Recherche

sciences sociales ouvrages

Extraits

ActuaLitté

Ouvrages de référence

Désirer comme un homme

Comment se noue la domination masculine dans les fantasmes ? Et par quels moyens cette domination pourrait-elle se dénouer ? À partir d'entretiens approfondis avec des hommes, Florian Vörös explore les imaginaires sexuels masculins à l'aune d'une pratique très courante, mais peu étudiée par les sciences sociales : le visionnage de pornographie. En mêlant conversations entre hommes sur le plaisir sexuel et réflexion d'inspiration féministe sur les normes, les hiérarchies et les violences de genre, cet ouvrage décrit avec minutie la fabrique sexuelle de la masculinité blanche. La comparaison des cultures sexuelles gay et hétéro permet aussi d'aborder un large éventail d'images, de discours, de pratiques et de sociabilités qui alimentent le désir. Qu'est-ce qu'être un homme, un " vrai " ? Être actif, puissant et pénétrant ? Se contrôler et se montrer invulnérable ? Se prétendre adulte et responsable ? Au plus près des paroles et des affects des participants à l'enquête – des hommes âgés de vingt à soixante ans, blancs et issus des classes moyenne et supérieure –, le sociologue interroge leur adhésion à un modèle hégémonique de masculinité, fondé sur une conception de la virilité comme force " naturelle " à " civiliser ". Sélectionné dans la liste des 30 livres pour un « avent » goût de Noël

11/2020

ActuaLitté

efficacité de l'organisation

Efficaces ensemble ; un défi français

Pourquoi les Français doutent-ils à ce point de leur efficacité collective? Culte de l’indépendance à l’égard de la hiérarchie et défense jalouse des acquis font souvent obstacle à de modes de coordination plus efficaces au sein des entreprises. Mettre en synergie les efforts de tous y est un défi difficile à relever. Cependant, ces difficultés ne sont pas insurmontables. Cet ouvrage s’interroge sur la portée et les limites du management local pour y remédier. Il s’appuie pour ce faire sur une solide étude empirique, conformément à une démarche classique en sciences sociales. Le récit détaillé d’un cas réel, suivi dans la durée, permet en effet à l’auteur de montrer comment une organisation et un management adéquats peuvent faciliter la confiance et la solidarité entre des acteurs qui jusque-là s’évitaient soigneusement, pour leur permettre d’être davantage « efficaces, ensemble ». En s'appuyant sur une comparaison internationale, l’ouvrage met en lumière la « singularité française » dans la difficulté à coopérer. Mais il éclaire aussi les conditions qui permettent de la surmonter. Refusant d’emboiter le pas aux prophètes du déclin français, il pose les bases d’un management culturellement averti des pièges et des ressources qu'offrent les particularités de notre fonctionnement social. Jean-Pierre Segal est professeur à l’École nationale des ponts et chaussées de Paris et chercheur au sein du Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique du CNRS. Ses travaux portent sur les formes efficaces de coopération au sein des entreprises, dans une perspective comparative internationale. Il est notamment l’auteur (en collaboration) de Cultures et Mondialisation.

ActuaLitté

efficacité de l'organisation

Efficaces ensemble ; un défi français

Pourquoi les Français doutent-ils à ce point de leur efficacité collective? Culte de l’indépendance à l’égard de la hiérarchie et défense jalouse des acquis font souvent obstacle à de modes de coordination plus efficaces au sein des entreprises. Mettre en synergie les efforts de tous y est un défi difficile à relever. Cependant, ces difficultés ne sont pas insurmontables. Cet ouvrage s’interroge sur la portée et les limites du management local pour y remédier. Il s’appuie pour ce faire sur une solide étude empirique, conformément à une démarche classique en sciences sociales. Le récit détaillé d’un cas réel, suivi dans la durée, permet en effet à l’auteur de montrer comment une organisation et un management adéquats peuvent faciliter la confiance et la solidarité entre des acteurs qui jusque-là s’évitaient soigneusement, pour leur permettre d’être davantage « efficaces, ensemble ». En s'appuyant sur une comparaison internationale, l’ouvrage met en lumière la « singularité française » dans la difficulté à coopérer. Mais il éclaire aussi les conditions qui permettent de la surmonter. Refusant d’emboiter le pas aux prophètes du déclin français, il pose les bases d’un management culturellement averti des pièges et des ressources qu'offrent les particularités de notre fonctionnement social. Jean-Pierre Segal est professeur à l’École nationale des ponts et chaussées de Paris et chercheur au sein du Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique du CNRS. Ses travaux portent sur les formes efficaces de coopération au sein des entreprises, dans une perspective comparative internationale. Il est notamment l’auteur (en collaboration) de Cultures et Mondialisation.

ActuaLitté

communication dans la famille

Le dialogue familial ; un idéal précaire

L’ouvrage montre comment les différents acteurs: conjoints, parents, enfants, adolescents, se débrouillent avec l’objectif paradoxal d’échanges égalitaires non seulement entre les sexes mais aussi entre les générations. Il rappelle que la question du pouvoir reste centrale au sein de la sphère privée, alors qu’est affirmé pour chacun l’objectif de sa réalisation personnelle et de son épanouissement. Pris dans ces tiraillements, le dialogue s’affirme d’autant plus comme une nécessité pour l’équilibre familial, mais il se révèle en bien des cas un idéal précaire. Gérard Neyrand, sociologue, est professeur à l’université de Toulouse, membre de l’équipe d’accueil Sports, organisations, identités (SOI), directeur du Centre interdisciplinaire méditerranéen d’études et recherches en sciences sociales (CIMERSS) à Bouc-Bel-Air.

ActuaLitté

essais de sociologie

Sacrées familles !

Les chercheurs en sciences sociales ne prennent généralement pas en compte le facteur religieux lorsqu'ils analysent les transformations des formes familiales. La démarche novatrice du présent ouvrage réside dans la mise en relation systématique du religieux et de la parenté en explorant les représentations sociales, les normes et les pratiques des acteurs pris entre normes religieuses et mutations contemporaines de la famille. Martine Gross, ingénieure de recherche en sciences sociales au Centre d'études interdisciplinaires des faits religieux (CNRS) Séverine Mathieu, agrégée de sciences sociales, docteure en sociologie, enseignant-chercheur à l'EPHE, membre du groupe « Sociétés, religions, laïcité » (CNRS) Sophie Nizard, maître de conférences à l'université de Strasbourg, chercheur au Centre d'études interdisciplinaires des faits religieux (CNRS)

ActuaLitté

action, théorie de l'

Au-delà de la sociologie des organisations

La sociologie des organisations est une discipline particulière que l’on pourrait qualifier de spécialisée ou d’appliquée du fait que ses outils théoriques et méthodologiques se sont forgés par et pour la confrontation spécifique au monde des organisations. Pourtant, pour exercer dans ce champ, que ce soit à titre de chercheur ou comme consultant, le sociologue ne peut se contenter de mobiliser le seul corpus théorique de sa discipline. Défaire ses cadres habituels, la soumettre à des impulsions multiples en provenance de tous les horizons des sciences sociales sont autant de directions que suggère l’auteur. Passer de la sociologie des organisations à une sociologie d’intervention puis monter en généralité pour tenter de déboucher sur une anthropologie d’intervention, tel est le parcours que propose cet ouvrage. Gilles Herreros est professeur de sociologie, université Lyon 2.

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté