Recherche

Salvator

Extraits

ActuaLitté

Documentaires jeunesse

Salvador Dalí

A 6 ans, Dalí voulait être cuisinière, au féminin, à 7 Napoléon. Son ambition n'a cessé de croître ensuite comme ses excentricités en tous genres. Peintre de génie, personnage haut en couleur, il a réussi son pari : être célèbre dans le monde entier. Un ouvrage sur le peintre espagnol le plus extravagant de l'histoire de l'art.

10/2020

ActuaLitté

BD tout public

Salvatore Tome 1

Nicolas de Crécy est né à Lyon en 1966. Il a publié des livres, à partir de 1990, chez différents éditeurs - Dupuis, Cornélius, Casterman, Les humanoïdes associés, Seuil, Futuropolis - en prenant soin de toujours renouveler sou vocabulaire de formes et ses ambitions graphiques. Il a reçu de nombreux prix (dont celui du meilleur album à Angoulême en 1998) ainsi qu'une reconnaissance critique et publique.

09/2010

ActuaLitté

Policiers

Terreur à San Salvador

Malko réalisa en un éclair que toute l'histoire n'était qu'une mise en scène. Que le macho en face de lui avait un merveilleux prétexte pour le tuer. - ; Alors, insista le macho, elle me suit ou je te descends ? Pour Malko, il n'y avait pas d'alternative. S'il n'obligeait pas Maria Luisa à se lever, le macho l'abattait, et s'il prenait sa défense, l'autre le tuait aussi. Enrico Chacon, un Cubain anti-castriste viscéral, protégé naguère par la CIA pour sa contribution contre les subversivos de San Salvador fin des années 1970, commence à gêner en raison des méthodes expéditives et barbares qu'il utilise. Malko est chargé de lui faire comprendre " fermement " qu'il n'est plus en grâce. Malko sera confronté à la cruauté ambiante, du San Salvador en général et de Chacon en particulier...

05/2021

ActuaLitté

Littérature française

Le collège Salvador Toutankhamon

Le collège Salvador Toutankhamon est en plein déclin : conflits internes, effectifs en baisse, principal alcoolique... Mais surtout, scandale absolu : Eugène, un professeur de mathématiques rabaisse ses élèves et leur parle de l'Enfer au lieu de leur enseigner sa discipline. C'en est trop pour l'Institution, qui impose à Eugène une procédure de contrôle. Excédés, certains parents se livrent à des violences débridées. Mais la rencontre de quelques personnes fuyant la violence annonce déjà le renouveau. Dans cet univers instable de collégiens, de parents, de personnels éducatifs et de marginaux, les destins de chacun se fertilisent ou se dégradent au gré de leur entrechoc. Un rien, comme le clinamen d'Epicure, les fait dévier de leur trajectoire, provoquant des effets conséquents ou non, heureux ou malheureux. Ce petit rien qui change la vie peut être déclenché par d'infimes événements, dans des circonstances baroques, inattendues et insignifiantes : un regard de chien, une vue imprenable sur l'Enfer, les mains d'une secrétaire, un livre trouvé dans une poubelle, trois mots d'encouragement... Nous tomberons, bien sûr, que ce soit droit ou de travers. Pourtant, contre toute attente, le petit groupe d'initiés relève ce défi de l'inexorable, inventant des ébauches de solution sans autre outil que la simple réflexion. Il ne s'agit pas de restaurer le passé, mais d'envisager qu'il soit un jour possible que l'impossible devienne possible. C'est l'espérance. Jean Pierre Bourgeois retrace son amour pour l'écriture en trois colonnes qui sont autant de coups de foudre. La première fut la découverte de Chateaubriand. Cette passion le rendit lauréat dès les années 60 du Concours National de la Résistance. Maits voici que dans le brouillard de la dernière année de lycée une nouvelle colonne apparaît : la rencontre avec un professeur de philosophie. Il en fit même son métier. Mais très vite un stage en Ecole Normale fut l'occasion d'un troisième coup de foudre : la façon unique pour chaque normalien de se représenter et de vivre sa formation le fascinait. Il y consacra une thèse. Mais la vie est un circuit : plus on s'éloigne d'une colonne, plus on s'en rapproche. Il retrouve aujourd'hui la littérature.

07/2021

ActuaLitté

Beaux arts

Entretiens avec Salvador Dali

Ces entretiens avec Salvador Dali ont été publiés pour la première fois il y a trente ans. Ils reproduisent une série de conversations tenues dans un même lieu : un hôtel de luxe parisien, comme il les aimait et où il jouait beaucoup plus au pitre, au matamore, au génie philosophique, qu'au peintre proprement dit. Il se plaisait alors dans une atmosphère qu'on peut qualifier d'agoraphile. Il nous a dit, vers 1975 : " Je veux qu'il y ait un faux Dali avec une vraie signature de Dali dans chaque épicerie des cinq continents, depuis Santiago du Chili jusqu'à Katmandou. " Cette flagellation ne peut rien, aujourd'hui, contre les trente ou quarante - pas plus - toiles qu'il a laissées, où l'art s'allie si bien avec le défi sans cesse renouvelé. Salvador Dali n'est-il pas une sorte de Sigmund Freud allongé sur le dos d'une girafe en feu ? A. B.

02/1999

ActuaLitté

Policiers

Meurtres en série à Salvador

La coupe du monde vient à peine de se terminer et voilà que les ennuis commencent à Salvador de Bahia pour la commissaire Wanda Ribeira-Preta. Trois meurtres inexpliqués ayant pour victimes des français ou francophones retiennent l'attention des autorités qui font pression sur Wanda afin qu'elle trouve rapidement le coupable. Cette sale histoire risque d'entacher sérieusement l'image du pays. Wanda n'a donc pas le droit à l'erreur !

12/2014

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté