Recherche

Timothy Findley

Extraits

ActuaLitté

Littérature étrangère

Bons baisers du pays des hypocrites. Et autres nouvelles

L'attente, le vide, la folie, le regard des autres : tels sont quelques-uns des thèmes abordés dans ce second tome. Une domestique au comportement étrange vit dans l'attente perpétuelle mais vaine de celui qui ne viendra pas ; un jeune scénariste narcissique fait l'expérience de la cruauté morale et de l'inanité des millionnaires pervers qui se déchirent au pays des hypocrites ; une écrivaine, par ses mots, garde à distance ceux qu'elle côtoie, épinglés comme autant d'insectes dans une vitrine, mais c'est un autre type d'aiguille qui trouve le chemin de son bras.

10/2014

ActuaLitté

Littérature étrangère

Limonade et autres nouvelles

Les nouvelles de ce recueil constituent une traversée singulière de la complexité humaine dans les pièges de laquelle les personnages s'efforcent, souvent en vain, de ne pas tomber. Un jeune garçon confronté à la dégradation délibérée de sa mère tente de lui redonner la vie qu'elle a choisi de perdre ; un père fait la douloureuse expérience de l'incompréhension de son fils quant à sa décision d'aller se battre au front ; un acteur livre le récit déchirant de l'existence pathétique de celle dont il a pourtant toujours été amoureux.

10/2013

ActuaLitté

Littérature étrangère

Guerres

Chef-d'oeuvre de Timothy Findley, Guerres ausculte l'esprit, les pulsions et les peurs de Robert Ross, jeune Canadien crédule parti se battre en 1915 sur le front belge. "Rien ne manque de l'habituel roman de guerre, les convois, les tranchées, les gaz, les attaques aériennes, les obus, les rats, les blessés et les morts, mais il y a autre chose. De haut, de loin, par-delà le temps, il y a ce que l'on peut voir à côté de la bataille et qui, chez Findley, est d'une surprenante diversité. Il y a la vie animale, qui est l'un des sujets du livre. Il y a la vie de ceux qui attendent à l'arrière, leur angoisse, leurs chagrins, leur solitude, comment ce florilège de souffrances endommage la famille, femmes, mères et fratries. Il y a la vie en général : la sauvagerie maternelle, l'amour et la jalousie fraternels, l'impuissance de l'enfance, la difficulté d'être. Il y a l'amour, le mariage, la sexualité. Il y a tout ce qui arrive, la mort des enfants, le suicide, la maladie, la folie, la prostitution, la séduction, le viol".

02/2014

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Le grand Elysium Hôtel

Mars 1945, un palace abandonné des Alpes autrichiennes, un écrivain américain, disciple d'Ezra Pound et, comme lui, zélateur du fascisme, entreprend de couvrir les murs et les plafonds du récit de sa prodigieuse existence. Aux échos de la Chine de 1924 vont se succéder ceux de l'Angleterre et de la France de 1936, puis des Bahamas en 1942. Dans cette fresque décadente et perverse, des personnages insensés, souvent empruntés à la réalité, comme Ribbentrop, Hess, Lindbergh, Hemingway, et surtout ceux qui vont devenir le duc et la duchesse de Windsor, se croisent et se mêlent. Voici un roman époustouflant où, pour une fois, c'est la fiction qui prend sa revanche sur la réalité : car la littérature c'est la vérité.

09/1992

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Le dernier des fous

A la fin des années 1960, Hooker Winslow, jeune garçon de 11 ans, passe son été dans une maison cossue de la campagne canadienne. Jessica, sa mère, ne quitte plus sa chambre alors qu'elle vient de perdre son troisième enfant. Nicholas, son père, désespéré, n'a plus aucune prise sur les événements. Quant à Gilbert, son frère, il noie sa vie dans l'alcool et passe ses journées seul à dévorer des livres de poésie. Seule, sa tante Rosetta se charge des affaires courantes avec une froide efficacité. Hooker perçoit par bribes le monde qui l'entoure et tente de se frayer un chemin parmi ses êtres trop absorbés par eux-mêmes. Paru en 1967, Le Dernier des fous est le premier roman de Timothy Findley. Tous les thèmes de l'auteur sont déjà présents dans cette âpre chronique familiale sur l'impossibilité à vivre ensemble.

08/2015

ActuaLitté

Poches Littérature internation

La fille de l'homme au piano

En 1939, peu avant qu'éclate la Seconde Guerre mondiale, Charlie Kilworth, jeune accordeur de pianos, interroge son passé. Qui fut son père ? Compte tenu des problèmes psychiques de sa mère, comment assumer de devenir à son tour père ? Il décide alors d'entreprendre une lente et douloureuse réappropriation de l'histoire de sa famille. Peu à peu, le personnage de sa mère, Lily Kilworth femme sujette à des crises d'épilepsie qui étaient la terreur de son entourage, dans une famille qui dissimulait au grenier et dans sa mémoire les traces de la folie d'autres ancêtres, émigrés irlandais - devient le centre du roman. Toutes les figures de l'intolérance familiale, de la marginalisation et de l'exclusion se succèdent. Progressivement, dans une fresque ample et admirablement construite, Timothy Findley brosse le portrait d'une famille canadienne de l'Ontario du début du siècle à la Seconde Guerre mondiale, hantée par la folie de Lily.

08/2008

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté