Recherche

Geneviève Metge

Extraits

ActuaLitté

Littérature française

Geneviève

"Toute l'affaire a duré douze mois. De ma vie, je ne me suis senti en désaccord si profond avec les saisons, les révolutions des astres, les équinoxes. Je me suis détaché pendant douze mois du système solaire. En fait de journal intime, j'ai, pour cette période, deux calendriers des PTT. sur lesquels j'ai mis quelques signes".

11/2012

ActuaLitté

Littérature française

Les grandes terres. Récit

Trois femmes, trois générations se succèdent dans une propriété située au coeur du Luberon. La dernière venue découvre l'histoire de celle qui, la première, a habité les lieux. Séquestrée par son mari qui l'a trouvée enceinte à son retour de la guerre de 14-18, elle n'en a plus franchi les limites pendant trente ans. A la mort de son époux, elle s'est acharnée à débroussailler, à planter... Des garrigues sont nées, " Les Grandes Terres ", qui inspirent une véritable passion à chacune de ces trois femmes et les révèlent à elles-mêmes. Une oeuvre d'homme n'est rien d'autre que ce long cheminement pour retrouver, par les détours de l'art, les deux ou trois images simples et grandes sur lesquelles le coeur, une première fois, s'est ouvert. Albert CAMUS

11/1998

ActuaLitté

Littérature française

Un chemin troué. Le rêve d'un homme, l'histoire boulversée d'une famille...

Les petits regardaient leur père, les yeux écarquillés, ceux d'Angèle brillaient, les aînés écoutaient, ils ne perdaient aucune des paroles d'Adrien. Lui, Léon, scrutait son visage. D'une voix grave, sourde, les traits creusés, le regard brûlant, Adrien évoquait les bâtiments, l'atelier, les machines, mais il s'agissait d'une ambition beaucoup plus vaste. Il n'était plus le même homme, le séducteur, l'amateur de bons vins, il était Adrien, porteur d'un rêve qu'il avait su partager avec Angèle... A travers les figures de ses père et grand-père, Geneviève Metge retrace la création, l'épanouissement et le déclin d'une fabrique de soies lyonnaises, la tragédie de la guerre, les conséquences traumatiques de la disparition d'un fils aîné en 1914, à vingt et un ans... Retournant sur les lieux de son enfance, l'auteure narratrice, petite-fille d'Adrien, fait revivre, dans le claquement des métiers à tisser, l'esprit bâtisseur de son grand-père, les choix de son père, le travail des femmes. De la fin du XIXe siècle à aujourd'hui, elle interroge le destin des siens et dessine " un chemin troué ". A la fois chronique familiale et restitution d'une époque : un témoignage sobre, pudique et émouvant.

04/2011

ActuaLitté

Non classé

Geneviève - 1600

La mairie du Ve arrondissement de Paris conduit avec un succès remarqué une politique culturelle soutenue, qui s'ouvre sur des horizons les plus diversifiés. A l'aube du 1600e anniversaire de la naissance de sainte Geneviève, la mairie du Ve arrondissement ne pouvait manquer ce rendez-vous avec l'Histoire. Ses bâtiments occupent, avec ceux de la faculté de Droit, de la bibliothèque Sainte-Geneviève, du lycée Henri IV et du Panthéon, une position dominante, couronnant la Montagne dédiée à la patronne de Paris. Cette figure de l'époque mérovingienne a laissé au coeur de la capitale un héritage intellectuel et culturel considérable, qui se perpétue jusqu'à nous et dont le rayonnement a dépassé très largement le seul cadre parisien. L'association Art sacré II (lartsacre2. com) chargée de la réalisation de cette exposition, a été créée par Mgr Jean-Louis Bruguès, ancien bibliothécaire et archiviste du Saint-Siège. Ainsi cette structure peut-elle offrir toutes les conditions requises pour permettre, en collaboration avec les Archives nationales, le musée de la Légion d'Honneur, la bibliothèque du Saulchoir et bien d'autres institutions, la présentation d'une exposition à la hauteur d'un événement si mémorable.

11/2019

ActuaLitté

Beaux arts

Geneviève Asse

Figure majeure de la peinture française après la Seconde Guerre mondiale, Geneviève Asse a bâti son oeuvre à l'écart des modes. Peintre de la lumière et de l'espace révélés par sa Bretagne natale, elle adopte le bleu, couleur emblématique de sa palette. Elle décline depuis plus de soixante ans le "bleu Asse" qui "prend tout ce qui passe", et joue d'une infinité de valeurs dans ses vues maritimes inspirées par la presqu'île familière de Rhuys et l'Ile aux Moines où elle achète une maison en 1987. L'auteur, qui connaît bien l'artiste née à Vannes en 1923, nous fait pénétrer dans son univers et nous la fait suivre tout au long d'un parcours de vie très riche. Geneviève Asse passe son enfance dans le golfe du Morbihan avec la mer pour ligne d'horizon, ancrage de sa peinture. A Paris, en pleine Occupation, elle suit les cours à l'école nationale des arts décoratifs et s'engage fin 1944 dans la 1re DB comme conductrice ambulancière. De Belfort à Berlin elle participe à la campagne d'Alsace et d'Allemagne et prend part à l'évacuation du camp de Terezin. Après la guerre, elle dessine pour les maisons de tissus Bianchini Ferrier, Paquin. Liée d'amitié avec l'industriel et collectionneur Jean Bouret, elle rencontre par son intermédiaire Nicolas de Staël et Beckett, qui deviendra un ami fidèle, tout comme Bram Van Velde. Elle côtoie Poliakoff, Lanskoy, Charchoune, Geer Van Velde. Aux peintures blanches inspirées par la lumière du midi à la suite d'un séjour en Catalogne, succèdent dans les années 1970 des compositions en hauteur structurées par des lignes verticales ou horizontales suggérant des portes ou des fenêtres, "un fil tendu en équilibre", qu'elle reprend dans ses gravures. A partir des années 1980, le bleu envahit la toile et absorbe le vide. Une ligne de démarcation, blanche, rouge à la fin des années 1990, divise la surface pour des symétries décalées. La série "Stèles" (hommage à Victor Ségalen) est donnée en 2012 par l'artiste au musée national d'art moderne venant compléter les achats de l'Etat commencés dès 1955 et enrichir les donations de l'artiste au Centre Pompidou. Geneviève Asse a réalisé plusieurs commandes de vitraux à la cathédrale de Saint-Dié (1988) et à la Collégiale de Lamballe (1996). Plusieurs rétrospectives lui ont été consacrées : au musée de Reims, au musée d'art moderne de la Ville de Paris et récemment au musée de Rouen en 2009-2010. De nombreuses expositions dans les galeries Claude Bernard, Jan Krugier, Ditesheim et Maffei, Marwan Hoss, contribuent à sa reconnaissance internationale. A l'occasion de son 90e anniversaire, les musées de Montpellier, Vannes et le Centre Pompidou lui ont rendu hommage.

05/2015

ActuaLitté

Littérature française

Pour Geneviève

Le narrateur entreprend un long récit fragmentaire des circonstances importantes de sa vie, essentiellement les moments d'émotion et de désir provoqués par les lieux, les spectacles naturels : un blockhaus, la mer, la nuit, ou par des êtres : Yves, François, Geneviève. Ce récit, il le reprend, le commente pour arriver à ce que la substance de l'émotion et de la beauté soit arrachée à la mort et sauvée pour l'éternité. Quelques thèmes dominent, comme celui d'un blockhaus de la côte languedocienne, de la réputation dans le blockhaus, malgré l'interdiction de la mère. Ce roman est une méditation non sur l'homme, mais sur les sens de l'homme, qui sont à la fois une ouverture vers les autres et un domaine interdit. Ici, ce n'est pas le regard qui compte, mais l'oeil. Ce n'est pas le toucher qui importe, c'est la main et tout ce que la main suggère. C'est par un élan de tout l'être que le narrateur et son récit investissent les autres, en prennent possession bien plus qu'on ne pourrait le faire dans l'amour. Et cela jusqu'au vertige.

09/1978

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté