#Roman francophone

Lettres portugaises suivies de Guilleragues par lui-même

Gabriel Joseph de La Vergne Guilleragues

Considère, mon amour, jusqu'à quel excès tu as manqué de prévoyance. Ah ! malheureux ! tu as été trahi, et tu m'as trahie par des espérances trompeuses. Une passion sur laquelle tu avais fait tant de projets de plaisirs, ne te cause présentement qu'un mortel désespoir, qui ne peut être comparé qu'à la cruauté de l'absence qui le cause. Quoi ? cette absence, à laquelle ma douleur, tout ingénieuse qu'elle est, ne peut donner un nom assez funeste, me privera donc pour toujours de regarder ces yeux dans lesquels je voyais tant d'amour, et qui me faisaient connaître des mouvements qui me comblaient de joie, qui me tenaient lieu de toutes choses, et qui enfin me suffisaient ?

Par Gabriel Joseph de La Vergne Guilleragues
Chez Editions Gallimard

0 Réactions |

Genre

Littérature française (poches)

02/05/1990 217 pages 9,40 €
Scannez le code barre 9782070382446
9782070382446
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Retrouver tous les articles sur Lettres portugaises suivies de Guilleragues par lui-même par Gabriel Joseph de La Vergne Guilleragues

Commenter ce livre