#Roman francophone

Les cent tribus

Moha Terzi

Moha ne pense pas, n'écrit pas, ne compte pas comme nous. Chaque seconde, chaque minute, chaque pluie sont des instants de vie. Chaque objet a une raison d'être, est animé au sens premier du terme, génère du mouvement, de la vie, et nous aide à aimer, à nous parfaire. Moha ne parle pas, il raconte. Son verbe traduit l'arbre à palabres, la foison de branches, l'épaisseur du feuillage, de la langue. Il respire l'époque, expire les mots, et son souffle est rythmes. Les mots ne sont que des reflets qui tendent à décrire le monde, créer des liens : Que cela soit ! Et cela est. Le rapport au monde est ici littéral. Evident comme sont évidents les cinq éléments. Ni filtre, ni gouvernance, il dit "mille trois cent quatre-vingt-seize lunes" et nous les voyons consteller la nuit. Dans son quartier, Moha vit comme vous, comme moi. Peu savent qu'il ne lit pas le monde avec les mêmes lettres que nous, peu savent que Moha est le frère de Kemal, l'enfant du Prophète, le père des cent tribus. Mais quand il prend la parole, lorsqu'il s'invite à votre table, tous le reconnaissent à cette capacité qu'il a de conter d'étranges souvenirs à venir. Oui, Moha est un conteur qui écrit l'allitération de nos vies. Il aurait pu être chanteur, slameur, rappeur, il a choisi la prose et le rythme de la virgule, du point en haut, de la respiration sourde. Il a choisi la forme de la merveille, histoire de nous inciter à découvrir nos vies.

Par Moha Terzi
Chez A PRECISER

0 Réactions |

Editeur

A PRECISER

Genre

Littérature française

01/01/2021 118 pages 14,50 €
Scannez le code barre 9782956404088
9782956404088
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Retrouver tous les articles sur Les cent tribus par Moha Terzi

Commenter ce livre