Dossiers

Romans, nouveautés : les livres de Marie-Hélène Lafon

Marie-Hélène Lafon est née en 1962 à Aurillac. Professeure de lettres classiques à Paris. Tous ses romans sont publiés chez Buchet/Chastel. Elle a choisi d’enseigner dans un collège situé en Zone d’Education Prioritaire. Elle rédige son premier texte, une nouvelle, à l’âge de 34 ans. Elle est un écrivain en quête d’une écriture absolue, animée par une irrépressible envie d’écrire et libérée des contraintes inhérentes à sa condition sociale originelle.

Le 19/12/2022

90 Partages

Le

19/12/2022

90

Partages

ActuaLitté

Elle est l’auteur d’une dizaine de romans et nouvelles, encrés dans le réel d’un monde paysan qui n’en finit pas de disparaître. Ses héros sont reclus dans le silence et n’existent que par le geste, le corps. Elle appartient à cette famille d’auteurs pour laquelle l’écriture doit tendre à une épuration formelle, des auteurs qui ont le souci d’être toujours plus dense avec des moyens toujours plus simples.

Si écrire est bien sûr l’expression d’un espace et d’un temps intérieur, la référence à Michon, Bergougnioux et Millet, loin d’être anodine, pose aussi sans vanité, une ambition, l’ambition de se placer dans l’histoire littéraire, de faire partie comme Arno Bertina l’a si justement formulé, d’une histoire collective qui est toujours mieux que la singularité.

Marie-Hélène Lafon prend également part aux projets les plus divers. En 2004, elle « comence à gratter quelque chose qui ressemblerait à de la poésie. » Dans l’ouvrage : My créature is wonderful, aux Editions Filigranes Trézélan, elle accompagne les photographies de Bernard Molins.

En 2005, elle participe à la rédaction de Cantal, un guide touristique aux Editions Quelque part sur terre, en collaboration avec Fabienne Faurie et Benoit Parrêt.

Elle partage avec de nombreux auteurs et à plusieurs occasions, les pages du Journal Intime du Massif Central (Editions Bleu autour), comme en 2006 avec le numéro 9 de la série sur le thème de la « Folie ».

Enfin en 2009, elle choisit de préfacer Histoire de Tönle, de Mario Rigoni Stern dans la Collection irraisonnée de préfaces à des livres fétiches (Editions Intervalles). (via Confluences ; crédits photo : G.Garitan, CC BY SA 4.0)

Extraits

ActuaLitté

Littérature française

Histoires

Le présent volume rassemble la totalité des nouvelles de l'autrice publiées chez Buchet/Chastel (deux recueils : Liturgie en 2002, et Organes en 2006). Opus complété par : " Bon en émotion ", et " La Maison Santoire " (nouvelles publiées par ailleurs et épuisées). Cette présente édition – la première au format poche – présente d'autres textes de l'autrice publiés en revue mais jamais repris dans un recueil.

10/2023

ActuaLitté

Littérature française

Les sources [EDITION EN GROS CARACTERES

La cour est vide. La maison est fermée. Claire sait où est la clef, sous une ardoise, derrière l'érable, mais elle n'entre pas dans la maison. Elle n'entrera plus. Elle serait venue même sous la pluie, même si l'après-midi avait été battue de vent froid et mouillé comme c'est parfois le cas aux approches de la Toussaint, mais elle a de la chance ; elle pense exactement ça, qu'elle a de la chance avec la lumière d'octobre, la cour de la maison, l'érable, la balançoire, et le feulement de la Santoire qui monte jusqu'à elle dans l'air chaud et bleu. Années 1960. Isabelle, Claire et Gilles vivent dans la vallée de la Santoire, avec la mère et le père. La ferme est isolée...

05/2023

ActuaLitté

Thèmes photo

Hors d'ici

Ce livre est une rencontre. Il part de l'invitation faite à Marie-Hélène Lafon (Prix Renaudot 2020) de mettre ses mots sur un chemin d'images composé pour elle par le photographe et écrivain-voyageur Luc Baptiste. Des images saisies dans la haute vallée du Cantal où elle a passé son enfance, et ailleurs dans le monde. Marie-Hélène Lafon, qui sait Luc Baptiste né comme elle les pieds dans la terre, voit dans les paysages qu'il photo­graphie "? le corps des pays ? ".

03/2023

ActuaLitté

Thèmes photo

Doc six regards sur l'occitanie

LAMAINDONNE SAVECA - ART & PAPER - 62 rue André Joineau - 93310 Le Prè-Saint Gervais 06 60 28 85 77 Mail : contact@saveca-artandpaper. com SORTIE SEPTEMBRE 2022 prix de vente public : 29 euros L'idée-force du projet D'OC a été de proposer à six jeunes photographes, travaillant dans le style du documen- taire de création, de les intégrer dans un projet d'aide à la production qui prend corps en Occitanie. Portée par ImageSingulières, cette commande de deux années, où la parité est respectée, est une itinérance guidée par les grandes lignes - non exhaustives - qui dessinent la géogra- phie de ce territoire. Melody Garreau a travaillé le long des voies navigables, Marianne Thazet a suivi les chemins de Compostelle, Adrien Ribet a traversé les Pyrénées et Pauline Dupin a exploré le Parc national des Cévennes. Deux autres photo- graphes se sont immergés dans les deux grandes métro- poles, que tout oppose mais que la région rassemble : Paul Baudon à Toulouse et Théo Combes à Montpellier. Les mots de Marie-Hélène Lafon viennent, avec talent, alimenter notre réflexion sur cette "nouvelle" région si riche d'une histoire millénaire et de paysages multiples.

09/2022

ActuaLitté

Littérature française

Histoire du fils

"Très vite, tous se demanderaient sans se l'avouer comment on avait pu jusqu'alors vivre sans André, son babillage, ses rires, sa vitalité tendre et sa douceur. Il avait été dans la maison comme une chanson vive, en dépit des ragots et de ce trou que creusait dans sa vie l'absence d'un père". André grandit heureux dans la famille de sa tante, auprès de ses cousines. Mais au fond de lui reste tapie la douleur d'être le fils d'un père inconnu et d'une mère distante. Alors qu'André est sur le point de se marier, sa mère lui livre un nom... Dans la France rurale du KK ? siècle, l'Histoire du fils est aussi celle de trois générations qui se débattent avec le poids des silences familiaux.

02/2022

ActuaLitté

Littérature française

Mo

"Il disait à Mo je te boxe, je te boxe, je t'écrase, je te meurs, ça va fillette ça va, rentre chez ta mère, heureux les simples d'esprit le royaume de Dieu est à eux, allez en paix mon fils, vous avez du feu, va mourir Mo va mourir, et d'autres phrases qui les faisaient rire les deux dans la grande allée du centre. Mo ne savait pas pourquoi il riait". Au centre commercial, Mo travaille à la gestion des rayons et des stocks. Il est le dernier fils, le gardien de la mère depuis la mort du père. C'est son rôle. Il semble heureux de cette vie. Cela lui est égal qu'on profite de sa gentillesse. Jusqu'au jour où il rencontre Maria.

02/2022

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Nos vies

"Il y a comme ça des périodes où les plaques tectoniques de nos vies se mettent en mouvement, où les coutures des jours craquent, où l'ordinaire sort de ses gonds ; ensuite le décor se recompose et on continue". Le Franprix de la rue du Rendez-Vous, à Paris. Une femme, que l'on devine solitaire, raconte et imagine. Gordana, la caissière. L'homme qui s'obstine à venir chaque vendredi matin. Silencieusement elle dévide l'écheveau de ces vies ordinaires. Et remonte le fil de sa propre histoire.

05/2019

ActuaLitté

Critique littéraire

Le pays d'en haut

"Ces lieux façonnent des gens un peu verticaux, austères et tenaces... C'est un fond dont je ne me suis jamais départie, et le travail d'écriture, depuis plus de vingt ans, m'y confronte constamment (...) ; ce nord du Cantal, ce pays perdu à mille mètres d'altitude, est fondateur ; et le sauvage n'est jamais loin ; il palpite sous l'écorce des choses".

02/2019

ActuaLitté

Critique littéraire

Flaubert

Dans la vie d'un lecteur, certains auteurs occupent une place à part : lectures inaugurales, compagnons de tous les jours, sources auxquelles on revient. La collection "Les auteurs de ma vie" invite de grands écrivains d'aujourd'hui à partager leur admiration pour un classique, dont la lecture a particulièrement compté pour eux. "Flaubert à cheval. Flaubert fut beau. Flaubert fut jeune. Jeune. Glorieux. Blond, bouclé. Grand et bien fait. Flaubert eut mal aux dents. Il fut foudroyé à dix-sept ans sur le chemin de Pont-l'Evêque ; on ne sait pas bien par quoi il fut foudroyé ; il le fut et il échappa au Droit et il put commencer à devenir. Flaubert est inépuisable. Flaubert for ever". Marie-Hélène Lafon.

10/2018

ActuaLitté

Littérature française

Millet, pleins et déliés. Une lecture de Jean-François Millet (1814-1875), La Brûleuse d'herbes, non daté, Musée du Louvres, Paris

"Une femme se tait. Une femme se tient. Elle attend. Que regarde-t-elle ? Que voit-elle ? Son corps est au repos, un moment, avant de se pencher, de saisir la fourche, et d'attiser le feu d'herbes. Elle arrête le spectateur, parce qu'elle est arrêtée, elle a suspendu le temps, elle s'enfonce dans les volutes de la fumée, et en elle-même, peut-être, dans les méandres de sa vie, dans les plis que font les vies, dans les plis du temps qui passe sur les corps et mange les années." Marie-Hélène Lafon a les gestes et l'odeur des brûlis dans le corps et sous la peau pour toujours ; ça remonte des enfances et du pays premier. A partir de La Brûleuse d'herbes de Jean-François Millet conservée au musée du Louvre, elle nous entraîne dans une histoire qui sent la fumée des brûlis de mars ou d'octobre.

11/2017

ActuaLitté

Littérature française (poches)

La demie de six heures

Marie-Hélène Lafon est professeur de lettres classiques à Paris. Depuis vingt ans ses ouvrages sont remarqués pour leur exigence et leur qualité stylistique (Le Soir du chien, L'Annonce, Les Pays, Joseph, Histoires ...). Cette nouvelle est née en Aubrac, pays majuscule. C'est une histoire d'amour. C'est un vertige...

06/2017

ActuaLitté

Littérature française

Joseph

Joseph est un doux. Joseph n'est pas triste, du tout. Joseph existe par son corps, par ses gestes, par son regard ; il est témoin, il est un regardeur, et peut-être un voyeur de la vie des autres, surtout après la boisson, après les cures. Il reste au bord, il s'abstient, il pense des choses à l'abri de sa peau, tranquille, on ne le débusquera pas.

02/2016

ActuaLitté

Critique littéraire

Histoires de casquettes

Le thème des huitièmes rencontres organisées par la Maison Julien Gracq, "Tous les corps de Gracq" , s'est révélé fécond : à l'invitation d'Arno Bertina, écrivain et programmateur de ces rencontres 2015 et de Cathie Barreau, directrice de la Maison Julien Gracq, Marie-Hélène Lafon a écrit Histoires de casquettes. Un texte court et intense inspiré par des photos représentant Julien Gracq. A travers le corps et l'oeuvre de l'écrivain, Marie-Hélène Lafon nous emmène à la découverte de son propre passé tout en livrant une interprétation de ce qu'était, de ce qu'aurait pu être, Julien Gracq à l'instant où il fut figé sur une photographie. "Les Cahiers de la Maison Julien Gracq" ont pour vocation d'accueillir les textes écrits par les auteurs lors de leur résidence à Saint-Florent-le-Vieil. A l'image de cet ouvrage, elle donne également la possibilité aux auteurs contemporains de rendre hommage à Julien Gracq, et ainsi de faire le lien qu'il a suggéré dans son legs, entre son oeuvre et les grands lecteurs que sont les écrivains et les artistes d'aujourd'hui.

10/2015

ActuaLitté

Littérature française

Chantiers

Sur les Chantiers de Marie-Hélène Lafon, tout fait ventre et matériau, les cérémonies de l'enfance paysanne et catholique, le quotidien des familles, les chansons enfouies, les gestes et les corps, les pantoufles de Suzanne au bain, Flaubert, Claude Simon ou Bill Viola. On rit, on se souvient, on s'émeut, on s'y retrouve et on s'étonne. On rentre sous la peau de l'écriture et dans la chair du vivant.

08/2015

ActuaLitté

Poésie

Traversée

Construit autour d'une géographie intime, Traversée évoque un paysage archaïque au sein duquel se dessine une trajectoire d'écrivain. Il a été publié à l'initiative de la Fondation Facim à l'occasion des 13es Rencontres littéraires en pays de Savoie dont Marie-Hélène Lafon était l'invitée d'honneur en juin 2013. «La géographie est au sens premier du terme une écriture de la terre, on ne saurait mieux dire, ça m'écrase d'évidence ; l'immuable géographie de mes livres dessine un pays archaïque, un pays haut, pelu, bourru, violemment doux, ardemment rogue, perdu et retrouvé toujours, quitté et lancinant.»

03/2015

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Les pays

"A la porte de Gentilly, en venant de la gare, on n'avait pas vu de porte du tout, rien de rien, pas la moindre casemate, quelque chose, une sorte de monument au moins, une borne qui aurait marqué la limite, un peu comme une clôture de piquet et de barbelés entre des prés". Fille de paysans, Claire monte à Paris pour étudier. Elle n'oublie rien du monde premier et apprend la ville où elle fera sa vie. "Les pays" raconte ces années de passage.

09/2014

ActuaLitté

Littérature française

L'Annonce [EDITION EN GROS CARACTERES

"A Nevers, la deuxième fois, Annette et Paul avaient apporté des photos. Ils avaient eu l'idée le premier jour, en novembre. Ils ne savaient plus qui l'avait pensé et proposé d'abord. Ils avaient été du même avis ; ça aiderait pour raconter pour faire comprendre ; ils n'étaient pas seuls dans cette affaire, ils n'étaient pas neufs ; l'enfant la mère la soeur les oncles, on les imaginerait mieux, chacun de son côté, avant de les connaître en vrai". . Paul, quarante-six ans, paysan à Fridières dans le Cantal, ne veut pas finir seul. Annette, trente-sept ans, vit à Bailleul dans le Nord. Après avoir rompu avec le père de son fils, elle doit s'en aller, recommencer ailleurs... Marie-Hélène Lafon nous raconte leur rencontre, née d'une petite annonce dans un journal, lue et découpée. C'est une histoire d'amour.

08/2014

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Album

Ma rivière d'enfance a nom Santoire. Elle borna le monde, c'est définitif, elle fut l'été, la plage d'ardoise, et l'immobile après-midi d'août, le temps arrêté dans le babil lumineux de son lit de cailloux. Elle fut de chaque hiver, et des printemps brefs, haute, pressée d'en finir, se hâtant, cinglant les branches nues et penchées. Horizontale, insolente et enfuie. C'est un abécédaire choisi, où le lecteur pourra aller de Arbres à Vaches, en passant par Chiens, Journal, ou Tracteurs. Vingt-six textes, hommages poétiques rendus au pays d'origine. Or et velours des choses. Comme une déclaration d'amour répétée vingt-six fois.

09/2012

ActuaLitté

Critique littéraire

Tensions toniques. Les récits de Marie-Hélène Lafon

La matière romanesque prépondérante de Marie-Hélène Lafon, c'est un coin de pays rugueux, au nord du Cantal, où la beauté des "choses vertes" contraste avec la déréliction morale de ceux qui sont restés: fratries vieillissantes régnant, dans leurs maisons devenues trop grandes, sur des domaines agricoles en déclic. Cette délégitimation forrmidable de la paysannerie. qui a périmé en quelques décennies un ordre immuable. Marie-Hélène Lalon a entrepris de la porter à la présence littéraire sans pathos, mais non sans tendresse. Heureuse ambivalence de la fiction, où l'ironie et l'implication peuvent ainsi composer leurs effets! La " tentative de restitution " Claude Simon engagée par Marie-Hélène Lalon trouve là sa tonicité, sa tension propres, comme en témoignent les études réunies dans ce volume.

06/2012

ActuaLitté

Français langue étrangère (FLE

Grammaire en action A1. Avec 1 CD audio

Ouvrage de Grammaire en français langue étrangère (FLE), dans la collection En action , pour grands adolescents et adultes, niveau débutant. Un parcours d'apprentissage complet : J'observe J'analyse et j'explique Je compare Je pratique Je passe à l'action Je consulte le mémento grammatical Je teste mes capacités dans Evaluation Une démarche entièrement tournée vers l'action : - pour acquérir ou réviser les compétences grammaticales - pour maîtriser la communication orale et écrite En situation de classe ou en autonomie Avec un CD audio, des évaluations et un livret de corrigés.

10/2009

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Les derniers Indiens

Les Santoire, le frère et la soeur, sont la quatrième génération. Ils ne se sont pas mariés, n'ont pas eu d'enfants. En face de chez eux, de l'autre côté de la route, prolifère la tribu des voisins qui ont le goût de devenir. Sentinelles muettes, les Santoire happent les moindres faits et gestes. Et contemplent la vie des autres. Celle des vrais vivants. D'une plume toute en économie et en tensions, Marie-Hélène Lafon dépeint avec finesse la fin d'un monde, d'une civilisation.

08/2009

ActuaLitté

Littérature française (poches)

La maison Santoire

Dans la maison Santoire on baisse pas ,on part d'un coup ou en trois mois le temps d'engraisser les docteurs et les infirmières qui empêchent pas de mourir. C'est la maison qui veut ça, partir d'un coup, net propre sec.

10/2007

ActuaLitté

Littérature française

Organes

Ils sont un, deux ou trois ; ils sont dans l'enfance, ou à peine sortis d'elle ; ils ont d'abord un corps, un corps qui sent, qui regarde, qui marche, qui s'est jeté dans le monde et contre lui. Ils sont seuls même à plusieurs, et ils inventent, ils jouent, et, ainsi se sauvent peut-être.

01/2006

ActuaLitté

Littérature française

Le soir du chien

Dans un petit village du Cantal, Laurent, la trentaine, vit encore chez sa mère. Il rencontre Marlène, qui vient de Normandie, et dont il tombe amoureux. Ensemble, ils s'installent en haut du village, dans une maison isolée, pour des mois de bonheur lumineux. Mais bientôt leur amour se heurte au conformisme des villageois d'en bas. Un soir, leur chien se fait renverser par une voiture, Marlène rencontre le vétérinaire, et tout est changé... Dans ce premier roman à l'écriture concise, Marie-Hélène Lafon multiplie les points de vue et confronte les voix de ses personnages pour mieux faire affleurer leur part d'intimité.

08/2003

ActuaLitté

Littérature française

Sur la photo

Il n'aime rien tant que le poudroiement des arbres dans la lumière des soirs quand les ombres s'allongent à la lisière des bois. Il n'en parle pas. Les sœurs ne regardent pas ces choses. Elles disent que c'est un pays de fous, qu'il faut s'en aller, que c'est un trou un bled un port de mer l'anus du monde.

08/2003

ActuaLitté

Littérature française

Liturgie

Jeanne tint dans ses mains des livres dont nul, avant elle, dans la litanie paysanne des siens, n'avait su, soupçonné, ou espéré l'existence. Quelques-uns, ou quelques-unes, sans doute, avaient, avant elle, mâchonné des lettres indécises, vaguement apprises, lentement dégluties et oubliées, tombées dans la désuétude certaine de ce qui ne nourrit pas. Les livres n'étaient pas dans la mémoire des siens, pas du côté de son sang. Livre, plutôt que recueil de nouvelles, Liturgie est un bloc, un corps, un seul, taillé dans la chair des mots.

03/2002

ActuaLitté

Littérature française

Album

Ma rivière d'enfance a nom Santoire. Elle borna le monde, c'est définitif, elle fut l'été, la plage d'ardoise, et l'immobile après-midi d'août, le temps arrêté dans le babil lumineux de son lit de cailloux. Elle fut de chaque hiver, et des printemps brefs, haute, pressée d'en finir, se hâtant, tournoyant à bout de gris, cinglant les branches nues et penchées. Horizontale, insolente et enfuie. C'est un abécédaire choisi, où l'on irait de Arbres à Vaches en passant par Chiens, Journal, ou Tracteurs. Ce serait l'os des choses, leur velours ; et comme une déclaration d'amour répétée vingt-six fois.

ActuaLitté

Littérature française

Histoires

Nouvelle ou roman, roman ou nouvelle, parfois on ne sait pas, je ne sais pas ce que je vais faire, où ça va aller ; je suis une piste qui s'enfonce dans maquis textuel, j'y vais, j'avance, et ensuite ça devient quelque chose que je n'attendais pas, ça devient autre chose, ça se fait en se faisant, ça se fait autrement, tourne et ça bifurque, ça se retourne. Histoires rassemble en un seul vol me les nouvelles écrites par Marie-Hélène Lafon. Celles qui ont été publiée chez Buchet/Chastel.

ActuaLitté

Littérature française

Nos vies

"J'ai l'oeil, je n'oublie à peu près rien, ce que j'ai oublié, je l'invente. J'ai toujours fait ça, comme ça, c'était mon rôle dans la famille, jusqu'à la mort de grand-mère Lucie, la vraie mort, la seconde. Elle ne voulait personne d'autre pour lui raconter, elle disait qu'avec moi elle voyait mieux qu'avant son attaque". Le Franprix de la rue du Rendez-Vous, à Paris. Une femme, que l'on devine solitaire, regarde et imagine. Gordana, la caissière. L'homme encore jeune qui s'obstine à venir chaque vendredi matin... Silencieusement elle dévide l'écheveau de ces vies ordinaires. Et remonte le fil de sa propre histoire. Nos vies est le nouveau roman de Marie-Hélène Lafon. Il aurait pour sujet la ville et ses solitudes.

ActuaLitté

Littérature française

Les pays

A la porte de Gentilly, en venant de la gare, on n'avait pas vu de porte du tout, rien de rien, pas la moindre casemate, quelque chose, une sorte de monument au moins, une borne qui aurait marqué la limite, un peu comme une clôture de piquets et de barbelés entre des prés. Fille de paysans, Claire monte à Paris pour étudier. Elle n'oublie rien du monde premier et apprend la ville où elle fera sa vie. Les Pays raconte ces années de passage.

ActuaLitté

Littérature française

Joseph

Joseph est ouvrier agricole dans une ferme du Cantal. Il a bientôt soixante ans. Il connaît les fermes de son pays, et leurs histoires. Il est doux, silencieux. Il a aimé Sylvie, un été, il avait trente ans. Elle n'était pas d'ici et avait beaucoup souffert, avec et par les hommes. Elle pensait se consoler avec lui, mais Joseph a payé pour tous. Sylvie est partie au milieu de l'hiver avec un autre. Joseph s'est mis à boire, comme on tombe dans un trou. Joseph a un frère, marié, plus beau et entreprenant, qui est allé faire sa vie ailleurs et qui, à la mort du père, a emmené la mère vivre dans sa maison. Joseph reste seul et finira seul. Il est un témoin, un voyeur de la vie des autres. Joseph est le nouvel opus de Marie-Hélène Lafon. Roman émouvant, traversé en profondeur par une rivière souterraine qui a prénom de femme et de servante : Félicité. Avec talent et humour, Marie-Hélène Lafon rend ici un magnifique hommage à son cher Flaubert...

ActuaLitté

Littérature française

Mo

"Il ne s'est pas allongé, il a posé son doigt tendu sur la peau nue entre le tissu rouge et le pantalon, et il a suivi la ligne, de chaque côté du nombril, le corps de Maria a bougé, elle a ouvert les bras, il a senti son odeur, il ne s'est pas penché, il l'a regardée, ses cheveux brillaient sur le bleu de l'écharpe". Mo est le dernier fils. Il est le gardien de la mère, depuis la mort du père. C'est son rôle. Jusqu'au jour où il rencontre Maria.

ActuaLitté

Littérature française

Le soir du chien

"Je pense parfois à elle sous lui. Il est immense, anguleux, dru. Il est comme un ogre ; il doit l'avaler, la dévorer, plusieurs fois, pour la contenir, pour s'en défaire, pour s'en guérir. Parce qu'il n'est pas comme moi ; il a peur ; depuis le premier soir, le soir du chien. Il n'a pas été premier. Il sait qu'elle peut partir ; et comment elle part. Moi je ne le savais pas. Je ne savais pas comment les femmes partent". Le Soir du chien, premier roman de Marie-Hélène Lafon, a obtenu le Prix Renaudot des lycéens 2001.

ActuaLitté

Littérature française

L'Annonce

Eric savait par coeur certaines annonces choisies, Célibataire quarante-quatre ans un mètre soixante-sept soixante-neuf kilos sans enfants chauffeur agriculteur cherche jeune femme aimant campagne voulant fonder un foyer heureux désirant enfants ; ou encore, Cherche compagne cinquante soixante-deux ans féminine (bien bustée) sans attaches pour vie alternée Paris campagne. Paul, quarante-six ans, paysan à Fridières, Cantal, ne veut pas finir seul. Annette, trente-sept ans, vit à Bailleul dans le Nord avec son fils. Elle n'a jamais eu de vrai métier. Elle a aimé Didier, le père d'Eric, mais ça n'a servi à rien. Elle doit s'en aller. Recommencer ailleurs. Elle répond à l'annonce que Paul a passée. L'Annonce de Marie-Hélène Lafon raconte leur rencontre et leur histoire. C'est une histoire d'amour. Prix Page des libraires 2009.

ActuaLitté

Littérature française

Les derniers Indiens

"Les Santoire vivaient sur une île, ils étaient les derniers Indiens, la mère le disait chaque fois que l'on passait en voiture devant les panneaux d'information touristique du Parc régional des volcans d'Auvergne, on est les derniers Indiens". Les Santoire, le frère et la soeur, sont la quatrième génération. Ils ne se sont pas mariés, n'ont pas eu d'enfants. En face de chez eux, de l'autre côté de la route, prolifère la tribu des voisins qui ont le goût de devenir. Sentinelles muettes, les Santoire happent les moindres faits et gestes. Et contemplent la vie des autres. Des vrais vivants.

ActuaLitté

Littérature française

Les sources

La cour est vide. La maison est fermée. Claire sait où est la clef, sous une ardoise, derrière l'érable, mais elle n'entre pas dans la maison. Elle n'y entrera plus. Elle serait venue même sous la pluie, même si l'après-midi avait été battue de vent froid et mouillé comme c'est parfois le cas aux approches de la Toussaint, mais elle a de la chance ; elle pense exactement ça, qu'elle a de la chance avec la lumière d'octobre, la cour de la maison, l'érable, la balançoire, et le feulement de la Santoire qui monte jusqu'à elle dans l'air chaud et bleu. Années 1960. Isabelle, Claire et Gilles vivent dans la vallée de la Santoire, avec la mère et le père. La ferme est isolée de tous. Les Sources est le nouvel opus de Marie-Hélène Lafon après Histoire du fils, prix Renaudot 2020.

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté