Recherche

Einat Tsarfati

Extraits

ActuaLitté

Livres 3 ans et +

Les voisins

Un nouvel album par l'illustratrice de "Au lit ! Toute une histoire". Dans cet ouvrage, on retrouve le trait et le dessin acidulé de l'artiste qui dévoile les vies inventées des familles de voisins de l'immeuble habité par une petite fille à l'imagination débordante. Chaque page ouvre ainsi la porte d'un appartement différent, dévoilant les vies cachées des divers étages de l'immeuble. Titillant la curiosité de chacun, cette histoire cultive l'imaginaire tout en rappelant joyeusement la nécessité d'une bienveillance et d'une tolérance face aux moeurs des uns et des autres.

09/2017

ActuaLitté

Livres 3 ans et +

Au lit ! Toute une histoire

Que se passe-t-il pour les parents une fois que les enfants sont couchés ? Ou plutôt une fois que les enfants se sont relevés et qu'ils refusent obstinément d'aller dormir ? Après l'exaspération, vient le temps de la fête. Car après tout, pourquoi devrait-il y avoir un âge et une heure pour se réjouir ? Un album vif, déraisonnable, plein d'humour et de fraîcheur, fruit de la collaboration d'une jeune illustratrice israélienne en vogue et d'une auteure (également scénariste et romancière) déjà reconnue, qui s'inscrit dans la lignée de l'esprit d'auteures telles que Kate Beaton.

01/2017

ActuaLitté

Littérature française

L'Homme tordu. Le roman d'Einar Thorvaldsson

Au Xe siècle, les Vikings conduits par Erik le Rouge abordent la côte ouest du Groenland et y fondent une colonie. Quatre siècles plus tard, ce peuple jadis glorieux vit ses derniers instants dans l'isolement et l'oubli. Dévoré par le froid, la famine et la peur, captif des glaces et des préjugés, il s'accroche aux ruines de sa civilisation. L'homme tordu, c'est l'autre, celui que l'on craint, le primitif. L'existence d'Einar Thorvaldsson prend pourtant un sens nouveau lorsqu'il fait l'expérience de la vie avec les Inuits, qui ne semblent pâtir ni du froid ni de l'austérité de cette terre. Récit de l'Homme, cette histoire dépeint la survie du corps et de l'âme dans un monde où les sauvages ne sont pas toujours ceux que l'on croit.

01/2010

ActuaLitté

Littérature étrangère

Désordre

Oublier. Quand j'écris là j'y arrive, maux de tête à cause du martèlement, là je ne dois pas penser, là martèlent les tempes. Je cours jusqu'au métro, roule Porte de Kottbuss et fonce jusqu'au Mur. En vis-à-vis lumière et eau. Là je reprends mon calme, vois le poste frontière, lui moi, je fais demi-tour vers la maison. Souvent je me représente cela, qu'il tire, je ressens le tir en moi, la tempe s'ouvre, mon sang se répand sur la poitrine, je bascule en moi-même. Sable dans la bouche je tombe de côté. Un petit pas de trop suffit pour cela, bienvenue.

12/2014

ActuaLitté

Littérature étrangère

La sagesse des fous

La Sagesse des fous inaugure une saga familiale, celle du clan Killian. Récit plein de vigueur, d'ironie et d'humour où se déploie toute une galerie de personnages hauts en couleur pris dans cette pagaille tragi-comique qu'on appelle la vie. Ainsi nous découvrons le couple des anciens, Solveig et Sigfus, puis leur nombreuse descendance. A travers cette chronique familiale, reconstituée par fragments et qui s'étend sur trois générations, est évoquée l'histoire de l'Islande, du début du siècle à nos jours, avec en toile de fond le lent processus d'autonomie politique, puis, après la Seconde Guerre mondiale, le rapide essor économique. Parallèlement aux mouvements de l'histoire nationale, la famille Killian incarne cette fantastique évolution de la société islandaise caractérisée par un incroyable esprit d'entreprise, un bouillonnement d'idées et d'énergie, une activité fébrile : une atmosphère qui imprègne d'un bout à l'autre ce témoignage sur la réalisation du " rêve islandais ".

04/2000

ActuaLitté

Littérature étrangère

Gertrud. Monologue pour choeur de femmes, avec 1 CD audio

Je tâtonne sur une vaste surface, mes yeux collés, pieds nus, cendre entre doigts de pieds, ma robe courte, brune, élimée, me cogne les jambes. Mon châle à poussier autour de la tête, je suis amaigrie, les seins creux, ma robe semble être une blouse brune une vague blouse brune, nouée avec une corde, la desserrer tant elle coupe profondément dans la chair, sens ma peau, sillons et côtes, frotte les yeux penchée en avant, la crasse tient bon, paupières collent, les nuages doivent être sombres, s'ils dérivent, se baisser jusqu'au sol, ma main le touche, je sens de la cendre, mais ça doit remonter à une éternité, quelque chose travaille en moi, pousse en avant, mais qui est-ce. Je frappe la poitrine et tâtonne à nouveau. Si j'avais un bâton. Des bâtiments à l'horizon. Ou une lumière. Ca brille doucement, vaguement, oui je sens déjà les rayons sur le visage. Mes cheveux sont blancs, je trébuche, la cendre est tendre. Doucement. Les nuages semblent dériver vraiment rapidement. De la fumée. Derrière du jaune, c'est le soleil. Mais pourquoi ça ne se précise pas. Pluie commence. Silence, juste un fin goutte-à-goutte, pourquoi la cendre ne se mouille pas. Ca viendrait des bâtiments, dans les étages se reflète le soleil, voilà pourquoi il ne m'atteint que de temps en temps.

11/2016

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté