Recherche

Paraguay

Extraits

ActuaLitté

Documentaires jeunesse

Paraguay

Le Paraguay en quelques pages : son histoire, sa géographie, sa culture, etc. Avec des illustrations de Guy Lillo.

07/2012

ActuaLitté

Littérature étrangère

Paraguay

Paris, 1854. Courtisane, familière du salon de la princesse Mathilde, la jeune et belle Ella Lynch fait la connaissance du fils d'un chef d'Etat sud-américain, le fougueux Francisco Solano Lopez. Il la séduit et l'emmène dans son Paraguay natal, où elle lui donne de nombreux enfants sans jamais devenir sa femme. En 1862, il hérite d'un pays prospère que sa mégalomanie et son immaturité vont précipiter dans la guerre de la Triple Alliance, un conflit suicidaire engagé contre le Brésil, l'Argentine et l'Uruguay. Roman historique, journal intime d'une aventure amoureuse, fresque épique : Paraguay est tout cela à la fois. S'inspirant d'un épisode méconnu de l'histoire et de personnages réels, Lily Tuck reconstruit un monde paradoxal, cruel et beau, où les cadavres pourrissent sous le vol indifférent des perroquets multicolores, où le raffinement le dispute à la sauvagerie, où l'hubris du pouvoir semble répondre à la démesure de la nature. D'une plume précise et acérée, elle compose un roman sidérant, légitimement couronné du prestigieux National Book Award.

01/2010

ActuaLitté

Littérature française

Nietzsche au Paraguay

Paraguay, 1886. Virginio Miramontes, un aventurier solitaire, est recueilli en pleine jungle dans une étrange colonie peuplée d'une poignée de familles allemandes. C'est le projet fou d'Elisabeth Nietzsche, soeur du célèbre philosophe, et de son mari, le lugubre docteur Förster. Tous deux rêvent de créer dans ces terres vierges une nouvelle Allemagne digne de l'utopie aryenne balbutiante. Antisémitisme délirant, plans d'expansion démesurés, cultures et commerces impossibles... Rien ne marche comme prévu, et la Nueva Germania court au désastre. La maladie rôde, la faim guette, la violence s'installe. Perdue dans ce microcosme entouré de barbelés, Elisabeth tient à son frère la chronique fantasmée de leur succès, passant ses jours à attendre les lettres de Nietzsche. Nietzsche au Paraguay révèle une face cachée de l'Histoire, celle d'une illusion folle, présage des massacres nazis un demi-siècle plus tard.

02/2019

ActuaLitté

Littérature française

La piste Bernanos - Paraguay

A la mort de sa grand-mère, Thierry de Massay découvre qu'elle entretenait une correspondance avec Georges Bernanos. A été conservée une lettre datée du 25 août 1938 et écrite à l'Assomption, dans laquelle le grand auteur indique qu'il repart déjà du Paraguay et laisse derrière lui un manuscrit qu'il a peur de perdre dans le voyage. Il n'est jamais allé le chercher. Soixante-dix-sept ans plus tard, Thierry de Massay traverse l'Atlantique accompagné par une jeune doctorante, Capucine Béroud. Ils interrogent les représentants de la communauté française, le fils du meilleur ami de Bernanos, Maxence de Colleville, qui a émigré au Paraguay, le consul et l'ambassadeur de France. Dans la suite de leur enquête, les deux Français sont confrontés à la guérilla qui sévit dans le Nord du pays, avant d'espérer la lumière auprès de Jésuites héritiers des missions du XVIIIe siècle. Mais ils ont vu trop de choses, approché peut-être de trop près les mystères de l'OAS ou ceux d'Amambay.

11/2019

ActuaLitté

Sciences politiques

La Politique du Paraguay

Le Paraguay est un Etat d'Amérique du Sud, indépendant depuis le 14 mai 1811. Il était auparavant une colonie espagnole. Les premières années d'indépendance du Paraguay sont marquées par la montée en puissance dès 1810, de José Gaspar Rodríguez de Francia, futur Dictateur (selon une référence romaine), élu pour cinq ans (1814), puis désigné comme Dictateur à vie (Perpetuo). Son obsession sera d'abord l'élimination de toute trace de la Couronne d'Espagne, puis des prétentions de Buenos Aires. Cette dernière enverra une petite armée commandée par le général Belgrano, qui sera vaincu aussi bien par les militaires dont l'allégeance était variable (Gamarra était loyaliste à l'Espagne, Yegros penchait pour Buenos Aires) que par la population qui rejeta l'invasion étrangère. Francia laissera planer l'équivoque sur ses positions de 1810 à 1811, éliminant ses opposants en s'appuyant sur le peuple d'abord de l'Intérieur (par opposition à la Capitale Asuncion), puis une grande partie des militaires de grades inférieurs et la population de la Capitale. Après la mort de Francia après un an de flottement, sa politique fut amendée par son successeur, Carlos Antonio López, autre civil qui parvint au pouvoir par une capacité de manoeuvre discrète. Exerçant un pouvoir toujours absolu mais consenti par le peuple, il ouvrit le pays aux techniques nouvelles (appel à des ingénieurs étrangers, envoi de boursiers en Europe, construction d'un chemin de fer, de chantiers navals, etc.), sans pour autant céder un pouce sur l'indépendance du pays, bien qu'il ait tenté d'établir des relations normales avec ses voisins et au-delà, en dépit de la pression de l'Argentine, du Brésil, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis, qui se faisait plus forte. Il cédera le pouvoir à son fils, Francisco Solano López, qu'il avait préparé dans ce but (voyage en Europe, médiation diplomatique entre factions argentines, commandement militaire, etc.), mais qui, nommé aussi commandant en chef, était fasciné par la chose militaire et ne cachait pas son admiration pour Napoléon Ier...

05/2021

ActuaLitté

Histoire internationale

La guerre du Paraguay

La lecture de l'article d'Elisée Reclus "La guerre du Paraguay" , qu'il publia dans la Revue des Deux Mondes le 15 décembre 1867, montre que malgré son point de vue a priori favorable au Paraguay (qu'il compare à la France révolutionnaire) il fait une analyse pénétrante des rapports de force entre les belligérants et anticipe les conséquences du conflit. Dans cette guerre, qui opposait le Paraguay à la "Triple Alliance" (Argentine, Brésil, Uruguay), la situation militaire était alors bloquée ; Elisée Reclus explique aux lecteurs français la situation étrange où se trouvent alors les belligérants et analyse les dissensions dans la Triple Alliance, la force du Paraguay et la faiblesse du Brésil. Il est clair, à le lire, qu'il voit largement le premier comme une sorte de réincarnation de la France révolutionnaire, en guerre contre toute l'Europe d'Ancien Régime, et dans le second un pendant tropical de l'Empire de Napoléon III, qui l'a condamné à l'exil, un prisme qui colore quelque peu ses analyses. Mais il serait évidemment injuste et ridicule de s'en tenir là et de tenir rigueur à Elisée Reclus de quelques erreurs dans ses pronostics sur l'issue d'une guerre, à l'issue alors bien incertaine, alors qu'on ne peut au contraire qu'admirer la justesse de ses analyses géopolitiques sur la situation des puissances en présence. Au moment où Elisée Reclus décrit la situation militaire est étrange et probablement inédite : la flotte de haute mer brésilienne est bloquée dans un bief fluvial, entre deux forteresses paraguayennes. C'est le résultat imprévu du plan de bataille des forces de la Triple Alliance après l'échec de son offensive terrestre. Plus de cent quarante cinq ans après la fin de ce conflit, quelles traces a-t-il laissées ? Au Paraguay, le souvenir du drame que furent, non seulement la défaite contre les alliés, mais surtout les énormes pertes humaines de la guerre sont toujours rappelés comme étant la principale origine du retard de développement, comparable à ce qu'a été pour la Bolivie la perte de l'accès à la mer lors de la guerre du Pacifique. [Hervé Théry et Sébastien Velut, "Elisée Reclus et la guerre du Paraguay" , Terra Brasilis (Nova Série) [En ligne], 7 | 2016]

05/2021

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté