Recherche

piano

Extraits

ActuaLitté

Non classé

Le choix de Théo

Théo est doué, très doué. Il joue magnifiquement au piano et rafle tous les premiers prix de concours. Il faut dire que Joseph, son père, veille au grain! Il a décidé que son fils serait concertiste et il y met les moyens. Seulement voilà, Théo, lui, préfère dessiner et n’ose l’avouer à personne, sauf à Sophie, sa meilleure amie. Au cours d’un stage de musique, le grand pianiste Adrien Loriaud le repère et décide de le faire travailler. Une amitié se noue entre l’adolescent et le maestro, qui ne lui cache pas les immenses difficultés de ce métier, les doutes qu’il suscite, la nécessité absolue d’être “habité” par la musique…Théo comprend qu’il ne choisira pas cette voie. Mais encore faut-il convaincre Joseph…

ActuaLitté

Littérature anglo-saxonne

Tous les vivants

Orren et Aloma sont deux âmes à vif, deux jeunes êtres à fleur de peau. Elle est orpheline, élevée dans une école missionnaire catholique et dotée d'un talent rare pour le piano. Il est fils de fermiers, fier et taciturne. Ils sont amoureux et leur vie bascule le jour où la famille d'Orren meurt dans un accident de voiture, le laissant responsable d'une vaste plantation de tabac, d'une terre aride et d'une maison silencieuse où flotte encore la présence des êtres disparus. Livrée à elle-même dans ces lieux si peu familiers au cœur des montagnes du Kentucky, Aloma devra trouver sa place dans cette nouvelle vie, déchirée entre son désir de conserver sa liberté de femme et la nécessité de se soumettre aux engagements du couple. Tous les vivants a la puissance évocatrice d'une parabole et le charme intemporel d'un conte. C. E. Morgan y dresse un remarquable portrait de femme, intime et saisissant, et dépeint avec une éclatante justesse le processus d'enracinement des êtres au sein d'une terre et d'une famille.

01/2020

ActuaLitté

Non classé

Une forêt de laine et d'acier

" Un parfum de forêt, à l'automne, à la tombée de la nuit. Le vent qui berçait les arbres faisait bruisser les feuilles. Un parfum de forêt, à l'heure précise où le soleil se couche. A ceci près qu'il n'y avait pas la moindre forêt alentour. Devant mes yeux se dressait un grand piano noir. Pas de doute possible : c'était bien un piano, laqué et imposant, au couvercle ouvert. A côté se tenait un homme. Il m'adressa un regard furtif, sans un mot, avant d'enfoncer une touche du clavier. De la forêt dissimulée dans les entrailles de l'instrument s'élevèrent une nouvelle fois ces effluves de vent dans les feuilles. La soirée s'assombrit un peu plus.
J'avais dix-sept ans. " Traduit du japonais par Mathilde Tamae-Bouhon

03/2018

ActuaLitté

Non classé

Ma chère soeur

" Si un jour on se retrouve, de l'autre côté, je ne veux pas qu'il y ait de choses à régler entre nous. " Eli Anne a 16 ans et vient de perdre sa soeur, Amalie, d'un an sa cadette. Folle de chagrin, elle se rend régulièrement sur sa page Facebook, qu'elle refuse de supprimer. Un jour, elle se met à lui écrire. En parcourant les statuts et les photos postées par Amalie, Eli Anne revient sur sa relation avec sa soeur. Leur enfance, leur complicité, leurs désaccords, leurs rêves d'adolescentes. Et surtout, leur passion commune pour la musique : Eli Anne joue du piano, Amalie, fan de Patti Smith, chantait dans un groupe.

Au fil des messages, Eli Anne ouvre son coeur et avoue à sa soeur ce qu'elle n'a jamais osé lui dire...
traduction Marina Heide

04/2018

ActuaLitté

litterature jeunesse romans / contes / fables

Swing à Berlin

1942, la guerre s'enlise, et les Allemands commencent à sentir que l'issue ne sera pas victorieuse.
Afin de remonter le moral de la population, Joseph Goebbels, ministre de la Propagande, décide de créer un groupe de "musique de danse accentuée rythmiquement", un équivalent du jazz, considéré comme une "musique dégénérée" ou "musique de nègres". On fait appel à Wilhem Dussander, un pianiste d'une soixantaine d'années, qui s'est retiré du monde depuis que les membres juifs de son groupe ont été arrêtés. Celui-ci est obligé d'accepter. Il part sur les routes d'Allemagne, accompagné de Dietrich Müller, un fonctionnaire zélé. Dès leur première rencontre, le courant passe mal entre les deux hommes. Cela ne s'améliore pas lorsque Dussander rejette en bloc tous les garçons qui se présentent aux auditions. Pour jouer du jazz, la technique ne suffit pas ; il faut avoir le sens du rythme et de l'improvisation, ce que les Jeunesses Hitlériennes n'ont pas enseigné à leurs élèves... Dussander parvient tout de même à trouver trois perles rares : le fragile Ruppert au piano ; au saxophone, Max, qui n'a pas sa langue dans sa poche ; aux percussions, Thomas, qui vivait dans la rue. Le quatrième membre de la formation est imposé par Müller : Hermann est un pur produit des Jeunesses Hitlériennes ; il joue de la contrebasse avec rigueur, sans fantaisie. Le groupe formé, les "Quatre en Or" - ou "Goldene Vieren" - ainsi que les garçons se baptiseront eux-mêmes par la suite, peuvent commencer leur apprentissage dans le manoir de Dussander. L'entente entre eux n'est pas immédiate, surtout vis-à-vis du "petit nazi", mais leurs liens se resserrent lors des cours de sport dispensés par le brutal lieutenant Kluge.
L'après-midi, Dussander leur enseigne la musique, la théorie et toute l'histoire du jazz, puis la pratique. Les garçons progressent vite, même Hermann, qui, peu à peu, se laisse envahir par le swing. Dussander s'occupe d'eux avec bienveillance, épaulé par sa domestique, Elsa.
Bientôt, le groupe est prêt. Un premier titre est enregistré, qui obtient un immense succès.

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Le Sourire Du Chat

Il a treize ans. On l'appelle le Chat. C'est son frère qui lui a donné ce surnom. Est-ce parce qu'il est maigre comme un chat? Il veut jouer à la guerre ; en cet été 1944, c'est la guerre qui joue avec lui. Il rêve de partir loin, vers l'Orient, sur le dos d'un vieil éléphant très sage ; cette année-là, les fugues se font à dos d'automitrailleuse. Il fait des concours d'avions en papier ; les vrais avions larguent des tapis de bombes. Il rêve aussi de la mer, de plonger et de nager sans fin vers le large avec son frère ; son frère est parti en parlant de liberté et en emportant ses rêves. Il aime le piano ; comme tout ce qui l'entoure, la musique lui parle de mort. Il voudrait ne plus être seul ; les autres ont trop à faire. Il essaye de sourire.

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté