Recherche

Les Apparences film

Extraits

ActuaLitté

Critiques et essais

Tombeau d'Olivier

La vie de mon fils a été interrompue de façon imprévisible et violente. D’une façon en quelque sorte inacceptable. Mais je veux soutenir ici qu’en dépit de ces apparences, sa vie, singulière comme toute vie réellement subjectivée, a existé, pleinement, porteuse d’un sens dont la signification et l’usage avaient valeur universelle. 

01/2020

ActuaLitté

Non classé

See you in the cosmos

Alex Petroski, 11 ans, est passionné de sciences. Son héros, c'est Carl Sagan ; il l'admire tellement qu'il a donné son nom au chiot abandonné que sa maman l'a laissé adopter. D'ailleurs, sa maman n'est pas contrariante : tant qu'Alex lui fait la cuisine et ne l'embête pas pendant les journées qu'elle passe au lit, elle est plutôt permissive. Elle n'émet donc pas d'objections lorsque son fils lui annonce qu'il part seul à un congrès de fans d'aérospatiale.
Le périple d'Alex commence. Au fur et à mesure, il en enregistre le compte-rendu sur un iPod qu'il prévoit d'envoyer dans l'espace, à l'attention d'éventuels extraterrestres. Il s'adresse directement à eux, spéculant sur leur apparence, leur habitat, leurs moeurs...
Arrivé au congrès, il rencontre Steve, Nathan et Zed. Conquis par sa verve, sa passion et sa grande maturité, les trois jeunes hommes le prennent sous leur aile, et proposent de le ramener chez lui.
En chemin, se noue entre les quatre acolytes une amitié dont chacun sortira changé - et grandi.
traduction : Dominique Kugler

03/2018

ActuaLitté

Non classé

L'invitation

Lutte des classes, ambition politique, désirs refoulés et violence sourde... Une œuvre originale et parfaitement construite qui allie roman noir à la tension implacable et comédie sociale mordante, quelque part entre le Monsieur Ripley de Patricia Highsmith et Le Dîner de Herman Koch, le tout porté par un humour grinçant tout britannique.
Ben Fitzmaurice est devenu le meilleur ami de Martin Gilmour le jour où, dans la cour de leur très chic école, Ben, héritier d'une prestigieuse dynastie, a pris la défense de Martin, petit boursier, fils unique d'une mère célibataire sans le sou. Depuis, Ben s'est fait un nom en politique, Martin est devenu critique d'art ; Ben a épousé la très parfaite Serena, Martin vit avec la très discrète Lucy. Et Ben est toujours le meilleur ami de Martin.

Ce soir, Ben fête ses quarante ans. Tout le gratin est présent. Martin aussi. Naturellement...

Le lendemain, Serena est dans le coma ; Lucy est internée. Ben est à l'hôpital ; Martin, lui, répond aux questions des policiers : que s'est-il passé durant cette soirée ? Pourquoi un tel déchaînement de violence ? Et si cette amitié en apparence parfaite cachait en réalité des sentiments bien plus troubles ?
Maxime Berree (Traducteur)

05/2018

ActuaLitté

Non classé

La tresse

Smita, Julia, Sarah. Trois femmes, trois vies, trois continents. Trois chemins que rien ne destine à se croiser. Trois histoires pourtant liées.

Inde. Smita est une intouchable. Mariée à un chasseur de rats, elle nettoie à mains nues les latrines de son village, comme le faisait sa mère. Son rêve : voir sa fille échapper à la tradition et apprendre à lire. Lorsque cet espoir est anéanti, elle décide de fuir avec l'enfant, malgré les mises en garde de son mari.

Sicile. Julia est ouvrière dans l'atelier de traitement de cheveux de son père, le dernier du genre à Palerme. Elle trie, lave, décolore et teint des mèches fournies par les coiffeurs de la ville. Lorsque son père est victime d'un grave accident, elle découvre que l'atelier familial est ruiné.


Canada. Sarah est une avocate réputée. Mère de trois enfants, deux fois divorcée, elle enchaîne les dossiers à un rythme effréné. En passe d'être promue associée, elle apprend qu'elle est atteinte d'un cancer du sein. Sa vie en apparence parfaite commence à se fissurer.
On dit parfois que la vie ne tient qu'à un fil... Et si la leur tenait à leur chevelure ?

Trois destins de femmes que tout éloigne sauf l'essentiel: leur exigence de liberté.

05/2017

ActuaLitté

poésie

Kanaka

Ce livre pourrait être le journal d'un voyage. Un trajet plus qu'un voyage, ce qui est parcouru dans l'espace d'un point à un autre. Traduction du trajet, alors qu'ici le parcours, à le nommer, indiquerait en Inde le mont Kanaka, pour aboutir, en Chine, à la ville de Shanghaï. Mais suivre une trajectoire est plus compliqué, quand le tracé oscille, puisqu'en apparence on traverse quelque chose construit comme un paysages alpin pour ensuite emprunter de difficiles pistes afghanes, suivre des rivages de Cape Cod, parvenir à des plaines dévastées de l'Irak... De lieu géographique désigné, Kanaka se transforme en références imprécises. Souvenir précieux, protecteur, au nom cher, réconfortant, affectivement rassurant... Une boussole sabotée conduit à des pistes brouillées, des labyrinthes où massacres, enfermements, pornographie tragique ponctuent l'avancée hésitante dont la barrière de protection, le garde-fou, est l'écriture qui permet de ne pas tomber. Simplement, elle agite. Il n'y a ni épisodes, ni suspense de récit. Écrire un poème ce n'est pas faire un film.

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Sacrée Marie !

Certains matins, juste avant le réveil de son fils, Marie s'accroupissait au bord du lit, et passait la main dans ses cheveux, si doux, si noirs, indiens, c'était une sorte de pèlerinage sur les lieux de son tout premier baiser de mère. Elle sentait alors son corps se figer dans l'empreinte de l'amour perdu, ce creux un peu froid qu'avait laissé en l'abandonnant l'instinct animal, la tendresse évidente, absolue, de la louve pour son petit. Durant ces quelques secondes, Marie imaginait que son enfant était né autre, pas ce Victor qui se lèverait bientôt d'un bond, en disant un 'bonjour' sec, sans baiser ni câlin, mais un qui l'aurait aimée, avec qui elle aurait fait des puzzles, des gâteaux, des courses dans le jardin... Maris a tout pour être heureuse: un mari médecin, une jolie maison, des amies, deux enfants... Le tableau est idyllique, mais les apparences sont parfois trompeuses. Son mari la croit stupide, l'exploite et la méprise. Marie a toujours pensé que les enfants seraient le point d'orgue de son épanouissement personnel: elle constate que la réalité est bien loin de ses rêves. Déçue par le couple et par la maternité, Marie doit réagir. Dans une prise de conscience radicale, celle que tout le monde considère comme une idiote va forcer son destin, s'émanciper et prendre sa revanche...

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté