Recherche

Le bacille

Rédacteurs

Dossiers

ActuaLitté

Dossier

La librairie et le Label Lir : les raisons de la colère

Une étude réalisée conjointement par le ministère de la Culture et de la Communication, le Syndicat de la librairie française et le Syndicat national de l’édition, le rapport de la mission « Livre 2010 » et celui d’Antoine Gallimard, remis au cours de l’année 2007, ont souligné la fragilité de la situation économique des librairies indépendantes et préconisé de faire du maintien et du développement de ces entreprises une des priorités de la politique du livre. 

ActuaLitté

Dossier

Festival international de la bande dessinée d'Angoulême

Qu'on l'apprécie ou non, le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême reste l'une des plus grandes manifestations du monde consacrées à la bande dessinée. Chaque année, au mois de janvier, toute la ville d'Angoulême, mais aussi la France, découvre et redécouvre des œuvres du neuvième art. Avec son lot de dédicaces, d'événements, d'expositions, de débats, de récompenses et de mises en avant, le FIBD est ce moment spécial dans l'année où la bande dessinée est au cœur de l'espace médiatique.

Créé en 1974, reconnu dans le monde entier, le FIBD est aussi l'occasion de placer la création hexagonale en avant, même si toute la francophonie, et plus largement toutes les nations, sont accueillies sur place. 

ActuaLitté

Dossier

Le Prix Goncourt de la biographie

Dès 1980, l'Académie Goncourt se dote d'une bourse pour soutenir les auteurs de biographie : Jean Lacouture reçoit la première récompense pour son ouvrage François Mauriac, consacré à l'auteur d'Un Nœud de vipères et publié par les éditions du Seuil. Devenu un Prix Goncourt au même titre que le Goncourt de la nouvelle, par exemple, le prix est désormais remis chaque année par les académiciens, au cours d'une cérémonie organisée à Nancy pendant l'événement Le Livre sur la Place.

ActuaLitté

Dossier

Le Prix de la littérature arabe

Créé en 2013, le Prix de la littérature arabe est la seule récompense française distinguant la création littéraire arabe : il salue le roman ou le recueil de nouvelles d'un écrivain ressortissant de la Ligue arabe et auteur d'un ouvrage écrit en arabe et traduit en français ou directement écrit en français.

ActuaLitté

Dossier

Stan Lee, la géniale incarnation de la maison Marvel

Né en 1922, Stanley Martin Lieber, alias Stan Lee, avait en tête, dès son plus jeune âge, l'écriture d'un « grand roman américain » : sa carrière en tant qu'auteur et éditeur lui aura permis de participer à la construction d'un véritable empire du divertissement, Marvel Comics.

ActuaLitté

Dossier

Albums, romans : une sélection de 20 livres jeunesse pour Noël 2020

La crise sanitaire a contraint les librairies à fermer leurs portes depuis fin octobre dernier. Mais l’envie de lire est toujours là, car les livres sont le meilleur moyen de s’évader, d’apprendre, de se cultiver, de réfléchir, de rire aussi, à tous les âges et en famille.

Extraits

ActuaLitté

Littérature française

Le bacille

Le terrorisme n'est pas né d'hier. Arnould Galopin non plus qu'on a oublié alors qu'il fut tant lu avant-guerre. En 1928, cet écrivain fécond délaissa les romans d'aventure, les pastiches de Conan Doyle et les feuilletons à rebondissements qui faisaient son succès pour imaginer une étrange histoire, mélange de roman social et de récit psychologique mâtiné d'anticipation. Martial Procas en est le héros. Ce brillant scientifique comblé de talent et d'amour découvre le revers infernal de notre civilisation policée quand une de ses expériences le condamne à la difformité et la différence. Relégué, exclu, maltraité, cet homme intelligent qui n'aspire plus qu'à la paix des malheureux va découvrir la tentation de la vengeance et inventer le terrorisme biologique. Fable mordante, satire corrosive sur la sottise grégaire, Le bacille répand encore ses germes pessimistes. Il nous rappelle aussi les vertus et les plaisirs du bon roman populaire.

06/2011

ActuaLitté

Littérature française

J'aime ce qui vacille

Comment les parents de la jeune Sofia retrouveront-ils la force de vivre après sa mort ? Illmar, le père, lance alors le projet d'un bal qui réunira tous les habitants de la tour où il vient d'emménager avec sa femme - comme si les vies apparemment ordinaires de leurs voisins allaient les aider à comprendre le drame de Sofia et peut-être les sauver des eaux noires du chagrin. Mais tel un reflet du monde, la tour se révèle être un empilement de vies vacillantes, de destins tous farouchement tendus vers la douceur et la joie intérieure.

01/2013

ActuaLitté

Beaux arts

Les Bazille du musée Fabre

Né à Montpellier en 1841 au sein d'une famille de la haute bourgeoisie protestante, Frédéric Bazille est d'abord destiné à la médecine. Il poursuit parallèlement des études artistiques et gagne Paris en 1862. Au sein de l'atelier Gleyre, il fait la connaissance des futurs impressionnistes, Monet, Renoir, Sisley, qui deviennent ses amis proches. Durant sa brève carrière - moins de huit ans -, il devient l'un des acteurs les plus talentueux de la Nouvelle Peinture autour de Manet. Dans tous les sujets qu'il aborde - nature morte, portrait, paysage, scène de genre -, il imprime sa marque personnelle faite d'équilibre des formes, de sensibilité à la lumière et de discrète mélancolie. Bazille meurt au combat en 1870, laissant derrière lui une cinquantaine de tableaux. Une vingtaine d'entre eux, conservée au musée Fabre, constitue la plus importante collection au monde de ses oeuvres.

05/2018

ActuaLitté

Littérature française

Comme une flamme qui vacille

C'est le roman de trois femmes d'une même famille, leur vie découpée et l'essai, d'une génération à l'autre, de découvrir leur voix. Affirmation incertaine, parfois cachée au-dedans de l'être comme un noyau d'abricot trop vite avalé avant la terreur de s'étouffer. Madeleine démarre le bal, pendant la Seconde Guerre mondiale, à la campagne, sème les songes de sa fille Maude et de sa petite-fille, Marie. Leur histoire court jusqu'à aujourd'hui, au gré des lentes remontées de la mémoire, dans un prisme où s'agrègent les lectures de ces femmes, graines profondes qui déjouent les ans et éclosent longtemps après leur mise en rêve.

04/2018

ActuaLitté

Critique littéraire

Bacilles, phobies et contagions. Les métaphores de la maladie

La maladie nous obsède autant qu'elle nous fascine mais les écrivains ne lui accordent pas la place qu'elle mérite. Il s'agit, selon Virginia Woolf, de combler un manque diagnostiqué, dans son essai, De la maladie, comme une déficience logée au coeur du texte. Là où la pathologie peine à exister, la métaphore prolifère et multiplie les occurrences dans un parcours toujours polymorphe à travers les contrées, les genres, les classes et les siècles. Héritée du travail de Susan Sontag sur le bacille de la tuberculose, sur le cancer ou encore le sida et les symboles qu'ils ont laissés derrière eux dans l'art et la société, cette exploration du concept de "pathologie" se veut macroscopique. L'étude des maladies et de leurs symptômes, bien sûr, s'étendant à la mise en mots, à la connaissance, par le langage, d'un organisme célébré pour son tissu infectieux que nous concevons, avant tout, comme un voyage : où et à quel moment le microbe a-t-il pris racine dans l'espace (littéraire) ? Savoir localiser la maladie et pouvoir la nommer est déjà en soi une prouesse intellectuelle ; la faire exister ensuite revient à s'assurer que ses agents libres nous parviennent puis continuent à circuler — marche ou "démarche" vers le patient (le terme porte en lui la lenteur de ses attentes) qui inclut une réalité maintes fois contournée par la réécriture de sa mythologie. Telle est la genèse d'une réflexion fluide dans ce recueil d'articles dédié à l'anatomie de l'humain aux prises avec le mal, les impuissances de son esprit encadrées par les douleurs de son histoire. Susan Sontag, à qui nous rendons ici hommage pour la persévérance de son engagement face au dédale de la pathologie, en théorie comme en pratique, nous ouvre une fois encore la voie en nous permettant d'injecter, au-delà du "phantasme", un mouvement autre à ce "paysage" devenu bien statique.

11/2012

ActuaLitté

Beaux arts

Frédéric Bazille (1841-1870). La jeunesse de l'impressionnisme

Mort avant d'avoir atteint 29 ans à la guerre de 1870, loin de sa ville natale de Montpellier, Frédéric Bazille aura peint huit ans à peine. Sa mort précoce l'empêcha de participer à l'épanouissement de l'impressionnisme aux côtes de ses amis Monet ou Renoir. Cent cinquante ans plus tard, on commence à mesurer le rôle décisif qu'il joua dans l'émergence de l'impressionnisme. Cet ouvrage entend lui rendre la place qui a toujours été la sienne en retraçant l'histoire de ces jeunes gens qui allaient révolutionner la peinture.

06/2016

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté