Recherche

enfance compassion

Extraits

ActuaLitté

litterature moyen orient

Tehila

'Il y avait une vieille à Jérusalem. Une magnifique vieille comme vous n’en avez pas vue de toute votre vie. Elle était vertueuse et elle était sage, elle était gracieuse, et modeste aussi. Ses yeux n’étaient que bonté et compassion, et les rides de son visage, toutes de bénédiction et de paix. ' Tehila est âgée de 104 ans lorsque le narrateur, lui-même écrivain, fait sa connaissance au cœur de la vieille ville de Jérusalem. Immédiatement ébloui, il nous raconte la bienveillance de cette femme, son extrême générosité ainsi que son passé tragique. Un jour, alors que Tehila lui demande de rédiger une lettre à l’attention d’un certain Shraga, elle lui conte son enfance en Europe et ses fiançailles rompues par son père. Elle décrit les années de malédiction qui s’ensuivirent et qui menèrent ses deux fils à la mort avant de faire sombrer sa fille dans la folie. Depuis, Tehila consacre sa vie à l’étude des psaumes et aux autres, mais elle ne peut se résigner à s’éteindre avant d’avoir adressé quelques mots d’excuse à celui qui aurait dû être son mari, Shraga. Ce court roman est l’un des textes les plus émouvants de S. J. Agnon, un texte fondateur aux innombrables perspectives. Tehila est un livre sur les différents courants du judaïsme autant qu’un poème dédié à Jérusalem, c’est un texte sur le malheur et un récit sur la sagesse à la fois. Tehila est enfin un merveilleux hymne à la beauté des femmes qui, par-delà-même la mort, rayonne dans l’œuvre du grand écrivain israélien.

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Tous Les Fleuves Vont A La Mer

Enfance heureuse à Sighet, petite ville des Carpates longtemps épargnée par la guerre. Fureur et ténèbres d’Auschwitz et de Buchenwald: l’adolescent en sort exsangue, l’esprit muet, sans patrie. Mais il conserve en lui ses rêves messianiques, le sourire de Tsipouka, la petite sœur aux cheveux d’or, le regard et les ultimes paroles de son père – secrets qui hantent toute l'œuvre d’Elie Wiesel et qu’il révèle ici. Quarante ans plus tard, consécration de l’écrivain lorsqu’il reçoit le prix Nobel de la paix. Ce sont là trois repères dans une vie fertile en bouleversements, ruptures et découvertes. Elie Wiesel a 17 ans. Le voici à Paris, balloté dans un univers inconnu. Apprendre le français lui paraît alors moins ardu que de séduire toutes les jeunes filles dont il tombe amoureux. La naissance d’Israël l’exalte, mais comment aider le jeune État? Le voici apprenti journaliste, un métier qui lui fera parcourir le monde, traquer les scoops, se lier d’amitié avec François Mauriac et Golda Meir, côtoyer personnalités et chefs d’État. A 30 ans, Elie Wiesel parvient à décrire son expérience de La Nuit, à témoigner pour les martyrs de l’Holocauste. Ainsi commence une œuvre vouée au souvenir des victimes, à la défense des survivants et de tous les opprimés. Avec les armes de la compassion, de l’amour et parfois de la colère, cette œuvre et cette vie vont devenir un combat entre le doute et la foi, le désespoir et la confiance, l’oubli et la mémoire. Combat d’un inlassable témoin de la violence des hommes et de leur rêve d’une Jérusalem pacifiée, idéale.

01/1994

ActuaLitté

romans et fiction romanesque

Calypso de nuit

L'intrigue de Calypso de nuit commence en 1938 dans une léproserie située sur l'île de El Caracol, au large des côtes de l'île de la Trinité. Le roman tourne autour de trois personnages confrontés à la difficulté de leur situation présente, mais aussi aux rumeurs de la guerre à l'autre bout du monde et à leur propre passé.rnLe Dr Vincent Métivier, descendant d'une famille créole française, vient de prendre en charge la léproserie. Il est assisté par Soeur Thérèse, de son vrai nom Madeleine Weil, jeune infirmière entrée dans les ordres et appartenant à la congrégation présente sur l'île. Et il recueille bientôt le jeune Théo, enfant créole traumatisé par son passé.rnAu coeur du roman, les cauchemars du jeune garçon, muet le jour et agité par un étrange calypso nocturne, où il livre par bribes, prenant tour à tour les voix des différents protagonistes de son passé, son enfance abusée. Se profile derrière son histoire le contexte social difficile, sur fond de lutte entre riches propriétaires et peuple exploité.rnLe Dr Métivier est ramené par Théo à sa propre jeunesse et à ses propres culpabilités, alors qu'il vit avec Thérèse une histoire d'amour dramatisée par le secret mais aussi par la montée du nationalisme dans l'île. Thérèse, quant à elle, attend des nouvelles de son père, communiste juif resté en Europe.rnLawrence Scott, à travers ces trois personnages mais aussi toute la communauté réunie autour de la léproserie, parvient à construire une saga romanesque qui court jusqu'à la fin de la guerre. Le livre est traversé par sa compassion pour la condition des noirs dans les Caraïbes et par son déchirement entre dogme religieux, incarné par la Mère supérieure du couvent, et morale personnelle, que tente d'imposer Métivier en médecin progressiste.rnCalypso de nuit est un formidable roman polyphonique, portrait réussi d'un microcosme déchiré par les passions et les événements historiques proches ou lointains.

06/2005

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté