Recherche

revenus auteurs

Extraits

ActuaLitté

Littérature

Les métamorphoses

Camille Brunel revient avec un deuxième roman détonnant. Une étrange et effrayante épidémie transforme les humains en animaux, menaçant ainsi notre monde d'un retour définitif à l'état sauvage. Isis est une jeune femme vegan ultra connectée, animaliste, portant autant (sinon plus) d'affection à Dinah, sa chatte, qu'à ses semblables. Voici qu'apparaît dans son jardin une grue antigone, bel oiseau étranger à l'Europe. Isis poste son étonnement sur les réseaux. Très vite se multiplient d'autres apparitions inédites d'animaux, allant de pair avec d'inexplicables disparitions d'êtres humains. Le monde se peuple d'un improbable bestiaire où les uns dévorent ceux qui sont devenus leur proie, les autres fuyant comme ils peuvent un lieu à présent hostile. Les autorités n'osent prononcer le mot de pandémie, mais les scientifiques identifient un mal nouveau: la tératomorphose foudroyante. Une pulsion affective ou sexuelle prononcée en serait un des premiers symptômes, touchant davantage les adultes de sexe masculin, bien que les femmes et les enfants ne soient pas totalement épargnés. Isis voit ainsi chacun des membres de sa famille tout comme ses proches se métamorphoser : sa grand-mère devenue araignée écrasée par son oncle, son père hippocampe qu'elle remet à la mer, son beau-frère changé en serpent enfermé dans la chambre de sa sœur... Avec Shravanthi, danseuse indienne de Pondichéry qui l'a rejointe et dont elle est éprise, elle s'efforce de se sauver et surtout de sauver ses deux petites nièces, quittant un monde apocalyptique pour rejoindre un des gynécées nouvellement créé qui protègerait les dernières femmes épargnées par la pandémie. Y arriveront-elles avant que la pulsion amoureuse fasse son œuvre ? Malgré la construction d'un univers fictif saisissant, le roman ne verse jamais dans le fantastique. Rythme effréné, style vif et réaliste entraînent naturellement le lecteur sans qu'il se soucie d'espérer improbable cette fin du monde. Toute l'habileté de l'auteur est d'avoir choisi un personnage principal (Isis) qui porte un regard, non pas résigné mais plein de lucidité sur la situation. Tirant les ficelles jusqu'au-boutistes des travers de notre société, Camille Brunel approfondit les thèmes déjà présents dans La guérilla des animaux (Alma, 2018) : l'animalisme, l'anthropocène, l'hyperconnection aux réseaux sociaux mais aussi le rapport à la mort et à la vie.

08/2020

ActuaLitté

Littérature

La vie secrète des écrivains

“Tout le monde a trois vies : une vie privée,une vie publique et une vie secrète…”Gabriel García Márquez  En 1999, après avoir publié trois romans  devenus cultes, le célèbre écrivain Nathan  Fawles annonce qu’il arrête d’écrire et se retire  à Beaumont, une île sauvage et sublime au  large des côtes de la Méditerranée.Automne 2018. Fawles n’a plus donné une  seule interview depuis vingt ans. Alors que ses  romans continuent de captiver les lecteurs,  Mathilde Monney, une jeune journaliste  suisse, débarque sur l’île, bien décidée à percer  son secret.Le même jour, un corps de femme est  découvert sur une plage et l’île est bouclée par  les autorités. Commence alors entre Mathilde  et Nathan un dangereux face à face, où se  heurtent vérités occultées et mensonges  assumés, où se frôlent l’amour et la peur…  Une lecture inoubliable, un puzzle littéraire fascinant qui se révèle diabolique lorsque l’auteur y place sa dernière pièce. 

04/2019

ActuaLitté

histoire faits de societe, temoignages contemporains, actualite

Le sourire de Mandela

John Carlin, Le sourire de MandelaTraduit de l’anglais par Marc Saint-UpéryMandela. Plus qu’un combattant, un héros, un leader, un génie politique. Un homme au-dessus des hommes. Après vingt-sept ans d’emprisonnement, d’autres auraient abandonné la lutte. Mais lui, le combattant inlassable en faveur des droits de l’homme, futur prix Nobel de la Paix, a su puiser en lui des forces insoupçonnées pour résister et triompher. Il a pardonné à ceux qui l’avaient privé de liberté. Il a su trouver les mots pour pacifier une nation à feu et à sang. Par son exemple, il a fait taire la violence, il a imposé à tous les conditions d’une société multiraciale vivant en paix. Madiba. Son nom tribal inspire l’admiration et l’affection. Tous ceux qui l’ont côtoyé sont tombés sous son charme. Ses ennemis d’hier sont souvent devenus ses amis. John Carlin, qui a fréquenté Mandela pendant vingt ans, est l’auteur d’Invictus et l’ancien correspondant en Afrique du Sud du Guardian et d’El Païs. Il est l’un des rares à pouvoir raconter Mandela et Madiba, l’homme public et l’homme privé. A l’aide d’anecdotes, d’interviews et de témoignages, il tisse ici le portrait intime de celui qui a su convertir tous ceux qui l’ont approché à la paix.

ActuaLitté

psychanalyse

Pour concevoir les aphasies ; une étude critique

En 1891, Freud publie son premier ouvrage sur la nature des troubles liés à la parole qu’on nommait du terme général d’« aphasies ». Il intervient ainsi au cœur d’un débat alors fort vif (près de 2300 publications sur la question en vingt ans). Ses qualités de lecteur critique – qu’on retrouve dans le premier chapitre de L’interprétation du rêve écrit neuf ans plus tard – y sont déjà patentes puisqu’il étudie dans leurs détails les contradictions des conceptions dominantes, non pour en imposer une nouvelle, mais pour dégager la problématique présente dans cette complexité théorico-clinique. Ce texte est rangé depuis longtemps dans les œuvres dites « pré-psychanalytiques » de Freud. Cette vérité chronologique (on date classiquement la naissance de la psychanalyse d’une lettre à Fliess fameuse de 1897) est d’une certaine façon trompeuse dans la mesure où Freud y façonne une théorie de l’« appareil à langage » qu’on retrouvera, dans ses grandes lignes, à tous les moments clefs de ses élaborations ultérieures. Lire cet ouvrage, c’est donc s’ouvrir à certains éléments décisifs du savoir freudien pris ici in statu nascendi, tout en se donnant la possibilité d’apprécier la rigueur de raisonnement que Freud sait appliquer aux indispensables données cliniques, qu’il parcourt inlassablement sans s’en contenter. Jamais réédité pendant un siècle, ce texte a fait l’objet d’une édition critique pour son centenaire en 1992. À cette occasion, Paul Vogel (puis, à son décès, Ingeborg Meyer-Palmedo) a entrepris de passer au peigne fin les nombreuses citations données par Freud aussi bien en allemand qu’en anglais ou en français, les trois langues où s’exprimaient la plupart des auteurs, tout en se souciant de donner ça et là quelques éclaircissements sur des passages devenus par trop allusifs avec le temps. Ceci nous vaut des « notes de l’éditeur » (NDE) qui viennent s’ajouter aux notes de Freud (NF). Une première traduction du texte de 1891 avait été donnée en 1983 par les PUF, due à Claude Van Reeth, avec une préface de Roland Khun. La nouvelle traduction proposée par les éditions Épel est due à Fernand Cambon. Elle prend appui sur l’édition critique de 1992, ce qui permet d’y intégrer, non seulement l’appareil critique de cette édition complétée de nouvelles « notes du traducteur » (NDT), mais aussi la remarquable étude de Wolfgang Leuschner, ici en postface, qui jette une vive lumière sur les aspects les plus techniques de l’ouvrage.

ActuaLitté

histoire du 20Ème siecle a nos jours

La Gestapo et les Français

Cet ouvrage captivant, reposant sur des archives et des témoignages souvent inédits, offre un panorama complet et détaillé de la Gestapo en France. Cette police secrète d’État du régime nazi, chargée de lutter contre les ennemis politiques, de traquer les Juifs et les résistants, regroupa une vingtaine d’antennes régionales et une centaine d’antennes départementales. On découvre ici l’implantation massive de cette organisation, forte de 2 500 agents allemands, 6 000 agents français et 24 000 informateurs. Le bilan de leur action demeure effrayant: 300 000 arrestations, 30 000 fusillés, 88 000 déportés politiques et résistants dont 35 200 morts en camps, 25 000 FFI tués au combat, 76 000 Juifs déportés dont seulement 2 280 sont revenus. On découvre en outre comment la Résistance, bien que durement frappée, mit en échec l’une des principales missions de la Gestapo. Enfin, l’auteur s’attarde longuement sur la sanglante retraite de cette police secrète, ainsi que sur la manière honteuse dont la Justice a bâclé son action: les principaux chefs gestapistes, quoique coupables d’innombrables crimes, devinrent après la guerre des notables respectés, des juges, des policiers, de hauts fonctionnaires, voire des agents des services secrets alliés, notamment, des États-Unis. Couverture: Création Studio Flammarion Hitler devant la Tour Eiffel © Bettmann / Corbis – Joseph Darnand, chef de la milice française en 1944 © Akg-Images / Ullstein Bild

ActuaLitté

droit essais

Robes noires dans la guerre économique

"Séisme dans le monde des avocats : une véritable « révolution des prétoires » jette les robes noires dans la fournaise de la guerre économique. Stratèges ou fantassins de seconde classe, ces hommes et ces femmes de loi sont devenus de nos jours des acteurs indispensables de toute stratégie de conquête ou de défense des marchés. Pour dévoiler ce rôle inédit des avocats, il fallait l'un d'entre eux, expert reconnu de l'intelligence économique et des stratégies juridiques des entreprises. Décisions judiciaires à l'appui, sa plume révèle le bras de fer de Greenpeace avec Areva, société protégée par l'État ; la lutte des producteurs de Champagne pour étouffer les rumeurs sur une possible contamination par les déchets radioactifs enfouis à deux pas de leurs vignobles ; la frénésie procédurale de Xavier Niel, le fondateur de Free pour s'imposer face aux trois autres opérateurs télécoms ; l'assaut des défenseurs de l'environnement qui luttent contre les coupables des marées vertes. À chaque fois, c'est une débauche d'astuces juridiques mais aussi médiatiques, d'attaques surprises et de retournements de situations dignes des grands thrillers. Les robes noires sont, dans ce combat, affaiblies par la volonté expansionniste des Anglo-Saxons qui veulent imposer leur système juridique et les tentatives d'autres professions pour réduire leur terrain d'action. Elles doivent enfin gérer l'irruption dans le prétoire des techniques de « com ». Autant de bouleversements juridiques qui conditionnent désormais les rapports de force dans le domaine économique. "

05/2011

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté