Recherche

Laetitia Bucaille

Extraits

ActuaLitté

Histoire internationale

Gaza : la violence de la paix

Ce livre est le premier travail universitaire sur cette entité née des Accords d'Oslo : L'Autorité palestinienne.

11/1998

ActuaLitté

Sciences politiques

Le pardon et la rancoeur. Algérie / France, Afrique du Sud : peut-on enterrer la guerre ?

Peut-on se réconcilier avec son ennemi ? Pour les anciens adversaires sud-africains et franco-algériens, l'enjeu est identique : s'extraire de la domination coloniale et construire un rapport de confiance après les violences de la guerre. En Afrique du Sud, les vainqueurs ont choisi de pardonner aux responsables et bénéficiaires de l'Apartheid. Entre la France et l'Algérie, la séparation des populations après les accords d'Évian semble avoir dispensé de rechercher les voies de la réconciliation. Mais les accords politiques garantissent-ils que les sociétés et les individus s'entendent ? Où en est-on aujourd'hui ? À travers les récits et les trajectoires d'ex-combattants sud-africains, algériens et français, Lætitia Bucaille explore dans ce livre de sociologie politique les voies empruntées, les impasses, les attentes, les espoirs et les signes d'ouverture. Dans les témoignages de tous, elle saisit l'expérience intime, les émotions, les sentiments de perte, de fierté ou de culpabilité. Et elle interroge : à quelles conditions un ex-combattant peut-il véritablement renoncer à son ennemi, entendre ses raisons, le considérer comme un égal, entretenir avec lui des relations cordiales ou amicales, et développer une nouvelle relation sur la base d'intérêts partagés ?

10/2010

ActuaLitté

Littérature française (poches)

La tribu Bécaille

Après de longues années d'absence, Victor et Louis Bécaille reviennent à Aigly, leur village natal, pour découvrir que leur famille est l'objet d'une étrange méfiance. Sur les traces du passé de la " tribu Bécaille ", Victor, le narrateur, remonte le temps à la recherche des secrets enfouis. André Dhôtel nous offre la chronique d'un petit village champenois et une grande saga familiale, pleine de mystère et de féerie.

12/2003

ActuaLitté

Religion

Lettres à Morris et Laetitia

Un titre s'est imposé immédiatement : Lettres à Morris et Laetitia. Le jeu de mots était facile. Cependant, à y réfléchir, cela allait de soi. Recevoir régulièrement des "lettres" est signe que l'on a de l'importance aux yeux de celui qui nous écrit. Ces lettres transmettent aussi une bonne nouvelle pour les couples et les familles. "Morris" , ou "Maurice" , est un prénom qui tire son origine du peuple Maure, un peuple nomade, toujours en marche. Le prénom "Laetitia" a pour signification la joie, l'allégresse, mais aussi la beauté, le charme. Le "et" entre les deux prénoms marque cette réelle communion à vivre dans le mariage. Ces échanges de lettres s'adressent donc aux couples qui se mettent en marche vers la Joie de l'Amour.

04/2022

ActuaLitté

Littérature française (poches)

La Mort d'Olivier Bécaille

Olivier Bécaille est mort un matin, après trois jours de maladie. Le médecin est formel, et l'enterrement doit avoir lieu quelques jours plus tard. Mais, en réalité, Bécaille est bien vivant. Terrassé par une crise de catalepsie, prisonnier de son propre corps mais conscient de tout ce qui l'entoure, il assiste, impuissant, au chagrin de sa femme, aux préparatifs de sa mise en bière et à l'intervention d'un voisin un peu trop charmant... Dans ce conte macabre teinté de nostalgie, Zola nous livre une réflexion douce-amère sur la mort et ses conséquences parfois inattendues.

02/2021

ActuaLitté

Littérature française

Laëtitia ou la fin des hommes

Dans la nuit du 18 au 19 janvier 2011, Laëtitia Perrais a été enlevée à 50 mètres de chez elle, avant d'être poignardée et étranglée. Il a fallu des semaines pour retrouver son corps. Elle avait 18 ans. Ce fait divers s'est transformé en affaire d'Etat : Nicolas Sarkozy, alors président de la République, a reproché aux juges de ne pas avoir assuré le suivi du "présumé coupable", précipitant 8 000 magistrats dans la rue, en février 2011. Mais Laëtitia Perrais n'est pas un fait divers. Comment peut-on réduire la vie de quelqu'un à sa mort, au crime qui l'a emporté ? Pendant deux ans, Ivan Jablonka a rencontré les proches de la jeune fille, sa soeur jumelle, ses parents, ses amis, les responsables des services sociaux, ainsi que l'ensemble des acteurs de l'enquête, gendarmes, juges d'instruction, procureurs, avocats et journalistes, avant d'assister au procès du meurtrier, en octobre 2015. De cette manière, Ivan Jablonka a pu reconstituer l'histoire de Laëtitia. Il a étudié le fait divers comme un objet d'histoire, et la vie de Laëtitia comme un fait social. Car, dès sa plus jeune enfance, Laëtitia a été maltraitée, accoutumée à vivre dans la peur, et ce parcours de violences éclaire à la fois sa fin tragique et notre société tout entière : un monde où les femmes se font harceler, frapper, violer, tuer. Ivan Jablonka poursuit son projet d'exploration des frontières entre littérature, histoire et sciences sociales. Ce livre est une expérience d'écriture autant qu'une enquête, destinée à rendre à Laëtitia sa singularité et sa dignité.

08/2016

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté