Recherche

Jean Delord

Rédacteurs

Dossiers

ActuaLitté

Dossier

Le Prix Jean d'Ormesson

En mars 2018, quelques mois après la disparition de Jean d'Ormesson, le 5 décembre 2017, sa fille Héloïse d'Ormesson annonce la création d'un prix littéraire pour lui rendre hommage. « C’est avec joie et fierté que je vous annonce la création du prix Jean d’Ormesson, qui sera décerné le 6 juin prochain au Centre national du livre (pour s’approcher de la date anniversaire de la naissance de mon père le 16 juin 1925) », explique-t-elle.

ActuaLitté

Dossier

Livres, actualités : tout sur Jean d'Ormesson

Venu au monde dans le 7e arrondissement de Paris, le 16 juin 1925, au sein d’une famille noble, Jean d'Ormesson s'engagea tardivement, de son propre aveu, dans l'écriture, trop occupé qu'il était à lire. Il publie son premier ouvrage, L’amour est un plaisir, en 1956, aux éditions Julliard, mais son livre La gloire de l’Empire, en 1971, lui vaut une reconnaissance littéraire avec le Grand Prix du roman de l’Académie française.

ActuaLitté

Dossier

De Michel Glardon à Jean Richard : histoire des Éditions d'en bas

En raison de la crise sanitaire du Covid-19 et à la suite de la fermeture des librairies, sans oublier l’annulation des salons du livre, les Éditions d’en bas ont choisi la riposte. La maison, qui célèbre ses 45 ans, a souhaité partager son histoire, à travers des podcasts et des vidéos de leurs auteurs. Mais également faire découvrir des livres plus anciens à travers toutes ces années de publications.

ActuaLitté

Dossier

L'oiseau moqueur de Harper Lee, un chef d'oeuvre à la peau dure

L’histoire que raconte Jean Louise Finch, alors âgée de six ans, est devenue l’un des plus grands classiques de la littérature américaine. To Kill a Mockingbird, prix Pulitzer Littérature 1961, un an après sa sortie, est réputé pour son humour et sa chaleur, alors qu’il traite de viol et d’inégalité raciale.

ActuaLitté

Dossier

Le Prix Goncourt de la biographie

Dès 1980, l'Académie Goncourt se dote d'une bourse pour soutenir les auteurs de biographie : Jean Lacouture reçoit la première récompense pour son ouvrage François Mauriac, consacré à l'auteur d'Un Nœud de vipères et publié par les éditions du Seuil. Devenu un Prix Goncourt au même titre que le Goncourt de la nouvelle, par exemple, le prix est désormais remis chaque année par les académiciens, au cours d'une cérémonie organisée à Nancy pendant l'événement Le Livre sur la Place.

ActuaLitté

Dossier

Le Commissaire Maigret, figure historique de la littérature policière

Le retour du Commissaire Maigret, cette fois sous les traits de Gérard Depardieu, relance l’intérêt pour le personnage de Georges Simenon. À travers 75 romans policiers et 28 nouvelles, l’enquêteur a officié entre 1931 et 1972. Amateurs de vins — sauf le champagne — et fumeur de pipe, il aura connu bien des visages sur petit et grand écran. 

Extraits

ActuaLitté

Critique littéraire

Debord

L'un des grands avantages de la pensée de Guy Debord est sa concision. Il a ramassé le fond de ses idées en douze mots : Tout ce qui était directement vécu s'est éloigné dans une représentation. Un mantra qui, surtout si on le trouve juste, se conserve facilement. Cette phrase (la deuxième de La société du spectacle) est bien plus facile à comprendre de nos jours qu'en 1967. La politique-spectacle, l'omniprésence des écrans et des caméras de surveillance, l'addiction aux téléphones portables et la mise en scène de soi sur les réseaux sociaux, tout cela va dans le même sens : le règne des apparences, du look, du spectacle. D'autres aspects de Debord, comme sa défense d'une langue française classique et sa détestation de la nourriture frelatée, le rendent tout aussi actuel. Outre une démonstration de la pertinence de la pensée de Guy Debord pour analyser le monde contemporain, cet essai biographique remet les idées du cinéaste et théoricien dans leur contexte, en soulignant les points communs avec diverses figures - attendues (Marx, Breton, Cravan) et non attendues (Hemingway, Léon Bloy, Sylvia Plath).

11/2021

ActuaLitté

Sociologie

Debord. Le naufrageur

Il y a plus de vingt ans disparaissait Guy Debord, l’un des derniers grands intellectuels français, figure mythique des mouvements d’avant-garde de la seconde moitié du XXe siècle. Ecrivain, cinéaste, penseur révolutionnaire, autodésigné «ennemi de son siècle», il a été le chef de file de l’Internationale lettriste (1953-1957) puis de l’Internationale situationniste (1957-1972), et, à partir de son oeuvre majeure, La Société du spectacle (1967), l’infatigable pourfendeur de la société de consommation. Mais Debord était également, selon ses mots et comme le révèlent ses archives, «un déclassé conspirateur, un aventurier ne respectant rien parce que n’ayant rien à perdre», un «enfant gâté, qui a toujours cru que le monde était fait pour lui faire plaisir et n’a jamais été capable de ressentir les choses au-delà de cet infantilisme affectif», un «Capricorne patient comme le grisou qui s’accumule dans les galeries de mines de la société». C’est qu’il était bien placé pour connaître l’homme qui se cachait derrière le mythe qu’il s’était forgé, et cette part d’ombre que l’impressionnant travail d’investigation de Jean-Marie Apostolidès met enfin au jour. Une biographie intime et sans concession où l’on découvre un homme qui construit sa vie comme une oeuvre d’art, en se rêvant tour à tour bandit, chef de bande, agitateur, général d’armée, empereur et philosophe.

10/2015

ActuaLitté

Littérature française

Lentalenque. La continuelle

Vous ne savez pas où se trouve Lentalenque... Pourtant, vous connaissez forcément cet endroit : c'est une continuelle qui contemple ce que nous avons abandonné et délaissé.Là, règne la nudité des gestes ordinaires, la volonté du présent de ceux qui alimentent de terre noire le four à pain, la nécessité de l'immédiat : gaule de noisetier, vaisselle posée sur la dalle de pierre, course de la jument, plumes de bergeronnettes. Lentalenque est - peut-être - une ferme en Tarn-et-Garonne. Mais plus sûrement c'est une autre ferme, la nôtre, le lieu central et nécessaire d'où tous nous venons et où tous nous retournerons. Dans cet ici connu de chacun d'entre nous s'incarne une figure du monde où le réel s'entaille d'éternité. Car il s'agit bien de mémoire, d'une mémoire proche qui reste à partager : gardiens de l'haleine des sangliers et des boues de leurs passages, les aïeux de l'auteur, comme nombre des nôtres, dussions-nous remonter fort loin, veillaient sur la musique des causses. Leurs sabots les renseignaient sur le festin de ces granges où se cueille le chant des figuiers. Ces guerriers de la Terre et du vent prêtaient leur échelle au cerisier. Ils sanctifiaient l'autre art de la mémoire, qui murmure le grand poème de la fin du monde mythique.

11/2007

ActuaLitté

Philosophie

Une dette (Deleuze, Duras, Debord)

Rien ne rassemble Deleuze, Duras et Debord sinon d'avoir été contemporains, d'avoir vécu en même temps les années de l'après-guerre, l'existentialisme, les guerres coloniales, la chute du mur de Berlin, l'écroulement des certitudes justes. Et une nécessité commune à dire les choses, une faculté à élucider le poids du monde par les mots. Trois parleurs émérites, trois solitaires avec leurs bandes, leurs réseaux de fidèles. Trois insoumis qui se défiaient de toute idée de système, de tout enclos de la pensée. Le rapport aux images est fondamental pour relire l'ensemble de leur oeuvre. Debord les étrille, Deleuze les étudie, Duras s'y essaie. La lucidité exige son prix. Malgré leur force et leur courage, le penseur politique et le philosophe ont décidé de mettre fin à leurs jours, l'écrivain et cinéaste a utilisé quant à elle une mèche longue. Que cela nous serve de leçon n'est pas sûr. En tout cas, c'est un emblème des temps que nous vivons. Endurance et suffocation contre laxisme et silence.

02/2007

ActuaLitté

Critique littéraire

Les tombeaux de Guy Debord

La majorité des textes de Guy Debord possède une dimension autobiographique qui en assure la signification, bien qu'il ait constamment cultivé le " secret" sur lui-même depuis son adolescence. Édité pour la première fois en 1999, cet essai se voulait une analyse de la sensibilité littéraire de Guy Debord, telle qu'on pouvait la comprendre à partir des documents accessibles à l'époque. Il reparaît aujourd'hui augmenté d'une partie consacrée aux rapports complexes que Debord entretenait avec le théâtre. La notion de situation prend son sens véritable en référence au genre théâtral, tel que le leader situationniste l'envisageait dans sa jeunesse. Le programme qui sous-tend une telle recherche demeure inchangé. Adoptant une voie moyenne entre l'attitude respectueuse des dévots et le mépris des détracteurs, cette étude approche l'œuvre de Debord comme un tout, en tenant compte à la fois de sa complexité intellectuelle et de son enracinement autobiographique.

02/2006

ActuaLitté

Philosophie

Debord ou La diffraction du temps

"On ne compte plus depuis la Libération les tentatives d'explication, de réfutation, de réforme ou de justification d'un monde que le Factice a totalitairement remodelé à son image. Or, puisqu'il s'agit de fausseté, quiconque a un jour trempé dans l'imposture doit d'emblée être exclu de toute considération. Exit pétainistes, gaullistes, stalinistes, socialistes, trotskistes, léninistes, maoïstes, fascistes, libéralistes et tous leurs divers ersatz et bâtards mêlés de droite et de gauche. Exit aussi quiconque aura démontré son inaptitude à penser en donnant crédit - fût-ce une demi-seconde - au racisme ou à l'antisémitisme... Demeure Debord".

04/2008

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté