Recherche

ouest france prix

Extraits

ActuaLitté

Littérature

La grande épreuve

Grand Prix Académie Française 2020

Un couple sans histoire, Laure et François Berteau. Leur fils adoptif, David, adolescent enjoué qui se pose des questions sur ses origines. Le père Georges Tellier, un prêtre qui s’arc-boute à sa foi, dans une Eglise qui s’étiole. Frédéric Nguyen, flic résolu à l’action et au silence, pour préserver sa vie privée. Hicham, que le goût du risque et de la frime finit par conduire en prison. Des remarques blessantes, de mauvaises rencontres. Une emprise croissante de l’islamisme et une colère de plus en plus radicale.Et tout se précipite. Vers cette petite église d’un village du Sud-Ouest de la France, la tragédie attire comme un aimant explosif des hommes que rien ne prédestinait à se rencontrer.Le sujet de La Grande Epreuve nous concerne tous. La violence peut surgir au coin de la rue, comme ce fut le cas pour le père Hamel assassiné dans son église de Saint-Etienne du Rouvray. Etienne de Montety s’en inspire librement, en romancier. Car ce que seul un roman peut nous faire comprendre, par son souffle, ses échos et son irrésistible accélération, c’est la dimension inéluctable de tels événements. Le courage, la prudence, la peur, l’amour ou le désarroi, rien ne pourra arrêter une religion devenue folle.

08/2020

ActuaLitté

Non classé

La femme murée

Elle s’appelait Jeanne Devidal (1908-2008), connue sous le surnom de « La folle de Saint-Lunaire ». En Bretagne, sa maison tarabiscotée, faite de bric et de broc, débordant sur la rue et abritant en son centre un tilleul, fut longtemps objet de scandale, verrue dans le paysage de la côte d’Émeraude. Aujourd’hui démolie, cette forteresse dérangeante aurait pourtant pu faire reconnaître Jeanne Devidal comme un Facteur Cheval au féminin.

Toujours sensible aux figures de femmes en marge, Fabienne Juhel rend hommage à ce personnage aux nombreuses zones d’ombre : employée aux PTT avant-guerre, résistante torturée par la Gestapo, plusieurs fois internée en psychiatrie.

Ce récit est construit à la façon Devidal, depuis les fondations jusqu’au mirador, dans une fantaisie inspirée. Voici donc un tombeau littéraire, pour une femme qui batailla toute sa vie entre folie et art brut.

Fabienne Juhel est l’auteur de huit romans, dont À L’angle du renard (Prix Ouest-France/Étonnants voyageurs), et La Chaise numéro 14. Elle vit près de Saint-Brieuc.

04/2018

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté