Recherche

Seuil

Extraits

ActuaLitté

Littérature française

Bonjour Pa'. Lettres au fantôme de mon père

La découverte d'une voix singulière, drôle, touchante et poétique. Intimes et universelles, ces lettres d'Ariane Ascaride à son père depuis longtemps disparu mêlent les souvenirs d'enfance de la fille d'immigré italien de Marseille à un regard féroce et tendre sur notre époque.

Ecrites dans le temps arrêté du confinement, elles tracent l'autoportrait émouvant d'une femme qui a hérité de son père son verbe haut, son humour ravageur et une part de révolte. Elles disent, avec verve et parfois colère, la violence de notre société néolibérale, la bêtise humaine, mais aussi les plaisirs du quotidien et la joie des liens qui nous unissent.

Ariane Ascaride est comédienne. Elle joue notamment dans les films de son mari, Robert Guédiguian, qui se déroulent pour la plupart dans les quartiers populaires de Marseille.

A travers ses rôles, elle défend un cinéma social et engagé. Elle a reçu le César de la meilleure actrice pour Marius et Jeannette en 1998 et le prix d'interprétation à la Mostra de Venise pour Gloria Mundi, en 2019. Elle monte régulièrement sur scène, dernièrement dans Le Dernier Jour du jeûne de Simon Abkarian.

01/2021

ActuaLitté

Sciences historiques

Le naufrage des civilisations

Il faut prêter attention aux analyses d'Amin Maalouf : ses intuitions se révèlent des prédictions, tant il semble avoir la prescience des grands bouleversements de l'Histoire. Il s'inquiétait il y a vingt ans de la montée des "identités meurtrières" ; il y a dix ans du "dérèglement du monde". Il nous explique aujourd'hui pourquoi toutes les aires de civilisation sont menacées de naufrage. Depuis plus d'un demi-siècle, l'auteur observe le monde, et le parcourt. Il était à Saïgon à la fin de la guerre du Vietnam, à Téhéran lors de l'avènement de la République islamique.

Dans ce livre puissant et ample, il fait oeuvre de spectateur engagé et de penseur, mêlant récits et réflexions, racontant parfois des événements majeurs dont il s'est trouvé être l'un des rares témoins oculaires, puis s'élevant en historien au-dessus de sa propre expérience afin de nous expliquer par quelles dérives successives l'humanité est passée pour se retrouver ainsi au seuil du désastre.

"C'est à partir de ma terre natale que les ténèbres ont commencé à se répandre sur le monde", écrit-il, avant d'évoquer l'extinction du Levant pluriel et les secousses sismiques du monde arabo-musulman, dont les répliques ont affecté, de proche en proche, la planète entière. Il émet l'hypothèse neuve d'un "grand retournement" qui aurait métamorphosé toutes les sociétés humaines, et dont nous serions à présent les héritiers hagards. Un sursaut s'impose, conclut-il. Le paquebot des hommes ne peut continuer à naviguer ainsi vers sa perte.

03/2019

ActuaLitté

Non classé

Cent mille ans - Bure ou le scandale enfoui des déchets nucléaires

C'est l'un de ces petits villages qui n'a jamais eu droit à sa carte postale. Et pourtant... L'endroit fait parler de lui jusqu'au sommet de l'Etat, la zone est quadrillée, ses 80 habitants surveillés. A Bure, 85 000 mètres cubes de déchets radioactifs doivent être enfouis à 500 mètres sous terre et y passer les cent mille ans à venir. Pour l'Etat fronçais, l'enjeu est colossal : il en va de la survie de l'industrie nucléaire.

De gré ou de force, ce projet titanesque doit aboutir. Face à ce rouleau compresseur, la Meuse n'était pas censée résister. Les millions d'euros déversés sur le territoire devaient faire taire la contestation. En vain. A mesure que celle-ci s'intensifiait, Bure est devenu le théâtre d'une sidérante répression. Entre clientélisme et autoritarisme, le plus grand projet industriel d'Europe avance au mépris de la démocratie.

C'est ce que révèle l'enquête implacable des journalistes Pierre Bonneau et Gaspard d'Allens mise en scène par la dessinatrice Cécile Guillard.

ActuaLitté

Polars & Thrillers

Résine

La famille Haarder vit depuis plusieurs générations, seule, sur une presqu'île coupée du monde aux confins du Danemark.

Jens, menuisier, a hérité de son père un amour immodéré pour les arbres, et notamment pour leur résine, qui peut se transformer en ambre et préserver ainsi tout ce qu'il a de plus cher...

Or le malheur et la perte ne cessent de frapper Jens, sa femme Maria et leur petite fille Liv. Tout a commencé par la mort horrifique et mystérieuse de leur fils Carl, retrouvé dans une mare de sang au pied de son berceau... Depuis le drame, Jens n'a de cesse de vouloir protéger sa famille des assauts du monde extérieur - à tout prix.

C'est ainsi qu'il bâtit autour de leur maison une véritable forteresse composée d'un gigantesque capharnaüm d'objets trouvés ou mis au rebut. Lorsque la mère de Jens, soupçonnée d'être responsable de la mort du petit Carl, revient après de longues années d'exil, le monde clos des Haarder menace de voler en éclats. Dès lors, Jens n'a plus le choix : il doit préserver sa famille, quitte à aller jusqu'au meurtre.

Enfermée dans une énorme benne à ordures où son père l'a confinée, après l'avoir déclarée morte, afin que le monde extérieur ne mette pas la main sur elle, la petite Liv observe sa famille tomber peu à peu dans la spirale inéluctable de la plus terrible des folies : celle que dicte l'amour.

ActuaLitté

Littérature

Dans le ventre du Congo

Avril 1958. Lorsque s’ouvre l’Exposition universelle de Bruxelles, Robert Dumont, l’un des responsables du plus grand événement international depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a fini par déposer les armes face aux pressions du palais royal : il y aura bel et bien un « village congolais » dans l’un des sept pavillons consacrés aux colonies. Parmi les onze recrues mobilisées au pied de l’Atomium pour se donner en spectacle figure la jeune Tshala, fille de l’intraitable roi des Bakuba. Le périple de cette princesse nous est dévoilé, de son Kasaï natal à Bruxelles en passant par Léopoldville, jusqu’à son exhibition forcée à Expo 58, où l’on perd sa trace.

Été 2004. Fraîchement débarquée en Belgique, une nièce de la princesse disparue croise la route d’un homme hanté par le fantôme du père. Il s’agit de Francis Dumont, professeur de droit à l’Université libre de Bruxelles. Une succession d’événements finit par leur dévoiler le secret emporté dans sa tombe par l’ancien sous-commissaire d’Expo 58. D’un siècle l’autre, le roman embrasse la grande Histoire pour poser la question centrale de l’équation coloniale : le passé peut-il passer ?

Blaise Ndala est né en 1972 en République démocratique du Congo. Il a fait des études de droit en Belgique avant de s’installer au Canada en 2007. Il y a publié deux romans remarqués, J’irai danser sur la tombe de Senghor (L’Interligne, 2014, prix du livre d’Ottawa), et Sans capote ni kalachnikov (Mémoire d’encrier, 2017, lauréat du Combat national des livres de Radio-Canada et du prix AAOF).

01/2021

ActuaLitté

Littérature

En finir avec Eddy Bellegueule

Elevé dans une famille ouvrière de Picardie, Eddy ne ressemble pas aux autres enfants. Sa manière de se tenir, son élocution, sa délicatesse lui valent de nombreuses humiliations et injures, tant par ses camarades de classe que par son père alcoolique et sa mère revêche. Lui-même finit par s'interroger sur cette homosexualité dont on le taxe avant même qu'il éprouve le moindre désir. Mais la véritable persécution ne vient-elle pas du conditionnement social ? Il parviendra à s'arracher à cette chape écrasante, qui donne au récit une allure zolienne, et à imposer sa personnalité en poursuivant des études de théâtre à Amiens, loin de l'enfer familial et villageois qu'il a connu. Ce texte, psychologiquement frappant, dresse un tableau saisissant d'un monde populaire brutal et sensiblement archaïque. Mais la finesse de l'auteur, par ailleurs sociologue, resitue dans un contexte social le drame familial qui aurait pu devenir une vraie tragédie individuelle. Comment échapper à la détermination

01/2014

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté