Recherche

france 2

Dossiers

Extraits

ActuaLitté

essais et écrits divers

Ce regard en arrière ; et autres écrits journalistiques

Nuala O'Faolain, avant de devenir l'écrivain qu'on connaît, a d'abord été une grande journaliste. Et c'est grâce à son métier de journaliste qu'elle a été amenée à écrire son premier livre, On s'est déjà vu quelque part ?, paru en France en 2002 : un éditeur irlandais avait eu l'idée de lui demander de rassembler ses chroniques, parues dans le Irish Times. Nuala avait accepté, à la condition de pouvoir écrire en préface un récit autobiographique. Les chroniques ont bien paru, à Dublin en 1996, avec ladite préface, en fait un essai de plus de trois cents pages. Très vite réédité sans les chroniques, le récit, sous-titré Les Mémoires accidentels d'une femme de Dublin, a remporté en Irlande puis aux Etats-Unis un succès phénoménal.rnAlors que le public irlandais garde vive la mémoire des chroniques, des articles et des émissions de Nuala O'Faolain, féministe de la première heure, spectatrice attentive et fine analyste du monde qui l'entourait, les lecteurs français ne connaissent " que " ses romans et ses mémoires. Ses écrits journalistiques n'avaient pas encore été traduits. Dans la sélection publiée aujourd'hui, englobant plus de vingt années de carrière - de 1986 à 2008 -, se retrouvent tout entiers la sensibilité, la faculté d'empathie et le talent d'observation de la grande dame irlandaise disparue.rnTraitant des sujets les plus divers - des plus politiques comme le processus de paix en Irlande aux plus futiles, comme les travaux ménagers, en passant par U2, Sinatra, le matérialisme ou la condition féminine -, Nuala O'Faolain ne baisse jamais la garde : elle ne cesse de dénoncer, avec la précision teintée d'ironie qui lui était propre, les mécanismes intimes du pouvoir et de l'impuissance. Ceux qui ont lu ses romans auront l'émouvant sentiment de la retrouver telle qu'en elle-même dans sa lucidité et sa tendresse pour le monde. Ils découvriront l'étendue des centres d'intérêt et la richesse de la palette narrative de celle qui fut aussi un grand témoin et une grande conscience de son époque.

01/2011

ActuaLitté

Jeux

Christmas Baba & piñata

Saint Nicolas et le père fouettard en Allemagne, les petits boucs en paille en Suède, la tarte à la citrouille aux Etats-Unis... A chaque pays sa façon de célébrer Noël ! Débarrasse-toi de toutes tes cartes en reconstituant les différentes traditions, les spécialités, les personnages emblématiques... par pays ou par catégories !

2 à 5 joueurs. Durée : environ 10 min.

Contenu : 30 cartes + 1 carte de règles du jeu, dans le même format de cartes que les jeux des "Tous en classe".
Préparation : chaque joueur reçoit 3 cartes. Le reste forme une pioche. On retourne la première carte de la pioche au centre de la table pour lancer la partie.

Chacun son tour, les joueurs vont soit placer une carte, en l'associant horizontalement ou verticalement à la catégorie, soit piocher une carte. Si un joueur pioche une bonne carte, il a le droit de la placer dans le jeu.
La partie se termine dès qu'un joueur n'a plus de cartes en main. Il remporte la partie.
Les lignes correspondent à un pays : la France, l'Allemagne, la Suède, les États-Unis, le Mexique et l'Inde. Les colonnes sont dédiées aux traditions à retrouver, chaque colonne étant numérotée de 1 à 5 : les personnages, la décoration, les spécialités, la tradition et les voeux. Les cartes doivent être posées dans l'ordre croissant. Chaque carte comporte une légende texte pour identifier l'élément.

Exemple de tour de jeu : autour de la carte 1 de Noël en France (le père Noël et les lutins), je peux poser soit la carte 2 de Noël en France (le sapin) à droite de la carte 1, soit la carte 1 d'un autre pays (ex. : Santa Claus, aux États-Unis), au-dessus ou en dessous de la carte 1. 

 

Dans la liste des cadeaux de Noël des livres jeunesse Milan

11/2020

ActuaLitté

Sf & fantasy

Idealis - A la lueur d'une étoile inconnue

Dans l'espace, personne ne vous verra disparaître. Plusieurs siècles après notre époque, l'humanité continue à vivre sur Terre, mais a colonisé d'autres planètes du système solaire pour y établir ses colonies. Au cours d'une mission de routine, la xénobiologiste Kira Navàrez découvre un organisme vivant inconnu : une mystérieu. poussière noire qui se propage sur son corps. Peu après, Kira fait des rêves étranges dans lesquels elle est menacée par une armée extraterrestre ennemie. Une pellicule noire commence à recouvrir son corps comme une seconde peau, une sorte d'exocombinaison extrêmement robuste qui lui confère une force phénoménale. Alors que Kira ressent, par l'intermédiaire de son armure, des signaux étranges, son vaisseau est attaqué. Après d'âpres combats, et juste avant la destruction du croiseur, Kira réussit à s'enfuir à bord d'une navette et récupère 4 survivants. Ils sont recueillis par un cargo qui transporte des réfugiés, l'humanité vient d'entrer en guerre contre les extraterrestres. Parmi eux, les Jellies et les Corrompus se vouent une haine mortelle et tentent de mettre la main sur un satellite quasi invincible créé autrefois par les Vanished, des êtres issus d'une civilisation originelle et mythique, à la maîtrise technologique inégalée. C'est un conflit diplomatique et stratégique à l'échelle intersidérale qui se joue. Mais les formes de vie intelligentes sont multiples et se matérialisent sans cesse sous des apparences hybrides pour prendre le dessus. Kira et son équipage vont devoir trouver des alliances politiques pour rester en vie et maintenir l'avenir de l'humanité. • Après le phénomène Eragon: avec plus de 17 millions de livres vendus, dont plus de 2,5 millions en France. Le grand retour de Paolini avec un nouveau roman attendu par des rnillions de fans et qui recrutera de nouveaux lecteurs. • La SF, un genre plébiscité du public adolescent et adulte: dans la veine d'Alien (pour son hér(ne), de Prometheus (pour la recherche sur les origines), de Star Trek (pour les formes de vie extraterrestres) ou du jeu vidéo Mass Effect. • Un projet ambitieux, écrit sur 6 ans: une épopée spatiale d'une ampleur digne d'un Isaac Asimov (Fondation) ou d'un Franck Herbert (Dune). • Kira Navarez, une héroïne du futur: sorte d'hybride d'humain et d'intelligence supérieure dématérialisée, être surpuissant ayant pour mission d'apporter la paix et l'équilibre dans l'univers. Retrouvez la sélection Noël des livres de Bayard Editions

04/2020

ActuaLitté

Non classé

L'aventure pour quoi faire ?

Jean-Claude Guillebaud, Sylvain Tesson, Gérard Chaliand, Jean — Christophe Rufin, Bruno Corty, Martin Hirsch, Laurent Joffrin, Olivier Frébourg, Olivier Archambeau, Tristan Savin et Patrice Franceschi, : voici des hommes qui ont vécu et relaté l’aventure. Ils partagent ici leur expérience et leur réflexion. Peut-on encore vivre l’aventure au XXIe siècle alors que le monde entier a été exploré et que l’avancée des technologies interdit de se perdre ? L’aventure peut-elle avoir un sens quand le principe de précaution et la recherche de la sécurité dominent ? L’aventure est-elle ouverture aux rencontres, à l’altérité ? Goût de l’action, de l’engagement ? Est-ce seulement l’opposé de la
routine, la prise de risque ? Est-ce la quête de l’inconnu, le refuge de l’ultime rêveur ? L’aventure est peut-être tout simplement la recherche de l’esprit de liberté. Un livre qui réunit des personnalités prestigieuses venues de milieux divers : - Des globe-trotters et écrivains reconnus comme Jean- Christophe Rufin (prix Goncourt 2001 pour Rouge Brésil, membre de l’Académie française depuis 2008, ancien président de l’association Action contre la faim...), Sylvain Tesson (240 000 exemplaires vendus de Dans les forêts de Sibérie, prix Médicis Essai 2011), Jean-Claude Guillebaud (1/2 million de livres vendus au Seuil et chez Points ces 40 dernières années). - Des journalistes et reporters de renom comme Tristan Savin (Lire), Olivier Frébourg (Éditions des Équateurs) ou Laurent Joffrin (Libération). - Le haut fonctionnaire Martin Hirsch, ancien président d’Emmaüs France et haut-commissaire à la Jeunesse, directeur de l’AP-HP. Retrouvez ce livre dans les nouveautés poche de la collection Aventure chez Points.

ActuaLitté

Littérature

Les enfants vont bien

"Coucou ! J’ai installé une carte du Monde sur le mur d’une des 2 salles, où chacun a pu mettre une étiquette autocollante à son nom et reliée à son pays, voire sa ville, d’origine." Automne 2016 : des Centres d'Accueil et d'Orientation pour les réfugiés migrants s'ouvrent un peu partout en France, à la suite du démantèlement de la " jungle " de Calais. Les enfants vont bien commence là. Président de la République, ministres, textes de loi, presse régionale, animateurs du C.A.O., réseau d'aide... Tout le monde a quelque chose à dire des réfugiés, et c'est chaque pa- role, chaque phrase, chaque énoncé ou fragment de texte officiel, de chacun, sur chaque page, que ce livre recueille, entre 2014 et 2018. La simple juxtaposition de ces phrases forme une mélopée d'autant plus triste (et cruelle) qu'elle est parfois éclairée par des regains d'espoir. A la lecture, l'effet est radical. On lit en creux le drame de ces personnes que l'on n'entend pas, que l'on ne lit pas, et qui ne citent rien.

11/2019

ActuaLitté

Littérature

Après le silence

Dans un monologue adressé au plus jeune de ses trois fils, Louis Catella se raconte. L'usine d'abord, omniprésente : les Fonderies et Aciéries du Midi où il entre à 16 ans, s'épuise dans la fournaise, mène la lutte syndicale en 68 pour que triomphent les idéaux de la Gauche. Le chef de famille charismatique ensuite : l'amour de Rose, la 2 CV bleu glacier sur la route des vacances, l'éducation des fils, les cours d'orthographe à 40 ans pour passer enfin le certificat d'études... Mais l'autobiographie qui se met en place est pipée. En juillet 74, Louis Catella meurt au travail, écrasé sous un moule de plusieurs tonnes. Et pourtant le monologue impossible se poursuit, retraçant les étapes du deuil infini, le passage à l'âge adulte de ce fils qui n'avait que 7 ans au moment du drame. Pour lui, la figure paternelle est une mythologie façonnée par les souvenirs et les mots des autres, une rengaine unanimement élogieuse que l'on ressasse pour tromper le silence. Derrière la parole de Louis, apparaît peu à peu l'imposture du fils et un autre parcours. Celui d'un intellectuel plutôt bourgeois, cherchant la vérité, tiraillé entre le désir d'échapper à l'encombrant fantôme paternel et la peur de trahir. «Quand on parle de moi, il y a toujours l’usine. Pas facile de parler d’autre chose.» Dans un monologue destiné au plus jeune de ses fils, Louis Catella se dévoile. Mouleur syndicaliste aux Fonderies et Aciéries du Midi, il s’épuise dans la fournaise des pièces à produire et le combat militant. Il raconte aussi la famille, l’amour de Rose, le chahut des garçons, les efforts rageurs pour se payer des vacances... Une vie d’ouvrier, pas plus, pas moins. Jusqu’au grand silence du 16 juillet 1974. Louis meurt accidentellement. Et pourtant l’impossible monologue se poursuit, retraçant la vie sans père de ce fils qui n’avait que sept ans au moment du drame. Partagé entre le désir d’échapper à ce fantôme encombrant dont tout le monde tisse l’éloge et la peur de trahir, c’est à lui maintenant de devenir un homme. Ce roman intense brosse la chronique de la France ouvrière des années 60-70, le récit intime de l’absence, la honte et la fierté mêlées des origines.

10/2016

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté