Recherche

Mehdi Charef

Extraits

ActuaLitté

Littérature française

La cité de mon père

Dans le hall d'entrée, mon père s'arrête face aux boîtes aux lettres. Il y en a trente-deux. Il les fixe, cherche notre nom. Soudain ému, il avance d'un pas et tend un doigt vers l'étiquette blanche où est écrit "Charef" . Je ne dis rien. Il y a des hommes, beaucoup, qui rêvent de voir leur nom briller en rouge, en lettres larges, encadré de néons multicolores, scintillant, clignotant, en haut d'une affiche, sur un fronton. Mon père voit son nom à la hauteur de ses yeux et déjà, il n'en revient pas. L'exil qu'il nous a fait subir, les bidonvilles, la sordide cité de transit, il sait qu'on en a souffert. Mais il a réussi, mon papa. Maintenant il respire, et nous aussi. Années 1970. A l'usine où le fils travaille pour compléter la paie du père, au HLM où toute la famille est enfin installée, s'ajoutent les cheveux longs, les bottes à talons, les virées en boîte, Jimi Hendrix et Janis Joplin. Dans cette cité mille fois rêvée, enfin habitée, souffle un nouveau vent de liberté. La Cité de mon père est le septième roman de Mehdi Charef, né en 1952, qui a notamment publié Le Thé au harem d'Archi Ahmed (1983) et réalisé onze films.

08/2021

ActuaLitté

Littérature française

Vivants

J'apprends à mon père à écrire son nom. Il tient bien le stylo entre ses trois doigts, il ne tremble pas. Est-il épaté ou troublé d'écrire pour la première fois de sa vie, à trente-six ans ? Mon père est de cette génération qu'on a fait venir en France après la Seconde Guerre mondiale, pour reconstruire ce que les Américains et les Allemands avaient bombardé. Que de temps perdu, depuis les années qu'il est là. On aurait pu proposer aux ouvriers algériens des cours du soir, leur montrer ainsi un peu d'estime. Ils devraient tous savoir lire et écrire. Mon père sourit, ses yeux brillent. Il est là, surpris, ému, parce qu'il voit bien que ce n'est pas si difficile que ça de se servir d'un stylo. A côté de lui, j'entends sa respiration, son souffle. A quoi pense-t-il ce soir dans notre baraque ? Se dit-il qu'analphabète, il est une proie facile pour ses employeurs, un animal en captivité ? La colère monte en moi. Vivants est le sixième roman de Mehdi Charef, qui a notamment publié Le Thé au harem d'Archi Ahmed (1983) et réalisé onze films. Entre souvenirs d'une Algérie qui s'éloigne et expériences d'une France pas toujours accueillante, dans une cité de transit où le provisoire s'éternise, des enfants, des femmes et des hommes fêtent des naissances et des mariages, s'équipent en télévisions et en machines à laver, découvrent la contraception et les ambulances, rient, pleurent, s'organisent, s'entraident... et vivent.

08/2020

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Le thé au harem d'Archi Ahmed

Une cité H.L.M. Sur les murs : graffitis, slogans, appels de détresse, dessin obscènes. Madjid vit là. Il est fils d'immigrés, paumé entre deux cultures, deux langues, deux couleurs de peau, et s'invente ses propres racines, ses attaches. Il attend. Sans trop y penser à cause de l'angoisse, insupportable. La peur règne. La violence. L'amour aussi. Pour la mère Malika, les frères et sœurs, le père - un petit vieux tombé d'un toit et qui a perdu la raison. Pour les copains et l'ami Pat, celui des bons et des mauvais coups, de la drague et de la drogue. La tendresse, l'amitié, quelques rires : ce sont les seules lueurs dans une existence vouée à l'échec. " Ca chante pas le béton, ça hurle au désespoir comme les loups dans la forêt, les pattes dans la neige, et qui n'ont même plus la force de creuser un trou pour y mourir. "

05/1988

ActuaLitté

Littérature française (poches)

A bras-le-coeur

Du reg algérien de son enfance au bidonville de Nanterre, Mehdi Charef raconte les tribulations d'un petit garçon dont la vie n'a pas toujours été facile. Pour vivre, il a dû se battre ; chez lui, sur la terre de ses ancêtres, comme en France, son nouveau pays d'accueil, au milieu des années 1960. Humaniste et généreux, l'auteur livre un beau récit d'enfance, vibrant hommage aux siens.

06/2007

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Rue des Pâquerettes

1962. Un hiver terrible enserre les bidonvilles de Nanterre. La Seine est gelée. C'est donc cela la France, cette terre d'accueil dont son père lui a tant parlé ? Le froid partout, les regards en biais, les chantiers pour horizon - l'usine, au mieux ? A l'école des Pâquerettes, on doute qu'un petit Algérien de 10 ans, tout juste déraciné, puisse rattraper son retard et rêver mieux. C'est compter sans les livres, le cinéma du quartier et le pouvoir des mots...

09/2020

ActuaLitté

Critique littéraire

Langue, espace et (re)composition identitaire dans les oeuvres de Mehdi Charef, Tony Gatlif et Farid Boudjellal

Le présent livre constitue une analyse critique de l'évolution des oeuvres littéraires et cinématographiques beures de trois artistes d'origine franco-maghrébine depuis les années 80 jusqu'au début du XXIe siècle. L'analyse est faite par référence au contexte socio-culturel et économique français de la période mentionnée ainsi qu'aux conditions de développement de ces productions artistiques. L'étude de Ramona Mielusel s'intéresse à la problématique de la (re)construction identitaire dans les ouvrages de Mehdi Charef (écrivain/réalisateur), Tony Gatlif (réalisateur) et Farid Boudjellal (auteur de bande dessinée). A travers son analyse, elle examine des textes et des films comme Le thé au Harem d'Archi Ahmed/d'Archimède (1983 et 1986 pour le film), Petit Polio (1999), Je suis né d'une cigogne (1999) et Exils (2004). Le livre montre l'impact que ces artistes "mineurs" et leurs genres artistiques ont eu sur les productions culturelles canoniques françaises et francophones à travers les années. Les auteurs à l'analyse mettent en discussion la notion même de francité dans un cadre européen et francophone pour la transposer au-delà des frontières territoriales tout en promouvant ainsi le concept d'hybridité culturelle. L'ouvrage démontre que le déplacement constant des groupes ethniques en France ainsi que le changement constant de contextes politique, social et culturel ont transformé la dynamique entre le centre et la périphérie à jamais. Par conséquent, cette étude met en évidence l'idée que l'identité française telle qu'on l'a connue au long des siècles a subi des transformations radicales qui l'ont rendue diverse et en permanente (re)construction.

04/2015

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté