Recherche

Marguerite Yourcenar

Extraits

ActuaLitté

Biographies et autobiographies contemporaines

Marguerite Yourcenar

Qui était Marguerite Yourcenar ? Derrière de la grande écrivaine, première femme élue à l'Académie française en 1980, se cachait un être libre et passionné. Celle qui se considérait comme la "servante des oiseaux" et voyait la cuisine comme une alchimie, a pleinement vécu en accord avec ses convictions. Citoyenne du monde, pionnière de l'écologie, militante de la cause animale... Au travers de son art de vivre et d'une sélection de ses recettes de cuisine préférées, de nombreux documents d'archives parfois inédits et de ses écrits, se dessine le récit intime de sa vie. Un portrait intime de l'écrivaine, qui la suit dans sa cuisine ou son jardin pour partager son art de vivre, en osmose avec la nature. Avec un choix d'extraits de ses oeuvres et vingt de ses recettes.

10/2018

ActuaLitté

Critique littéraire

Cachées par la forêt. 138 femmes de lettres oubliées

" Dès que les presses entamèrent l'impression d'Une forêt cachée, il m'apparut que sur ses 156 portraits seuls 17 étaient consacrés à des femmes de lettres... Aurais-je été misogyne sans le savoir ? Avec ce nouveau recueil, j'ai souhaité montrer comment de très nombreuses créatrices ont été "cachées par la forêt" de la littérature, comment elles ont oeuvré avec beaucoup d'imagination, de sensibilité, d'érudition, d'astuce et d'humour durant plus d'un millénaire. De quoi se convaincre que le seul XXe siècle a vu d'autres grandes romancières que Marguerite Duras, Marguerite Yourcenar, Colette et Annie Ernaux. Il suffit de lire les livres délectables de Myriam Harry, de Fanny Clar, de Rose Celli, de Marie-Louise Haumont, et de beaucoup d'autres, pour se convaincre de leur talent inestimable. Cachées par la forêt,138 femmes de lettres nous contemplent... " Eric Dussert

10/2018

ActuaLitté

Littérature française

Mémoire espionne du coeur. Coversations rêvées avec...

Nous avons tous rêvé de rencontrer un écrivain aimé, de lui parler ou de lui écrire, voire d'entrer dans sa confidence. Frédéric Ferney, lui, pousse l'audace un peu plus loin, en allant à la rencontre d'auteurs disparus. Mais un écrivain qu'on aime, disparaît-il jamais ? Partant du principe que ces artistes - leur esprit, leur humour, leur univers - nous accompagnent en permanence, Ferney a conçu un série de rencontres imaginaires dans lesquelles il dialogue avec - ou fait dialoguer entre eux - de grandes figures des arts, des lettres et de l'histoire, de la Renaissance à nos jours. Cela donne, sous sa plume tempétueuse et passablement insolente, une correspondance au vitriol entre Baudelaire et Sainte-Beuve, des lettres des plus provocatrices entre Marguerite Duras et Marguerite Yourcenar, mais aussi des échanges affectueux, inattendus ou cocasses, entre Debussy et Toulouse-Lautrec, Jean Cocteau et Edith Piaf, Andy Warhol et Françoise Sagan, Fabrice Luchini et Céline... Dans un carnaval d'inventivité tour à tour corrosif, songeur et tendre, Frédéric Ferney rend hommage à quelques génies qui ont illuminé nos vies, et qui continuent à cheminer, toujours aussi vivants, à nos côtés. Pour paraphraser Apollinaire : "Les jours s'en vont, ils demeurent."

10/2017

ActuaLitté

Non classé

L'Œuvre au Noir

En créant le personnage de Zénon, alchimiste et médecin du XVIe siècle, Marguerite Yourcenar, l'auteur de Mémoires d'Hadrien, ne raconte pas seulement le destin tragique d'un homme extraordinaire. C'est toute une époque qui revit dans son infinie richesse, comme aussi dans son âcre et brutale réalité ; un monde contrasté où s'affrontent le Moyen Âge et la Renaissance, et où pointent déjà les temps modernes, monde dont Zénon est issu, mais dont peu à peu cet homme libre se dégage, et qui pour cette raison même finira par le broyer.

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Mémoires d'Hadrien. (suivi de) Carnets de notes de "Mémoires d'Hadrien"

Cette œuvre, qui est à la fois roman, histoire, poésie, a été saluée par la critique française et mondiale comme un événement littéraire. En imaginant les Mémoires d'un grand empereur romain, l'auteur a voulu " refaire du dedans ce que les archéologues du XIXe siècle ont fait du dehors ". Jugeant sans complaisance sa vie d'homme et son œuvre politique, Hadrien n'ignore pas que Rome, malgré sa grandeur, finira un jour par périr, mais son réalisme romain et son humanisme hérité des Grecs lui font sentir l'importance de penser et de servir jusqu'au bout. " ... Je me sentais responsable de la beauté du monde ", dit ce héros dont les problèmes sont ceux de l'homme de tous les temps : les dangers mortels qui du dedans et du dehors confrontent les civilisations, la quête d'un accord harmonieux entre le bonheur et la " discipline auguste ", entre l'intelligence et la volonté.

04/2001

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté