Recherche

marché économie

Extraits

ActuaLitté

Littérature

L'intégrale F.A.U.S.T.

Premier janvier 2095. Les Puissances - ces grands empires industriels qui règnent sur l'économie mondiale - rassemblent leurs forces. Demain, à New York, le Sénat des Nations Unies ouvre ses portes... Une conspiration est en marche - si vaste qu'elle pourrait bien faire basculer le destin de l'humanité.De l'autre côté de l'Atlantique, un groupe de scientifiques, d'intellectuels, de diplomates et d'espions prépare la riposte. Ils n'ont pas de nom, pas d'argent, pas de statut... Mais leur détermination est digne des utopistes de la Renaissance.

10/2019

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Le gris

Ce premier roman met en scène un héros-narrateur plutôt paumé, marginal, désabusé et, tout de même, révolté. Il s'est délibérément écarté du chemin tracé, abandonnant tout travail salarié, habitant dans les appartements de tours promises à la destruction, et vivant d'expédients, notamment de vol. C'est-à-dire qu'il a conçu un système de pensée qui implique qu'il ne participe aucunement à la marche du monde tel qu'il va, qu'il refuse son économie et ses valeurs et qu'il va même jusqu'à le combattre activement. Ainsi s'est-il associé à trois autres marginaux comme lui, plus ou moins politisés. À eux quatre, ils braquent les camions de livraisons des supermarchés, trouvant dans leurs vols de quoi s'habiller et se nourrir, et procéder ainsi à un genre de redistribution sauvage. Mais notre héros, qui voudrait agir sur le monde, le changer, sent bien qu'il est dans une impasse et que les fondements politiques de leur comportement à lui et à ses camarades sont de moins en moins évidents, que tout cela tourne au petit gangstérisme. D'ailleurs ne devient-il pas peu à peu leur otage? L'histoire est celle de sa prise de conscience et de sa libération, notamment au contact d'une jeune femme dont la simple présence suffit à brouiller ses repères. Mais peut-être est-il déjà trop tard...

ActuaLitté

États-unis

La croissance américaine ou la main de l'état ; comment l'amérique keynésienne surclasse l'europe néolibérale

Depuis vingt ans, l’insolente prospérité de l’économie américaine et la contre-performance européenne et française nourrissent le discours à la mode des « déclinologues »: à défaut d’imiter enfin le libéralisme et la flexibilité de l’Amérique, nous resterions durablement à la traîne. Il faudrait nous en remettre à la « main invisible » du marché, et amputer la main maladroite et sclérosante de l’État. Or, ce diagnostic est un contresens total. L’auteur nous guide ici au cœur des politiques économiques américaines, et l’on découvre que la flexibilité ou le recul des régulations publiques ne sont pour rien dans une performance qui résulte, bien au contraire, d’une intervention massive de l’État qui soutient la croissance, promeut la recherche et l’investissement dans les nouvelles technologies et assure ainsi le plein emploi. On est à mille lieues de l’État minimal et du laisser-faire chers aux libéraux: toutes les interventions publiques interdites ou étroitement limitées dans l’Union européenne sont utilisées à volonté par les administrations américaines. Avec une documentation imparable et dans un style limpide, l’auteur démontre que le déclin relatif de notre économie provient ainsi de l’abandon du « vieux » modèle keynésien européen que les Américains, eux, ont su préserver! Mieux, il montre comment certains pays de l’Europe du Nord ont pu obtenir des performances comparables à celles des États-Unis, mais sans développer les folles inégalités qui caractérisent ces derniers. Notre « modèle social » de l’État-providence n’est donc pas en crise, c’est son abandon qui nous mène à la crise.

ActuaLitté

lettres et linguistique critiques et essais

Un hologramme pour le roi

Avec les meilleures intentions du monde, Alan Clay a participé à la faillite de quelques belles entreprises industrielles américaines. Devenu consultant, il a accepté une mission de premier plan, qui pourrait sauver l’honneur de l’économie nationale et sa propre réputation: il doit convaincre le roi d'Arabie saoudite d'adopter une technologie de visioconférence par hologramme, tout juste mise au point par la société Reliant. Mais le roi tarde à venir et Alan, à force de rencontres rocambolesques, finit par se demander s’il comprend quoi que ce soit aux mœurs de ce pays énigmatique. Perdue dans le désert, son équipe essaie désespérément de capter le wi-fi, tandis que de nouvelles puissances industrielles intriguent pour obtenir le marché et qu'Alan suspecte une grosseur dans son cou d'être à l'origine de son manque de charisme. Dans un style éloquent par sa précision et sa clarté, avec une grande puissance d'évocation, Dave Eggers transforme la quête de son héros en une brillante et mordante méditation sur le destin de son pays.

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Les fleuristes

Un vieux Chinois économise pour offrir à son oiseau la cage la plus belle. Dans les allées du marché d'une petite ville russe, un vétéran rumine ses souvenirs. Une fillette se promène au matin sur une plage française. Une jeune femme revit, le temps d'un dîner, les circonstances qui l'ont conduite d'un pays à l'autre... Que l'action se situe en Chine, en Russie ou en France, ces nouvelles sont toujours des histoires simples et humaines, des bribes d'existence de personnages souvent modestes. Il y a des solitaires, des expatriés, des vaincus. D'un pays à l'autre, on retrouve presque les mêmes petites gens, tels ces marchands ambulants qui vendent des fleurs, à Pékin comme à Moscou. Ces bribes d'existence sont marquées par la fugacité de la vie, la douleur des séparations, la recherche d'un sens qui ne se laisse pas saisir. L'auteur nous invite à poser sur elles un regard mélancolique, mais chaleureux.

ActuaLitté

autobiographies contemporaines anthologies/dico

Bienvenue en Transylvanie

« Bien sûr qu’on va vous relâcher, lance le guérillero en pansant ma blessure, et sur laquelle fond déjà une nuée de moucherons. — Mais quand? — Impossible de le dire. Peut-être dans une semaine, un mois, un an… »Quand il reçoit son « kit d’otage » (brosse à dent, sac à dos, bottes en caoutchouc…), le journaliste français Roméo Langlois perd l’espoir d’une libération immédiate. Durant le combat qu’il a filmé, entre un commando antidrogue et des membres des Farc, plusieurs soldats sont morts. Lui-même gravement blessé au bras par un tir de AK 47, il a été capturé par les guérilleros. Déclarations incendiaires des dirigeants colombiens, mensonges des militaires, campagne présidentielle en France… En quelques jours, l’affaire se politise dangereusement. L’épreuve risque de durer. Après avoir couvert pendant dix ans le drame des otages, le journaliste est passé de l’autre côté du rideau d’arbres. Finalement, il ne restera que 33 jours aux mains des Farc. Un mois de marches dans la jungle, de cabanes paysannes en campements clandestins, harcelé par les moustiques, l’oreille collée à une radio bon marché. Dans ce récit, Langlois revient sur cette « petite éternité » traversée au cœur de la Colombie invisible: un immense maquis constellé de champs de coca, survolé nuit et jour par les avions et hélicoptères militaires, dont les pistes boueuses et les villages n’apparaissent pas sur les cartes. Qui sont les Farc? Pourquoi, plus de vingt ans après la fin de la guerre froide, de jeunes paysans colombiens prennent-ils les armes au nom de l’idéologie communiste? Comment ces hommes et ces femmes tapis dans la jungle ont-ils pu résister à la vaste campagne militaire menée par Bogotá et les États-Unis? Une paix est-elle possible, dans ce pays ravagé par la corruption et l’économie de la drogue? L’auteur alterne le récit de sa détention, succession de situations critiques et d’échanges parfois cocasses avec ses geôliers, avec des réflexions sur le journalisme de guerre et une analyse du conflit fratricide qui, depuis 50 ans, déchire la Colombie.

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté