Recherche

David Grossman

Extraits

ActuaLitté

Critique littéraire

Vassili Grossman. Un écrivain de combat

Au terme d’une minutieuse enquête, menée en Russie, en Ukraine et en Israël, Myriam Anissimov nous offre le compte- rendu détaillé du parcours de l’auteur de Vie et destin. L’écrivain a acquis progressivement la conscience de la tragédie du stalinisme. Victime d’un régime dont, dans les premiers temps, il était le partisan, il découvre, à travers les persécutions dont tout opposant est harcelé, et en particulier les Juifs, que le système est profondément destructeur. La biographe qui, pour écrire son livre (pendant plus de cinq ans) est allée dépouiller, sur place, les archives des services secrets russes et a rencontré la famille de l'écrivain, qui lui a donné accès à toute la correspondance et tous les albums familiaux, raconte, à travers l'extraordinaire destin d'un écrivain (chimiste de profession), d'abord célébré par le régime, puis de plus en plus critique à mesure qu'il prend conscience de la stratégie totalitaire du stalinisme et surtout lorsqu'il devient lui-même victime de l'antisémitisme, toute l'histoire de l'ancienne URSS. Grossman mourra sans avoir assisté à la publication de son ouvrage fondamental, document exceptionnel sur la manipulation et la destruction des individus, au nom d'un hypothétique bien collectif. La maladie aura raison de sa résistance et c'est grâce à la ténacité de ses proches et amis que son chef-d'œuvre verra le jour. Avec une grande honnêteté, Myriam Anissimov suit le parcours d'un intellectuel ambitieux, à la vie sentimentale tourmentée. Outre d'importants cahiers photos et des appendices d'une grande rareté historique (minutes d'interrogatoires et de procès, listes de condamnation, discours politiques), le récit de Myriam Anissimov offre de nombreuses informations sur l'arrière-fond familial, psychologique, éditorial, administratif et politique qui a servi de base à l'œuvre de Vassili Grossman, sur les goulags, sur les persécutions raciales, sur les polémiques littéraires.

03/2012

ActuaLitté

Littérature étrangère

Une femme fuyant l'annonce

Ora, une femme séparée depuis peu d’Ilan, son mari, quitte son foyer de Jérusalem et fuit la nouvelle inéluctable que lui dicte son instinct maternel : la mort de son second fils, Ofer, qui, sur le point de terminer son service militaire, s’est porté volontaire pour « une opération d'envergure » de 28 jours dans une ville palestinienne, nouvelle que lui apporteraient l’officier et les soldats affectés à cette terrible tâche. Mais s’il faut une personne pour délivrer un message, il en faut une pour le recevoir, pense Ora. Tant que les messagers de la mort ne la trouvent pas, son fils sera sauf. Aussi décide-telle, sans aucune logique, pour conjurer le sort, de s’absenter durant ces 28 jours en se coupant de tout moyen de communication qui pourrait lui apporter la terrible nouvelle. Ayant prévu une randonnée à travers le pays avec Ofer, elle part malgré tout. Au passage, elle arrache à sa torpeur Avram, son amour de jeunesse (le père d’Ofer ?) et l’emmène avec elle sur les routes de Galilée pour lui raconter leur fils. Elle espère maintenir en vie son enfant par la trame de mots qui dessinent sa vie depuis son premier souffle, et lui éviter ainsi le dernier. Le périple ici est l’occasion d’évoquer le passé : à mesure qu'Ora et Avram arpentent le pays à la beauté étonnante, se reconstitue le fil de la mémoire et des secrets qui enserrent les personnages. Ora, Ilan et Avram s’étaient liés, adolescents, pendant la guerre des Six Jours, dans un hôpital où ils étaient tous trois à l'isolement, alors que les combats faisaient rage à l’extérieur. C’est là que se sont noués les destins de chacun. Le stratagème de la mère réussira-t-il à préserver la vie du fils ? Quoi qu’il lui arrive, le récit le fait renaître avec une vigueur nouvelle.

08/2011

ActuaLitté

Poches Littérature internation

La vie joue avec moi

" Le grand auteur israélien explore de façon magistrale les rapports mère-fille, la question du silence et de la transmission. " Le Figaro Véra, sa fille Nina, et sa petite-fille Guili sont déchirées depuis toujours par un terrible secret. Guili veut réaliser un film sur sa grand-mère, elles partent alors en Croatie, le pays natal de Véra, accompagnées de Nina. Que s'est-il réellement passé lorsque Véra a été condamnée à des travaux forcés sur une île-goulag par la police secrète de Tito ? Elles cheminent sur les traces de ce destin tragique, lorsque l'Histoire force les individus à faire des choix impossibles. David Grossman, né à Jérusalem en 1954, est l'un des plus grands romanciers israéliens. Officier de l'ordre des Arts et des Lettres, il est l'auteur d'essais engagés et de nombreux romans abondamment primés, parmi lesquels Une femme fuyant l'annonce, prix Médicis étranger. Tous sont disponibles chez Points. Traduit de l'hébreu par Jean-Luc Allouche

10/2021

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Un cheval entre dans un bar

Dovalé est humoriste. Sur la scène d'un club miteux, il distille des plaisanteries salaces à son public. Au fond de la salle, le juge Avishaï, vieille connaissance du comique, assiste sceptique à la représentation à laquelle il a été convié. Et quand le spectacle dérape, convoquant des blessures de jeunesse, Avishaï comprend que ce soir-là, Dovalé entend bien régler ses comptes avec lui.

08/2016

ActuaLitté

Critique littéraire

Dans la maison de la liberté. Interventions

Immense romancier, David Grossman est aussi un intellectuel d'une rigueur morale infaillible et d'une profonde humanité, dont la voix puissante ébranle régulièrement l'opinion israélienne et internationale. Pour preuve, les onze interventions réunies dans ce volume, qui résument dix ans d'écriture et d'engagement. Au fil des nombreux thèmes abordés – la recherche inlassable de la paix entre Israël et les Palestiniens, les effets dévastateurs de la guerre sur la société israélienne, le terrorisme, la Shoah et son empreinte persistante sur l'âme juive –, Grossman nous entraîne dans les coulisses de son oeuvre littéraire, nous dévoilant combien celle-ci se nourrit du quotidien et de la "situation" (euphémisme israélien pour désigner le conflit au Proche-Orient) ; et, inversement, comment le deuil, l'angoisse existentielle et la violence sous toutes ses formes l'ont incité à écrire. Au coeur de la réflexion de l'écrivain, une métaphore récurrente, aussi poignante que riche de résonances : la maison – et l'urgence, pour chacun, de retrouver le sens d'un foyer, dont les murs seraient synonymes non plus de séparation mais de rapprochement, d'harmonie, d'échange et de fraternité.

10/2018

ActuaLitté

Littérature étrangère

Tombé hors du temps. Récit pour voix

L’époque est contemporaine, mais le lieu est imaginaire : un duché dont les habitants ont tous perdu un enfant et dont le chroniqueur, chargé de rendre compte au duc des faits et gestes de la population, sillonne les rues la nuit afin de consigner dans son carnet saynètes, émotions, paroles. Ces parents endeuillés (la sage femme et son mari, le cordonnier, le vieux professeur de mathématiques, Centaure, mi-homme mi-table, devenu écrivain, la ravaudeuse de filets de pêche) entrent tour à tour dans une marche vers un « là-bas », vers des lumières rougeoyantes, afin de redonner vie à l'absent, de rompre la solitude que le deuil impose au vivant. Tous sauf la femme du meneur. Elle les observe du haut d’une tour et commente la progression du cortège. Chacun énonce les mots de son espoir vain, dans une forme brève, scandée, poétique. Le tout offre une sorte de chant choral, comme sur une scène de théâtre antique, la parole de l'un s'enchaînant sur celle d'un autre. Un livre intime, émouvant où les mots, puissants, authentiques, sortent du coeur de l’auteur sans retenue pour aller toucher directement le coeur du lecteur.

10/2012

ActuaLitté

Littérature étrangère

L'enfant zigzag

" Qui suis-je ? Qui suis-je ? " s'interroge Nono Fayerberg, fils d'un célèbre policier de Jérusalem. Pourtant quand, à la veille de son treizième anniversaire, il monte dans le train pour se rendre chez son oncle, il ne se doute pas qu'il n'arrivera jamais à destination. Car dès l'instant où l'enfant rencontre le mystérieux et séduisant Félix, l'inconnu l'entraîne dans une aventure fantastique, avec détournement de train, kidnapping à bord d'une fabuleuse Bugatti- la seule en Israël ! -, dîner en resquille, fuite nocturne pour échapper à la police, visite à la célèbre actrice Lola Chiperolla ; Mais qui est Félix Glick ? Comment est-il si bien informé sur Nono et ses parents, notamment Zohara, la mère qu'il n'a jamais connu ? Pourquoi nourrit-il une telle haine à l'égard de son père ? Dans quel but secret l'embarque-t-il dans cette course folle à travers le pays ? Tel est le périple, véritable voyage initiatique au terme duquel Nono parviendra à résoudre toutes les énigmes, obtenir la réponse à sa question "Qui suis-je ? " et exaucer son vœu le plus cher. En bref, il sera devenu un homme. David Grossman nous offre ici un livre magique, pétillant d'invention. Rarement un écrivain aura su avec autant de vérité, de poésie et de jubilation restituer le monde de l'enfance, pour le plus grand bonheur des adultes.

01/1998

ActuaLitté

Littérature étrangère

J'écoute avec mon corps

Une jeune femme rend visite à sa mère, en fin de vie, pour lui lire une histoire : un épisode ancien vécu par la fille comme une trahison, lorsque la mère, professeur de yoga, avait par une initiation intense révélé à un adolescent refoulé sa vraie nature. Par le biais de la confession-fiction, les deux femmes engagent le dialogue et se réconcilient après des années d'incompréhension, acceptant la maladie de l'une, l'homosexualité de l'autre. Dans une voiture qui roule la nuit vers une destination inconnue, un homme confesse son interminable tourment à la conductrice, sa belle-sœur. Il veut aller surprendre sa femme qu'il soupçonne d'avoir un amant depuis longtemps. Mais ce qu'il imagine du couple adultère est d'une telle précision que, peu à peu, le doute s'insinue dans l'esprit du lecteur. Qui trompe qui ? Qui mène une double vie ? L'homme ou la femme ? Dans ces deux superbes récits à huis clos où imaginaire et réalité se confondent, la plume fébrile, obsédante de David Grossman explore ici les méandres obscurs et vertigineux de la jalousie conjugale, là les rapports conflictuels entre mère et fille.

03/2005

ActuaLitté

Littérature étrangère

Le sourire de l'agneau

Le Sourire de l'agneau est le premier roman de David Grossman. Il nous relate l'histoire d'Ouri, jeune soldat israélien idéaliste stationné dans un village arabe de Cisjordanie, et de Shosh, sa compagne, employée dans une institution psychiatrique pour enfants. Déçu, amer, désespéré par la réalité du monde qui l'entoure, Ouri devient étranger à tout ce en quoi il a cru auparavant Tandis que Shosh le trompe avec son ami Katzman, le cynique, le défenseur des mensonges, il se réfugie auprès de Hilmi, vieux conteur arabe fantasque, et dans son monde fabuleux de légendes. Le Sourire de l'agneau, c'est l'histoire du mensonge et de la fiction, de la manière dont le mensonge envahit la vie d'un être sincère. C'est l'histoire du peuple juif, champion de la justice et de la morale, qui en Israël érode ses propres valeurs en opprimant un autre peuple. Ce livre marque un jalon important dans la littérature israélienne, d'abord parce qu'il traite du thème de l'occupation jusqu'alors soigneusement éludé, mais surtout parce qu'il révèle le don exceptionnel propre à Grossman pour évoquer sentiments, situations, paysages, odeurs et couleurs.

10/1995

ActuaLitté

Histoire internationale

Chroniques d'une paix différée

Le 13 septembre 1993, Yitzhak Rabin et Yasser Arafat signaient les accords d'Oslo, porteurs d'une formidable promesse : celle d'une réconciliation historique et d'une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens. Dans les dix ans qui ont suivi, les deux peuples ont glissé inexorablement de l'espoir d'un règlement du conflit vers une impasse meurtrière. Dix ans durant lesquels David Grossman a accompagné de ses chroniques courageuses et lucides dans la presse israélienne et internationale l'implacable détérioration, les ravages des attentats palestiniens et de l'occupation israélienne, les vies brisées, la mort omniprésente. Dix ans durant lesquels il a écouté et restitué, avec une égale compassion envers les deux camps, les peurs et les larmes, les malentendus et les aspirations déçues de deux peuples qui s'entredéchirent, en proie aux doutes sur leurs identités respectives et aux erreurs tragiques de leurs dirigeants. Avec une foi indéfectible dans la vie et une réelle volonté de paix, David Grossman, romancier admiré, essayiste engagé, plaide ici passionnément pour un retour aux négociations et à la raison.

10/2003

ActuaLitté

Livres 3 ans et +

Les aventures d'Itamar

Six petites aventures, à la fois poétique et fantastique, qui mettent en scène Itamar, un petit garçon curieux et futé qui n’a pas sa langue dans sa poche. Face à lui, un père attentif qui n’hésite pas à mettre l’humour au service de ses réponses. Itamar, qui n’a peur de rien sauf des lapins, va sans le savoir en rencontrer un, qui lui n’a peur de rien, sauf des petits garçons. Ce qui ne les empêchera pas de devenir amis… Comme il fait toutes les nuits le même cauchemar, son père l’aide à construire un piège pour capturer le monstre qui vient ainsi le déranger. Alors qu’Itamar prend son bain, lui et son père discutent de ce que maman peut bien avoir dans son ventre, qui grossit de jour en jour. Au travers de ces aventures à la fois extraordinaires et futiles, c’est bien la relation de tendresse extrême entre les deux personnages qui prévaut et nous enchante.

04/2013

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Voir ci-dessous, amour

Momik, fils unique de rescapés, ne comprend pas. Quelle est cette Bête nazie dont parle toute la famille ? Quel est ce code bleu sur le bras ? Devenu adulte, il part en Pologne chercher des réponses à ses questions d'enfant. Inspiré par le parcours de l'écrivain juif Bruno Schultz, Momik découvre la mémoire de son peuple et le pouvoir de l'imagination face à l'indicible horreur.

10/1995

ActuaLitté

Littérature étrangère

Quelqu'un avec qui courir

Assaf, jeune adolescent de seize ans, obtient un job d'été à la mairie de Jérusalem, où on lui confie la tâche de retrouver le propriétaire d'un chien égaré. C'est au bout d'une laisse tirée par l'animal qu'Assaf sera entraîné dans une quête initiatique dont Tamar, une autre adolescente, est la figure centrale. Autour de cette jeune fille mystérieusement disparue, que tout le monde recherche pour des raisons différentes, gravitent une nonne grecque enfermée depuis plus de cinquante ans dans un monastère, une patronne de restaurant chic, le directeur-imprésario mafieux d'un foyer pour jeunes artistes de la rue - lequel broie les doigts des musiciens récalcitrants -, un vieux garçon qui se prend pour Sherlock Holmes, et la ville de Jérusalem dont les dédales abritent des adolescents à la dérive et de redoutables dealers. Sous les apparences d'un roman pour la jeunesse, David Grossman brouille les pistes et nous offre un roman d'apprentissage contemporain qui tient à la fois du récit de chevalerie et du conte de fées. Tels de modernes Tamino et Pamina, Assaf et Tamar nous entraînent dans leur sillage jusqu'à la dernière ligne de cette aventure menée à un rythme endiablé, pour le plus grand plaisir du conteur et de son auditoire. Ce roman a été couronné en Israël par le Sapir Prize.

04/2003

ActuaLitté

Littérature étrangère

Tu seras mon couteau

Tu seras mon couteau. " Si tu es celle que j'ai vue là-bas, les bras serrés autour de toi avec un léger sourire brisé, alors je pense que tu comprendras [...] je ne veux pas te rencontrer ni te déranger dans ta vie quotidienne, mais j'aimerais que tu acceptes de recevoir des lettres de moi. " C'est ainsi que commence la première lettre d'un inconnu à une inconnue. Il lui propose une histoire d'amour épistolaire absolue, fulgurante, limitée dans le temps, illimitée dans le pouvoir des mots qui veulent aller jusqu'au bout de ce chemin vers l'Autre. Cet Autre pour l'homme, c'est la femme. De ses réponses à elle, Myriam, nous ne savons que ce qui se dessine en filigrane dans ses lettres à lui, Yaïr. A mesure qu'avance ce monologue qui sert d'écrin à la voix d'une femme, l'homme qui en appelle à la complicité des lettres de Flaubert et de Kafka, se décompose et se défait. Rêves, orgueil, égoïsme, narcissisme, s'effritent pas à pas pour nous laisser découvrir à l'horizon le chemin qui mène un homme enfin nu vers la femme toujours nue et vulnérable. Pari exigeant et sublime superbement tenu par David Grossman qui, après avoir exploré la grammaire intérieure, s'engage ici dans la grammaire amoureuse et, au-delà, dans la possibilité même d'atteindre l'Autre par la parole et l'écriture. David Grossman, né à Jérusalem en 1954, est considéré comme l'écrivain israélien le plus doué de sa génération. Il est l'auteur de quatre autres romans, " Le Sourire de l'agneau ", " Voir ci-dessous : Amour ", " Le Livre de la grammaire intérieure ", " L'Enfant zigzag ", de deux récits documentaires courageux, " Le Vent jaune ", " Les Exilés de la Terre promise ", et d'une dizaine de livres pour la jeunesse. Traduits dans vingt-deux langues, ces ouvrages ont été distingués par de nombreux prix. " L'Enfant zigzag " a été couronné par le Premio Grinzane et le Premio Mondelo en Italie. David Grossman vit à Jérusalem avec sa femme et ses trois enfants.

08/2000

ActuaLitté

12 ans et +

Pour David

Heureux de ce parcours, mais encore fragile, Arnaud veut profiter de cette journée qui se clôturera en apothéose par l'ultime répétition d'Au Temps des mots, dans ce théâtre chargé d'émotion et de souvenirs. S'il déambule d'un pas léger à travers les rues mouillées, vers ce lieu emblématique, son esprit l'emporte vers des contrées plus sombres. Sur sa route, il acceptera une main tendue, et croisera un fantôme ressurgi du passé...

04/2022

ActuaLitté

Photographie

David Goldblatt

Jeune Blanc, issu d'une famille juive ayant fui les pogroms de Lituanie, David Goldblatt a dix-huit ans quand s'établit officiellement le régime abject de l'apartheid en Afrique du Sud. Cette complexité initiale est probablement à la source de la diversité mais aussi de la dimension profondément réflexive qui marquent son oeuvre photographique, empreinte de références culturelles, sociales et politiques, spécifiques à la société sud-africaine. De On the Mines (1973), vaste enquête sur les dernières mines d'or en exploitation, à In Boksburg (1982), portrait d'une petite ville rurale typique de l'Afrique du Sud des ultimes années de l'apartheid, David Goldblatt entretient une relation particulière au livre, aboutissement et inscription pérennes de ses essais photographiques, et au dialogue entre littérature et photographie. Photographe de la suggestion plutôt que de la démonstration, toujours en quête de recherches formelles inédites, il déploie une oeuvre, parfois qualifiée de préconceptuelle, riche de plusieurs niveaux de lecture, que complètent encore ses récentes expérimentations esthétiques de la couleur. Introduction de Baptiste Lignel. 78 photographies reproduites en couleurs et en duotone. Notices biographique et bibliographique.

02/2014

ActuaLitté

Romans historiques (poches)

David, roi

Jeune berger vainqueur du terrible Goliath, roi magnifique toujours vénéré dans les prières des Juifs, à jamais inscrit dans l'imaginaire collectif par le chef-d'œuvre de Michel-Ange, David fut d'abord et avant tout un homme réel, plus complexe que sa légende, avec sa lumière et ses ombres. Favori du roi Saül, il le trahit en acceptant la couronne royale. Bienfaiteur d'Israël, à qui il donne Jérusalem pour capitale, il envoie à la mort l'époux de Bethsabée, qu'il convoite. Ce prince poète qui danse, quasi nu, devant l'Arche d'alliance, est aussi un politique rusé, voire retors. Le splendide adolescent est un monarque profond... Nul mieux que l'auteur de L'homme qui devint dieu et de Moïse ne pouvait nous restituer dans sa vérité humaine, historique, charnelle, cette figure demeurée la plus populaire de l'Ancien Testament. Une immense érudition est ici transfigurée par le souffle d'un romancier vigoureux, concret, sensible.

06/2001

ActuaLitté

Photographie

David Seidner

Né à Los Angeles en 1957 et prématurément disparu en 1999, David Seidner a laissé une oeuvre aux registres multiples, encore largement méconnue. Dès ses débuts - il avait dix-huit ans lorsqu'il exposa pour la première fois -, ses séries personnelles jouent de l'image du corps et du visage à travers des processus de fragmentation, de découpage, de glissement, de diffraction et de condensation qui provoquent un sentiment proche de ce que Freud nommait "inquiétante étrangeté".
Collaborateur des revues les plus prestigieuses, de Vogue Italie à Harper's and Queen et Vanity Fair, il assura durant plusieurs saisons les campagnes photographiques de la maison Yves Saint Laurent. Les deux livres qu'il se vit confier par le Musée des Arts décoratifs - Moments de mode et Le Théâtre de la mode - sont aujourd'hui ardemment recherchés ; ils prennent place auprès d'Artists' Studios, sans doute son ouvrage majeur, où sont rassemblés les portraits, tant photographiques que littéraires, qu'il mit plusieurs années - et toute son énergie - à recueillir, établissant à sa manière une petite histoire de l'art contemporain.
Articulées autour de différents thèmes - corps fragmentés, nus, portraits, ainsi qu'une ultime, et éblouissante, séquence d'orchidées -, les oeuvres ici présentées allient le souci formel le plus extrême à la sensualité la plus raffinée, tout en restant soumises à ce qui fut peut-être le principe directeur de son approche : l'ouverture aux puissances créatrices du hasard, de l'aléa et du changement.
Cet ouvrage, publié à l'occasion de l'exposition "David Seidner" présentée à la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent du 2 octobre 2008 au 29 janvier 2009, est le premier à remettre en lumière la force d'une oeuvre que diverses circonstances ont quelque peu maintenue dans l'ombre depuis la mort du photographe.

10/2008

ActuaLitté

Musique, danse

David Bowie

Un ouvrage exceptionnel pour un artiste hors norme. Il y a cinq ans disparaissait une icône de la musique et du style, mais la musique et les photographies de David Bowie restent bien vivaces. De ses débuts dans les années 1960 aux dernières années de sa vie, il a été l'un des artistes les plus photographiés : cet ouvrage rassemble une collection inédite d'images retraçant toutes les époques de sa vie.

11/2020

ActuaLitté

Sports

David Beckham

Le plus célèbre footballeur du monde dit tout sur son incroyable carrière qui l'a conduit de ses débuts à Mantchester United en 1993 jusqu'au Real Madrid, au Milan AC, au Los Angeles Galaxy et au Paris Saint-Germain en 2012-2013. Pour la première fois, David Beckham revient en mots et en images sur l'incroyable parcours de celui qui fut 58 fois le capitaine de l'équipe d'Angleterre.

11/2013

ActuaLitté

Photographie

David Seymour

S’il est souvent mentionné que David Seymour, dit Chim, fut, en 1947, l’un des quatre fondateurs de la célèbre agence Magnum, l’importance de sa contribution à l’émergence du photoreportage moderne reste en partie méconnue. On se souvient que Robert Capa, son confrère et ami, aimait pourtant à dire : “C’est lui le vrai photographe”, exprimant ainsi son admiration pour cette grande figure du photojournalisme avec lequel il partagea convictions et champs de bataille. Né en 1911 en Pologne, David Seymour, de son vrai nom Dawid Szymin, a connu très jeune le destin éprouvant d’un juif polonais condamné à fuir la montée puis le triomphe de la barbarie nazie en Europe. Cette existence marquée à jamais par l’exode, le déracinement puis l’exil définitif aux Etats-Unis a fait de David Seymour un homme et un photographe très tôt et très profondément engagé dans les conflits et les luttes qu’il choisissait de documenter. Après des études de graphisme à Leipzig, il s’installe à Paris en 1931, envisage une carrière d’éditeur, et commence à photographier pour des agences et des magazines. Proche du Front populaire, il rencontre Robert Capa et Gerda Taro, avec lesquels il rejoint les fronts républicains de la guerre civile espagnole afin de faire connaître au monde l’écrasement de la démocratie, dont il ressent qu’il préfigure l’avènement inéluctable du fascisme. Réfugié aux Etats-Unis en 1939, il s’engage en 1942 dans les services de renseignements de l’armée américaine. En 1947, il réalise pour l’unicef un reportage de plusieurs mois où il révèle, de manière exemplaire, les multiples traumatismes subis par les enfants de la guerre dans une Europe dévastée. “Restituer à ces enfants leur monde - les aider à comprendre et à cicatriser, dans le corps et dans l’âme, les traumatismes qu’ils ont vécus - représente un défi inédit à relever”, écrit-il dans son journal. Ce travail, symptomatique du style, de l’approche, du regard profondément humaniste et compassionnel de David Seymour, demeure à ce jour une référence du photojournalisme. Tout en veillant attentivement à la construction et au développement de Magnum, David Seymour ne cesse de voyager, notamment en Grèce et en Italie, et reste très attaché à documenter les premiers pas de l’Etat d’Israël, qu’il accompagne avec empathie. Il meurt à quarante-cinq ans, sous les balles d’une mitrailleuse égyptienne, dans les derniers jours de la crise du canal de Suez.

12/2011

ActuaLitté

Musique, danse

David Guetta. Biographie

A la source du mythe, comment un pionnier de la nuit parisienne est devenu le musicien français le plus célèbre au monde. Depuis la sortie de son premier album en 2002, Just a Little More Love, jusqu'à Listen en 2014, David Guetta monopolise le sommet des charts internationaux et du streaming. Pourtant rien ne prédestinait à un tel destin le DJ des clubs gays de la capitale, le Boy et les Folies Pigalle, qui fit ses débuts derrière les platines au milieu des années 1980. Dans les années 1990, David est toujours un homme de l'ombre, éclipsé par sa femme, Cathy, la reine des nuits parisiennes. La suite est connue : Sia, Rihanna, Justin Bieber, Céline Dion, les plus grands collaborent avec ce DJ producteur aux doigts d'or. Cet ouvrage puise à la source du mythe, avec de nombreuses anecdotes inédites. L'auteur, Marc Dolisi, a été le témoin direct de l'envol de David, des backrooms du Queen à la plage de Sa-Trinxa', où David distribuait des flyers pour sa première soirée à Ibiza. Une décennie durant laquelle une star est née.

06/2021

ActuaLitté

Policiers

En attendant David

Ana a rendez-vous. Avec David. Elle l'a rencontré sur Internet et, après quelques messages, la voilà partie en train, pour un week-end à la campagne. Plein de promesses. Pourtant, de cet inconnu qui l'a séduite, elle ne connaît pas grand-chose, pas même son visage. Bizarrement, quand Ana arrive à destination, il n'est pas là pour la recevoir. D'ailleurs, le domaine où elle pénètre s'avère finalement être la propriété de Peter, un ami de David, qui lui promet la venue de celui-ci pour plus tard. Petit à petit, tout devient étrange. Qui sont réellement David et Peter ? Et où Ana se trouve-t-elle vraiment ? Pourquoi ce week-end doit-il finir en bain de sang ? Une histoire implacable où les faux-semblants, la folie et les cadavres parsèment la route qui mène à la révélation finale...

01/2019

ActuaLitté

Romans historiques

Femmes de David

Combien de fois le roi David est-il évoqué dans les écrits bibliques, liturgiques, poétiques, historiques et, aujourd'hui encore, comme référence millénaire au courage, à toute poésie et à toute spiritualité ? Auprès de lui, comme nous le retracent les textes bibliques, des épouses et des concubines. Sur certaines quelques versets de référence s'attardent, alors que l'existence ou le prénom d'autres sont à peine signalés, semblant ne leur accorder aucun rôle, si ce n'est un rôle tout à fait subsidiaire. Combien étaient-elles ? S'accommodaient-elles, comme on pourrait le croire, de leur situation ? Jusqu'à quel point, hormis par leur maternité, certaines d'entre elles ont-elles pu intervenir dans l'histoire ou dans sa vie de roi et d'homme de D', peut-être influer sur ses décisions, voire sa spiritualité ? Lysette Hassine Mamane, dans un style fidèle au grand texte biblique, exalte ici leur force et leur sensibilité.

06/2019

ActuaLitté

Cinéma

David Niven. Mémoires

S'il fallait décerner un prix d'élégance aux acteurs, alors David Niven recueillerait tous les suffrages. Rarement le complet rayé et le trait de moustache auront été si bien portés à Hollywood, et l'on ne s'étonnera pas que Ian Fleming pût l'imaginer dans le rôle de James Bond. Est-il annoncé au casting d'un film qu'on s'attend à le voir dîner en chemise à plastron, noeud papillon et slippers aux pieds ; avec lui, on pressent surtout les dialogues ironiques et toute la panoplie de l'humour "so british" - ce tranchant de l'intelligence. Mais avant la célébrité, Niven aura connu une véritable vie d'aventures. Renvoyé pour indiscipline de plusieurs écoles britanniques, insolent à l'armée, mis aux arrêts pour insubordination, il se gagne la sympathie du geôlier en partageant une bouteille de whisky puis s'échappe par la fenêtre. On le retrouve quelques mois plus tard aux Etats-Unis, versé dans le plagiat littéraire, le commerce de spiritueux, la danse professionnelle et même la course de poneys, avant que le destin se ressaisisse et le pousse vers les caméras des grands studios. Ainsi débute une carrière de près de cent films avec, très vite, des rôles principaux. Niven, révèle surtout une disposition pour les comédies romantiques où sa souriante désinvolture fait merveille ; il rencontre ensuite le succès international, d'abord grâce à son rôle de Phileas Fogg dans Le Tour du monde en quatre-vingts jours de Michael Anderson (1956), puis avec Les Canons de Navarone (1961) de John Lee Thompson et Les Cinquante-Cing Jours de Pékin (1963) de Nicholas Ray. Parus et traduits en deux volumes dans les années 970, introuvables en français depuis, ses souvenirs sont ici republiés pour la première fois. Tout refroidit vite, la gloire d'un acteur en particulier. Mais que l'on se rassure dans les librairies : peu de choses sont aussi vivantes qu'une page écrite par David Niven.

05/2021

ActuaLitté

Littérature française

Mon Oncle David

Dans les années 1930, les membres de la famille Machover quittent la Pologne pour une France plus accueillante. Pendant l'Occupation, pour un bon nombre d'eux, leur destin sera la rafle, la déportation et la mort dans les camps d'extermination allemands. Parmi eux, l'étudiant en médecine David, l'oncle maternel de l'auteur. Alors qu'il se cachait dans la Creuse, il est arrêté par les gendarmes français avant d'être envoyé à Drancy puis déporté à Majdanek. Son destin hantera la mémoire d'une famille qui choisira un nouvel exil dans l'île de Cuba. Mais le sort s'acharne, et la folie de la révolution castriste pousse les Machover à fuir une fois encore. C'est dans la France des années de Gaulle, de Mai 68 et de ses agitations politico-sociétales que l'auteur devra faire face à son destin de perpétuel exilé, d'enfant de la Shoah et de la révolution, dans une recherche de soi qui le conduira à vivre en marge, entre désir de liberté et errance érotique, dans l'Espagne postfranquiste et, fatalement, de nouveau à Cuba.

10/2019

ActuaLitté

Documentaires jeunesse

Henry David Thoreau

Le philosophe Henry David Thoreau mène sa vie en accord avec ses principes. Il pense que le travail asservit l'homme alors il travaille juste assez pour vivre. Il pense que l'homme est indissociable de la nature alors il marche tous les jours dans la forêt et vit pendant deux ans dans une cabane au bord d'un lac. Face à l'injustice, il refuse d'obéir et instaure le principe de désobéissance civile, mode d'action non violent qui sera adopté par Gandhi et Martin Luther King. Ecoutez cette invitation à une vie simple, en lien constant avec la nature pour découvrir qui vous êtes.

01/2021

ActuaLitté

Critique littéraire

Henri David Thoreau

"Si je ne suis pas moi, qui le sera ?" Henry David Thoreau (1817-1862) est né et mort à Concord, un village du Massachusetts. Fils d'un modeste artisan, il poursuivit ses études à Harvard, étudia le grec et le latin, et plutôt que de tenter une carrière, revint au foyer paternel. Ses premiers textes, écrits sous le parrainage d'Emerson et de Hawthorne, le situent dans la mouvance transcendantaliste. Passionné par les antiquités pré-colombiennes, le mysticisme contemplatif venu de l'Inde, s'insurgeant contre la puissance montante des financiers, opposé aux lois esclavagistes, pionnier de l'écologie et de l'anarchisme, il se disait "un homme avant d'être un Américain". Ses deux textes les plus célèbres sont Walden ou La Vie dans les bois, et La Désobéissance civile, pamphlet qui influença la désobéissance passive de Gandhi.

10/2014

ActuaLitté

Récits de voyage

Alexandra David-Néel

"Ne crie pas que tu donneras ta vie pour tes principes, pour la vérité ; mais tâche de ne jamais mentir". L'histoire retient d'Alexandra David-Néel (1868-1969) qu'elle est la première européenne à séjourner à Lhassa au Tibet. Jennifer Lesieur rappelle qu'elle fut aussi chanteuse d'opéra, franc-maçonne, journaliste, et qu'elle écrivit une quarantaine de livres dont Voyage d'une parisienne à Lhassa et La Lampe de sagesse. Orientaliste érudite, elle vécut toute sa vie dans la lumière du bouddhisme parce que, disait-elle "il est basé sur la possibilité de se libérer par soi-même de la souffrance". Du Sikkim à Kalimpong, de Lachen au Tibet, en passant par le Japon, la Corée, la Chine, la Mongolie nous suivons pas à pas cette exploratrice audacieuse, féministe convaincue, jusqu'à Digne, petite ville de Haute-Provence, où elle s'éteint à presque 101 ans, dans la "douceur sereine d'une inébranlable paix".

10/2013

ActuaLitté

Beaux arts

Caspar David Friedrich

Pour Werner Hofmann, auteur de cette monographie proposée désormais sous coffret, la contribution essentielle de Friedrich est l'invention du paysage-icône. Aucun artiste avant Caspar David Friedrich n'avait posé de façon aussi poignante la question de la place de l'homme dans la nature et dans l'univers. Acteur majeur de la peinture romantique allemande du xixe siècle, il découvrit la "tragédie du paysage" , selon l'expression du sculpteur David d'Angers, apportant une contribution essentielle au genre autrefois mineur qu'il révolutionna. Tout en observant le monde empirique de façon fidèle, il lui donna une aura religieuse, croisant les catégories de l'espace et du temps. La monographie de Werner Hofmann, devenue une référence, comprend un essai historico-philosophique auquel se mêle une analyse méticuleuse des tableaux. Les documents, lettres et écrits proposés en annexes éclairent la vie et la personnalité de Friedrich ainsi que son oeuvre sublime. Werner Hofmann tâche également d'élucider d'autres aspects de l'oeuvre friedrichienne, moins connus que ses paysages : sa vision de l'environnement privé et public de l'époque, les rapports entre l'homme et la femme, la femme comme être autonome dans la société. Il situe le peintre dans le contexte intellectuel et historique de son temps en mettant en lumière ses contacts difficiles avec Goethe, ses affinités avec la philosophie de Schleiermacher, ses opinions politiques.

10/2020