. En ce qui concerne les différentes modes littéraires, elles sont généralement liées aux gros succès (Harry Potter, Da Vinci Code, Twilight, 50 Nuances de Grey, La Fille du train, Game of Thrones). Franchement, je pense que quand une de ces modes apparaît, il vaut mieux ne pas la suivre. Les maisons d'édition se mettent soudain à crouler sous des tonnes d'imitation toutes plus mauvaises les unes que les autres... En ce qui me concerne, je ne suis pas sûr que ce soit une très bonne chose que d'écrire en fonction des modes - mais chacun est libre d'écrire ce qu'il veut, bien sûr.

Cordialement,

David

Jay

16/10/2019 à 14:45

Je viens de saisir le pourquoi de cet article, écrit par un agent littéraire, à la seule lecture de cette phrase : « Vous comprendrez qu’il vaut mieux vous faire accompagner par un agent. » Dommage, ça partait bien.

Anna de M.

18/10/2019 à 12:22

on peut le penser en lisant cette phrase, c'est vrai. Mais cela ne retire rien au contenu de l'article qui est malheureusement bien vrai. Je le vis pleinement en tant qu'auteur. Et découvre ce métier d'agent littéraire en me disant qu'il pourrait me faire gagner sinon de l'argent bien des angoisses et crises de nerfs.

Jean Casset

16/10/2019 à 15:16

Article très vrai, j'en ai l'expérience.
Ceci dit je cherche un agent, en France ils ne courent pas les rues, pourriez-vous m'aider ?
Meilleurs sentiments,
Jean Casset.

David

16/10/2019 à 18:11

Bonjour,

le mieux, comme je le disais dans un de mes précédents articles, c'est de contacter l'une des agences inscrites à l'AALF :

http://www.sfaal.fr/les-membres/?categ=agent_litteraire

Cordialement,

David

Le Martien

17/10/2019 à 00:00

Merci pour votre réponse.

Une question d'heure tardive: est-il possible, pour un jeune romancier méconnu, en ces temps de concentration massive des maisons d'édition, donc de restrictions budgétaires à grande échelle et de « best-sellerisation » à outrance, de s'illustrer en-dehors des modes?

Très respectueusement

jean-paul

17/10/2019 à 06:35

Ces mises en garde sont tout à fait pertinentes pour des traducteurs aussi: contrats jouant sur le comptage informatique pour un nombre de signes inférieur,clauses abusives, reddition des comptes non respectée, etc.

Amg

17/10/2019 à 07:47

,
Vous résumez parfaitement ce que j'ai ressentie auprès d'une petite M.E et pourquoi j'ai choisis l'autoédition. Alors que j'hésitais à retenter ma chance, cela me conforte finalement dans l'idée de continuer en solo ^^.
Merci pour cet article très intéressant :)

koinsky

17/10/2019 à 08:40

Si, pour négocier avec un éditeur il est fortement conseillé à l'auteur de faire appel à un agent, pourquoi pas aussi un agent d'agent pour permettre à l'auteur de négocier avec l'agence littéraire de son futur agent, et un agent d'agent d'agent pour négocier avec son agent d'agent ...

David

17/10/2019 à 11:27

Bonjour Koinsky,

C’est une très bonne remarque et l’on peut se poser la question, en effet. Mais je vous dirais qu’il suffit d’une seule personne – connaissant bien son métier – pour vous représenter et défendre vos intérêts. Après, un agent n’a pas de baguette magique et a aussi ses travers (j’en parlerai dans un prochain article). Le plus important, de toute façon, c’est que l’auteur soit content de sa relation avec son éditeur. Personne n’est obligé de prendre un agent – heureusement.

Bien à vous

David

ÉmilieN

17/10/2019 à 11:24

Et sinon, on en parle du boulot des journalistes ?
Parce que pour publier tel quel un brûlot pareil, à visée clairement promotionnelle, sans aucune modération ou vérification du propos...
Je m'interroge vraiment sur le professionnalisme d'Actualitté.

Team ActuaLitté

17/10/2019 à 11:27

Promotionnel ?
Où avez-vous trouvé sur la toile un dossier qui retrace comme nous le faisons depuis plusieurs semaines l'ensemble des interactions entre auteurs, agents et éditeurs ?
Dès le premier article, cela a été souligné : il s'agit d'un témoignage de longue haleine sur un métier.
Et depuis le début de la publication, David a reçu des sollicitations, évidemment, mais n'en recherche pas spécifiquement.

Brûlot ?
Vous avez bien pris la mesure de ce que ce terme recouvre ?

Excellente journée

Auteur sous contrat

17/10/2019 à 11:32

Le brûlot, ce serait de parler de façon violente et polémique.
Ici, ce n'est qu'un ensemble de faits – et je pourrais moi-même attester de plusieurs d'entre eux.
Restez mesurée, ou sortez de votre bulle.

jean-paul

17/10/2019 à 11:44

Ces accusations de "brûlot" et de "visée promotionnelle" témoignent d'un étroitesse d'esprit et d'une basse jalousie. Le dossier composé par David ¨Pathé Camus est extrêmement détaillé et utile aux auteurs, traducteurs et autres. Le "boulot" ( on dit "métier" quand on écrit , surtout pour un "journaliste") d'un(e) journaliste est de rapporter des faits et de savoir qu'un "brûlot" est un journal polémique et non pas un article d'information. Reprenez votre dictionnaire . A bon entendeur, salut!!

Nanabean

17/10/2019 à 13:30

Il faut être armé pour se confronter à tout cela! Trop dur! après avoir été flouée pour un bon travail- tant comme auteure que comme traductrice,j'ai repris mes droits et me suis auto-éditée, mais là encore il reste tant à apprendre que...j'ai finalement renoncé à tout. Pas bien ! le combat est inégal et trouver un bon agent compétent et de confiance suppose avoir du temps à consacrer à la recherche et un peu au suivi. L'avenir est à ceux qui s'accrochent au défi et aux dépens de tout, tous et parfois d'eux même. Il faut continuer à y croire, persévérer et se faire confiance! Bonne chance et bon courage...où trouver toutes ces qualités en plus de celles d'écrivain!!!

Guilhem Méric

17/10/2019 à 14:45

Merci à David pourl'ensemble de ces articles sur le métier d'agent, et plus généralement, celui de l'édition. Je peux témoigner qu'il est très au fait de la réalité des choses, de leur complexité et de l'intérêt de se faire représenter par un agent. Intérêt d'ailleurs tant pour l'auteur que pour l'éditeur, comme cela est le cas depuis longtemps hors de nos frontières.

En effet, avoir un agent n'est pas obligatoire. C'est davantage l'auteur qui devrait se sentir "obligé" de se faire représenter, en particulier lorsqu'il débute et ne connaît rien ou presque des rouages du métier. C'est une chance que l'on se donne, non seulement pour avoir un manuscrit de meilleure qualité, pour la richesse d'une collaboration avec quelqu'un qui connaît le milieu des éditeurs, leurs recherches, leurs modes de fonctionnement, mais aussi pour trouver l'éditeur qu'il nous faut. Celui avec lequel on signera le contrat pour le livre concerné, et si la relation es t bonne, pour encore d'autres livres.

En outre, quand on connaît le rythme de surproduction adopté par beaucoup de maisons d'édition, et de fait le peu de temps et de moyens consacrés au travail éditorial et au marketing des livres, mieux vaut de loin se faire épauler par un agent digne de ce nom pour avoir une chance de tirer son épingle du jeu.

reverine

17/10/2019 à 21:50

Il existe de plus en plus d'associations, sans compter les coopératives d'auteurs existant déjà, pour aider à connaitre ses droits, pour être soutenu, pour réunir des témoignages d'auteurs ayant vécu de sales histoires.
Il y a la Ligue des Auteurs Professionnels, il y a des groupes sociaux comme "Entr'auteurs" sur Facebook, il y a le conseil juridique de la SACD/SCAM disponible pour tous les membres, spécialisés dans le milieu, avec une cotisation dérisoire versée une fois dans sa vie, bref, il ne faut pas hésiter à se renseigner auprès des gens qui connaissent les pratiques de la ME, à faire relire le contrat par des personnes qui ont de la bouteille, pour éviter de signer ces cessations à vie et autres clauses de préférence ou non séparation du numérique et du broché dans le contrat.
IL y a un trop grand vide juridique pour défendre les auteurs, c'est une évidence !

David

18/10/2019 à 13:40

Bonjour Reverine,

Merci pour ces remarques, vous avez tout à fait raison. Si les agents sont utiles, ils ne sont pas l’unique solution pour faire valoir ses droits et défendre ses intérêts. Beaucoup d’associations et de syndicats sont là pour les auteurs. Le problème, c’est que trop d’auteurs ignorent leur existence – même si c’est en train de changer, me semble-t-il. (J’aborderai ces questions dans un de mes prochains articles – celui du mercredi 23 octobre.)

Bien à vous

David

Tybalt

25/10/2019 à 10:50

Voici encore une semi-déception avec cette série d'articles. Une série d'exemples précis sur tout ce qui peut mal tourner dans la relation entre auteur et éditeur... et c'est à peu près tout en termes de contenu, on arrive directement à la conclusion qui s'impose : "Prenez un agent".

Résultat : la série de problèmes qui ouvre l'article, sous la forme d'une série de questions, ne sert finalement qu'à produire un effet anxiogène sur le malheureux auteur qui, pantelant, s'en ira à la recherche d'une agence sitôt la lecture de l'article terminée.

Alors même qu'il existe d'autres moyens de défendre ses droits, comme reverine le dit en commentaire et comme l'auteur de l'article en convient lui-même. Mais s'il le sait, pourquoi n'en dit-il rien dans la conclusion de cet article ?

Une nouvelle fois dans cette série d'articles, l'information cède le pas, de fait, à une autopromotion (qui, au moins, ne donne pas cette fois-ci dans l'autocélébration).

On en est à combien d'articles dans ce "dossier" ? Pardon, mais j'ai vraiment l'impression que ça tire à la ligne. La série gagnerait infiniment en crédibilité à comprendre moins d'articles mais plus denses et surtout, mieux relus, mieux structurés, plus clairs. Cela lui épargnerait le soupçon grandissant de n'être là que pour occuper un emplacement en page d'accueil de manière quasi constante et faire la pub des agents littéraires. Je partais pourtant avec un bon a priori envers l'auteur et le sujet, mais là, vraiment, j'ai du mal. Je regrette les accusations excessives ("brûlot" etc.) portées par certains commentateurs, mais leur énervement n'est pas entièrement sans causes.

Skyjoe

08/11/2019 à 10:00

Et comme le numérique est à la traîne dans ce secteur, impossible de s'en affilier.
C'est usant, déprimant, rageant.
Comme les éditeurs savent si bien le dire, l'auteur n'est pas un employé mais un partenaire. On n'est pas leurs chiens, on a une vision, on connait de mieux en mieux notre public, on peut avoir des objectifs, des ambitions. On a aussi une vie de famille et un loyer à payer, comme tout le monde. Donc si certains éditeurs ne prennent pas compte de tout cela, qu'ils aillent au diable. C'est tout ce qu'on peut leur souhaiter, étant donné qu'opportunistes comme ils sont, ils retomberont toujours sur leurs pattes.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

La momie Petosiris rhabillée de ses habits funèbres

Si Astérix et Obélix étaient envoyés en Égypte au début de la décennie, ce sont aujourd’hui les mystères de l'Antiquité qui viennent à nous. Alors que le Teece Museum of Classical Antiquities de l’Université de Canterbury (Nouvelle-Zélande) répertoriait plusieurs pièces égyptiennes pour sa collection James Logie, l’une des plus importantes collections d’objets de l’époque antique, un fragment de linceul d’une momie égyptienne a retrouvé sa moitié à l’autre côté du globe.

21/07/2021, 13:54

ActuaLitté

NetGalley propose une application iOS et Android

La plateforme NetGalley annonce le lancement de son application, ainsi que la mise à disposition de ses utilisateurs de livres audio à écouter directement depuis celle-ci. 

03/05/2021, 15:00

ActuaLitté

2,5 millions de personnes encore confrontées à l'illettrisme en France

L'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme (ANLCI) fête ses 20 ans, et organise à cette occasion un festival numérique, fait de dictées et de tables rondes. Mesure de l'illettrisme, ouverture des bibliothèques, goût de la lecture ou encore intégration des entreprises aux stratégies de lutte feront notamment partie des sujets abordés.

08/12/2020, 11:19

ActuaLitté

Un délai de 6 mois pour l'ordonnance sur la responsabilité des plateformes

Le gouvernement français se lance concrètement dans la transposition de la directive européenne sur le droit d'auteur et les droits voisins dans le marché unique numérique, comme l'indique la loi n° 2020-1508 du 3 décembre 2020. Cette dernière laisse un délai de 6 mois maximum pour la prise d'une ordonnance. Elle affirmera la responsabilité pénale des services de communication au public en ligne « dont l'objet principal est de porter atteinte aux droits d'auteur et aux droits voisins ».

04/12/2020, 10:21

ActuaLitté

“Pandémie”, mot de l'année du dictionnaire américain Merriam-Webster

Avec la fin d'année se multiplient les bilans et autres classements : les dictionnaires et encyclopédies anglophones se sont fait une spécialité des « mots de l'année ». Merriam-Webster, éditeur américain qui se consacre à la publication de livres de référence, a ainsi désigné « pandémie » mot de l'année 2020, en se basant sur les statistiques de consultation.

01/12/2020, 16:49

ActuaLitté

Des écrivaines extraordinaires pour sauver le monde, en pulps féministes

Les Saisons de l’Étrange présentent un projet savoureux : La Ligue des écrivaines extraordinaires. Directement inspiré d’un comics d’Alan Moore, ce nom délicat cache, à peine, une collection féministe. Et qui se veut un hommage pulp aux grandes écrivaines, dirigée par une femme, écrite par des femmes, et des romans publiés pour tous.

25/11/2020, 10:43

ActuaLitté

“Quarantaine” devient le mot de l'année 2020

Le Cambridge Dictionary, ouvrage de référence pour la langue anglaise, a dévoilé son mot de l'année 2020. De toute évidence, pas besoin d'aller chercher bien loin pour cette fois : les experts ont choisi le nom « quarantine », que l'on traduit aisément en français par « quarantaine ». Début novembre seulement, le terme a été recherché 183.000 fois dans le Cambridge Dictionary.

25/11/2020, 10:08

ActuaLitté

Île-de-France : 10 millions d'euros supplémentaires pour le fonds d’urgence pour la culture

La région Île-de-France a présenté, ce vendredi 20 novembre, la reconduction de ses aides d’urgence en faveur des acteurs de la culture, alors que la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus a une nouvelle fois fait cesser les activités des librairies, mais aussi les événements liés au spectacle vivant. En conséquence, le fonds d'urgence pour la culture est porté à 20 millions €.

20/11/2020, 16:34

ActuaLitté

Québec : pour une meilleure protection des auteurs

Ce 19 novembre, le Québec entame un vaste processus de consultations, mené jusqu’au 1er février 2021. Ce dernier concerne la révision des deux lois sur le statut de l’artiste. Le processus avait été stoppé net après le déclenchement de la pandémie, depuis le 30 mars. 

20/11/2020, 13:50

ActuaLitté

Un rassemblement contre l'installation d'Amazon à Montbert

Des organisations du livre de la région des Pays de la Loire se mobilisent depuis plusieurs semaines pour opposer une résistance à l'installation d'un entrepôt Amazon à Montbert, à 20 km au sud de Nantes. Des ONG – Attac 44, J'achète dans ma zone 44, Alternatiba et I-Buycott Nantes – appellent à un rassemblement, le samedi 28 novembre prochain, pour concrétiser la mobilisation.

19/11/2020, 17:02

ActuaLitté

En attendant le Goncourt 2020, le prestigieux prix littéraire en huit points

Confinement oblige, librairies contraintes, lecteurs éparpillés, l’académie Goncourt a décidé de reporter la remise de son prix cette année, du 10 au 30 novembre. La récompense serait conditionnée « à la réouverture des librairies », déclarait le jury, avant de finalement se résigner, après les annonces de Jean Castex, Premier ministre.

19/11/2020, 12:34

ActuaLitté

Arnaud Roffignon, chargé du suivi des réformes au cabinet de la ministre de la Culture

Roselyne Bachelot-Narquin, par un arrêté du 12 novembre, nomme Arnaud Roffignon directeur adjoint de cabinet, chargé de la transformation du ministère, de la relance, du budget, de la fiscalité et du suivi de l'exécution des réformes qui touchent à la rue de Valois.

17/11/2020, 09:24

ActuaLitté

Jean Teulé est l'invité d'Augustin Trapenard dans 21 CM

Pour clore 2020 avec panache, quoi de mieux qu’un grand romancier du macabre, obsédé par les épidémies, les puissants qui perdent la tête et les artistes en galère, ancien chroniqueur mythique de "Nulle Part Ailleurs" qui plus est ?

16/11/2020, 10:14

ActuaLitté

Paris vaut bien une messe, Adrienne Monnier une plaque commémorative

Reporté de Calendes en Calendes, le projet de commémoration d’Adrienne Monnier est sur la table du conseil municipal de Paris. Examiné ce 17 novembre, il devrait aboutir à une plaque posée sur la façade du 7 rue de l’Odéon (VIe arrondissement). Le quartier de l’édition, pour celle qui est présentée comme la « sainte patronne des libraires ». 

12/11/2020, 16:41

ActuaLitté

Pays de la Loire : les acteurs du livre se dressent contre l'installation d'Amazon à Montbert

Plusieurs organisations du livre des Pays de la Loire le crient haut et fort « Contre Amazon à Montbert ! Contre Amazon et son monde ! » À l'origine d'une pétition, des représentants du monde du livre, acteurs de la filière du livre et de la lecture en Pays de la Loire tiennent à sensibiliser les citoyens, pour s'opposer à l'implantation d'un entrepôt de 185.000 m2 de la firme à 20 km au sud de Nantes, à Montbert.

06/11/2020, 11:31

ActuaLitté

Imaginer des villes durables et ouvertes : liste de lecture

Les villes ne représentent que 3 % de la surface de la Terre, mais abritent 3,5 milliards de personnes : l'Organisation des Nations Unies ouvre son club de lecture consacré aux cités et communautés durables avec ces quelques chiffres. Parmi les objectifs de développement durable fixés par l'organisation, la création d'espaces de vie urbains confortables figure en bonne place...

04/11/2020, 09:42

ActuaLitté

Confinement total sur le territoire : le plan de sauvetage d'Emmanuel Macron

Toute la journée, les rumeurs alimentées par les craintes ont nourri les discussions. Confinement, couvre-feu avancé, les options avancées depuis des jours participaient grandement au stress ambiant. Et voilà : après l’appel à une union nationale, le président de la République a posé les bases de ces prochaines semaines.

28/10/2020, 20:40

ActuaLitté

Parents, pourquoi refuser la lecture à voix haute aux enfants ?

C'est un fait de plus en plus connu, fruit de nombreuses recherches en la matière : l'amour de la lecture des enfants provient directement de celui des parents. En Allemagne, une étude s'est penchée sur les raisons qui expliquent pourquoi des parents renoncent à une séance de lecture à voix haute aux côtés de leur progéniture.

28/10/2020, 12:29

ActuaLitté

L'auteure sud-africaine Mohale Mashigo en résidence internationale à Nancy

L’Université de Lorraine accueille l’auteure sud-africaine Mohale Mashigo en résidence internationale à Nancy pendant 4 mois, d’octobre 2020 à janvier 2021, dans le cadre de la 3e édition de la résidence ARIEL (Auteur en Résidence Internationale En Lorraine), portée par l'UFR Arts, Lettres et Langues de Nancy et l'IUT Nancy-Charlemagne.

28/10/2020, 11:35

ActuaLitté

Noël Corbin entre au comité stratégique du Pass Culture

Le comité stratégique de la société par actions simplifiée Pass Culture accueille un nouveau représentant de l'État, en la personne de Noël Corbin, qui vient ainsi remplacer Marie Villette, secrétaire générale de la ville de Paris depuis quelques semaines. 

23/10/2020, 09:45

ActuaLitté

Jean-Philippe Mochon nommé médiateur du livre

Autorité de conciliation créée par la loi du 17 mars 2014 relative à la consommation, le médiateur du livre aura poussé à la création d'une autorité semblable pour le secteur de la musique, deux ans plus tard. Jean-Philippe Mochon, conseiller d'État, assumera les deux fonctions, en vertu du décret en date du 22 octobre 2020.

23/10/2020, 09:18

ActuaLitté

Interroger le métier d'auteur : créer, est-ce un travail ?

Créer est-il un travail ? C’est la question qui était posée dans la webémission « Artistes-auteurs : un statut ! ». Pour l’occasion, c’est le célèbre sociologue Pierre-Michel Menger, spécialiste du monde des arts et de la création, qui est intervenu autour d’un panel d’auteurs et autrices. Invité par la Ligue des auteurs professionnels dans cette cinquième rencontre, il échange avec les auteurs.

17/10/2020, 10:51

ActuaLitté

Franck Bouysse : polar, roman noir, qu'importe, “tant que le lecteur s'y retrouve”

Ce soir-là, La Machine à Lire accueillait dans la salle de conférences de La Machine A Musique (Rue du Parlement Sainte Catherine à Bordeaux), dans le cadre du « Salon Lire en Poche » de Gradignan fortement éprouvé par la pandémie, l’écrivain Franck Bouysse.

16/10/2020, 08:06

ActuaLitté

François Sureau élu à l'Académie française, au fauteuil de Max Gallo

Le fauteuil de Max Gallo a finalement été attribué, à l'issue d'une session de votes des Académiciens. L'écrivain et avocat François Sureau est l'heureux élu, à 19 voix sur 27. Premier rédacteur des statuts du parti En Marche d'Emmanuel Macron en 2016, il avait dénoncé en 2019 le tournant autoritaire du gouvernement face au mouvement des Gilets Jaunes...

15/10/2020, 16:45

ActuaLitté

CFC : Sabine Madeleine devient présidente du Collège des éditeurs de presse

Depuis le 1er octobre 2020, le Comité du Centre Français d'exploitation du droit de Copie (CFC) est présidé par Sabine Madeleine (secrétaire générale et directrice juridique du Groupe Bayard) à la suite de son élection à la présidence du collège des éditeurs de presse du CFC lors de son assemblée générale, le 22 septembre 2020.

14/10/2020, 09:13

ActuaLitté

50 auteurs et 100 lycées franciliens pour des Leçons de littérature

Pour la quatrième année, la région Île-de-France institue dans les lycées des Leçons de littérature, qui permettent de faire se rencontrer des auteurs et des élèves. Une cinquantaine d'auteurs participent, et tenteront de transmettre leur amour des mots, leur créativité et leur regard sur les enjeux de la littérature contemporaine, dans les salles de classe.

13/10/2020, 15:45

ActuaLitté

Esquisse, pour un nouveau lieu dédié au livre et à la lecture à Nantes

Imaginer un nouveau lieu du livre et de la lecture sur le territoire nantais, d'ici 2 ans : telle est la mission que se donne Esquisse, un groupe de « réflexion-action » mis en place par Mobilis, le pôle régional des acteurs du livre et de la lecture des Pays de la Loire. Ce lieu coopératif permettrait notamment la mutualisation, la facilitation des échanges, l’accompagnement à l’émergence de projets et le partage spatial.

12/10/2020, 10:03

ActuaLitté

Aude Accary-Bonnery devient directrice, secrétaire générale adjointe du ministère de la Culture

Lors du Conseil des ministres du 7 octobre 2020, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot-Narquin a proposé de nommer Aude Accary-Bonnery directrice, secrétaire générale adjointe du ministère de la Culture. Elle était directrice générale adjointe en charge de la stratégie et du contrôle au Centre national du Cinéma (CNC).

07/10/2020, 17:46

ActuaLitté

Le "scandaleux" procès de Tsitsi Dangarembga au Zimbabwe

Arrêtée le 31 juillet dernier au Zimbabwe pour avoir participé à une manifestation, l’autrice Tsitsi Dangarembga devrait comparaitre ce mercredi pour « intention d’inciter à la violence publique ». Devant cet abus judiciaire, des auteurs se mobilisent et appellent à l’abandon des charges contre l’écrivaine.

07/10/2020, 12:21

ActuaLitté

Académie française : quelles candidatures pour les fauteuils de Gallo et d'Ormesson ?

La fin de l'année sera chargée pour les Immortels : l'Académie française accueillera peut-être deux nouveaux membres, installés aux fauteuils laissés vacants par Max Gallo et Jean d'Ormesson. Les candidatures sont déposées, avec des habitués et de nouveaux entrants... 

02/10/2020, 09:48

ActuaLitté

Pass Culture : le livre, expérience culturelle la plus populaire sur l'appli

Quelque peu oubliée pendant la crise sanitaire, confinement et fermetures obligent, l'expérimentation du Pass Culture s'est poursuivie et rassemble désormais plus de 100.000 inscrits, pour 500.000 réservations effectuées, au total. 75 % des réservations totales concernent des biens et activités culturelles, avec 55 % d'entre elles représentées par le livre.

30/09/2020, 12:18

ActuaLitté

Vocabulaire : quelques mots pour un rendez-vous spatial, en orbite

Le prochain Eldorado des explorateurs et autres colonisateurs, 50 ans après le premier pas de l'homme sur la Lune, se trouve du côté des étoiles. L'exploration spatiale passionne à nouveau, et la Commission d'enrichissement de la langue française propose quelques termes, définitions et expressions, dans le domaine de la spatiologie et de l'astronomie.

28/09/2020, 09:39

ActuaLitté

Bolo bolo : une formation pour mener des projets éditoriaux responsables

Mobilis, pôle régional de coopération des acteurs du livre et de la lecture en Pays de la Loire, et Open Lande, fabrique de projets évolutionnaires installée à Nantes, annonce une première session de la formation en ligne Bolo Bolo, du 4 au 10 novembre prochain. Celle-ci propose une initiation à la création de projets à impact social et environnemental positif dans le monde du livre.

24/09/2020, 09:45

ActuaLitté

La présence de livres éducatifs à domicile, facteur de réussite scolaire des enfants

L'organisation UNICEF France, dans un rapport consacré aux enfants des pays riches, alerte sur le mal-être et les difficultés, notamment en matière de lecture, d'un grand nombre de jeunes. L'étude met notamment en relation les compétences de lecture et de calcul et le bien-être des enfants, ainsi que la présence de livres dans les foyers et le niveau de réussite scolaire.

23/09/2020, 11:56

ActuaLitté

Cannabis : le CBD permet-il aux écrivains d'ouvrir les portes de la perception ?

Pour créer des histoires toujours plus passionnantes, les écrivains doivent être concentrés, créatifs et faire appel à tout leur talent. Ce n’est pas toujours chose facile, et avoir quelques petits coups de main dans leur quotidien est parfaitement appréciable. Justement, en la matière, le CBD, ou cannabidiol, exerce-t-il une influence ? On vous apporte quelques précisions sur les liens entre création et stupéfiants.

23/09/2020, 05:51

ActuaLitté

Harcèlement sexuel : le libraire Charles Kermarec renvoyé en correctionnelle

En 2018, Charles Kermarec, cofondateur de la librairie Dialogues à Brest, était mis en examen pour agression et harcèlement sexuel. Après deux ans d’instruction, le libraire comparaîtra finalement devant un tribunal correctionnel. 

15/09/2020, 16:28