Recherche

convenu

Extraits

ActuaLitté

Non classé

Une autre histoire de la Renaissance

La France, au XVIe siècle, se serait réveillée après une longue nuit, le Moyen Age, pour embrasser avec éclat et gourmandise la modernité. La civilisation française, avec ses us et coutumes, son élégance et son esprit, était née. Si depuis quelques années les historiens ont largement nuancé cette vision simpliste, ils ont convenus de la réalité de la révolution culturelle qu'aurait été cette Renaissance du XVIe siècle. Il reste pourtant un fait incontestable : si le joli tableau brossé à coup d'affirmations et d'exemples

02/2018

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Stella

" Par la vitre du TGV qui l'emporte vers Marseille, Bernard regarde sans le voir, le paysage qui défile à vive allure dans la grisaille bas de plafond de l'Yonne. Comment pouvait-on passer ainsi, en seulement quelques instants, d'un bonheur parfait à . "ça" ? Il n'arrive pas à le comprendre. Tout avait pourtant été organisé avec le plus grand soin. Il regarde dans sa main crispée, les deux billets de train. Deux billets et, maintenant, un seul voyageur. Immobile, il regarde cette même main qui, quelques heures plus tôt, avait brandi ce pistolet. Un pistolet ridiculement petit et pourtant assez puissant pour la tuer ". Avec ce second roman, J.N. Thibault vous propose une promenade dans les codes gris des intrigues dites convenues, pour mieux les faire voler en éclats. Révélant les âmes sombres des gens ordinaires, il vous entraînera dans une spirale vertigineuse, une descente en vrille allant du polar addictif aux abysses d'un roman noir-foncé.

ActuaLitté

histoire faits de societe, temoignages contemporains, actualite

Les dessous de la Françafrique

"On ne touche pas à la Françafrique. Même aujourd’hui, et alors que nos intérêts dans notre pré carré francophone sont de plus en plus menacés par la Chine, il ne fait pas bon critiquer les liens traditionnels qui unissent la France aux dirigeants de nos anciennes colonies. Jean-Marie Bockel, éphémère secrétaire d’Etat à la Coopération l’a appris à ses dépens: ayant osé mettre en cause la Françafrique, il a été prestement remercié par Nicolas Sarkozy sur intervention d’Omar Bongo. Mais il en avait été autrefois pareil lorsque son homologue socialiste, Jean-Pierre Cot, avait voulu en 1981 profiter de l’élection de François Mitterrand pour établir des rapports moins ambigus avec les Etats francophones d’Afrique… C’est donc dire combien le sujet reste sensible. En fait, depuis l’indépendance de ces pays en 1960, Paris n’a jamais cessé d’imposer sa tutelle et de tout faire pour préserver ses intérêts économiques et politiques en Afrique (uranium nigérien, pétrole gabonais, cacao ivoirien, etc. ) Pour réaliser cette ambition, les gouvernements français successifs ont utilisé toute la panoplie des moyens mis à leur disposition: putschs, coups tordus des services secrets, interventions des garnisons laissées en place à l’issue de la colonisation, envois de mercenaires, accords secrets passés avec les dirigeants autorisant Paris à s’immiscer dans les affaires intérieures, constitutions de réseaux barbousards, pressions économiques… Mais parfois ces immixtions ont donné lieu à des aventures sanglantes et même à de véritables massacres dont la France porte la responsabilité… Par exemple au Cameroun. Ce livre propose donc un vaste panorama de l’histoire récente de ce qu’il est aujourd’hui convenu d’appeler la Françafrique! "

ActuaLitté

romans et fiction romanesque

Le tour du propriétaire

En s'embarquant pour l'Indonésie à l'aventure, afin d'éviter les tentations étriquées – la littérature, entre autres – propres aux jeunes Parisiens suffisants de son espèce, Alex se doutait quand même un peu qu'il ramènerait de son séjour un petit roman parisien à écrire, un roman plus ou moins étriqué, plus ou moins suffisant avec, comme dans tout petit premier roman bien parisien qui se respecte, des impressions démagogiques de voyage, des coups de gueule manichéens, une métaphysique convenue, de jolies filles rencontrées par hasard plus ou moins séduites, ainsi qu'une bonne surenchère bien française d'auto-dénigrement hypocrite.

01/1900

ActuaLitté

romans et fiction romanesque

Le tour du propriétaire

En s'embarquant pour l'Indonésie à l'aventure, afin d'éviter les tentations étriquées – la littérature, entre autres – propres aux jeunes Parisiens suffisants de son espèce, Alex se doutait quand même un peu qu'il ramènerait de son séjour un petit roman parisien à écrire, un roman plus ou moins étriqué, plus ou moins suffisant avec, comme dans tout petit premier roman bien parisien qui se respecte, des impressions démagogiques de voyage, des coups de gueule manichéens, une métaphysique convenue, de jolies filles rencontrées par hasard plus ou moins séduites, ainsi qu'une bonne surenchère bien française d'auto-dénigrement hypocrite.

01/1900

ActuaLitté

romans et fiction romanesque

Marrakech, lumière d'exil

Marrakech, Lumière d'exil. Place Jemaa-el-Fna. Bahia tatoue au henné les mains des touristes. Plongée dans la contemplation de ce geste ancestral, la narratrice se laisse envahir par la magie des lieux et le mystère de ses origines féodales. Revenue depuis peu à Marrakech, elle tente de faire sortir la fille de Bahia de l'asile psychiatrique où elle survit aux confins de l'hébétude. Dans un récit qui superpose ses interrogations propres au traumatisme de la jeune autiste, elle convoque la lignée des femmes dont elle est issue. Fascinée par le destin de sa grand-tante Bradia, elle s'identifie à cette figure de la sensualité et de la liberté dans un milieu supposé très strict. Et c'est ainsi qu'elle trouvera l'apaisement et la sagesse. Par-delà l'image convenue de la femme sacrifiée, Rajae Benchemsi découvre, en évoquant de l'intérieur le destin de ses aïeules musulmanes, le visage d'un autre Islam, de générosité, de raffinement arabo-andalou et de beauté. C'est donc un véritable roman d'initiation que cette quête d'identité entre Occident et Orient, entre modernité et féodalité, servie par une langue puissante et lyrique, riche des deux imaginaires qu'elle porte.

01/2003

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté