Recherche

marches livres

Extraits

ActuaLitté

essais de sociologie

Enfances ; pratiques, croyances et inventions

Des enfances sont au foyer de ce livre: toutes faites d’expériences inaugurales et de rapports humains fondateurs, vécus et intégrés par chacun, entre dépendance nécessaire et autonomie croissante au fil des jours et des ans. Ce « petit monde dans le grand » (Walter Benjamin) a retenu l’attention des écrivains, des poètes, des artistes. Mais les cultures et les sociabilités juvéniles sont encore, étrangement, des terres largement inconnues. Les huit anthropologues réunis ici explorent ces friches de la connaissance, à partir de recherches effectuées en Europe, en Afrique, en Amérique du Nord et en Asie. Quelles cultures des enfants produisent-ils, tandis qu’ils s’humanisent au sein des leurs et entre eux, avant d’intégrer l’âge adulte? Leurs activités peuvent-elles féconder en retour leurs milieux d’appartenance: familles, quartiers, ethnies, cités, nations…? Fondé sur des ethnographies directes ou des récits de première main, Enfances révèle que des groupes humains très divers, articulent efficacement au bien commun le caractère transitoire de l’âge d’enfance, son anomie relative, la gratuité, l’intensité et l’inventivité des actions juvéniles, comparées aux régulations plus rigides, aux vastes enjeux, aux marches mieux assurées et aux routines indispensables qui pérennisent l’existence collective en entier.

ActuaLitté

Économie politique

L'esprit de Philadelphie ; la justice sociale face au marché total

Les propagandes visant à faire passer le cours pris par la globalisation économique pour un fait de nature, s’imposant sans discussion possible à l’humanité entière, semblent avoir recouvert jusqu’au souvenir des leçons sociales qui avaient été tirées de l’expérience des deux guerres mondiales. La foi dans l’infaillibilité des marchés a remplacé la volonté de faire régner un peu de justice dans la production et la répartition des richesses à l’échelle du monde, condamnant à la paupérisation, la migration, l’exclusion ou la violence la foule immense des perdants du nouvel ordre économique mondial. La faillite actuelle de ce système incite à remettre à jour l’œuvre normative de la fin de la guerre, que la dogmatique ultralibérale s’est employée à faire disparaître. Ce livre invite à renouer avec l’esprit de la Déclaration de Philadelphie de 1944, pour dissiper le mirage du Marché total et tracer les voies nouvelles de la Justice sociale.

ActuaLitté

philosophie textes / critiques / essais / commentaires

Renverser l'insoutenable

Dictature des marchés, politiques d’austérité, inégalités sociales, catastrophes environnementales, crises démocratiques: de toutes parts nous arrivent les signes de la fin d’un monde caractérisé par des pressions insoutenables. Yves Citton ébauche un nouveau vocabulaire politique pour renverser cet insoutenable à la fois environnemental, éthique, social, médiatique et psychique. À la croisée de multiples (in)disciplines, cet essai drôle et enlevé prend le contre-pied du misérabilisme ambiant en révélant que le renversement de l’insoutenable est déjà inscrit dans les dynamiques collectives de nos gestes les plus communs. Il esquisse une politique des gestes qui prend sa source entre ces deux questions: Comment faisons-nous pression sans le vouloir? Comment faire pression en le voulant? Attentif au rôle de l’image et à la circulation des discours, Yves Citton livre ici les moyens de repenser notre place et notre action dans des processus sociaux dont la complexité nous dépasse. Il montre que l’on peut tirer parti des dispositifs médiatiques plutôt que de les subir et que, une fois fait le deuil du Grand Soir, l’urgence est de proposer des alternatives à la politique du pire.

08/2012

ActuaLitté

philosophie textes / critiques / essais / commentaires

Renverser l'insoutenable

Dictature des marchés, politiques d’austérité, inégalités sociales, catastrophes environnementales, crises démocratiques: de toutes parts nous arrivent les signes de la fin d’un monde caractérisé par des pressions insoutenables. Yves Citton ébauche un nouveau vocabulaire politique pour renverser cet insoutenable à la fois environnemental, éthique, social, médiatique et psychique. À la croisée de multiples (in)disciplines, cet essai drôle et enlevé prend le contre-pied du misérabilisme ambiant en révélant que le renversement de l’insoutenable est déjà inscrit dans les dynamiques collectives de nos gestes les plus communs. Il esquisse une politique des gestes qui prend sa source entre ces deux questions: Comment faisons-nous pression sans le vouloir? Comment faire pression en le voulant? Attentif au rôle de l’image et à la circulation des discours, Yves Citton livre ici les moyens de repenser notre place et notre action dans des processus sociaux dont la complexité nous dépasse. Il montre que l’on peut tirer parti des dispositifs médiatiques plutôt que de les subir et que, une fois fait le deuil du Grand Soir, l’urgence est de proposer des alternatives à la politique du pire.

08/2012

ActuaLitté

economie internationale

2 ou 3 choses que l'on ne vous dit jamais sur le capitalisme

Sur un ton léger, non sans humour et avec un grand talent de vulgarisateur, l’étoile montante de l’économie hétérodoxe anglo-saxonne démolit 23 contre vérités économiques continuellement diffusées par le discours dominant et les médias, 23 mythes à propos du capitalisme contemporain. On découvre ainsi que: les marchés libres n’existent nulle-part ; les politiques de libre-échange n’ont jamais sorti un pays de la pauvreté ; la firme globale apatride est une légende, l’invention du lave-linge a bien davantage changé le monde que celle d’Internet ; il nous faudrait des marchés financiers moins efficients et non pas davantage ; on a pas besoin de bons économistes pour mener de bonnes politiques économiques ; nous ne sommes pas dans une économie post-industrielle ; enrichir les riches n’enrichit pas les autres … et encore deux ou trois autres choses!

10/2012

ActuaLitté

histoire faits de societe, temoignages contemporains, actualite

Le petit livre rouge de la culture

Après dix ans de gouvernance conservatrice, qui ont fait de la France un pays divisé, la gauche a le devoir de gagner en mai 2012. Pour réconcilier les Français, leur redonner fierté et sens du projet collectif. Donnons la priorité à l’éducation, au logement, à la justice fiscale et sociale, à la jeunesse, à l’environnement, à la moralisation de la vie politique, à la réforme du fonctionnement des marchés financiers, mais n’oublions pas de construire des « galeries vers le ciel » comme le disait Aragon. La culture fait partie intégrante de notre identité et de notre histoire, elle fédère et rassemble les citoyens, contribue à donner à la France sa place spécifique en Europe et dans le monde. Vecteur d’épanouissement individuel autant que de valeurs collectives, elle est le socle de notre République. Parce que nous traversons une crise économique et morale profonde, il me semble indispensable de défendre une politique culturelle audacieuse et réformatrice, en phase avec son temps, ouverte à tous les citoyens. C’est l’objet de ce Petit livre rouge de la culture. Couverture: Livre rouge © Andy Crawford / Dorling Kindersley / Getty Images

01/2012

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté