#Essais

Annick, une résistante au service de la mémoire

Yves Lecouturier, Hélène Martin

En 1942, âgée de 19 ans, Clémence Jayet devient Annick, agent de liaison du mouvement Libération-Sud à Lyon. L'infiltration de son réseau la conduit le 3 août à la prison de Montluc d'où elle est libérée le 24 août. Entre-temps, Annick résiste à la torture des sbires de la Gestapo, dirigée par Klaus Barbie. En 1949, elle épouse Robert et devient Annick Burgard. Dans les années 1960, elle devient une militante de la transmission de la mémoire, travaillant à la réalisation du mémorial de Verdun et à la reconstruction du musée du Struthof. Documentaliste au ministère des Anciens Combattants, Annick réalise de nombreuses expositions. Membre de nombreuses associations, honorée par la République française, elle demeure pour l'éternité une voix très active de la Résistance. Clémence-Annick Burgard, figure de la Résistance, est décédée mercredi 16 janvier 2019 à l'âge 96 ans dans sa maison à Notre-Dame-de-Courson, près de Livarot (Calvados), où elle s'était installée depuis 1980 avec son mari. Elle intervenait régulièrement dans les collèges et lycées de la région afin de témoigner sur sa vie de résistante.

Par Yves Lecouturier, Hélène Martin
Chez OREP Editions

0 Réactions |

Genre

Histoire de France

15/07/2019 172 pages 19,90 €
Scannez le code barre 9782815104951
9782815104951
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Retrouver tous les articles sur Annick, une résistante au service de la mémoire par Yves Lecouturier, Hélène Martin

Commenter ce livre