Recherche

fermeture

Extraits

ActuaLitté

Autres littératures européennes

Agathe

Véritable phénomène littéraire international, Agathe nous invite à ouvrir les yeux, tout simplement. Soixante-douze ans passés, un demi-siècle de pratique et huit cents entretiens restants avant la fermeture de son cabinet : voilà ce qu’il subsiste du parcours d’un psychanalyste en fin de carrière. Or, l’arrivée imprévue d’une ultime patiente, Agathe Zimmermann, une Allemande à l’odeur de pomme, renverse tout. Fragile et transparente comme du verre, elle a perdu l’envie de vivre. Agathe, c’est l’histoire d’un petit miracle, la rencontre de deux êtres vides qui se remplissent à nouveau. Anne Cathrine Bomann signe ici un roman intelligent et inattendu, décortiquant avec tendresse les angoisses humaines : être, devenir quelqu’un, désirer et vieillir. Serait-il possible de découvrir enfin de quoi on a vraiment peur? « Tout le monde sait qu’on ne doit pas mélanger la thérapie et la vraie vie; vois ce qui est arrivé à ce bon Jung. »

08/2019

ActuaLitté

Non classé

Poison d'outre-mine

Huit personnages principaux exécutent une ronde en pays minier, qui en quête de vengeance, qui en quête de justice, qui en quête de vérité, de reconnaissance ou d’amour, qui en quête tout court.
Ils s’entrecroisent et leurs destins se mêlent sur fond de fermeture des mines de charbon et de gestion de « l’après-mine ».
Financée par la population locale, une sculpture monumentale va jaillir de terre en une ascension vers l’aube. Elle va devenir le symbole de la rédemption et de la renaissance d’un bassin minier sans mine.
Une sale intrigue vient couronner le tout dans un pays vert et noir travaillé par les affaissements et les effondrements de « l’après-mine ».

02/2019

ActuaLitté

entreprises

Perte d'emploi, perte de soi

En 1996, la fermeture de l’usine Chausson de Creil, programmée dans le secret par la direction dès 1991, a marqué les esprits. Malheureusement, les problèmes soulevés à cette époque se sont amplifiés et généralisés: l’actualité révèle presque tous les jours des licenciements massifs. La réédition de cet ouvrage est donc devenue une évidence qui nous rappelle qu’ « une fermeture ou des licenciements ne constituent pas seulement des faits quantifiables : nombre d’emplois perdus, nombre de personnes reclassées, mises en préretraite, indemnités financières, formations offertes, déménagements éventuels. Ils représentent autant d’épreuves, de ruptures, de traumatismes, de pertes – de repères, d’identité – qui s’effacent derrière les impératifs économiques, financiers, les diktats de la modernisation, les nouvelles règles du jeu de la mondialisation ». D. L. Cet ouvrage, qui se lit comme un roman, apporte des éléments concrets pour comprendre les transformations objectives et subjectives du monde du travail dominé aujourd’hui par les politiques managériales modernisatrices qui, si elles misent sur l’individualisation à outrance et la mobilisation de la subjectivité des salariés, privilégient les critères économiques et financiers en les déconnectant de leurs incidences humaines. Danièle Linhart est sociologue, directeur de recherche au CNRS

ActuaLitté

christianisme : essais religieux, témoignages, biographies

Peut-on encore sauver l'Eglise?

Avec les pontificats de Jean-Paul II et Benoît XVI, l’Église serait-elle, comme une vieille dame, atteinte d’ostéoporose? Telle est en effet le diagnostic implacable que fait Hans Küng. Extérieurement, l’Église catholique est affectée par une crise sans précédent en Europe: absence de prêtres, départ massif de fidèles, absence de toute réforme du gouvernement romain, scandale de la pédophilie des prêtres, rigorisme moral insupportable, autoritarisme, restauration anté-conciliaire qui se dessine, traditionalisme liturgique, œcuménisme défaillant. Küng va aux causes profondes et lointaines de cette débâcle: un système romain – de puissance, de fermeture, d’arrogance – a fait son temps. Juridisme, cléricalisme, système de gouvernement médiéval, mentalité de croisade, méfiance envers la sexualité humaine, refus de toute réforme, mépris de la science aujourd’hui comme hier, refus de la démocratie – réservée aux autres –, goût du secret, haine du moderne, autocélébration et autoconservation internes qui se refusent à toute autocritique véritable: n’en jetez plus! Il propose aussi toute une série de remèdes, car le mal ne lui paraît pas (encore) mortel, pour « guérir » l’Église catholique: des réformes pour être plus fidèle l’Évangile, et non pour faire plaisir à l’esprit du temps.

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Fermeture eclair

« Il est des hommes que la beauté des femmes électrise, réveillant en eux l’instinct de possession, d’autres, dépourvus de toute imagination, chez qui elle ne produit qu’une brève oscillation parmi le flux des informations gérées par leur cerveau, et d’autres enfin que ce spectacle tétanise. Ainsi était Laurent. » Laurent, ouvrier depuis plus de vingt ans dans une usine de pots catalytiques, la Contilis, est brutalement licencié pour cause de délocalisation en République tchèque. A la suite d’une séquestration mouvementée de son patron, il se retrouve seul: sa femme, l’unique amour de sa vie, est partie en emmenant leur fils. Laurent semble alors condamné aux stages inutiles et au chômage longue durée, jusqu’au jour où le Conseil régional lui propose de disputer avec ses anciens collègues la Coupe du monde de football des sans-emplois… Portrait d’une revanche sur la vie, Fermeture éclair dépeint avec humanité et finesse la fin du monde ouvrier, ses conséquences sociales, mais aussi ses espoirs.

08/2012

ActuaLitté

Non classé

Journal de Rivesaltes 1941-1942

Ce document, paru en 1993, a été le premier témoignage sur le Camp de Rivesaltes (Pyrénées Orientales). D'abord camp militaire, il a été converti en 1941 en camp d'internés destiné à accueillir 18000 personnes, Juifs, Espagnols et Tsiganes. Il fut fermé en novembre 1942 après la déportation massive des Juifs.
Friedel Reiter y travaille jusqu'au jour de sa fermeture, auprès des enfants. Elle tient un journal presque quotidien, y décrit la vie au camp, les moments de bonheur et de désespoir. Elle tente d'écarter ses états d'âme pour agir, négocier, éviter le pire.
Ce document est un témoignage historique et humain à la mémoire de la déportation.

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté