Recherche

periphérique

Extraits

ActuaLitté

Polars & thrillers

Code 93

Meilleur auteur de polar 2020 par le Times Magazine Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire. Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste : celle d'un mystérieux dossier, le " Code 93 " ? Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison...

04/2013

ActuaLitté

Non classé

Sur la route du Danube

Dans une odyssée cycliste à travers une Europe à la dérive, le long du Danube et de ses paysages époustouflants, Emmanuel Ruben compose un portrait fort et sensible de la mosaïque européenne. A l'été 2016, Emmanuel Ruben entreprend avec un ami une traversée de l'Europe à vélo. En quarante-huit jours, ils remonteront le cours du Danube depuis les rives de la mer Noire jusqu'à sa source de la Forêt-Noire. D'Odessa à Strasbourg, ils parcourront 23 degrés de longitude, 6 degrés de latitude et 4 000 km. Ce livre-fleuve est inspiré de cette épopée à travers les marécages du delta du Danube et les steppes eurasiatiques d'Ukraine, les vestiges de la Roumanie de Ceau?escu, le rougeoiement des plages bulgares au crépuscule, les défilés des Portes de Fer en Serbie, les frontières hongroises hérissées de barbelés... En choisissant de suivre le fleuve à contre-courant, c'est l'histoire complexe d'une Europe qui se referme que les deux amis traversent. Mais, dans les entrelacs des civilisations déchues et des peuples des confins, affleurent les portraits poignants des hommes et des femmes croisés en route, le tableau vivant d'une Europe périphérique et contemporaine. Dans ce récit d'arpentage, Emmanuel Ruben poursuit en cycliste, en écrivain, en géographe, en homme tout simplement, sa " suite européenne " initiée avec "La Ligne des glaces" et explore la géographie du Vieux Continent pour mieux révéler toutes les fictions qui nous constituent.

ActuaLitté

Non classé

Malone meurt

Écrit en français en 1948, Malone meurt est paru en 1951. De même que Dante chemine de cercle en cercle pour atteindre son Enfer ou son Paradis, de même Samuel Beckett situe-t-il, chacun dans un cercle bien distinct, les trois principaux protagonistes des romans de sa trilogie, Molloy, Malone meurt et L’Innommable, afin qu’ils atteignent, peut-être, le néant auquel ils aspirent. D’un roman à l’autre, ce cercle est de plus en plus réduit. Beaucoup plus à l’étroit que Molloy, voici donc Malone figé dans une chambre close, gisant quasi immobile dans son lit, attendant sa mort prochaine. Le seul cheminement apparemment possible est celui du regard qu’il pose sur les objets qui l’entourent. Cependant Malone possède un crayon et un cahier : il va écrire. Il va décrire son état par le menu, de façon tout à la fois savoureuse et bouleversante, mais aussi il va enfin s’exiler de soi vers la périphérie où réside l’imaginaire : il va pouvoir inventer. « Vivre et inventer. [... ] vivre, faire vivre, être autrui, en moi, en autrui. » Dès lors, ce sont d’incessants allers et retours du centre jusqu’à la circonférence, cet ailleurs où prennent vie les personnages rocambolesques qu’il crée. « Et doucement mon petit espace vrombit, à nouveau. Vous me direz que c’est dans ma tête, et il me semble souvent en effet que je suis dans une tête, que ces huit, non, ces six parois sont en os massif, mais de là à dire que c’est ma tête à moi, non, ça jamais. » Malone gagne ce domaine périphérique où tantôt il semble s’inventer lui-même, tantôt il se métamorphose en l’un ou l’autre des personnages qu’il invente. Est-il encore Malone ou serait-il devenu Macmann ? Malone meurt est l’œuvre dans laquelle, avec un humour extrême, une acuité et un sens poétique infinis, Samuel Beckett s’exprime le plus explicitement sur l’acte d’écrire et sur la complexité des rapports entre un écrivain, sa création et ses créatures.

ActuaLitté

essais de sociologie

Pour une sociologie de l'environnement ; environnement, société et politique

L’environnement est de plus en plus médiatisé dans la société française contemporaine. Pour autant un hiatus existe entre cette présence médiatique et la place qu’il occupe dans les sciences humaines et sociales en France. En effet, seul un petit nombre de chercheurs, sociologues, politistes, juristes, historiens, pour certains engagés, ont fait de la question environnementale leur thème de prédilection sans toutefois réussir à mobiliser leurs communautés respectives. La résistance des sciences sociales à se saisir de cette question apparaît comme une spécificité française liée aux préjugés scientifiques, aux découpages institutionnels et aux conflits disciplinaires. L’environnement y est considéré comme un domaine relevant des sciences biologiques, climatiques, écologiques, géomorphologiques et non comme celui des sciences sociales. Ces raisons expliquent en partie sa relégation au rang d’objet périphérique. Rien de tel dans les pays anglo-saxons où l’environnement dans les sciences sociales occupe une place majeure comme processus dynamique d’interaction entre des facteurs naturels et sociaux Cet ouvrage explore les causes à l’origine de cette relégation de l’environnement en France et les difficultés à faire valoir son existence dans la recherche sociologique et dans l’espace public. Ses auteurs pénètrent dans les arcanes de la construction sociale et politique de l’environnement, fouillant les coulisses de la recherche, des ministères et des grands corps d’Etat pour comprendre ce particularisme français et les conséquences cognitives et pratiques qui en découlent. Unique en son genre, ce livre est un outil de travail indispensable à tous ceux, étudiants, chercheurs, experts, décideurs. qui s’interrogent sur les relations entre Société, Politique et Environnement.

11/2013

ActuaLitté

romans et fiction romanesque

La borne SOS 77

La Borne SOS 77 est un court roman composé de deux voix qui se succèdent en alternance : celle de Ghetto, un sans domicile fixe vivant au bord du périphérique parisien, et celle d'un agent de la Préfecture de police affecté à la vidéosurveillance de ce même périphérique. Ce dernier, habitué à voir le monde à travers des écrans et des caméras fixes, découvre un jour - à la limite du hors-champ - une forme noire qui semble s'être installée sur une langue de béton, à la hauteur des voitures. Obsédé par le désir de réduire toutes les fractures, il va se rendre sur place et tenter de se rapprocher de ce SDF qui fouille les poubelles.
La Borne SOS 77 est née à partir du travail photographique de Ludovic Michaux sur les dispositifs mis en place pour empêcher les sans-abris de s'installer sur les trottoirs ou sous les porches des immeubles (pics, grillages, plots.). Les deux écritures, photographiques et littéraires, soulignent une réalité sociale glaçante, bien que peu perceptible.

03/2009

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté