Recherche

Jeanne Defontaine

Dossiers

Extraits

ActuaLitté

Psychologie, psychanalyse

Derives perverses dans le couple et blessures d'enfance

Comment deux êtres sont-ils attirés l'un par l'autre au point de n'avoir qu'un désir : celui de ne faire qu'un ? Comment après im amour fou en viennent-ils à s'infliger des souffrances intolérables ? Notre questionnement porte sur ces dérives qui peuvent prendre la voie de la perversion narcissique. En fait, la vie conjugale répète quelque chose de central mais d'anachronique survenu dans un temps révolu où l'emprise a joué un rôle central. C'est que le lien primaire a une incidence impressionnante sur l'intersubjectivité du couple, surtout quand les partenaires n'ont pu en faire le deuil. Ces dérives concernent l'incestuel et le meurtriel qui en est sa forme la plus sévère. Si l'incesauel effracte les limites, le meurtriel sise à les an éanèr A travers des exemples, nous avons pu mesurer les difficultés insurmontables de certains couples, par exemple celle où l'un des partenaires occupe la place d'un moi auxiliaire comme une mère le ferait avec son bébé incapable de se débrouiller seul. L'empiétement des espace personnels est tel que tout semble confondu. Les partenaires oscillent entre claustrophobie et agoraphobie dans un lien paradoxal infernal où alternent amour et haine. Il s'agit bien souvent de se venger sur le ou la partenaire des attaques subies dans l'enfance de la part d'un parent sans scmpule. L'enfant d'alors n'a pas pu se défendre en mima de l'amour et de l'idéalisation portés au parent abuseur. Enfin, dans le meurtriel à défaut de séduction, la dérive narcissique corugale oscille entre survivance et anéantissement La relation relève alors du registre narcissique, la sexualité passant alors au second plan Qu'en est-il alors des capacités du couple à engendrer et de l'accès à la parentalité? Il faut en effet compter avec le rôle des imagos terribles qui peuvent avoir un impact puissant sur la capacité à procréer. Le désengerdrement et l'auto-engendrement sont parfois les seules issues permettant de se libérer d'une relation aliénante à ces imagos. Le travail psychanalytique avec ces couples a pour but soit de mettre un terra à leur souffrance et permettre de sortir de la paradoxalité par un travail de séparation, soit d'ouvrir sur une transformation, une autre forme d'existence à deux.

05/2019

ActuaLitté

Littérature française

Jeanne, Jeanne, Jeanne

" Je cherche Jeanne Valade, je fais chercher Jeanne Valade, il s'agit de ma mère, on m'a dit que c'est le nom de ma mère, quelqu'un la cherche pour moi, j'ai engagé quelqu'un pour la trouver, ce sont des gens dont c'est le métier, qui ont des connaissances dans la police, dans l'administration, qui peuvent retrouver des dossiers, ils savent contourner des secrets, ce sont des démarches qu'ils maîtrisent parfaitement, par exemple ils ont retrouvé le père de François Truffaut m'ont-ils dit, il y a plus de trente ans ils ont retrouvé le père de François Truffaut, un médecin à Genève, après un tournage François Truffaut leur avait demandé s'ils pouvait retrouver ce père dont il ignorait le nom et ils l'avaient retrouvé, ils ont mis un mois, à peine un mois, en un mois ils avaient le nom et l'adresse du père de François Truffaut. "

08/2000

ActuaLitté

Lecture 9-12 ans

Jeanne cherche Jeanne

Je crois que je m'appelle Jeanne. Mais je n'en suis pas sûre. Trois ans déjà depuis "l'accident" et rien ne me revient. Etudier, dessiner, rire avec Mélody, apprivoiser Luce, écouter Théo. Penser à Théo. Et écrire, surtout. Quand je referme mon cahier, je me sens plus forte. J'ai le sentiment de commencer à exister vraiment. Mais qui suis-je ? Comment retrouver les traces de mon passé ?

03/2012

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Jeanne

En 1977, dans l’année qui suit la mort de sa mère, Jacqueline de Romilly écrit ce texte, en fait imprimer quelques exemplaires, destinés aux amis. Mais, par pudeur, parce qu'il y a quelque chose de vulgaire à dévoiler ce que l’on a de plus intime, elle ne souhaite pas que ce livre soit publié de son vivant et charge son éditeur et ami Bernard de Fallois de le faire après sa mort. Jeanne, c’est le portrait d'une femme aux dons multiples, travailleuse infatigable, qui fit preuve pendant trente ans d'un talent d'écrivain reconnu.
Veuve dès le début de la guerre de 1914, elle choisit de vivre dans l'ombre de sa fille, tissant ainsi un lien indissoluble entre elles deux. Ce récit nous en apprend beaucoup sur Jacqueline de Romilly, et l’on comprend d’autant plus l’admiration et l’affection que ses lecteurs, même s'ils ne l'avaient jamais rencontrée, ont éprouvées en apprenant sa disparition.

03/2012

ActuaLitté

Romans historiques

Jeanne

Notre liberté si fragile est le fruit du courage et de l'abnégation de ceux qui, au prix de leur vie, nous l'ont transmise intacte. Alors que les derniers témoins de la Deuxième Guerre mondiale rejoignent dans le souvenir ceux de 14-18, nous leur devons plus que jamais les honneurs et la reconnaissance. La terre où ils sont enfouis leur a restitué la sérénité ; cette apparente tranquillité ne peut nous faire oublier ce qu'ils ont vécu. Un jeune soldat dans l'enfer du front rencontre une fillette, survivante d'un village fantôme. A l'arrière des combats, ils chemineront longtemps pour échapper à l'indicible jusqu'à un château transformé pour l'occasion en hôpital. En se dévouant aux soins, ils feront la connaissance d'une infirmière qui s'attachera puissamment à eux, confidente de l'un et de l'autre. Malheureusement, aucun d'eux n'échappera finalement à la mort. C'est le fils de ce soldat qui nous fait revivre ce père qu'il pensait disparu à jamais alors que son corps est soudain retrouvé de longues années après sa mort dans le parc du château par un ouvrier creusant des fondations.

02/2022

ActuaLitté

Littérature française

Jeanne

Jeanne est le roman d'une jeune bergère de La Marche, native de Toull, antique cité gauloise, puis romaine, qui est engagée comme servante à la petite ville voisine de Boussac. Trois hommes la désirent : Marsillat, un avocat en quête de bonnes fortunes paysannes, Guillaume de Boussac, un jeune aristocrate mélancolico-rêveur, sir Arthur, un riche Anglais au coeur noble. Ce dernier ne souhaite qu'une chose, épouser la jeune fille, mais elle se refuse obstinément au mariage au nom d'un voeu qu'elle a fait autrefois. L'histoire se termine tragique-ment par la mort de Jeanne, qui, pressée ignoblement par Marsillat, se précipite par une fenêtre pour lui échapper, et qui ne survit que fort peu à la commotion. Jeanne est "un coeur simple". A travers elle s'invente une figure héroïque et symbolique du peuple. Fade et pastoure, elle ouvre le monde à la poésie. Contre la prose décevante de la société contemporaine, Sand avec ce roman campagnard et socialiste atteste que "la mission de l'art est une mission de sentiment et d'amour".

01/2014

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté