Recherche

prix livre Inter

Extraits

ActuaLitté

Littérature

Un jour ce sera vide

Lauréat du Prix du Livre Inter 2021 

C'est un été en Normandie. Le narrateur est encore dans cet état de l'enfance où tout se vit intensément, où l'on ne sait pas très bien qui l'on est ni où commence son corps, où une invasion de fourmis équivaut à la déclaration d'une guerre qu'il faudra mener de toutes ses forces. Un jour, il rencontre un autre garçon sur la plage, Baptiste. Se noue entre eux une amitié d'autant plus forte qu'elle se fonde sur un déséquilibre : la famille de Baptiste est l'image d'un bonheur que le narrateur cherche partout, mais qui se refuse à lui.Ecrit dans une langue ciselée et très sensible, Un jour ce sera vide est un roman fait de silences et de scènes lumineuses qu'on quitte avec la mélancolie des fins de vacances. L'auteur y explore les méandres des sentiments et le poids des traumatismes de l'Histoire.

08/2020

ActuaLitté

Littérature

Avant que j'oublie [Prix du livre Inter 2020]

Il y a d'un côté le colosse unijambiste et alcoo- lique, et tout ce qui va avec : violence conju- gale, comportement irrationnel, tragi-comédie du quotidien, un " gros déglingo ", dit sa fille, un vrai punk avant l'heure. Il y a de l'autre le lecteur autodidacte de spiritualité orientale, à la sensibilité artistique empêchée, déposant chaque soir un tendre baiser sur le portrait pixellisé de feue son épouse ; mon père, dit sa fille, qu'elle seule semble voir sous les appa- rences du premier. Il y a enfin une maison, à Carrières-sous-Poissy et un monde ancienne- ment rural et ouvrier. De cette maison, il va bien falloir faire quelque chose à la mort de ce père Janus, colosse fragile à double face. Capharnaüm invraisemblable, caverne d'Ali-Baba, la maison délabrée devient un réseau infini de signes et de souvenirs pour sa fille qui décide de trier méthodiquement ses affaires. Que disent d'un père ces recueils de haïkus, auxquels des feuilles d'érable ou de papier hygiénique font office de marque-page ? Même elle, sa fille, la narratrice, peine à déceler une cohérence dans ce chaos. Et puis, un jour, comme venue du passé, et parlant d'outre- tombe, une lettre arrive, qui dit toute la vérité sur ce père aimé auquel, malgré la distance sociale, sa fille ressemble tant. [Prix du livre Inter 2020]

08/2019

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Supplément à la vie de Barbara Loden

Elle voudrait tout y mettre... une âme lucide et apeurée se dissimulant dans une autre, le grand jeu héroïco-comique du désastre intérieur, l'incapacité à dire non, à se fâcher, à refuser, un paysage de charbon, quelques larmes, une grande actrice. Prix du Livre Inter 2012

01/2012

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Supplément à la vie de Barbara Loden

Elle voudrait tout y mettre... une âme lucide et apeurée se dissimulant dans une autre, le grand jeu héroïco-comique du désastre intérieur, l'incapacité à dire non, à se fâcher, à refuser, un paysage de charbon, quelques larmes, une grande actrice. Prix du Livre Inter 2012

01/2012

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Les saisons de Louveplaine

La dernière fois que Nour a vu son mari, Hassan, c’était en août à l’aéroport d’Alger. Il retournait travailler en France. Puis il n’a plus donné de nouvelles et Nour a décidé à son tour de prendre l’avion pour venir voir ce qui se passait. Quand elle arrive à Louveplaine, la ville de Seine-Saint-Denis où Hassan lui a promis qu’ils vivraient un jour avec leur petite fille, au 15e étage de la tour Triolet, l’appartement est vide. Hassan a disparu. Désemparée mais déterminée à retrouver son mari, Nour fait connaissance avec les habitants de la cité, des parents qui triment aux adolescents qui font les quatre-cents coups. Sonny, bon élève au lycée mais mêlé à tous les trafics, s’impose à elle, tantôt amical, tantôt menaçant. Apparemment, il sait, pour Hassan. Mais veut-il aider Nour, la protéger, ou l’embrouiller? Nour avance à tâtons, alors que la sombre renommée de son mari se dessine sur fond d’économie parallèle et de démantèlements urbains qui mettent la cité sous tension. Sur les traces de son héroïne qui déambule dans l’atmosphère gothique d’une ville battue par les vents, et attrapant au vol les rêves turbulents de bandes d’adolescents hors de contrôle, Cloé Korman transforme le béton du 93 en un matériau romanesque puissant, un territoire de la mémoire républicaine, et le creuset d’une langue où se conjuguent la poésie et l’action. Cloé Korman est née en 1983 à Paris. Elle a étudié la littérature, en particulier la littérature anglo-saxonne, ainsi que l’histoire des arts et du cinéma. Son premier roman, Les Hommes-couleurs a été récompensé par le prix du Livre Inter et le prix Valery-Larbaud, et s’est vendu à plus de 30 000 exemplaires.

08/2013

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté