Recherche

réchauffement climatique

Extraits

ActuaLitté

Français

Dictionnaire amoureux des îles

Un Dictionnaire amoureux qui marie l'Odyssée et le plus contemporain de notre actualité, Thomas More et les archipels menacés par le réchauffement climatique. On vagabonde, on rêve, on frissonne, on se souvient. Les îles pourraient bien être chemins de vérité. Ce n'est pas parce qu'il a bourlingué, du Groenland à la Polynésie, du Japon au Chili, qu'Hervé Hamon est un collectionneur de cartes postales. Et ce n'est pas parce qu'il aime naviguer que les cocotiers et le sable blanc le fascinent.L'île, avant l'île, c'est le voyage vers l'île. Avec tous les imaginaires inimaginables. Celui du conquérant, de l'exilé ou du migrant, du naturaliste ou du missionnaire, du négrier ou du pirate, celui du déporté, celui de qui se rêve roi d'un monde pur. Celui qui quitte une île pour une autre.Les îles ne sont pas des navires à l'ancre mais des montagnes émergées, quand bien même elles ne dépassent que de quelques mètres. Elles sont la plaque sensible de notre monde cerné d'eau, elles racontent nos convoitises, nos guerres, nos croyances, nos espoirs. Elles nous parlent d'écologie et de mondialisation autant que de distinction et de solitude.Pas étonnant que la littérature s'en soit emparée. Melville aux Marquises, Hugo à Guernesey, Tchékov à Sakhaline, Perec à Ellis Island, Albert Londres à l'île du diable, Soljenitsyne à Solovki, Dumas à If, Césaire ou Glissant à la Martinique, et ainsi de suite. Ce dictionnaire amoureux va de Fred et de Philémon sur le A d'océan Atlantique, à Robinson sur Juan Fernandez (où Defoe, du reste, n'a jamais mis les pieds).

11/2020

ActuaLitté

Non classé

Perdre la Terre ; une histoire de notre temps

La décennie où nous avons failli arrêter le changement climatique et pourquoi nous n’avons rien fait. Le Livre noir du climat. 1979. À peu près tout ce que nous comprenons à l’heure actuelle du réchauffement climatique était compris. Et même mieux compris, sans doute. Les principaux aspects du problème étaient tranchés, sans débat possible, et les spécialistes, loin de se disputer sur l'établissement des faits, travaillaient à en affiner les conséquences. Il y a trente ans, nous aurions pu sauver la Terre. Pourtant nous n’avons rien fait. Après des années d’enquête et plus de cent interviews réalisées avec le soutien de la Fondation Pulitzer, Nathaniel Rich retrace comment la planète a raté son rendez-vous avec le climat, comment malgré les efforts de plusieurs lanceurs d’alerte, d’intérêts parfois concordants, souvent contradictoires, y compris de l’industrie pétrolière, rien n’a été fait pour stopper le changement climatique. Implacable et passionnant, Perdre la Terre est un document pour l’histoire. Notre histoire. (trad. David Fauquemberg) Le roman impitoyable d’occasions historiques manquées – et de ce que nous pouvons et devons faire avant qu’il soit vraiment trop tard. Un récit fascinant qui restitue dans le détail les mécanismes à l’œuvre pour expliquer l’imminence de la catastrophe (silences coupables, déni, atermoiements de la conscience, force de l’inertie et des renoncements). Né en 1980, Nathaniel Rich vit à la Nouvelle-Orléans. Journaliste au long cours, il est fasciné par l’attraction paradoxale qu’exercent les catastrophes sur la société contemporaine et interroge la manière dont le monde et la littérature s’accommodent du désastre. Son roman Paris sur l’avenir a été publié par les Éditions du sous-sol (Livre de Poche, 2017). A retrouver dans le dossier Points Terre : écologie et sauvegarde de la planète

ActuaLitté

sociologie

Climategate ; une autre histoire du réchauffement climatique

Ce modeste ouvrage se donne pour mission de dénoncer le capitalisme dominant, celui qui opprime les faibles et exploite les pauvres. Celui que dénonçait déjà en son temps Lénine, parlant de l'impérialisme comme stade suprême du capitalisme. Ce capitalisme a transcendé les époques et les frontières et se sert aujourd'hui du prétexte du réchauffement climatique pour continuer à piller les ressources de la planète. Accaparement des terres, biocarburants, destruction des forêts tropicales et de la biodiversité. Les adeptes de ce nouveau système se trouvent dans les grands centres capitalistes de Paris, Genève, Londres et Washington.

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Programme sensible

Dans un deux-pièces de la banlieue parisienne ignoré du GPS et de Google Earth, un homme qui a déjà vécu plusieurs vies entretient un dialogue obsédant avec son ordinateur dont l’écran liquide semble receler de vivantes images de son passé refoulé dans une forêt nordique d’Estonie, vingt ans avant la chute du mur de Berlin. Et affronte, sur fond de drame des sans-papiers, de rafle des camps "Roms", de réchauffement climatique et de tragédie de Fukushima, un passé qui revêt, sur / sous écran, les couleurs d’un conte originel, dont les ogres désormais numérisés, percutant inlassablement son inconscient et sa mémoire archaïques, l’obligent à se réinventer dans la "vraie" vie.

ActuaLitté

litterature francaise recits d'aventures et de voyages

Paradis (avant liquidation)

« Il y a des pays en voie de développement et des espèces en voie de disparition. La république des Kiribati est un pays en voie de disparition. Perdu au milieu de l’océan Pacifique, ce petit paradis semble promis à l’engloutissement par le réchauffement climatique. J’ai organisé ma vie autour d’une ambition saugrenue, le quadrillage méthodique de la planète. Moteur: toujours voir un pays en plus. Ce qui se profile ici, c’est un pays en moins. Je dois m’y rendre avant qu’il ne soit rayé de la carte. »

05/2013

ActuaLitté

romans et fiction romanesque

Solaire

Michael Beard aurait tout de l'antihéros pathétique (boulimique, chauve, bedonnant, il est proche de la soixantaine et son cinquième mariage est sur le déclin) s'il ne s'était vu décerner le Prix Nobel de physique. Croyant que son heure de gloire est derrière lui, il végète en faisant de vagues recherches sur les énergies renouvelables, et c'est par ailleurs un coureur de jupons invétéré. Mais voilà qu'il rencontre un étudiant, Tom Aldous, qui prétend avoir trouvé la solution pour lutter contre le réchauffement climatique . Contre toute attente, cette rencontre va remettre Michael Beard en selle. Celui-ci décide de se rendre au pôle Nord et à son retour, il va de surprise en surprise. Non seulement il trouve Aldous installé chez lui (il est flagrant qu'il est devenu l'amant de sa femme) ; mais lorsque Beard lui demande de quitter les lieux, Aldous glisse malencontreusement, sa tête heurte le coin de la table et il meurt. Beard se débrouille alors pour faire accuser Tarpin, l'amant " officiel " de sa femme, lequel écopera de 18 ans de prison. Dans le même temps, Beard compulse les notes qu'Aldous avait laissées pour lui. Il se les approprie et parcourt le monde de conférence en conférence en prônant cette thèse d'avant-garde, mais ne tarde pas à se voir traité d'imposteur et de plagiaire par son propre centre de recherche, désireux de récupérer le brevet. Comme souvent chez McEwan, trajectoire individuelle et destin collectif sont indissociables : de même que l'état de la planète sert de toile de fond pour mettre en scène les déviances de Michael Beard et le pousser dans ses derniers retranchements, les errements du physicien représentent autant de signes avant-coureurs de l'apocalypse annoncée. Le comique du début cède la place à une ironie absolue, le divertissement à la parabole. Beard, qui devait sauver la planète du désastre écologique, apparaît pour ce qu'il est : un prédateur narcissique incapable d'accepter la moindre frustration. Malgré ses promesses répétées de se réformer, il remet sans cesse au lendemain et court à sa perte. Comme l'humanité. Le dernier sommet de Copenhague rend d'une actualité " brûlante " ce roman, sans doute l'un des plus intelligents et des plus narquois de Ian McEwan.

03/2011

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté