Recherche

groupe chrétien

Extraits

ActuaLitté

germains

L'europe des barbares

A l'est du Rhin, au nord des Alpes et en deçà du Danube, s'étendait le vaste territoire que les Anciens appelaient barbaricum. Les barbares, ses occupants, formaient une mosaïque de peuples illettrés et païens, dont les Grecs ne comprenaient pas la langue et dont ils moquaient le bredouillement - " bar-bar-bar "... Toute l'histoire de leurs sociétés, de l'Antiquité au Moyen Age, devait être marquée du même mépris que celui dont les gratifièrent les Anciens: ces peuples barbares allaient incarner le contre-modèle du monde " civilisé ". Confrontés à la difficulté d'exploiter des sources partiales et issues d'autres cultures, certains historiens hésitèrent à les considérer comme des ethnies séparées - ce qui s'apparentait parfois à une forme de ségrégation - ou bien au contraire comme un bloc d'un seul tenant. Karol Modzelewski a résolu d'englober dans un même horizon comparatif des sources parfois très éloignées dans le temps et dans l'espace. Cette approche anthropologique permet d'établir les représentations communes des anciens Germains et Slaves, qui ne distinguaient pas entre sacré et profane et chez lesquels, surtout, le groupe primait sur l'individu. Karol Modzelewski propose ainsi une nouvelle interprétation de la généalogie historique de l'Europe: loin de se réduire au seul héritage méditerranéen et chrétien, elle doit compter avec son passé barbare.

ActuaLitté

Écologisme

Apartés

La secrétaire nationale des Verts, tête de liste pour l'Ile-de-France aux élections régionales de mars 2010, relate son parcours de militante écologiste et sa vie pour le moins remplie de jeune femme politique et mère de quatre enfants. A l'approche du scrutin, face à un journaliste chevronné et dénué de complaisance, elle défend son projet écologique, nourri de profondes préoccupations sociales.
Il y a encore quelques mois, qui connaissait le nom et le visage de Cécile Duflot ? Depuis le succès de la liste Europe Ecologie aux Européennes de juin 2009, cette jeune femme de 34 ans a les honneurs des médias, tandis que d'autres formations politiques lui font les yeux doux. Les uns et les autres ont bien compris qu'il leur faudrait désormais compter avec elle.
Face au journaliste Guy Sitbon, homme de gauche d'une autre génération et d'une tout autre culture politique, volontiers sceptique ou provocateur, elle défend ses idéaux de justice sociale dans un monde écologiquement vivable. Nous découvrons sa personnalité franche et décidée au travers de son parcours, depuis son enfance en banlieue auprès d'un père cheminot syndicaliste et d'une mère prof, et ses premiers engagements militants au sein de la Jeunesse ouvrière chrétienne et de la Ligue pour la protection des oiseaux, avant l'adhésion aux Verts en 2001. Une jeune femme d'aujourd'hui, qui travaille et vit en banlieue (Villeneuve-Saint-Georges), jongle avec l'emploi du temps et les fins de mois, bien ancrée dans la réalité.
Cécile Duflot est née le 1er avril 1975. Elle est secrétaire nationale des Verts depuis novembre 2006 et tête de liste aux élections régionales de mars 2010. Urbaniste de formation, elle travaille à mi-temps dans un groupe de logement social.

02/2010

ActuaLitté

noblesse

La noblesse de l'empire romain ; les masques et la vertu

La noblesse romaine a été souvent considérée comme la mère de toutes les noblesses occidentales et les ouvrages sur la noblesse médiévale commencent classiquement par une référence à l'héritage romain.
Cette noblesse romaine (nobilitas) n'est pourtant pas celle que l'on croit : trop d'historiens l'ont confondue à tort avec l'ordre sénatorial. A la fin de la République romaine, la noblesse désignait au contraire un sous-groupe du Sénat, composé des familles patriciennes et consulaires. Il s'agissait d'une notion coutumière et non pas juridique. L'ambition de ce livre est de mettre en lumière le rôle des catégories non statutaires dans la structure sociale romaine.
Christophe Badel retrace le destin de ce modèle social au cours des cinq siècles de la période impériale. Groupe défini par l'usage social, non par la loi, la noblesse n'avait pas pour autant des contours flous car une série de marqueurs permettait clairement aux Romains de l'identifier. La gestion du consulat, l'exhibition des masques en cire des ancêtres lors des funérailles, l'affichage des tableaux généalogiques peints sur les murs de l'atrium désignaient concrètement un noble sénatorial au début de l'Empire comme sous la République.
Même si ce " modèle républicain " de la noblesse sénatoriale connut des remaniements à la fin de l'Antiquité, son fonctionnement général ne fut guère bouleversé. Il démontra aussi son rôle de modèle en s'implantant dans d'autres milieux et d'autres contextes. C'est en copiant la nobilitas sénatoriale que les empereurs, les notables locaux, les chrétiens élaborèrent leur modèle de noblesse. Ce phénomène de transfert ne fut pas sans affecter le modèle originel, qui connut une certaine érosion dans le nouveau milieu d'accueil.
Mais le dynamisme du modèle nobiliaire n'en fut pas moins impressionnant d'autant plus qu'il survécut à l'effondrement de l'Empire romain en Occident (476). Au début du VIe siècle, il demeurait inchangé dans les nouveaux royaumes barbares avant de s'effacer brusquement dans le dernier tiers du siècle, victime de la fusion des élites romaines et germaniques. Une nouvelle aristocratie forgeait un nouveau modèle nobiliaire.

04/2005

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté