Recherche

préfèrent

Extraits

ActuaLitté

Romans & contes

Le voyageur du doute

Un chien et Simon, son homme, ont la même opinion pessimiste et désabusée du monde, aussi préfèrent-ils ne pas le fréquenter. Un matin, ils croisent sur leur chemin cinq jeunes gens qui s’aiment d’amour et de désespoir et multiplient cambriolages et mauvais coups. Simon s’attachera à eux, négligeant la réprobation de son chien. Il décide sans les juger de partager leur quotidien, et traverse avec eux des territoires que l’on croirait perdus. Mais il ne fait pas bon se mettre en dehors des rails pour choisir la liberté quand on est un voyageur du doute...

10/2019

ActuaLitté

culture et mondialisation

Mainstream ; enquête sur cette culture qui plaît à tout le monde

Comment fabrique-t-on un best-seller, un hit ou un blockbuster ? Pourquoi le pop-corn et le Coca-Cola jouent-ils un rôle majeur dans l'industrie du cinéma ? Après avoir échoué en Chine, Disney et Murdoch réussiront-ils à exporter leur production en Inde ? Comment Bollywood séduit-il les Africains et les telenovelas brésiliennes, les Russes ? Pourquoi les Wallons réclament-ils des films doublés alors que les Flamands préfèrent les versions sous-titrées ? Pourquoi ce triomphe du modèle américain de l'entertainment et

ActuaLitté

Non classé

Des journees entieres dans les arbres

Les vrais enfants sont ceux qui ont passé leur enfance dans les arbres à dénicher des nids, et perdu leur vie. Les mères, en effet, préfèrent aux autres ces éternels enfants-là. Et l'amour qu'elles leur portent, non seulement survit, mais s'enfle de leur vieillesse, de la déchéance de leur raison, de la magnificence toujours plus grande de leur immoralité. Tel est le sujet des Journées entières dans les arbres.

ActuaLitté

policier & thriller (grand format)

Meme goes to Hollywood

Attention, Mémé Cornemuse est de retour! Au programme: un road movie en baraque à frites puis en cargo, des préparations culinaires fantaisistes, voire mortelles... et, au bout du tunnel, une rencontre avec Jean-Claude Van Damme himself. Enfin, peut-être. Mémé Cornemuse a décidé d'aller rencontrer son Dieu: Jean-Claude Van Damme. Comme il tourne à Hollywood, il faut qu'elle trouve du pognon sans bosser. Elle s'inscrit donc à l'émission de Jacques Pradouille, Adoptez-moi. Objectif: arnaquer la famille d'accueil, des bourgeois qui rêvent d'une mamy confitures pour leurs mouflets. En deux temps, trois mouvements, Mémé se casse avec leurs économies et une camionnette aménagée en baraque à frites, direction le port du Havre, où elle se fait embaucher comme cuisinière sur un cargo. Mais ses talents culinaires déciment les marins, et les survivants préfèrent la débarquer sur une plage de la mer du Nord, où elle apprend avec indignation le kidnapping de JCVD. Les ravisseurs n'ont qu'à bien se tenir, Mémé a la pantoufle tueuse, ça va saigner!

02/2014

ActuaLitté

policier & thriller (grand format)

Meme goes to Hollywood

Attention, Mémé Cornemuse est de retour ! Au programme : un road movie en baraque à frites puis en cargo, des préparations culinaires fantaisistes, voire mortelles... et, au bout du tunnel, une rencontre avec Jean-Claude Van Damme himself. Enfin, peut-être.

Mémé Cornemuse a décidé d'aller rencontrer son Dieu : Jean-Claude Van Damme. Comme il tourne à Hollywood, il faut qu'elle trouve du pognon sans bosser. Elle s'inscrit donc à l'émission de Jacques Pradouille, Adoptez-moi. Objectif : arnaquer la famille d'accueil, des bourgeois qui rêvent d'une mamy confitures pour leurs mouflets. En deux temps, trois mouvements, Mémé se casse avec leurs économies et une camionnette aménagée en baraque à frites, direction le port du Havre, où elle se fait embaucher comme cuisinière sur un cargo. Mais ses talents culinaires déciment les marins, et les survivants préfèrent la débarquer sur une plage de la mer du Nord, où elle apprend avec indignation le kidnapping de JCVD. Les ravisseurs n'ont qu'à bien se tenir, Mémé a la pantoufle tueuse, ça va saigner !

02/2014

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Naissance

La naissance ne saurait être biologique : on choisit toujours ses parents. Naître, c'est semer ses géniteurs. Non pas tuer le père, mais tuer en nous le fils. Laisser son sang derrière, s'affranchir de ses gènes. Chercher, trouver d'autres parents : spirituels. Ce qui compte, ce n'est pas la mise au monde, mais la mise en monde. Naître biologiquement, c'est à la portée du premier chiot venu, des grenouilles, des mulots, des huîtres. Naître spirituellement, naître à soi-même, se déspermatozoïder, c'est à la portée de ceux-là seuls qui préfèrent les orphelins aux fils de famille, les adoptés aux programmés, les fugueurs aux successeurs, les déviances aux descendances. Toute naissance est devant soi. C'est la mort qui est derrière. Les parents nous ont donné la vie ? A nous de la leur reprendre. Le plus tôt possible.

08/2013

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté