Recherche

Jean

Auteurs

Dossiers

Extraits

ActuaLitté

Non classé

Qui m’a tué ?

Numéro 3 est une modélisation de l’esprit de Numéro 1, Jean Lagneau, un brillant chercheur en sciences cognitives.

Mais quand Jean Lagneau meurt dans des circonstances étranges, Numéro 3 ne peut que chercher qui l’a tué avec l’aide de Numéro 2.

L’île où se situe le laboratoire devient un jeu d’échecs. Qui est joueur ? Qui est pion ? Qui est le roi adverse ?

Plus d’infos.

 

ActuaLitté

Biographies et autobiographies contemporaines

Ma vie en Algérie, 1932-1968

Jean-Marie Mojon est né le 15 août 1932 en Algérie. Marié à Colette Largillier et déjà père de 2 filles, il décida de rester en Algérie en 1962. Il continua d'y travailler, comme ingénieur agricole, pendant six ans, et il y eut deux autres enfants.
Finalement sa femme et lui décidèrent de rentrer en France en 1968 pour la scolarité de leurs enfants. C'est là que naquit leur dernier-né.

Toute sa vie il continua d'aimer l'Algérie et d'y aller régulièrement, lors des vacances, emmenant son épouse et ses cinq enfants, qui ont toujours connu son deuxième pays et partagé l'attachement qu'il n'a cessé de lui porter.

01/2021

ActuaLitté

Littérature

Trop de bonheur

Les héroïnes d'Alice Munro courent après le bonheur. Quête vaine, éperdue, étourdissante, mais qu'elles poursuivent sans relâche. Dans ce recueil de nouvelles, on croise une étudiante qui accepte les propositions indécentes d'un vieillard, une mère en deuil qui change d'identité ou une femme affrontant enfin sa part de cruauté. D'une écriture précise et sensible, Alice Munro met en évidence les forces invisibles qui guident chaque destin.

Traduit de l'anglais (Canada) par Jacqueline Huet et Jean-Pierre Carasso.

06/2014

ActuaLitté

Littérature

Le reve d'Alejo Carpentier ; Orinoco

Romancier, essayiste, musicologue, homme de radio et de cinéma, Alejo Carpentier aura profondément influencé la culture latino-américaine. Après Coabana, où nous le voyons échapper à la prison à Cuba grâce à Robert Desnos puis vivre à Paris un entre-deux-guerres fait de bonheurs et de galères, mais aussi nourri de rencontres avec tous ceux qui font la vie artistique de l’époque. 

Après Coabana donc, voici les années Orinoco, un exil volontaire au Venezuela, quinze années de folie où le temps de l’Amérique latine se compte en coups d’État. Pourquoi ce départ ? Une promesse de justice et de liberté dans ce pays de dictatures ? La découverte d’un continent qu’il aurait reçu en héritage ? Pour se consacrer à l’œuvre littéraire dont il rêve depuis sa jeunesse ? 

Une seule certitude au moment d’ouvrir ce livre, c’est au Venezuela en effet que tout commence. Là qu’il écrira ses premiers grands romans. Le royaume de ce monde, Le partage des eaux, Chasse à l’homme. Il lui fallait pour les écrire la cordillère des Andes et les tepuys, ces tables de géants à la naissance du monde, les fleuves, de l’Orénoque à l’Oyapock et toutes les Caraïbes. 

Jean-Louis Coatrieux est chercheur et écrivain. Il publie des poèmes, des récits et des essais, parfois en collaboration avec le plasticien Mariano Otero. Aux éditions Apogée, outre Le rêve d’Alejo Carpentier. Coabana (2019), il a déjà publié Alejo Carpentier, de la Bretagne à Cuba (2017), Xiaoling. Nouvelles de Chine (2016). 

02/2021

ActuaLitté

Biographies et autobiographies contemporaines

Gustave Dron, une statue vivante

Les Tourquennois connaissent bien le nom " Gustave Dron ". Une avenue, un centre hospitalier, une station du métro de la métropole lilloise portent ce patronyme. Une statue monumentale honore le personnage à l'entrée de la grande ville.
L'homme public a été célébré : le médecin hygiéniste de la fin du dix-neuvième siècle sut en effet se doter des moyens politiques d'agir concrètement en faveur des plus démunis. Député dès 1889, maire en 1899 puis sénateur jusqu'à son décès en 1930, les traces de ses oeuvres sociales ne manquent pas sur sa ville.
Mais de l'homme privé, de sa personnalité complexe, de ses relations avec ses proches, à commencer par Maria son épouse, ou les géants de l'Histoire régionale et nationale (Jaurès, l'abbé Lemire) de la " Belle Epoque " aux années d'après-guerre, il ne demeure que des traces ténues.

10/2020

ActuaLitté

Littérature

Kukum

Au soir de sa vie, grand-mère (kukum, en langue innue) depuis longtemps déjà, Almanda Siméon se retourne sur son passé et nous livre son histoire, celle d'une orpheline québécoise qui tombe amoureuse d'un jeune Amérindien puis partage la vie des Innus de Pekuakami (l'immense lac Saint-Jean), apprenant l'existence nomade et brisant les barrières imposées aux femmes autochtones. Centré sur le destin singulier d'une femme éprise de liberté, ce roman relate, sur un ton intimiste, la fin du mode de vie traditionnel des peuples nomades du nord-est de l'Amérique et les conséquences, encore actuelles, de la sédentarisation forcée. Almanda Siméon est l'arrière-grand-mère de l'auteur, Michel Jean.

01/2020

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté