#Essais

Notes sur Tchouang-tseu et la philosophie

Jean-François Billeter

Cet ouvrage reprend certains problèmes abordés dans les Leçons sur Tchouang-tseu et les éclairent d’un jour nouveau. Il aborde en particulier la nature des difficultés sur lesquelles butent les échanges entre l’Europe et la Chine sur le plan de la pensée. Le Tchouang-tseu permet d’appréhender des aspects inaperçus mais essentiels de l’expérience humaine la plus commune. Nul problème n’est compliqué dès lors qu’il est ramené à l’essentiel.

Par Jean-François Billeter
Chez Allia

0 Réactions |

Editeur

Allia

08/10/2010 111 pages 6,20 €
Scannez le code barre 9782844853707
9782844853707
© Notice établie par ORB
plus d'informations

L’institut de littérature et philosophie chinoises de l’Academia Sinica, de Taipei, a organisé à la fin de l’année 2009 un colloque de deux jours consacré aux Leçons sur Tchouang-tseu, publiées en traduction chinoise quelques mois plus tôt. Voici quelques-unes des questions qui ont été abordées durant ces deux journées et des réflexions que je me suis faites par la suite. Plutôt que de les réserver à une revue savante, je les livre au public parce que les questions qui se sont posées sont loin d’intéresser les seuls spécialistes du Tchouang-tseuou les seuls sinologues. Elles ont une portée générale. Elles éclairent aussi la nature des difficultés sur lesquelles butent les échanges entre l’Europe et la Chine sur le plan de la pensée. Je les adresse aussi à mes amis chinois, afin de donner une suite à nos entretiens.

Ces notes ressemblent à un carrefour, où se rejoignent plusieurs avenues et d’où l’on voit s’ouvrir différentes perspectives. Que le lecteur considère les notes de bas de page, assez nombreuses, comme des ruelles adjacentes dans lesquelles il peut fort bien ne pas s’engager.

 

 

 

其所   其所 ,则    Plutôt que de soutenir ce que l’autre rejette et de rejeter ce que l’autre soutient, tâchons d’y voir clair.

Tchouang-tseu, chapitre 2

Retrouver tous les articles sur Notes sur Tchouang-tseu et la philosophie par Jean-François Billeter

0 Commentaires

 

Aucun commentaire.