#Essais

Cahiers Saint-John Perse. Tome 14, La créolité de Saint-John-Perse

Mary Gallagher

La créolisation "dissimulée" dans l'œuvre de Saint-John Perse fait qu'il rejoint, ou qu'il développe, comme cet autre auteur issu de l'univers des Plantations, William Faulkner, les procédés du conteur, créole ou amérindien ou noir-américain : l'accumulation dans la description, la répétition dans les récits, l'assonance dans l'exaltation poétique, la hachure des rythmes, et ces précieux listages d'Anabase ("...celui qui trouve son emploi dans la contemplation d'une pierre verte..."), par quoi le réel est tramé en étendue, récusant toute fausse profondeur. Ces techniques de l'oralité ne sont nulle part données comme telles, ni proclamées ni revendiquées dans l'œuvre. Le détour poétique (la "traduction" subreptice du créole ou sa trop visible mise en scène) crée un "liant" aussi puissant que le fait par ailleurs l'invention "directe". La parole poétique est multiple, ce qui la construit pourtant est son unité souterraine. Etendue et profondeur. De l'une à l'autre, la poétique est d'enrobement et de dérobement, chez un auteur qui par ailleurs se révèle toujours précis et minutieux. La créolisation mène à d'autres dimensions, à d'autres espaces (l'espace du monde), et ne se suffit pas à elle-même. EDOUARD GLISSANT.

Par Mary Gallagher
Chez Editions Gallimard

0 Réactions |

Genre

Critique littéraire

01/01/1999 470 pages 23,20 €
Scannez le code barre 9782070754335
9782070754335
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Retrouver tous les articles sur Cahiers Saint-John Perse. Tome 14, La créolité de Saint-John-Perse par Mary Gallagher

Commenter ce livre