Recherche

sony

Extraits

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

J'étais nu pour le premier baiser de ma mère

Admiré par toute une génération (celle de Sony Labou Tansi et Tierno Monénembo), Tchicaya U Tam'si domine la production poétique de la postnégritude, sans compter la force unique de ses romans et nouvelles. Marqué par la disparition tragique de Lumumba, viscéralement attaché au Congo, Tchicaya U Tam'si mêle sa souffrance et ses voluptés à celles de sa terre natale, dans une écriture travaillée par collages savoureux et ruptures baroques: 'Ma poésie, disait-il, est comme le fleuve Congo, qui charrie autant de cadavres que de jacinthes d'eau. ' Léopold Sédar Senghor: 'Car l'image est le seul fil qui conduise le cœur au cœur, la seule flamme qui consume l'âme. De la tête de Tchikaya, de sa langue, de sa plume, de sa peau jaillissent donc les images comme d'un kaléidoscope, avec la force du geyser. Images touffues, changeantes, tournantes, tout en rythmes et en couleurs, tout en sucs et sèves: images vivantes. C'est un feu d'artifice, un volcan en éruption. ' Et Senghor savait juger en la matière.

11/2013

ActuaLitté

litterature afrique noire

L'etat honteux

"Voici la vraie histoire de mon ex-colonel Martillimi Lopez, fils de Maman Nationale, commandant de sa hernie, la vraie histoire telle que se la racontent les gens de chez moi avec leur salive et leur goût du mythe, feu Lopez qui maintenant endort sa hernie historique au musée national pour l'éternité des éternités. "Un jour, tous les ministres de ce président-dictateur africain, imités par les chefs de l'armée et les hauts fonctionnaires, l'un après l'autre, viennent lui donner leur démission "parce que, disent-ils, ce pays, nous devons le laisser aux enfants de nos enfants, mais pas dans cet état honteux". Il en faut plus pour émouvoir un Lopez de qui toute la philosophie s'inspire du bas-ventre "mon emblème la braguette" et dont la "hernie", symbole par excellence de majesté, est un mythe autrement polyvalent que la "chandelle verte" du père Ubu. L'auteur de La vie et demie dénonce de nouveau l'arbitraire et la bêtise qui régentent certains Etats africains. La satire ne s'embarasse d'aucune précaution. Sony Labou Tansi joue le jeu de massacre avec une totale et verveuse férocité. Sony Labou Tansi est né en 1947 au Congo où il a vécu jusqu'à sa mort en 1995. Romancier, poète et dramaturge, il est l'auteur d’une douzaine de pièces de théâtre et de six romans, dont La Vie et demie et Les Sept Solitudes de Lorsa Lopez.

05/1981

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Les sept solitudes de Lorsa Lopez

Plusieurs jours après son assassinat, les appels au secours d’Estina Benta résonnent encore dans les rues de Valencia. Tous savaient que Lorsa Lopez s’apprêtait à tuer sa femme. Pas un n’a empêché le crime. Pour mettre un terme aux injustices et permettre aux femmes de retrouver l’honneur, Estina Bronzario décide d’organiser la résistance. Une liberté qu’elle payera au prix fort…Sony Labou Tansi est né en 1947 au Congo où il a vécu jusqu’à sa mort en 1995. Romancier, poète et dramaturge, il est l’auteur de six romans, dont La Vie et demie, qui est disponible en Points, et d’une douzaine de pièces de théâtre. « Un brillant portrait d’endroits plongés dans le chaos et d’endroits chaotiques comme le cœur humain. »The Nation

02/1985

ActuaLitté

résilience ( psychologie)

Entre résilience et résonance ; à l'écoute des émotions

Ce livre a pour objet de traiter de la place de l’émotion en thérapie. Boris Cyrulnik, et Mony Elkaïm rendent compte d’un colloque organisé par Michel Maestre et l’institut Psycom, ayant rassemblé plus de 3000 personnes. Les participations d’Edith Goldbeter, Martine Nisse, Jacques Pluymaekers et Romano Scandariato font le lien entre, d’une part, les concepts de résonance et de résilience et, d’autre part, les pratiques de ces cliniciens hors du commun. Le thérapeute doit-il neutraliser ses émotions et travailler avec le transfert et le contre-transfert, comme certains courants psychanalytiques peuvent le préconiser, ou, comme le propose la cybernétique, accepter les émotions et les utiliser en séance? Abordée sous l’angle systémique, cette question est développée par chacun des auteurs selon la spécificité de leurs approches cliniques. « La résilience est un concept apparu en France il y a moins de dix ans. Si un jour nous arrivons à bien structurer nos observations, nos expérimentations et nos théories, je pense que nous en ferons une théorie de l’anti-fatalité, de l’anti-destin. Ce sera une théorie du pouvoir thérapeutique de l’historisation. » Boris Cyrulnik. « J’utilise le terme de résonance pour désigner cette situation où ce que nous vivons a une utilité pour l’autre ou pour le contexte dans lequel ce sentiment émerge. Cette utilité consiste en général à renforcer l’autre dans ses croyances profondes, à renforcer la stabilité des croyances du système humain dans lequel nous vivons ce que nous vivons. » Mony Elkaïm.

03/2009

ActuaLitté

science fiction / fantastique grand format

Le chant du barde

Exceptionnel best of réunissant les meilleurs récits de science-fiction de l’un des plus considérables auteurs du domaine, soit neuf longues novellas, dont pas moins de six prix Hugo! Au sommaire de ce florilège unique: Sam Hall (Sam Hall)Long cours (The Longest Voyage, Prix Hugo 1961)Jupiter et les Centaures (Call me Joe)Pas de trêve avec les rois! (No Truce With Kings, Prix Hugo 1964)Le Partage de la chair (The Sharing of Flesh, Prix Hugo 1969)Destins en chaîne (The Fatal Fulfillment)La Reine de l’Air et des Ténèbres (The Queen of Air and Darkness, Prix Hugo 1971, Locus et Nebula)Le Chant du barde (Goat Song, Prix Hugo 1973 et Nebula)Le Jeu de Saturne (The Saturn Game, Prix Hugo 1982 et Nebula)Le volume dans son ensemble, et chaque texte en particulier, bénéficient d’une introduction de Jean-Daniel Brèque afin de situer l’œuvre et son contexte. Auxquelles s’ajoute une bibliographique exhaustive, le tout formant un ouvrage de référence incontournable.

06/2010

ActuaLitté

romans et fiction romanesque

La double vie d'Anna Song

Anna Song, "la plus grande pianiste vivante dont personne n'a jamais entendu parler", vient de mourir, laissant derrière elle une œuvre discographique sans précédent. Paul Desroches, son mari et producteur, lui dresse un tombeau musical et littéraire, à la fois ode à une femme désespérément aimée, à une enfance engloutie dans le temps et à un pays perdu. Sur fond d'imposture et de falsification, quand le grand amour devient l'œuvre de toute une vie.

08/2009

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté