Recherche

situation économique

Extraits

ActuaLitté

Non classé

Classement mondial de la liberte de la presse ; censure, cyber-surveillance, lanceurs d'alerte (édition 2014)

Quel est le pays qui réserve le meilleur sort à la liberté de la presse? Celui qui compte le plus grand nombre de journalistes emprisonnés? Quelles sont les conséquences de la situation politique et économique de la Grèce sur son classement? L’évolution positive de la Birmanie se confirme-t-elle? Quelle est la chute la plus spectaculaire dans le classement? Pourquoi une démocratie européenne comme le Royaume-Uni n’est-elle que 33ème? L’affaire Snowden, le conflit syrien, mais aussi la communication agressive du Bahreïn et l’impunité des pétrodollars ont marqué l’année 2013 et bousculé les hiérarchies. Chaque année, le classement de Reporters sans frontières sert de référence ; abondamment repris par les analystes et les médias internationaux, il donne lieu à nombre de réactions officielles. Cette édition détaillée est enrichie de zooms et d’une carte en couleurs. Illustration de couverture: Photomontage Studio de création J’ai lu d’après © Claudiad / Getty Images. Carte Reporters sans frontières

ActuaLitté

traite des esclaves

Réflexions sur l'esclavage des nègres

Publiées sous un pseudonyme en 1781 et rééditées à la veille de la Révolution, les Réflexions sur l'esclavage des nègres de Condorcet sont à ce jour le seul texte qu'un philosophe ait consacré de façon exclusive à l'esclavage. Ce livre de réflexion s'interroge sur les préjugés qui s'opposent à l'abolition de l'esclavage, et sur la meilleure méthode pour les combattre. Mais c'est aussi bien entendu un livre de dénonciation et de combat, au nom des lumières, pour lutter contre l'influence des intérêts esclavagistes dans l'opinion française, préparer cette dernière à l'abolition de l'esclavage des noirs et convaincre un législateur éclairé. Avec le recul, les limites de la pensée de Condorcet sont certes évidentes: il n'est lui-même pas exempt de préjugés à l'encontre des noirs esclaves, ne pense pas leur émancipation comme une entrée dans la citoyenneté, et ne se préoccupe pas sérieusement de leur éducation ou de leur situation économique. Pourtant, ces Réflexions sont bien un texte pionnier, sans doute le premier manifeste abolitionniste écrit en France. C'est aux hommes du XIXe siècle et pour une part aux esclaves eux-mêmes que reviendra le mérite de franchir le pas.

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Demain j'aurai vingt ans

Pointe-Noire, capitale économique du Congo, dans les années 1970. Le narrateur, Michel, est un garçon d’une dizaine d’années qui fait l’apprentissage de la vie, de l’amitié et de l’amour, tandis que le Congo vit sa première décennie d’indépendance sous la houlette de « l’Immortel Marien Ngouabi », chef charismatique marxiste. Les épisodes d’une chronique familiale truculente et joyeuse se succèdent, avec ses situations burlesques, ses personnages hauts en couleurs: le père adoptif de Michel, réceptionniste au Victory Palace ; maman Pauline, qui a parfois du mal à éduquer son turbulent fils unique ; l’oncle René, fort en gueule, riche et néanmoins opportunément communiste ; l’ami Lounès, dont la sœur Caroline provoque chez Michel un furieux remue-ménage d’hormones ; bien d’autres encore. Mais voilà que Michel est soupçonné, peut-être à raison, de détenir certains sortilèges… Au fil d’un récit enjoué, Alain Mabanckou nous offre une sorte de Vie devant soi à l’africaine. Les histoires d’amour tiennent la plus grande place, avec des personnages attachants de jeunes filles et de femmes. La langue que Mabanckou prête à son narrateur est réjouissante, pleine d’images cocasses, et sa fausse naïveté fait merveille.

ActuaLitté

fonctionnaires

Au-delà du stress au travail

Si le stress est d’emblée une notion fourre-tout et galvaudée, s’il demeure une manière commune de qualifier le malaise des travailleurs, notamment ceux qui sont en relation avec le public, force est de constater que c’est aussi une notion investie de plus en plus par tout un ensemble d’acteurs politiques, scientifiques et économiques. Quelles sont les conséquences de ces usages sociaux? Tel est le point de départ de cet ouvrage: non pas une exploration frontale et, il faut bien le dire, un peu déprimante du stress conduisant à un catalogue de situations de travail plus ou moins malheureuses, mais bien une volonté de décrire les usages sociaux auxquels il donne lieu: une autre façon de parler du stress au travail qui évite les habituelles lectures psychologiques standardisées pour entrer de façon concrète dans les particularités de chacune des activités professionnelles étudiées.

ActuaLitté

pamphlets politiques, faits de societe, actualite, temoignages, biographies

Une vie d'influence ; dans les coulisses de la Ve République

Airbus. Ariane. Le développement de l’électronucléaire en France, le concept de guerre économique… Il en fut le pivot sous Georges Pompidou. Ajoutez, entre autres premiers rôles, président de l’École Polytechnique, de la Banque Edmond de Rothschild, de l’Institut Pasteur et de nombreuses fondations médicales, vice-président des groupes Bolloré et Lagardère… et vous avez une partie de l’impressionnante carte de visite de Bernard Esambert. Ce grand commis de l’État aurait pu se retirer de la vie publique sur la pointe des pieds, sans brusquer sa nature excessivement discrète. Et faire silence sur tout ce qu’il a entendu, entrepris, conseillé, anticipé… de De Gaulle à Hollande, pendant un demi-siècle au cœur des secrets de la nation. Mais cela aurait relevé pour lui de la défaillance civique. Bernard Esambert a donc choisi de témoigner de son expérience au sein du monde clos des puissants. Situations informelles, rouages des institutions et mœurs des responsables de la politique, de la finance ou de l’entreprise, portraits impertinents de nombreux patrons du CAC40 que Bernard Esambert connaît comme peu, ce livre foisonnant mêle le récit de l’itinéraire hors normes d’un boursier de la République promis à la déportation, et sa vision de ce qu’on appelle aujourd’hui le déclin de la France. L’homme d’influence, réputé pour avoir vu juste bien avant l’heure, n’hésite pas à pronostiquer une issue encore inconcevable. Que la réalité dépassera peut-être. Voilà matière, en tout cas, à sourire, à méditer et à inspirer une suite utile. Création Studio Flammarion En couverture: Portrait de Bernard Esambert par Stéphane de Bourgies © Flammarion

ActuaLitté

philosophie textes / critiques / essais / commentaires

La justice transitionnelle ; comment les peuples deviennent democraties

Justice transitionnelle? Connais pas. Pourtant c'est désormais, dans les relations internationales, une 'recette' devenue comme une norme qui s'appliquerait à tout pays sortant d'une dictature ou d'une guerre et aspirant à une vie politique et civique pacifiée. Les pays concernés sont aujourd'hui légion: Afrique du Sud, Rwanda, Sri Lanka, Ouganda, Libye, Côte d'Ivoire, Égypte, Tunisie, Guinée, Maroc, sans oublier nombre de pays latino-américains et européens – ceux autrefois dominés à l'Est par les régimes communistes, ou l'Espagne hantée par les fosses communes du régime franquiste. Dans tous les cas, il a été question de 'commissions Vérité et Réconciliation', de guérison des atrocités du passé par l'expression publique des victimes et d'éventuelles réparations financières ou symboliques, voire de la 'fonction sociale' des procès de dictateurs et de tortionnaires. Or la culture démocratique ne se forge pas d'emblée dans ces normes cathartiques et la démocratie politique ne peut surgir de situations d'inégalités sociales et économiques iniques (l'Afrique du Sud et le Maroc le prouvent à l'envi). La justice transitionnelle n'a de chance de devenir réalité que si, au-delà de l'expression publique, trop souvent contrôlée, des victimes, celles-ci se transforment en authentiques acteurs de la démocratie grâce à la satisfaction de normes et d'attentes que sont la reconnaissance, la dignité, la tolérance, la confiance et l'autonomie. Voici la philosophie politique mise au défi de la réalité la plus crue, partout, maintenant.

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté