Recherche

Histoire des deux restaurations jusqu'à l'évènement de Louis-Philippe, janvier 1813-octobre 1830. Tome 2

Extraits

ActuaLitté

Histoire de France

Journal de guerre (1813-1815)

George Woodberry, jeune Anglais, mena une carrière militaire dans la cavalerie britannique dans les années 1813-1815, au Portugal et en Espagne, puis en France et en Belgique, à la fin de l'empire napoléonien. Le jeune lieutenant combat durant trois années contre l'armée française, de la bataille de Vitoria à celle de Waterloo. Son journal de guerre est un texte méconnu mais passionnant, mélange de témoignages vécus, de récits de voyage et de notes sur une vie de soldat. Ce qu'il raconte (son régiment, ses soirées, ses sorties, ses flirts, ses amours, ses inimitiés, les batailles, sa vision de l'ennemi...) et ce qu'il ne raconte pas, mais qui apparaît en filigrane (la souffrance, la peur, la mort) nous offrent une autobiographie rare. Woodberry combat à Waterloo. Il en saisit enjeux et manoeuvres, qu'il décrit avec lucidité, sans omettre les détails de la bataille. Dans son écriture, deux visions coexistent constamment, le plan large du champ des combats et le plan rapproché qui suit soldats, corps-à-corps et vie de tous les jours dans les colonnes en marche. Il parvient à Paris le 30 juin 1815, visitant la ville, fasciné par ses délices, surtout l'intérieur du célèbre Tivoli. Le lieutenant anglais s'est lui-même considéré comme un écrivain, fier de sa plume alerte, ironique et pittoresque. Ce journal intime nous fait découvrir toutes les facettes d'une certaine jeunesse européenne, aisée et élégante, cependant happée par les guerres napoléoniennes.

05/2013

ActuaLitté

Histoire de France

Un groupe d'hommes considérables. Les pairs de France et la Chambre des pairs héréditaire de la Restauration 1814-1831

En 1814, avec le retour des Bourbons sur le trône et l'avènement de la Restauration, vingt-cinq ans après la Révolution qui instaurait un régime égalitaire en France, quelque cinq cents individus vont détenir la presque totalité des pouvoirs du pays : politique, judiciaire, économique et social. Ces " hommes considérables ", ducs et pairs d'Ancien Régime, conventionnels et sénateurs d'Empire, des La Rochefoucauld, Noailles et autres Polignac jusqu'aux Boissy d'Anglas et Lanjuinais en passant par Talleyrand et Chateaubriand, représentaient par leur influence, leur richesse et leurs réseaux " l'élite de l'élite du pays ". Ils étaient censés incarner une voie mixte à la question de la représentation et à celle des rapports du pouvoir monarchique à la nation. Constitués en chambre haute héréditaire, dite Chambre des pairs - l'ancêtre du Sénat -, ils allaient paradoxalement acclimater le pays à un régime de type parlementaire en défendant tantôt les droits de la nation, tantôt ceux du trône, et incarner pour la première fois en France les intérêts des régions face au pouvoir central. C'est de cette institution paradoxale qui pose pour l'avenir et pour notre temps la question des rapports de l'élite à la démocratie, de cette institution emportée par la chute du régime en 1830 qu'il est question dans ce livre. Ce très original ouvrage d'histoire politique et sociale est augmenté d'un Dictionnaire biographique des pairs de France qui constitue une somme sans précédent sur les élites de la France au début du XIXe siècle et d'une très riche iconographie, sous la forme d'une galerie de portraits inédite de ceux qui, à cette époque, incarnèrent le pouvoir.

10/2006

ActuaLitté

Histoire internationale

Annales Algériennes. Tome 1, La Prise d'Alger, Mai 1830-Février 1831

Alger, lorsque les Français y entrèrent le 5 juillet 1830, ne présentait pas l'aspect triste et désolé d'une ville où la victoire vient d'introduire l'ennemi. Les boutiques étaient fermées, mais les marchands assis tranquillement devant leurs portes, semblaient attendre le moment de les ouvrir. On rencontrait ça et là quelques groupes de Turcs et de Maures, dont les regards distraits annonçaient plus d'indifférence que de crainte. Quelques Musulmanes voilées se laissaient entrevoir à travers les étroites lucarnes de leurs habitations ; les juives, plus hardies garnissaient les terrasses de leurs demeures sans paraître surprises du spectacle nouveau qui s'offrait à leurs yeux. Nos soldats, moins impassibles, jetaient partout des regards avides et curieux, et tout faisait naître leur étonnement, dans une ville où leur présence semblait n'étonner personne.

07/2012

ActuaLitté

Histoire de France

Charles-Louis Huguet de Sémonville (1759-1839). De Mirabeau à Louis-Philippe, haute politique et basses intrigues

L'homme qui a prêté le plus de serments au cours de la période 1789-1848, jurant fidélité à Louis XVI, aux constitutions de la Révolution, à Napoléon, à Louis XVIII, à Charles X et à Louis-Philippe, est volontairement resté dans l'ombre. Il fut pourtant conseiller au Parlement de Paris, député aux États généraux, diplomate de la Révolution et du Consulat, sénateur de l'Empire, ministre d'État, pair de France sous la Monarchie de Juillet. Mais son véritable rôle demeurait obscur. Étroitement mêlé à l'histoire politique et financière de la France pendant plus d'un demi-siècle, il prenait soin d'effacer soigneusement les traces de ses passages dans la mécanique des événements. Ce livre dévoile enfin les mystères d'un des personnages les plus secrets de cette longue période qui vit se faner le temps des marquis et fleurir les nouvelles vanités. Ses indéniables qualités lui permirent de rester fidèle à ses ambitions. Le portait acide et cruel - pour ses victimes - d'un grand manipulateur.

10/2002

ActuaLitté

Récits de voyage

Souvenirs de mon sejour en Afrique. Maroc 1831-1832

Ce récit est un témoignage unique du périple d'un diplomate suédois entre Stockholm et Tanger. S'il évoque la ville de Tanger et ses environs, la population (les "Maures" , les Arabes, les juifs, les chrétiens et les "renégats"), l'administration et les us et coutumes des autochtones, l'auteur brosse surtout une description féroce de l'Arche de Noé diplomatique de Tanger avec ses antagonismes, intrigues et jalousies, du quotidien des Européens au Maroc et de leurs rapports avec la population et les gouvernants. L'auteur se montre parfois critique - le plus souvent avec indulgence - à l'égard des faiblesses de ses collègues occidentaux, mais dans l'ensemble il adhère pleinement aux valeurs qu'ils incarnent. En revanche, ses écrits contiennent une critique virulente non seulement de certains Marocains, mais également de la société marocaine en tant que telle et de ce qui constitue à ses yeux son fondement, l'islam conservateur. Observateur attentif doté d'un sens de l'humour mordant, l'auteur nous offre une narration faite de croquis et de descriptions, émaillée de nombreuses anecdotes dans lesquelles il oppose la gravité des situations à leur absurdité. Si la problématique de la rencontre entre un Européen (du Nord) et une Afrique musulmane n'est pas articulée explicitement, elle irrigue l'ensemble du récit.

09/2020

ActuaLitté

Histoire internationale

Louis-Étienne Rabussier, de la Compagnie de Jésus, 1831-1897

Louis-Etienne Rabussier, de la Compagnie de Jésus : 1831-1897 Date de l'édition originale : 1913 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF. HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande. Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables. Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique. Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.

10/2020

ActuaLitté

Sciences historiques

Les Carlistes espagnols dans l'Ouest de la France (1833-1883)

Le carlisme a déstabilisé l'Espagne sur près d'un siècle, de 1833 à 1939. Il incarne une réaction violente au libéralisme " étranger " et aux idées issues de la Révolution. Il est soutenu en France par des tenants du " vrai royalisme " ou légitimisme, les mêmes qui défendent l'autre " vendée ibérique " des miguélistes du Portugal, commandée par un ancien chouan. L'échec des principales guerres carlistes sur le sol espagnol (1839-1840 et 1876) a entraîné l'exil de ses protagonistes de l'autre côté des Pyrénées. La France se trouve alors confrontée à une immigration politique la plus importante de son siècle. Sous la monarchie de Juillet, les autorités voient ainsi arriver de nombreux ennemis de leurs institutions. La crainte de dangereuses collusions entre les carlistas et les vendéens ou les chouans entraîne une interdiction de l'Ouest aux Espagnols, mesure unique dans l'Histoire des migrations en France. Lors du dernier grand exil du siècle, en 1875-1876, d'autres difficultés attendent ces réfugiés. Quels sont les liens tissés entre ces " purs royalistes " des deux pays ? L'Ouest et le carlisme constituent-ils un danger pour la France libérale ? Qui sont ces " chouans d'Espagne " qui ont tant effrayé les autorités du bocage armoricain, de la Bretagne à ses derniers contreforts de la Vendée militaire ? Cette plongée dans le monde de la contre-révolution en Europe nous entraîne des premiers alzamientos carlistas de 1833 à la naissance des " Blancs d'Espagne " parmi les royalistes de France, à la suite de la mort du comte de Chambord en 1883. L'étude de cette lutte séculaire des deux Espagnes sur plus d'un demi-siècle, permet de mieux comprendre la genèse de la Guerre civile de 1936-1939. Elle contribue, en dépit des différences observées, à cerner davantage les enjeux qui continuent à diviser la France du XIXe siècle.

07/2010

ActuaLitté

Pléiades

Correspondance / Flaubert Tome 1 : Janvier 1830 à juin 1851

« La correspondance de Flaubert est, d'un avis presque unanime, l'une des plus belles de notre littérature. Elle représente d'abord un document de tout premier ordre sur la France, surtout bourgeoise, du XIXe siècle. Le Journal des frères Goncourt est limité, en fait, à la vie littéraire et artistique de leur temps ; les nombreux Mémoires ou Souvenirs ont été écrits en vue d'une publication éventuelle et façonnés pour servir le point de vue de leur auteur. Au contraire, dans la Correspondance, Flaubert aborde tous les sujets d'actualité, à mesure qu'ils se présentent, et sans autre souci que celui de dire ce qu'il pense et de ne pas choquer ou rebuter son correspondant : religion, politique, mours et coutumes de tous ordres. Dans tous ces domaines, la position de Flaubert est assez complexe : ce bourgeois qui a si sévèrement jugé les bourgeois a très sérieusement étudié son temps, et son témoignage est souvent clairvoyant. Quant à la vie intellectuelle de son époque, Flaubert est bien plus curieux, plus ouvert que ses « bichons ». Il a beaucoup lu, et de tout, pour son ouvre et par goût : philosophie, ouvrages scientifiques, surtout en médecine et en biologie, histoire ancienne et moderne, littérature et critique d'art. [...] Document sur son temps, riche de jugements personnels et souvent profonds sur les penseurs et les artistes du passé et du présent, la correspondance de Flaubert est surtout une voie royale pour pénétrer sa personnalité et comprendre son ouvre. » Jean Bruneau.

01/1973

ActuaLitté

Histoire internationale

Mon journal, événements de 1815. Volume 2

Mon journal : événements de 1815. Volume 2 / par Louis-Philippe d'Orléans,... Date de l'édition originale : 1849 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF. HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande. Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables. Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique. Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.

01/2021

ActuaLitté

Littérature étrangère

Noël 1833

Noël 1833 : c'est le titre d'un poème d'Alessandro Manzoni qu'il ne parvient pas à acheter. C'est aussi ce jour-là que meurt son épouse. Celui qu'on s'accorde à reconnaître comme le plus grand écrivain italien après Dante renonce progressivement à son oeuvre : il a beau multiplier les tentatives d'écriture, l'abîme qui s'ouvre à lui devant l'énigme de la souffrance l'en empêche. C'est cette fois sa vie qui s'y confronte, et non plus seulement son oeuvre ou sa pensée. Le protagoniste du roman de Mario Pomilio est cet écrivain génial et soudain démuni en proie à la crise que provoquent en lui la foi qu'il professe et le scandale devant le mal qu'il refuse. Cette crise sera le prélude à son silence. Dans une libre association de Vérité historique et d'invention, Pomilio nous présente un homme, un écrivain, dans toutes les dimensions de l'artiste intimement déchiré entre le défi de la création et les réticences éthiques devant l'égarante puissance de la vie. A travers son itinéraire intérieur, reconstitué avec une virtuosité qui a frit dire de ce livre qu'il était "un absolu dans l'histoire de la littérature italienne", Pomilio poursuit sou interrogation sur une énigme inlassable : pourquoi la douleur dans le monde, en dépit de lieu, à cause de lui - ou en lui ?

03/2017

ActuaLitté

Histoire de Lyon

La révolte des canuts - entre passé et avenir

L"Histoire de dix ans" (1830-1840) est un livre majeur de Louis BLANC. Poursuivant un thème qui leur tient à coeur - l'histoire sociale du mouvement ouvrier et ses racines -, les Editions INCLINAISON publie ici le long passage que l'auteur consacre à la Révolte des Canuts de Lyon. Ce passage est peu connu, voire même totalement ignoré. Historien, Louis BLANC conduit avec méthode la chronologie des faits (1831 et 1834). Mais il faut souligner aussi la pertinence de son analyse et la qualité narrative de son propos. Un chapitre sur la Révolution de 1848 à Lyon complète utilement le texte de Louis Blanc (sans oublier, une chronologie, un témoignage et une bibliographie). Ce livre propose ainsi un éclairage nouveau sur ces moments essentiels de l'histoire sociale de notre pays.

10/2023

ActuaLitté

Théâtre - Essais

Mélodrames. Tome 5, Volume 2, 1811-1814

Ce tome présente une édition critique de cinq mélodrames représentés dans les dernières années de l'Empire (Le Précipice, ou les Forges de Norvège, Le Fanal de Messine, Le Petit Carillonneur, Le Chien de Montargis, Charles le Téméraire), dont trois sont accompagnés de leur musique originale.

03/2021

ActuaLitté

Ouvrages généraux

Le corps du roi. Incarner l'Etat, de Philippe Auguste à Louis-Philippe

Une autre histoire de la monarchie française. L'autorité a besoin de s'incarner dans un individu de chair et d'os. Loin de se réduire à une simple enveloppe charnelle, le corps des souverains a joué un rôle déterminant dans l'exercice du pouvoir, du Moyen Age au XIXe siècle. On découvre dans cet ouvrage les ressorts vitaux d'un régime politique constamment tributaire du physique, de l'apparence et des représentations d'un individu à la fois banal et extraordinaire, à la fois éphémère et légendaire. Entre la cérémonie fondatrice du sacre et les funérailles qui cultivent le paradoxe d'une royauté " qui ne meurt point ", mariages, cérémonies curiales, rituels thaumaturgiques et épisodes de maladie rappellent, chacun à leur manière, que la nature mortelle des monarques a toujours posé problème. Stanis Perez retrace avec maestria, archives à l'appui, la longue histoire d'un corps à la fois biologique et politique qui s'est efforcé d'incarner l'Etat, puis la Nation, en gérant les fatigues, les crises et les aléas d'une existence souvent hors du commun.

04/2022

ActuaLitté

Littérature française

Souvenirs d'un homme de théâtre, 1831-1855 (Éd.1883)

Souvenirs d'un zouave : (Campagne d'Italie). Montebello, Palestro, Turbigo, Varèse / par Louis NoirDate de l'édition originale : 1866Sujet de l'ouvrage : Italie -- 1859 (Guerre contre l'Autriche) -- Campagnes et bataillesFrance. Armée. ZouavesLe présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces œuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces œuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.Pour plus d'informations, rendez-vous sur sur le site hachettebnf.fr

06/2012

ActuaLitté

Sciences historiques

Histoire de l'industrie sucrière en Picardie (1810-2006)

Avec le tiers environ de la production nationale et près de 10 % de celle de l'UE, la Picardie est aujourd'hui la première région sucrière de France et d'Europe. Pourtant, crises et catastrophes n'ont pas manqué depuis 1810, la pire de toutes étant évidemment la Première Guerre mondiale et la destruction quasi-totale de l'industrie sucrière qui en résulte. Mais chaque fois, l'activité redémarre, plus forte, pour atteindre son apogée entre 1967 et 2006, avec la mise en oeuvre d'une organisation communautaire de la production et des débouchés qui ouvre au sucre picard les portes de l'Europe et du monde. L'évolution économique et institutionnelle du marché, successivement français, puis européen et enfin mondial, constitue le fil conducteur du récit. "L'âge d'or" sucrier européen prend fin en 2006. A son tour, le sucre est frappé par la tornade de la mondialisation. Face à l'assaut des grands pays émergents du Sud producteurs de sucre de canne, l'Europe doit resserrer son organisation de marché, réduire ses capacités, restructurer la filière. La Picardie aussi est touchée, mais sans doute beaucoup moins que la plupart des autres grandes zones productrices de l'UE ; ses atouts dans le grand combat qui s'annonce sont tels que, s'il ne reste en Europe qu'une seule région sucrière, ce sera elle.

12/2010

ActuaLitté

Histoire internationale

Félix Aubry, 1813-1890

Félix Aubry : 1813-1890 Date de l'édition originale : 1891 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF. HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande. Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables. Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique. Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.

06/2020

ActuaLitté

Littérature française

Oeuvres complètes. Un divorce, histoire du temps de l'empire, 1812-1814. Tome 2

Oeuvres complètes du bibliophile Jacob. Tome 2 Date de l'édition originale : 1838 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF. HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande. Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables. Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique. Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.

02/2021

ActuaLitté

Musique, danse

Carl Maria von Weber

Issud d'une famille de musiciens allemands, Carl Maria von Weber (1786-1826) compose dès ses onze ans Six Fughetten et un an plus tard un opéra, Die Macht der Liebe und des Weins. En 1800 naissent l'opéra-comique Das Waldmädchen puis l'opéra Schmoll und seine Nachbarn. Chef d'orchestre de l'Opéra de Breslau entre 1804 et 1806, il démissionne pour se consacrer uniquement à la composition. Il se rend à Manheim en 1810, année de création de son opéra Silvana, puis voyage en Allemagne de 1811 à 1813 comme pianiste-concertiste avant d'être nommé directeur de l'Opéra de Prague en 1813 et directeur de l'Opéra allemand de Dresde en 1816. La composition de son chef-d'oeuvre Der Freischütz dure trois ans avant d'être créé en 1821 et de connaitre un succès considérable. Victime de la tuberculose, l'état physique de Weber ne cesse de s'aggraver. Il continue cependant de composer, malgré la douleur, Euryanthe en 1823 puis Obéron en 1824 avant de s'éteindre en 1826 au cours d'un concert londonien. Il est inhumé dans la capitale anglaise.

11/2019

ActuaLitté

Décoration

Napoléon Ier et Marie-Louise à Compiègne. La politique de l'amour, 1810

Il y a deux siècles, le 27 mars 1810, une jeune archiduchesse autrichienne de dix-huit ans arrivait à Compiègne: Marie-Louise de Habsbourg (1791-1847), petite-nièce de Marie-Antoinette et fille aînée de l'empereur d'Autriche, y était accueillie par Napoléon Ier , l'un des hommes les plus puissants d'Europe. Choisie pour devenir sa seconde épouse, la jeune femme devait assurer la descendance dynastique de l'Empereur. De cette alliance déterminée par les enjeux diplomatiques naquit une idylle dont le palais de Compiègne fut l'écrin. Cette rencontre et les différentes cérémonies du mariage, dont l'enchaînement fut à la mesure de l'impatience de l'Empereur, sont au coeur de l'exposition présentée au palais de Compiègne, qui remet en lumière Marie-Louise, l'impératrice oubliée dans l'ombre de Joséphine. Parenthèse de bonheur dans la vie trépidante de l'Empereur, le séjour de Compiègne fut une véritable lune de miel, gage d'une paix durable. Rien ne sembla alors trop beau à Napoléon pour éblouir la nouvelle impératrice, la cour et l'Europe. La somptuosité des décors des appartements rénovés rivalisait avec l'omniprésence des arts: antiques, galeries de tableaux anciens ou modernes et sculptures - dont les célèbres marbres de Canova - marquèrent l'apogée des arts du Premier Empire.

04/2010

ActuaLitté

Musique, danse

Hector Berlioz. Tome 1, La formation d'un artiste 1803-1832

A l'un des plus grands compositeurs français, il fallait consacrer un monument. C'est chose faite avec cet ouvrage en deux tomes, où David Cairns allie la flamme de l'enthousiaste et la minutie du chercheur. Le premier volume, " La formation d'un artiste ", traite des premières années : l'enfance en Dauphiné, la vocation qui éclôt, les rapports familiaux difficiles, terreau d'un manque de reconnaissance où s'enracinent les frustrations futures. À Paris, ensuite, le musicien, qui prend de l'envergure, rencontre bien des traverses, tant dans son affirmation artistique (l'incompréhension des milieux officiels contraint Berlioz à plusieurs tentatives avant d'obtenir le prix de Rome) que dans ses amours (la comédienne anglaise Harriet Smithson, objet d'une adulation torturante, ne répond que par des rebuffades à ses démonstrations). Les tourments qui agitent cette âme tumultueuse se situent dans le Paris de la Restauration, creuset des arts et des lettres où se côtoient les principaux acteurs du mouvement romantique, avec qui Berlioz noue des amitiés consolantes. Malgré toutes les entraves, une œuvre capitale voit le jour, emblème romantique au même titre que l'Hernani de Victor Hugo : la Symphonie fantastique, véritable coup de tonnerre qui révèle des potentialités orchestrales inconnues. Ce premier tome se clôt sur le concert du 9 décembre 1832 au Conservatoire, jour mémorable où Berlioz, de retour de Rome, est accueilli avec ferveur à Paris et où son amour pour Harriet se voit enfin couronné de succès.

09/2002

ActuaLitté

BD tout public

L'histoire de France pour les nuls en BD Tome 9 : Le XIXe siècle

1815. Fini le Grand Empire ! Bonjour la Restauration...de la royauté avec Louis XVIII, le frère de Louis XVI. L'influence des royalistes se renforce en 1824 avec Charles X qui refuse toute réforme. Le peuple souffre et se révolte les 27, 28 et 29 juillet 1830 – les Trois Glorieuses. Avec Louis-Philippe, la France est prospère. Sauf pour le peuple... Nouvelle Révolution en 1848 ! IIe République ! Son président devient en 1852 l'empereur Napoléon III qui modernise le pays mais... les Prussiens l'attaquent, le vainquent. Napoléon III ? Il est fait prisonnier à Sedan le 2 septembre 1870. Deux jours plus tard, la IIIe République est proclamée. L'année suivante, la Commune de Paris subit une terrible répression. De 1894 à 1906, l'affaire Dreyfus déchaîne un antisémitisme redoutable. Le début du XXe siècle est appelé la Belle époque. Juste avant la guerre atroce...

03/2018

ActuaLitté

Histoire de France

Analyse raisonnée de l'histoire de France, et fragments depuis Philippe VI jusqu'à la bataille de Poitiers. suivis de l'Analyse raisonnée de l'histoire de France depuis Jean II jusqu'à Louis XVI

À la fin de l'Itinéraire de Paris à Jérusalem, Chateaubriand envisage d'élever un «monument à la patrie». Ce monument - l'Analyse raisonnée de l'histoire de France -, il l'érigera durant les dernières années de la Restauration et le publiera directement dans le cadre de ses ouvres complètes (1826). Ce texte, qui depuis n'a fait l'objet que de deux éditions, était devenu introuvable. «C'est entre les fonts baptismaux de Clovis et l'échafaud de Louis XVI qu'il faut placer le grand empire chrétien des Français. La même religion était debout aux deux barrières qui marquent les deux extrémités de cette longue arène. "Fier Sicambre, incline le col, adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré", dit le prêtre qui administrait à Clovis le baptême d'eau. "Fils de saint Louis, montez au ciel", dit le prêtre qui assistait Louis XVI au baptême de sang. Le vieux monde fut submergé. Quand les flots de l'anarchie se retirèrent, Napoléon parut à l'entrée d'un nouvel univers, comme ces géants que l'histoire profane et sacrée nous peint au berceau de la société, et qui se montrèrent à la terre après le déluge.»

05/1998

ActuaLitté

Histoire et Philosophiesophie

Journal de bord (diary) du voyage du Beagle (1831-1836)

Traduit ici en français pour la première fois, le Journal de bord (Diary) de Charles Darwin est le premier document, demeuré longtemps inédit, qui relate, jour après jour, le voyage du jeune naturaliste autour du monde à bord du trois-mâts barque d’exploration le Beagle. Commencé le lundi 24 octobre 1831 à Plymouth, ce récit s’achèvera, presque cinq ans plus tard, le dimanche 2 octobre 1836 à Falmouth, après un périple au cours duquel le futur réformateur de l’histoire naturelle et auteur de la théorie de la filiation des espèces expliquée par la sélection naturelle aura acquis une provision de spécimens, d’observations, de connaissances positives et de doutes qui constituera le socle et le ferment de sa grande théorie phylogénétique. Matrice du futur Journal de recherches (le fameux Voyage d’un naturaliste autour du monde) qui paraîtra en 1839, le Journal de bord est en premier lieu le récit de cette navigation, tour à tour éprouvante et émerveillée, et de son alternance avec les longues expéditions terrestres (Cap-Vert, Brésil, Uruguay, Argentine, Chili continental et Terre de Feu, Falkland, Chiloé, Galápagos, Tahiti, Nouvelle-Zélande, Australie, Tasmanie, îles Keeling, île Maurice, Cap de Bonne-Espérance, Sainte-Hélène, Ascension, Açores) qui furent pour Darwin l’occasion d’étudier tout ce qui, depuis la géologie, essentielle à ses yeux, jusqu’aux hommes, le conduira à douter de la véridicité de la Bible et du bien-fondé de son autorité sur l’enseignement des sciences de la terre et de la vie. La vibrante condamnation de l’impardonnable barbarie de l’esclavage et du progressif anéantissement des peuples autochtones est l’une des grandes leçons morales du Journal de bord. Dans une longue préface et des annexes soucieuses de compléter et de rectifier parfois les données avancées par les sources anglo-saxonnes.

10/2012

ActuaLitté

Histoire de France

Souvenir d'un cavalier de la Grande-Armée 1800-1810

Le témoignage de première main est un élément essentiel afin de mieux appréhender une période historique. Celui de Jacques Chevillet, soldat de la Grande-Armée, fait bien partie de cette " œuvre de mémoire ". Jamais réédités depuis 1906, date de leur première publication, et rédigés par l'auteur très peu de temps après les faits, ces Souvenirs d'un cavalier de la Grande-Armée sont ceux d'un personnage au destin atypique. Chevillet s'engage dès l'âge de 15 ans au 8ème chasseurs à cheval. Il participera aux principales campagnes de l'Empereur, jusqu'en 1809. Ainsi, de la Hollande à l'Autriche, le lecteur suit ce jeune cavalier à travers l'Europe en guerre. L'auteur de ces souvenirs ouvre grand les yeux et note avec précision tout ce qu'il voit. Sous la forme d'une correspondance adressée à son père et à un ami, il raconte, commente avec talent, les différents épisodes de sa carrière militaire. Puis, le 5 juillet 1809, lors de la bataille de Wagram, son parcours s'arrête brutalement. Cet épisode ultime au cours duquel il est blessé grièvement, donne une intensité supplémentaire à sa narration. N'écrivant pas dans le but d'une justification quelconque, Jacques Chevillet a laissé un récit formant, sans nul doute, un des plus vivants documents sur cette épopée napoléonienne qui a marqué non seulement notre histoire mais également, celle de l'Europe tout entière.

11/2004

ActuaLitté

Histoire internationale

Histoire d'Angleterre. Tome 2, Depuis l'avènement de Jacques II (1685) jusqu'à la mort de Guillaume III (1702)

Essayiste, critique littéraire, poète et surtout historien, lord, Macaulay (1800-1859) fut l'une des personnalités les plus importantes de la première moitié du XIXe siècle en Grande-Bretagne. Ce fut aussi un homme politique, un administrateur de l'Inde, un homme d'Etat de premier plan. Ses Essais parus dans la Revue d'Edimbourg et l'extraordinaire succès de son Histoire d'Angleterre, publiée de 1848 à 1855, lui assurèrent une célébrité universelle et l'une des plus opulentes fortunes jamais acquises par un écrivain (aux Etats-Unis, les ventes de son Histoire furent égales à celles de la Bible à la même époque !). Ami de William Makepeace Thackeray et de tout ce que la littérature et la politique comptaient de plus illustre entre 1825 et 1859, Macaulay connut et connaît encore à ce jour une renommée aussi prestigieuse parmi les historiens qui suivent ses pas que parmi les lecteurs fascinés par ses exceptionnels talents de conteur. Michel DEROUARD

04/1989

ActuaLitté

Théâtre

Melodrames. Tome 4, 1809-1810

Ce tome présente une édition critique de trois mélodrames (La Citerne, Marguerite d'Anjou, Les Ruines de Babylone), accompagnés de leur musique de scène originale. L'appareil critique offre l'accès aux coulisses de la fabrique du mélodrame pixerécourtien dans le contexte politique très contraignant des années 1809-1810.

08/2018

ActuaLitté

Histoire internationale

L'Empire libéral. Tome 1, L'Europe des nationalités (1814-1830)

"En 1815, il y eut en réalité deux vaincus : la France et les peuples qu'elle avait affranchis des servitudes féodales ou théocratiques. La France fut mutilée ; on lui enleva ses frontières naturelles du côté des Alpes et du Rhin ; on l'enferma dans une prison géographique gardée de tous les côtés par des sbires dont on était sûr, le roi de Piémont, la Prusse, la Confédération germanique ; on créa expressément contre elle un Etat nouveau, tête de pont de la coalition, dans lequel deux millions de Hollandais furent placés sur la tête de quatre millions de Belges. Les peuples n'avaient pas été mieux traités. Ils furent muselés, trahis, remis sous le joug despotique dont nous les avions à peine émancipés et, sauf en Pologne, on ne tint aucun compte des promesses de liberté qu'on leur avait prodiguées pour les soulever contre leurs véritables libérateurs. La plainte universelle recueillie par Joseph de Maistre se traduisait en accents pathétiques dans ses lettres : "Jamais les nations n'ont été plus méprisées, foulées aux pieds d'une manière plus irritante pour elles. C'est une semence éternelle de guerres et de haines tant qu'il y aura une conscience parmi les hommes."

02/2012

ActuaLitté

Sciences historiques

La Bourgeoisie Française - Familles d'hier et d'aujourd'hui

Conjointement avec Etienne Chapelain de Seréville La Bourgeoisie Française : 459 NOTICES et 3 637 Familles citées Premier nom : d'Abadie Dernier nom : Xardel Exemples de notices figurant dans le livre : KOECHLIN, KOECHLIN-SCHWARTZ Pays de Saint-Gail, Suisse (Zurich), Mulhouse (XVIIe siècle). Importante bourgeoisie d'affaire. On peut citer Samuel (1719-1780), fondateur d'une fabrique d'indiennes, André (1780-1875), créateur d'une entreprise de construction mécanique, Jacques (1776-1834), maire de Mulhouse, député de 1820 à 1827, Nicolas (1781-1832), député de 1831 à 1841 et de 1846 à 1848. Alliances : SCHLUMBERGER, NICOLA (1856), HATT (1880), SCHWARTZ. Sources : A. Dolfus : Tableaux généalogiques de la famille Koechlin. EHRSAM : Livre d'Or de la ville de Mulhouse. Camille Schlumberger : Portraits mulhousiens. J. G. Dardel : Histoire et Généalogie de la famille Hofer. Jean et René Koechlin : Tableaux généalogiques de la famille Koechlin, 2e édition 1892. Tableaux 1460-1914. Georges Koechlin : Famille Koechlin morts pour la France 1914-1918. PASTEUR Franche Comté (Reculoz). Famille paysanne connue par des actes de procédure dès la fin du XVe siècle, qui a donné des meuniers à Plénisette et fut affranchie en 1768 avec Claude Etienne PASTEUR (1733-1798), tanneur à Chamtave en 1763, fut bourgeois de Salens. Claude PASTEUR, curé de Lessuy (1764-1806) installa sur son église le premier paratonnerre. La grande renommée de la famille est due à Louis PASTEUR (1822-1898), membre de l'Académie des Sciences 1862, de l'Académie de Médecine 1873, découvreur du vaccin contre la rage en juillet 1855. Le nom sera relevé par décret en 1948 pour Louis PASTEUR-VALLERY-RADOT, fils de René VALLERY-RADOT et de Marie-Louise PASTEUR. Alliances : VALLERY-RADOT (1934), BOUTROUX (1908), LAURENT (1849), ROQUI (1816), VICHOT, SAINT, JOURDASE. Sources : J. Piton : Les origines familiales de Louis Pasteur. Bulletin de l'Institut Pasteur 1973, Bulletin du Centre d'Entraide Généalogique de Franche-Comté N° 36, 37 et 38 1988, 1989. Maurice Vallery-Radot : Pasteur.

03/1993

ActuaLitté

Histoire de Lyon

Les Canuts ou la démocratie turbulente. Lyon, 1831-1834

Au lendemain des Trois Glorieuses de juillet 1830, les canuts créent leur propre organe, un hebdomadaire, l'Echo de la Fabrique. Durant une cinquantaine de mois, semaine après semaine, les chefs d'ateliers et ouvriers en soie vont s'entendre, s'informer, débattre pour tenter d'adapter la communauté complexe d'ateliers composant la Grande Fabrique à l'évolution industrielle en cours, et ainsi préserver leur autonomie et leur liberté. Ces acteurs de la Fabrique vont, en effet, refuser une expertise économique et politique qui, sous couvert de concurrence internationale et d'essor technologique, tente alors de leur dicter que les régulations démocratiques expérimentées précédemment dans le système de la Grande Fabrique sont désormais obsolètes ; que, évolution économique oblige, ces chefs d'ateliers doivent accepter d'être délocalisés vers les campagnes et rassemblés dans les manufactures concentrées où leur travail sera désormais rythmé par un triple impératif industriel : spécialisation, concentration et hiérarchisation. Contre cette expertise, les canuts vont donc prendre voix, s'insurgeant en novembre 1831 et en avril 1834, mais expliquant aussi dans leurs journaux que les régulations collectives imaginées dans leur économie d'atelier sont politiquement cruciales, mais aussi économiquement efficaces.

05/2023

ActuaLitté

Histoire de France

Napoléon et l'Opéra. La politique sur la scène (1810-1815)

Qui aurait soupçonné que Napoléon était un spectateur assidu de l'Opéra de Paris ? Que, dans le feu des batailles, il s'inquiétait des pièces à l'affiche et du contenu des livrets ? Qu'il fut lui-même à l'origine de certaines créations et parlait d'égal à égal avec les compositeurs ? Napoléon mélomane : cet aspect du grand homme serait bien inattendu s'il ne cachait un intérêt moins innocent. En effet, l'expert en propagande qu'était l'Empereur a vu dans la scène de l'Opéra, fleuron de la vie parisienne, un lieu idéal pour faire valoir son action auprès de l'opinion. Sous couvert de personnages de théâtre - dieux, rois et héros -, c'est sa propre légende qu'il donnait à voir, exaltée par la musique chantée en français (le privilège de l'Opéra), magnifiée par l'éclat des costumes et des décors, parfois mise en mouvement par de fastueux ballets. Derrière Les Bayadères, Les Abencérages ou même Le Laboureur chinois, se profile toujours l'ombre impériale... On découvrira ici comment l'Opéra a été un miroir de la politique napoléonienne, miroir embellissant bien sûr. Six années du règne sont passées au crible, années cruciales. 1810 marque ce qu'il est convenu d'appeler le " tournant monarchique " : souverain d'un empire qui s'étend sur une grande partie de l'Europe, Napoléon est entré dans le club très fermé des dynastes. 1815 sonne le glas du régime, l'homme porté aux nues s'effondre. Entre ces deux dates, événements fastes et échecs alternent, qui infléchissent curieusement les créations lyriques. C'est aussi un répertoire oublié que ressuscite cet ouvrage. S'appuyant sur des sources inédites, il analyse autant la thématique des œuvres que les conditions de leur production, de l'examen du livret au spectacle final. Il démonte les mécanismes cachés par lesquels Napoléon fait de l'Opéra un théâtre à sa gloire : censure et autocensure, noyautage du milieu des artistes, contrôle de l'administration. De là une étonnante galerie de portraits où les vrais créateurs - Spontini, Le Sueur, Kreutzer, Cherubini, Méhul... - côtoient courtisans serviles et hommes d'appareil. Tous ces éléments jamais mis en lumière ajoutent une page très nouvelle à l'histoire politique et culturelle de la société française.

02/2004