#Essais

Ethique à Nicomaque. Livres VIII et IX, Sur l'amitié

Aristote

" Il ne faut pas s'agréer ni être amis avant d'avoir vu l'un et l'autre qu'on est digne d'être aimé, ni avant d'avoir l'un dans l'autre une entière confiance. Se donner trop vite l'un à l'autre des marques d'amitié, c'est sans doute témoigner que l'on souhaite être ami, ce n'est pas l'être : il faudrait encore être réellement digne d'amitié et le savoir. S'il est un sentiment qui peut naître un instant, c'est donc le souhait de l'amitié, mais non pas l'amitié. " ARISTOTE. Les livres VIII et IX de l'Ethique à Nicomaque constituent un traité à part entière. Aristote y développe une théorie de l'amitié (philia), dont l'acuité et la richesse sont restées sans égal dans la littérature philosophique. L'amitié entre amis, mais aussi entre amants, entre parents et enfants, et même entre citoyens, fait l'objet d'analyses circonstanciées. Pour Aristote, toute amitié vise soit l'utilité, soit le plaisir, soit le bien, mais sa forme parfaite est celle d'une bienveillance réciproque, entre amis vertueux et égaux. Envers l'ami, alter ego, l'attachement est alors aussi profond qu'envers soi-même. Dans ce cas, l'amitié conduit au bonheur véritable.

Par Aristote
Chez LGF/Le Livre de Poche

0 Réactions |

Auteur

Aristote

Genre

Philosophie

12/06/2001 183 pages 4,90 €
Scannez le code barre 9782253067498
9782253067498
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Retrouver tous les articles sur Ethique à Nicomaque. Livres VIII et IX, Sur l'amitié par Aristote

Commenter ce livre