#Essais

Paul Eluard, le coeur absolu. Etude de Capitale de la douleur (1926)

Corinne Bayle

Souhaitant affranchir le nom d'Eluard des lieux communs du sentimentalisme, cette étude de Capitale de la douleur (1926) se veut attentive au coeur absolu du poème. Dans l'espace de la page s'opère une transmutation de l'expérience par la figuration d'un "je" universel qui redistribue les affects en chant impersonnel. De dada au surréalisme, le recueil s'inscrit en une époque de révolutions esthétiques, tout en conservant la mémoire vive de la poésie. Il invente ses propres modèles, regardant vers les tableaux et les collages, les rêves et les proverbes, à la lumière d'un lyrisme neuf. En une position éthique, le poète forme le voeu de partager "les débris de toutes [s]es merveilles" qui sont autant de fragments de réel. Le sourire triste ne fait pas écrire : c'est la force de se vouloir vivant parmi les vivants qui fait battre ici les poèmes.

Par Corinne Bayle
Chez Publications de l'Université de Rouen et du Havre

0 Réactions |

Genre

Critique littéraire

01/09/2013 226 pages 12,00 €
Scannez le code barre 9791024000503
9791024000503
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Retrouver tous les articles sur Paul Eluard, le coeur absolu. Etude de Capitale de la douleur (1926) par Corinne Bayle

Commenter ce livre