Recherche

Umberto Eco

Extraits

ActuaLitté

Critique littéraire

Archétypologie postmoderne. D'Oedipe à Umberto Eco

Peut-on encore parler d'archétypes et donc de systèmes métaphysiques, d'ontologies fortes, ou de psychologies abyssales à un âge qui ne jure que par les phénomènes, les avatars, les simulacres, les mondes virtuels ? Corin Braga propose d'adopter face aux archétypes une attitude " distanciée s, qui envisage les herméneutiques archétypales non plus en tant qu'explications définitives de la réalité, extérieure ou intérieure, mais comme des scénarios justificatifs d'une certaine vision du monde. Utilisant l'archétypologie métaphysique et l'archétypologie psychologique, l'auteur analyse des oeuvres représentatives pour les grandes époques de la culture européenne, de Sophocle et Euripide à Robert Musil et Umberto Eco.

02/2019

ActuaLitté

Lycée parascolaire

Etude sur Le Nom de la rose, Umberto Eco

Résonances est une collection qui entend offrir l'essentiel des connaissances indispensables et incontournables permettant l'approche et l'étude efficace d'oeuvres littéraires.

03/2021

ActuaLitté

Italien apprentissage

Dizionario, Enciclopedia, Traduzione fra César Chesneau Dumarsais e Umberto Eco

L'Encyclopédie è stata a lungo e in parte tuttora l'unica enciclopedia che si legge e da leggere - non solo da consultare. Perché? Il segreto di questo successo non sta meramente nel fatto che l'Encyclopédie è stata un repertorio di idee e di problemi straordinariamente avanzato e proiettato verso tutti i campi della cultura. Il segreto sta anche e soprattutto nel fatto che l'Encyclopédie si è posto coscientemente un obiettivo ideologico ed educativo estremamente ambizioso : avere, come diceva Diderot, "la capacità di cambiare il comune modo di pensare".

04/2019

ActuaLitté

Critique littéraire

L'enthymème dans Le Nom de la rose d'Umberto Eco

Cet essai pose des bases en vue d'un approfondissement des phénomènes cognitifs inférentiels dans le discours de fiction. Il y est notamment question de sonder la démarche discursive naturelle permettant d'accéder à la construction du sens implicite. Les détectives des plus célèbres polars de l'histoire de la littérature ont trouvé la clé d'énigmes apparemment insolubles grâce à une opération mentale qui se fonde sur un double processus : d'une part, celui de l'induction et, de l'autre, celui de la déduction. Si le polar implique la présence d'au moins une énigme, le raisonnement censé l'analyser doit savoir expliquer cette dimension implicite. En d'autres termes, il doit être à la fois empirique et probable. Or l'enthymème, syllogisme de la rhétorique, entendu non seulement comme une structure logique, mais aussi comme un processus cognitif, présente ces deux qualités. Suivant l'exemple de Sherlock Holmes et de Hercule Poirot, Frère Guillaume de Baskerville, le détective de Le Nom de la rose, fera usage de cette puissante opération cognitive qu'est l'enthymème pour essayer de dévoiler le mystère qui plane sur une abbaye bénédictine du nord de l'Italie au début du XIVe siècle.

07/2019

ActuaLitté

Critique littéraire

Au nom du Sens. Autour de l'oeuvre d'Umberto Eco

Du 29 juin au 9 juillet 1996 s'est tenu au Centre Culturel International de Cerisy la Salle un colloque international consacré à l'œuvre d'Umberto Eco. Le colloque aborde l'ensemble des facettes de son œuvre : les études philosophiques et sémio-linguistiques, du Moyen Age à la sémiotique actuelle, la création, l'esthétique, la narration et l'interprétation littéraires, la logique, l'intelligence artificielle et les sciences cognitives, l'informatique et les nouveaux outils de communication multimédia, le problème de la traduction et, évidemment, les romans. Il offre une occasion rare de pouvoir confronter, à partir de l'œuvre d'une personnalité d'exception, les philosophies de la signification ainsi que les théories sémiotiques et linguistiques de la narrativité avec une pratique littéraire. Ce colloque est représentatif de la situation internationale de la sémiotique contemporaine puisque la plupart des grands centres de recherche (Bologne, Paris, San Marino, Aarhus, Louvain, Montréal) y étaient représentés. Sur le plan littéraire, il montre à quel point le laboratoire encyclopédique et l'ingénierie narrative d'Umberto Eco, avec leurs codes, leurs jeux, leurs algorithmes et leurs labyrinthes, s'ouvrent sur des dimensions anagogiques et, comme toute grande œuvre, nous parlent des transcendantaux : le Vrai, le Monde, l'Etre, le Sens, peut-être aussi le Bien, et en tout cas la Limite, le Destin, l'Ananké, la Liberté.

10/2000

ActuaLitté

Philosophie

Reconnaître le fascisme

"Je crois possible d'établir une liste de caractéristiques typiques de ce que j'appelle l'Ur-fascisme, c'est-à-dire le fascisme primitif et éternel. L'Ur-fascisme est toujours autour de nous, parfois en civil. Ce serait tellement plus confortable si quelqu'un s'avançait sur la scène du monde pour dire "Je veux rouvrir Auschwitz...". Hélas, la vie n'est pas aussi simple. L'Ur fascisme est susceptible de revenir sous les apparences les plus innocentes. Notre devoir est de le démasquer, de montrer du doigt chacune de ses nouvelles formes - chaque jour, dans chaque partie du monde". Umberto Eco mêle ici souvenirs personnels de sa jeunesse sous le fascisme et analyse structurelle des 14 archétypes du fascisme primitif et éternel.

04/2017

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Reconnaître le faux

A l'ère des fake news et autres faits alternatifs, il est revigorant de relire ce qu'Umberto Eco avait à dire sur le sujet. Avec sa clarté, et son gai savoir habituels, le grand écrivain italien déconstruit les notions de mensonge, de faux et de falsification, dont il a si souvent joué dans ses fictions. L'humaniste emprunte autant à l'histoire de la logique, à la philosophie du langage qu'à la littérature, pour nous parler d'éthique, de mauvaise foi, d'ironie et d'authenticité. Car encore faut-il connaître la vérité pour mentir tout en disant le faux. Eco nous rappelle que notre capacité à évoluer dans le monde avec sécurité se fonde sur le contrat social, et que notre meilleur allié contre les mensonges et les falsifications reste le temps puisque - presque toujours - celui qui ment ou falsifie finit par être découvert. Dans cet essai aussi bref que réjouissant, le grand intellectuel italien nous offre des clés pour démêler le vrai du faux. Traduit de l'italien par Myriem Bouzaher

03/2022

ActuaLitté

Littérature étrangère

Le Pendule de Foucault

A Paris, le soir du 23 juin 1984, dans le Conservatoire des arts et métiers où majestueusement oscille le pendule de Foucault, un homme observe avec révérence et crainte prémonitoire le prodige ! c'est Casaubon, le narrateur, venu de Milan, après l 'appel angoissé de son ami Belbo qui se trouve en danger de mort. Casaubon se cache dans le gothique musée de la technique, s'y laisse enfermer, bien résolu à attendre que sonne l'heure du rendez-vous fatal... C'est ainsi que commence ce thriller au souffle gigantesque. L'abbaye du Nom de la rose a éclaté : notre terre entière est en jeu, à notre époque... Trois amis, travaillant dans une maison d'édition milanaise, ont publié, entre autres, des textes qui explorent le savoir ésotérique, hermétisme, alchimie, sciences occultes, sociétés secrètes... Et comme tous trois, jonglant avec l'histoire des Templiers, des Rose-Croix, des francs-maçons, les textes de la Kabbale, naviguant avec humour et ironie sur les courants souterrains qui parcourent la culture occidentale, sont beaucoup plus intelligents que leurs auteurs fanatiques, ils ont décidé, par jeu et pour déjouer l'ennui, d'imaginer un complot planétaire noué au fil des siècles pour la domination du monde. Mais un beau jour réapparaissent en chair et en os les chevaliers de la vengeance... D'Europe en Afrique, du Brésil au Proche-Orient, des parchemins cryptés aux computers, de Voltaire au jésuites, de Descartes à Hitler, des druides aux druses, l'histoire, la science, les religions, tout notre savoir passe, avec une fluidité géniale, dans ce roman d'initiation aux mille mystères, où ne manquent ni les rites sataniques et les meurtres rituels, ni les passions et les amours que font naître les inoubliables Lia, Amparo, Lorenza ; ni les amitiés fortes fondées sur la noblesse et la liesse de l'esprit... Immense livre où, sous une érudition universelle frappée au sceau final de la sagesse, bat le cœur de l'auteur qui accompagne, à travers l'espace et le temps, les fascinants mouvements du Pendule, quand la réalité dépasse et précède la fiction... J.-N. Schifano.

02/1990

ActuaLitté

Histoire internationale

A reculons, comme une écrevisse

Le 11 Septembre, la guerre en Afghanistan et en Irak, le populisme médiatique au pouvoir : les premières années du troisième millénaire ne pouvaient pas échapper à l'analyse ravageuse d'Umberto Eco. Après la chute du mur de Berlin, il a fallu exhumer de vieux atlas pour retrouver les frontières oubliées depuis la guerre de 1914. De la guerre froide, on s'est empressé de retourner aux guerres les plus chaudes. Nous avons ressuscité le vieux combat entre Islam et Chrétienté, et le cri ancestral de " Sauve qui peut, voilà les Turcs ! ", nous ramène au temps des Croisades... Il semblerait que l'histoire, à bout de souffle après les bonds qu'elle a effectués au cours des deux précédents millénaires, se soit affaissée sur elle-même et se précipitent à reculons, comme une écrevisse.

04/2008

ActuaLitté

Lecture 9-12 ans

Les fiancés

Un homme travaille dans l'ombre pour que ce beau mariage n'ait jamais lieu. Une histoire extraordinaire racontée par un grand écrivain d'aujourd'hui pour de jeunes lecteurs.

03/2021

ActuaLitté

Littérature étrangère

Le nom de la rose. 2 volumes [EDITION EN GROS CARACTERES

En l'an de grâce et de disgrâce 1327, l'ex-inquisiteur Guillaume de Baskerville, accompagné de son secrétaire Adso de Melk, se rend dans une abbaye bénédictine située entre Provence et Ligurie, et admirée de tout l'Occident pour la science de ses moines et la richesse de sa bibliothèque. Dès son arrivée, il se voit prié par l'Abbé de découvrir au plus vite l'assassin du moine retrouvé au pied des murailles. C'est le premier des sept assassinats qui seront scandés par les heures canoniales de la vie monastique. Un roman policier historique exceptionnel.

04/2022

ActuaLitté

Beaux arts

Histoire de la laideur

En apparence, beauté et laideur sont deux concepts qui s'impliquent mutuellement, et l'on comprend généralement la laideur comme l'inverse de la beauté, si bien qu'il suffirait de définir l'une pour savoir ce qu'est l'autre. Mais les différentes manifestations du laid au fil des siècles s'avèrent plus riches et plus imprévisibles qu'on ne croit. Or voici que les extraits d'anthologie ainsi que les extraordinaires illustrations de ce livre nous emmènent dans un voyage surprenant entre les cauchemars, les terreurs et les amours de près de trois mille ans d'histoire, où la répulsion va de pair avec de touchants mouvements de compassion, et où le refus de la difformité s'accompagne d'un enthousiasme décadent pour les violations les plus séduisantes des canons classiques. Entre démons, monstres, ennemis terribles et présences dérangeantes, entre abysses répugnants et difformités qui frôlent le sublime, freaks et morts-vivants, on découvre une veine iconographique immense et souvent insoupçonnée. Si bien que, en trouvant côte à côte dans ces pages laideur naturelle, laideur spirituelle, asymétrie, dissonance, défiguration, et mesquin, lâche, vil, banal, fortuit, arbitraire, vulgaire, répugnant, maladroit, hideux, fade, écœurant, criminel, spectral, sorcier, satanique, repoussant, dégueulasse, dégradant, grotesque, abominable, odieux, indécent, immonde, sale, obscène, épouvantable, terrible, terrifiant, révoltant, repoussant, dégoûtant, nauséabond, fétide, ignoble, disgracieux et déplaisant, le premier éditeur étranger qui a vu cette œuvre s'est exclamé : " Que la laideur est belle ! "

10/2007

ActuaLitté

Critique littéraire

Le signe. Histoire et analyse d'un concept

Je voudrais insister sur trois aspects de l'ouvrage. 1. Il porte sur le concept de signe, et non sur la totalité des thèmes actuellement abordés par la recherche sémiotique. 2. On n'y trouvera pas la formulation d'une théorie, mais bien un panorama des différentes théories du signe. Il ne prétend fournir ni conclusions définitives ni perspectives théoriques originales, mais bien des informations. (...) 3. Le livre part du principe que le concept de signe ne concerne pas la seule linguistique, ni même les autres sémiotiques particulières, mais traverse toute l'histoire de la pensée philosophique. Une vaste synthèse qui présente les grandes théories du signe. Umberto Eco, l'un des maîtres incontestés de la sémiotique contemporaine, livre ici, au fil d'un exposé lumineux, les éléments nécessaires à la compréhension des recherches en linguistiques et, au-delà, des problèmes liés à la communication et au langage.

04/2002

ActuaLitté

Littérature étrangère

Sur les épaules des géants

Parmi les textes que nous a légués le grand Umberto Eco, les douze conférences rassemblées ici, prononcées entre 2001 et 2015, se lisent comme la quintessence de son univers. Elles explorent et remettent en perspective les richesses de la culture occidentale. On retrouve les thèmes de prédilection de l'auteur — les origines de notre civilisation, l'évolution des canons de beauté, les différentes formes de l'expression artistique, la falsification de l'Histoire et l'obsession du complot — et toutes les facettes de son érudition qui embrasse philosophie, littérature, histoire de l'art et culture populaire. Enrichi des images choisies par Umberto Eco, Sur les épaules des géants est un livre drôle, ludique et passionnant.

10/2018

ActuaLitté

Critique littéraire

Histoire des lieux de légende

Notre imaginaire abonde en territoires et en lieux n'ayant jamais existé, de la cabane des sept nains aux îles visitées par Gulliver, du temple des Thugs de Salgari à l'appartement de Sherlock Holmes. Mais on sait en général que ces lieux sont nés de l'imagination d'un narrateur ou d'un poète. D'un autre côté, et depuis les temps les plus reculés, l'humanité n'a cessé de rêver à des lieux qu'elle a cru réels, comme l'Atlantide, Mu, la Lémurie, le royaume de la reine de Saba, celui du Prêtre Jean, les lies Fortunées, l'Eldorado, Thulé, l'Hyperborée, le pays des Hespérides, le lieu où l'on conserve le saint Graal, la forteresse des assassins du Vieillard de la Montagne, les îles de l'utopie, celle de Salomon, la Terre australe, l'intérieur d'une Terre creuse et le mystérieux royaume souterrain d'Agarttha. Certains d'entre eux ont simplement donné naissance à de fascinantes légendes et inspiré quelques-unes des splendides représentations visuelles qui illustrent ce livre ; d'autres ont obsédé les esprits détraqués de chercheurs de mystères, d'autres encore ont stimulé des voyages et des explorations : partis à la poursuite d'une illusion, des voyageurs de tous les pays ont ainsi fini par découvrir de nouveaux territoires.

11/2015

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Le Cimetière de Prague

De Turin et Palerme à Paris, nous croisons des hystériques, des satanistes, des escrocs, un abbé qui meurt deux fois, des cadavres dans un égout, des jésuites complotant contre des francs-maçons, des confraternités diaboliques et des carbonari étranglant des prêtres. Nous assistons à la naissance de l’affaire Dreyfus et à la fabrication des Protocoles des Sages de Sion. Nous prenons part à des conspirations, aux massacres de la Commune et à des messes noires… Tout est vrai dans ce savoureux feuilleton, à l’exception du principal narrateur, Simon Simonini, dont les actes ne relèvent cependant en rien de la fiction. Trente ans après Le Nom de la rose, Umberto Eco nous offre le grand roman du xixe siècle secret.Encore une fois, Umberto Eco a frappé un grand coup. La balade est étourdissante. Marie-Françoise Leclère, Le Point.

05/2012

ActuaLitté

Littérature étrangère

Baudolino

Charmeur, coquin, roublard et fieffé menteur, Baudolino grandit dans la campagne du bas Piémont pendant que l'empereur Frédéric Barberousse y guerroie, quelque part entre Milan et Pavie. Après une rencontre dont le récit restera un joyau de la fantaisie d'Umberto Eco, Baudolino conquiert la curiosité et l'affection de l'Empereur au point d'en devenir le fils adoptif. Doué pour les langues comme un caméléon pour les couleurs, Baudolino progresse vite, à Paris d'abord où il a connu le double enseignement des Maîtres et de la bamboche la plus insouciante, puis en Italie et en Allemagne où il chevauche, aux côtés de Frédéric dont il est l'homme de confiance et le fin conseiller. Mais toujours il rêve, affabule, et tout ce qu'il imagine finit par produire de l'Histoire. C'est ainsi qu'il échafaude la lettre mythique de ce Prêtre Jean que l'on disait régner dans un lointain et inaccessible Orient, au milieu d'enchantements et de monstres. Poussé par Baudolino, l'Empereur participera à la troisième croisade, prétexte pour aller remettre au Prêtre Jean la plus précieuse des reliques de la chrétienté. Dès lors, l'histoire de Baudolino se déroulera en une succession de récits plus ardents les uns que les autres. Pillage de Constantinople ou mort mystérieuse de Frédéric, défilé d'épisodes terrifiants ou rebondissements ludiques, illuminations amoureuses ou règlements de comptes sanglants : c'est une quête totale où l'éclat de rire le dispute sans cesse à l'émotion, le clin d'œil philosophique ou historique à l'imagination et à l'humour. Dans ce voyage au bout de l'Orient, au bout de la lumière, Umberto Eco retrouve et rassemble les clés magiques du roman : histoire d'amour avec la plus singulière des filles d'Eve jamais rêvée, aventures picaresques au milieu des massacres et des champs de bataille, fresque historique où se reflètent les tensions politiques et guerrières d'aujourd'hui, roman policier d'un crime peut-être parfait, vengeances, théâtre d'inventions linguistiques hilarantes. Baudolino, vingt ans après, est un Nom de la rose laïc où l'on revient délicieusement aux sources pour parcourir à nouveau les fondements du savoir de l'humanité en une joyeuse et paillarde sarabande des corps et des esprits. (J.-N. S.)

02/2002

ActuaLitté

Critique littéraire

De la littérature

Nerval, Joyce, Borges, Wilde, Leopardi, Flaubert, Proust, Manzoni et les autres... Quand Eco fait sa littérature, quand il nous livre ses émois d'adolescent, ses curiosités de sémioticien, ses angoisses d'écrivain face à l'influence des maîtres, ses admirations d'aficionado - bref, son panorama littéraire -, on jubile devant tant d'intelligence du texte et d'amour des mots. Et quand, au dernier chapitre, il nous raconte ses premières armes de poète et romancier en herbe, révèle ses superstitions d'auteur, ses attentes ou ses craintes, on a le sentiment de pénétrer dans le jardin secret qu'il avait souvent évoqué sans jamais vraiment nous le dévoiler. Un régal ! Myriem Bouzaher.

03/2005

ActuaLitté

Philosophie

Construire l'ennemi et autres écrits occasionnels

Suite à une conversation dans un taxi new-yorkais avec un chauffeur pakistanais qui ne comprend pas qu'un pays puisse exister sans ennemis, Umberto Eco s'interroge. Après avoir constaté les ravages d'idéologies totalitaires telles que le nazisme ou le fascisme, la société actuelle ressent-elle la nécessité de se définir par rapport à un ennemi et de le diaboliser ? Les Etats renonceraient-ils, aujourd'hui, à l'opportunité de créer de nouveaux boucs émissaires pour renforcer le sentiment d'identité nationale et leur pouvoir ? Puis, à l'occasion de conférences ou d'essais à thèmes qui divertissent autant celui qui parle que celui qui écoute, et qui sont, en somme, des exercices de rhétorique baroque, l'auteur aborde avec jubilation des sujets variés : l'idée de l'absolu, la tragédie d'Anna Karénine, la poétique de l'excès chez Victor Hugo, les divertissements inspirés par les almanachs, "Parlez- moi d'amour", etc. Le grand érudit qu'est Umberto Eco traite dans ces "écrits occasionnels" de questions qui l'intriguent et le passionnent, sans jamais oublier d'amuser son lecteur.

03/2014

ActuaLitté

Critique littéraire

Dire presque la même chose

Dire presque la même chose n’est pas un essai théorique sur la traduction mais une illustration des problèmes que pose la traduction à travers des situations qu’Umberto Eco a vécues en tant qu’éditeur, auteur et traducteur. Ce sont ces trois éclairages que nous retrouvons dans cet ouvrage qui fourmille d’exemples. Nul besoin de maîtriser les langues citées pour comprendre, puisqu’on est toujours dans la comparaison. À condition de se souvenir que la fidélité n’est pas la reprise du mot à mot mais du monde à monde.

03/2010

ActuaLitté

Critique littéraire

Dire presque la même chose. Expériences de traduction

" Supposons que dans un roman anglais, un personnage dise it's raining cars and dogs. Le traducteur qui, pensant dire la même chose, traduirait littéralement par il pleut des chats et des chiens serait stupide. On le traduira par il pleut à torrents ou il pleut des cordes. " Dire presque la même chose n'est pas un essai théorique sur la traduction, mais une illustration des problèmes que pose la traduction à travers des exemples qu'Umberto Eco a vécus : en tant qu'éditeur, en tant qu'auteur, en tant que traducteur. Ce sont ces trois éclairages que nous retrouvons dans un ouvrage qui fourmille d'exemples. Nul besoin de maîtriser les langues citées pour comprendre, puisqu'on est toujours dans la comparaison. Umberto Eco nous enseigne que la fidélité n'est pas la reprise du mot à mot mais du monde à monde. Les mots ouvrent des mondes et le traducteur doit ouvrir le même monde que celui que l'auteur a ouvert, fût-ce avec des mots différents. Les traducteurs ne sont pas des peseurs de mots, mais des peseurs d'âme. Dans ce passage d'un monde à l'autre, tout est affaire de négociation. Le mot est lâché : un bon traducteur sait négocier avec les exigences du monde de départ pour déboucher sur un monde d'arrivée le plus fidèle possible, non pas à la lettre mais à l'esprit. Tout est donc dans le presque du titre.

09/2007

ActuaLitté

Critique littéraire

De l'arbre au labyrinthe

De l'Antiquité classique à nos jours, de multiples philosophies du signe et de l'interprétation se sont succédé, parfois alternatives, parfois complémentaires, sensibles à des questions très différentes, et reflétant leur époque. Au cours des dernières décennies, l'auteur a écrit de nombreux essais sur le sujet, dont il présente ici une sélection. Cela va d'une vaste recherche (qui s'ouvre avec Aristote et se clôt sur l'intelligence artificielle) sur deux représentations de notre connaissance, explicitées par les modèles de l'arbre et du labyrinthe, à deux études qui retracent l'histoire de la métaphore, en passant par un essai sur la façon dont, au Moyen Age, on classait l'aboiement du chien et les autres cris d'animaux, ou par la relecture du commentaire chaotique de l'Apocalypse qu'a livrée Beatus de Liebana. On y découvre également une étude sur les techniques médiévales de falsification, une digression sur l'histoire de l'ars combinatoria de Lullo à Pic de la Mirandole, un texte sur la recherche séculaire d'une langue parfaite, un autre sur la sémiotique implicite des Fiancés, pour en arriver à une série d'études sur Kant, Peirce, Croce, les théories sémantiques de Bréal et à une comparaison polémique avec la pensée " faible ". La somme d'une vie d'étude de l'histoire de la philosophie et de la sémiotique par un des plus grands spécialistes.

10/2010

ActuaLitté

Critique littéraire

Confessions d'un jeune romancier

Umberto Eco a publié son premier roman, Le Nom de la Rose, en 1980, alors qu'il approchait de la cinquantaine. Aujourd'hui âgé de 81 ans, il dresse dans ces "confessions" le bilan de sa longue carrière de théoricien au regard de ses travaux, beaucoup plus récents, de romancier. Il nous invite ainsi à le suivre dans les coulisses de ses mondes imaginaires et à prendre part à ses réflexions sur la création littéraire. Pour répondre à cette question, il examine la relation entre un auteur, son texte et ses interprètes. Car, bien que "jeune romancier", Umberto Eco est un maître, et il a tant à nous apprendre sur l'art de la fiction et le pouvoir des mots. Comment l'auteur parvient-il à impliquer le lecteur ? Le texte peut-il produire son propre lecteur modèle ? Comment identifier les qualités qui feront croire qu'un personnage de fiction existe vraiment ? Pourquoi sommes-nous émus aux larmes par le destin de certains personnages ? Une promenade fascinante aux côtés d'un grand romancier.

03/2013

ActuaLitté

Philosophie

Cinq questions de morale

L’intolérance la plus terrible est celle des pauvres, premières victimes de la différence. Il n’y a pas de racisme entre riches : eux, ils produisent éventuellement des doctrines de racisme ; mais les pauvres en produisent la pratique, bien plus dangereuse. Les intellectuels ne peuvent lutter contre l’intolérance sauvage, car, face à la pure animalité sans pensée, la pensée est désarmée. Mais il est trop tard quand ils affrontent l’intolérance doctrinale, parce que lorsque l’intolérance se fait doctrine, il est trop tard pour la combattre, et ceux qui devraient le faire en deviennent les premières victimes. Et pourtant, là est le défi. Éduquer à la tolérance des adultes qui se tirent dessus pour des raisons ethniques et religieuses est du temps perdu. Trop tard. Donc, l’intolérance sauvage se combat à la racine, par une éducation constante qui doit commencer dès la plus tendre enfance, avant qu’elle soit écrite dans un livre, et avant qu’elle devienne une croûte comportementale trop épaisse et trop dure.

09/2002

ActuaLitté

Critique littéraire

COMMENT VOYAGER AVEC UN SAUMON. Nouveaux pastiches et postiches

Avez-vous déjà eu besoin de mettre un saumon fumé dans le mini-frigo de votre chambre d'hôtel ? Tenté d'installer un logiciel en lisant les trois volumes d'explications fournis par le fabricant ? Renoncé à prendre un médicament anodin en raison des risques terribles que sa notice fait peser sur " certains sujets " ? Entrepris de chercher du sexe sur Internet ? Si vous répondez oui à l'une de ces questions, alors vous vous reconnaîtrez dans les pages de ce livre, qui relate, sur un mode hilarant et, hélas, vraisemblable, les aventures et mésaventures de l'homme d'aujourd'hui. En guise de bouquet final, vous découvrirez la Cacopédie : un hallucinant voyage dans le savoir scientifique moderne poussé vers la folie à force d'atomisation et de luxe théorique... L'universitaire spécialiste de sémiologie, le romancier érudit et puissant du Nom de la rose et de L'Ile du jour d'avant livre ici un autre visage : celui, moqueur et généreux, d'un observateur de notre temps et de sa folie ordinaire. Il convient d'ajouter qu'on éclate de rire à chaque page.

01/2000

ActuaLitté

Critique littéraire

Ecrits sur la pensée au Moyen Age

Ce recueil regroupe tous les textes qu'Umberto Eco a écrits sur le Moyen Age, ainsi que des conférences inédites. La Bible des médiévistes.

04/2016

ActuaLitté

Critique littéraire

Comment écrire sa thèse

Peut-on écrire une thèse sans mourir d'ennui ou devenir à moitié fou ? Oui, et mieux encore, répond Eco : il faut vivre la thèse comme une chasse au trésor, et non un rite masochiste d'un autre âge. Quels que soient sa durée, son nombre de pages, la discipline choisie ou le sujet lui-même, tout travail de recherche, du mémoire au doctorat, est un exercice inégalé pour la formation de l'esprit, à condition de bien s'y prendre. Définition du sujet, plagiat, paraphrase, mais aussi relations diplomatiques avec son directeur de recherche : avec humour, tendresse et pragmatisme, Umberto Eco accompagne quiconque désire apprendre à chercher, réfléchir et construire une pensée personnelle, dans un ouvrage qui est peut-être avant tout un merveilleux guide pour, simplement, bien écrire.

08/2016

ActuaLitté

Poches Littérature internation

La Mystérieuse Flamme de la reine Loana

Qui est Yambo ? A l'issue d'un coma, il a tout oublié, sa famille, son métier, son passé, ses amis, son enfance, les femmes qu'il a aimées... [...] Comme dans un jeu de piste, la mémoire de Yambo n'est d'abord que le souvenir des choses lues. Ensuite, grâce à une mystérieuse flamme qui le parcourt quand il touche au plus profond de sa vie passée, il retrouve quelques étapes de son itinéraire de jeune garçon à l'époque de Mussolini. Un deuxième accident dû à une trop forte émotion le replonge dans le coma. Et là, à l'insu de tous, Yambo se souvient : de son rôle tragique dans la Résistance, de la vengeance mythique de son grand-père adoré, de Gragnola, l'anar diabolique et tendre, et, par-dessus tout, de l'inoubliable amour de sa jeunesse, Lila. A travers la recherche de la jeune fille aimée, ce roman restitue par les yeux d'un enfant la chronique familiale et politique des vingt années du fascisme italien. Une fresque intime et historique, pleine de la fureur des livres, des bulles de B.D., de dessins et de photos de revues, de chansons et de musique, comme seul Umberto Eco pouvait nous la peindre, avec sa science joueuse et son humour, ses larmes et ses éclats de rire. Jean-Noël Schifano.

10/2006

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Le Nom de la rose

Rien ne va plus dans la Chrétienté. Rebelles à toute autorité, des bandes d'hérétiques sillonnent les royaumes et servent à leur insu le jeu impitoyable des pouvoirs. En arrivant dans le havre de sérénité et de neutralité qu'est l'abbaye située entre Provence et Ligurie, en l'an de grâce et de disgrâce 1327, l'ex-inquisiteur Guillaume de Baskerville, accompagné de son secrétaire, se voit prié par l'Abbé de découvrir qui a poussé un des moines à se fracasser les os au pied des vénérables murailles. Crimes, stupre, vice, hérésie, tout va alors advenir en l'espace de sept jours. Le Nom de la rose, c'est d'abord un grand roman policier pour amateurs et criminels hors pair qui ne se découvrent qu'à l'ultime rebondissement d'une enquête allant un train d'enfer entre humour et cruauté, malice et séductions érotiques. C'est aussi une épopée de nos crimes quotidiens qu'un triste savoir nourrit. "... sous sa forme amusante de roman policier et savante de devinette érudite, un vibrant plaidoyer pour la liberté, pour la mesure, pour la sagesse menacées de tous côtés par les forces de la déraison et de la nuit. " Dominique Fernandez, L'Express

ActuaLitté

Critique littéraire

Pastiches et postiches

Débusquer les non-dits, les présupposés et les réflexes qui fondent nos usages culturels, nos manières de lire, de créer, de donner sens au monde, sans doute est-ce là une des ambitions majeures de l'écrivain inclassable qu'est Umberto Eco, tour à tour sémiologue (Lector in fabula), essayiste (De Superman au surhomme), romancier au succès international (Le Nom de la rose). Les textes recueillis ici, publiés dans diverses revues depuis le début des années 1960, explorent toutes les stratégies de l'ironie et de la distance. Qu'il pastiche avec une affectueuse drôlerie Vladimir Nabokov ou le Nouveau Roman, imagine les déductions d'ethnologues australiens découvrant les indigènes du Milanais, ou fasse commenter en direct par les médias de notre temps la découverte de l'Amérique, il nous convie avec une alliance unique d'érudition, d'esprit critique et de gaieté voltairienne, à une nouvelle lecture des langages et des codes qui sont les nôtres et auxquels nous ne prêtons plus attention, tant ils font partie de notre quotidien.

03/2005