Recherche

médiateur du livre

Extraits

ActuaLitté

thérapie familiale

Changer en famille ; les modérateurs et le médiateurs en thérapie familiale

« La lecture de ce livre permet de comprendre que la qualité de la relation thérapeutique qui peut s’établir entre un thérapeute et la famille ne dépend que très partiellement des techniques et des théories du thérapeute. Elle dépend plutôt de son habileté à s’allier avec chacun des membres de la famille en trouvant chez chacun son humanité, à s’ajuster à la culture familiale, à utiliser ce qui émerge en lui pour trouver des manières différentes d’interagir, de voir, de comprendre et de se relier au monde. C’est donc un livre essentiel pour les formateurs qui invitent les étudiants à travailler à la fois à l’acquisition de connaissances théoriques et pratiques, mais également à l’acquisition de connaissances sur eux-mêmes et sur l’art d’utiliser ses compétences relationnelles et celles de la famille pour créer un contexte permettant à tous les membres du système thérapeutique de prendre des risques afin de sortir d’impasses et poursuivre leur évolution. ». Robert Pauzé Avec une triple perspective sur le changement, celle des familles, celle des thérapeutes, mais aussi celle du chercheur qui pose un regard extérieur sur le processus thérapeutique en s’appuyant sur une méthodologie rigoureuse, cet ouvrage prépare les thérapeutes familiaux aux exigences de l’évaluation des pratiques. Nathalie Duriez est maître de conférences en psychologie clinique et responsable de trois diplômes universitaires à l’Université Paris 8

ActuaLitté

médiation familiale

La médiatrice et le conflit dans la famille

« Sans prétendre excéder jamais ce que peut le médiateur, sans confondre jamais son travail avec celui du psychologue ou du psychanalyste, a fortiori de l'avocat ou du juge, Claire Denis nous livre ici bien plus que le témoignage d'une longue expérience. Elle invente aussi une manière toute nouvelle de la faire partager, ne redoutant d'exposer ni les erreurs, ni les incertitudes, ni les réussites qui ont jalonné son parcours. Plaçant ainsi ceux qui la liront dans la situation d'apprendre par eux-mêmes, mais en leur donnant pour ce faire ses secrets, ses ‘tours de main', invitant à lire ses auteurs de prédilection comme à réfléchir sur les cas qui l'ont marquée, résumant de façon très claire chacune des étapes de la démarche, elle leur fait don d'un livre qu'elle a voulu avant tout utile. Il est destiné d'abord aux médiateurs ou aux futurs médiateurs et médiatrices. Mais il apportera à tous les professionnels de la famille qui ont à connaître des conflits privés, et se soucient de contribuer à leur résolution sans autoritarisme ni paternalisme, une moisson de réflexions et de suggestions. Pour nous tous, ce travail de retour sur soi, ou plutôt sur une pratique, par l'une des premières initiatrices de la médiation en France, est aussi une belle leçon d'énergie, de sensibilité et de générosité. » Irène Théry dans sa préface.

ActuaLitté

thérapie familiale

Changer en famille ; les modérateurs et le médiateurs en thérapie familiale

« La lecture de ce livre permet de comprendre que la qualité de la relation thérapeutique qui peut s’établir entre un thérapeute et la famille ne dépend que très partiellement des techniques et des théories du thérapeute. Elle dépend plutôt de son habileté à s’allier avec chacun des membres de la famille en trouvant chez chacun son humanité, à s’ajuster à la culture familiale, à utiliser ce qui émerge en lui pour trouver des manières différentes d’interagir, de voir, de comprendre et de se relier au monde. C’est donc un livre essentiel pour les formateurs qui invitent les étudiants à travailler à la fois à l’acquisition de connaissances théoriques et pratiques, mais également à l’acquisition de connaissances sur eux-mêmes et sur l’art d’utiliser ses compétences relationnelles et celles de la famille pour créer un contexte permettant à tous les membres du système thérapeutique de prendre des risques afin de sortir d’impasses et poursuivre leur évolution. ». Robert Pauzé Avec une triple perspective sur le changement, celle des familles, celle des thérapeutes, mais aussi celle du chercheur qui pose un regard extérieur sur le processus thérapeutique en s’appuyant sur une méthodologie rigoureuse, cet ouvrage prépare les thérapeutes familiaux aux exigences de l’évaluation des pratiques. Nathalie Duriez est maître de conférences en psychologie clinique et responsable de trois diplômes universitaires à l’Université Paris 8

ActuaLitté

médiation familiale

La médiatrice et le conflit dans la famille

« Sans prétendre excéder jamais ce que peut le médiateur, sans confondre jamais son travail avec celui du psychologue ou du psychanalyste, a fortiori de l'avocat ou du juge, Claire Denis nous livre ici bien plus que le témoignage d'une longue expérience. Elle invente aussi une manière toute nouvelle de la faire partager, ne redoutant d'exposer ni les erreurs, ni les incertitudes, ni les réussites qui ont jalonné son parcours. Plaçant ainsi ceux qui la liront dans la situation d'apprendre par eux-mêmes, mais en leur donnant pour ce faire ses secrets, ses ‘tours de main', invitant à lire ses auteurs de prédilection comme à réfléchir sur les cas qui l'ont marquée, résumant de façon très claire chacune des étapes de la démarche, elle leur fait don d'un livre qu'elle a voulu avant tout utile. Il est destiné d'abord aux médiateurs ou aux futurs médiateurs et médiatrices. Mais il apportera à tous les professionnels de la famille qui ont à connaître des conflits privés, et se soucient de contribuer à leur résolution sans autoritarisme ni paternalisme, une moisson de réflexions et de suggestions. Pour nous tous, ce travail de retour sur soi, ou plutôt sur une pratique, par l'une des premières initiatrices de la médiation en France, est aussi une belle leçon d'énergie, de sensibilité et de générosité. » Irène Théry dans sa préface.

ActuaLitté

art et sciences

La chimie et art ; le génie au service de l'homme

Quel étrange rapprochement pourraient dire l'amateur de tableaux ou de sculpture, le mélomane encore davantage, au vu de ces deux mots. Qu'on leur laisse donc le plaisir de l'émotion de l'oeuvre sans l'encombrer du voisinage d'une science, d'une technique, qui ne leur ont pas forcément laissé le meilleur souvenir. Ce livre, issu d'un colloque entre artistes et chimistes, parrainé par la Fondation de la Maison de la Chimie, témoigne en fait de l'importance de ces deux mots pris ensemble. Car avant l'émotion, avant l'existence, l'oeuvre d'art n'est que matière – le bois du violon, le pigment de la couleur, la substance de la sculpture. Et voilà qui met l'artiste – et non plus l'amateur ou le mélomane – dans sa vraie situation: le médiateur qui, de la matière brute, grâce à son travail, crée l'oeuvre. La prise de conscience de cette réalité transforme notre regard sur l'artiste, car s'il se veut maître de la matière, il est préférable qu'il la comprenne, qu'il sache prévoir ses comportements devant ses efforts et… voilà qu'on retrouve la chimie puis, dans le même mouvement, le chimiste avec sa capacité de prédiction des transformations de la matière, la puissance de ses analyses. Comme un pas de deux davantage que comme un dialogue, les auteurs se dévoilent soit artistes soit chimistes. Les premiers se fascinent pour le jeu des transformations que leur pinceau ou qu'une opération de brutal mélange d'espèces peuvent produire, ou encore s'émerveillent de cette myriade de matériaux (les matières plastiques) que personne ne connaissait avant eux – puisqu'ils viennent d'être sortis des laboratoires de chimie – et s'étonnent des nouveaux objets, des nouvelles oeuvres, qu'en tire leur art. Les autres se font enquêteurs et démasquent derrière les fards égyptiens le souci de la prophylaxie des yeux, restaurent au-delà de leur aspect actuel la réalité des bronzes antiques, admirent les performances de l'empirisme des artistes de l'Antiquité lorsqu'ils osent des transformations thermiques qui conduisent au verre, à la faïence. Et puis il y a la couleur! Merveille de la perception humaine qui est aussi un grand acquis de la science moderne et particulièrement de la chimie qui en comprend la gamme des variations que leur apporte le vieillissement. Cet ouvrage intéressera toute femme ou tout homme de culture, démontrant la nécessité d'abattre les frontières: le chimiste peut aider l'artiste mais à son tour s'enrichit de comprendre comment les oeuvres traversent le temps. Le lecteur, lui, jettera un regard renouvelé sur l'art et s'apercevra que la connaissance scientifique n'a pas nuit à son émotion… bien au contraire.

06/2010

ActuaLitté

art et sciences

La chimie et art ; le génie au service de l'homme

Quel étrange rapprochement pourraient dire l'amateur de tableaux ou de sculpture, le mélomane encore davantage, au vu de ces deux mots. Qu'on leur laisse donc le plaisir de l'émotion de l'oeuvre sans l'encombrer du voisinage d'une science, d'une technique, qui ne leur ont pas forcément laissé le meilleur souvenir. Ce livre, issu d'un colloque entre artistes et chimistes, parrainé par la Fondation de la Maison de la Chimie, témoigne en fait de l'importance de ces deux mots pris ensemble. Car avant l'émotion, avant l'existence, l'oeuvre d'art n'est que matière – le bois du violon, le pigment de la couleur, la substance de la sculpture. Et voilà qui met l'artiste – et non plus l'amateur ou le mélomane – dans sa vraie situation: le médiateur qui, de la matière brute, grâce à son travail, crée l'oeuvre. La prise de conscience de cette réalité transforme notre regard sur l'artiste, car s'il se veut maître de la matière, il est préférable qu'il la comprenne, qu'il sache prévoir ses comportements devant ses efforts et… voilà qu'on retrouve la chimie puis, dans le même mouvement, le chimiste avec sa capacité de prédiction des transformations de la matière, la puissance de ses analyses. Comme un pas de deux davantage que comme un dialogue, les auteurs se dévoilent soit artistes soit chimistes. Les premiers se fascinent pour le jeu des transformations que leur pinceau ou qu'une opération de brutal mélange d'espèces peuvent produire, ou encore s'émerveillent de cette myriade de matériaux (les matières plastiques) que personne ne connaissait avant eux – puisqu'ils viennent d'être sortis des laboratoires de chimie – et s'étonnent des nouveaux objets, des nouvelles oeuvres, qu'en tire leur art. Les autres se font enquêteurs et démasquent derrière les fards égyptiens le souci de la prophylaxie des yeux, restaurent au-delà de leur aspect actuel la réalité des bronzes antiques, admirent les performances de l'empirisme des artistes de l'Antiquité lorsqu'ils osent des transformations thermiques qui conduisent au verre, à la faïence. Et puis il y a la couleur! Merveille de la perception humaine qui est aussi un grand acquis de la science moderne et particulièrement de la chimie qui en comprend la gamme des variations que leur apporte le vieillissement. Cet ouvrage intéressera toute femme ou tout homme de culture, démontrant la nécessité d'abattre les frontières: le chimiste peut aider l'artiste mais à son tour s'enrichit de comprendre comment les oeuvres traversent le temps. Le lecteur, lui, jettera un regard renouvelé sur l'art et s'apercevra que la connaissance scientifique n'a pas nuit à son émotion… bien au contraire.

06/2010

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté