Recherche

auteurs fête livre

Extraits

ActuaLitté

Littérature anglo-saxonne

Les Graciées

Prix Rive gauche à Paris du roman étranger - Finaliste Femina 2020 - Sélection Prix du Roman Fnac 2020 - Sélection du Prix Libraires en Seine Rentrée littéraire 2020. 1617, Vardø, au nord du cercle polaire, en Norvège. Maren Magnus-datter, vingt ans, regarde depuis le village la violente tempête qui s'abat sur la mer. Quarante pêcheurs, dont son frère et son père, gisent sur les rochers en contrebas, noyés. Ce sont les hommes de Vardø qui ont été ainsi décimés, et les femmes vont désormais devoir assurer seules leur survie. Trois ans plus tard, Absalom Cornet débarque d'Écosse. Cet homme sinistre y brûlait des sorcières. Il est accompagné de sa jeune épouse norvégienne, Ursa. Enivrée et terrifiée par l'autorité de son mari, elle se lie d'amitié avec Maren et découvre que les femmes peuvent être indépendantes. Absalom, lui, ne voit en Vardø qu'un endroit où Dieu n'a pas sa place, un endroit hanté par un puissant démon. Inspiré de faits réels, Les Graciées captive par sa prose, viscérale et immersive. Sous la plume de Kiran Millwood Hargrave, ce village de pêcheurs froid et boueux prend vie. "Les Graciées m'a coupé le souffle. Lorsque je l'ai terminé, j'ai pressé le livre contre moi, en espérant absorber un peu du talent de Kiran. " Tracy Chevalier, auteure de La Jeune Fille à la perle.

08/2020

ActuaLitté

Romans & contes

La guilde des aventuriers t.1

Les meilleurs amis Zed Kagari et Brock Dunderfel vivent à Pierrefranche, l'une des dernières cités qui se dressent encore quand le reste du monde est envahi par des monstres. Tous deux espèrent un avenir brillant. Zed rêve de rejoindre la guilde des Mages, où sa nature de semi-elfe (le seul de toute la ville) pourrait enfin être un atout. Brock, lui, fils de marchand, est confiant car il sait qu'il travaillera pour la guilde de son père. Pourtant, alors que leurs vœux sont sur le point de s'accomplir, ils sont recrutés par la guilde des Aventuriers. Une offre qu'ils ne peuvent malheureusement pas refuser, car cette confrérie a le pouvoir de sélectionner qui elle veut. Seule Liza, courageuse fille de noble, se porte volontaire. Les garçons, d'abord désespérés, vont peu à peu découvrir que, derrière les murailles de la ville, tout un monde aussi dangereux que merveilleux s'ouvre à eux. Et que les Aventuriers sont la dernière ligne de défen. contre les dangers qui menacent la ville depuis que la barrière protectrice magique a été ouverte. Brock, Zed et Liza sont embarqués dans une première expédition loin de leur quotidien. Ils doivent retrouver un cristal permettant aux mages de Pierrefranche de rétablir la protection autour de la cité. Mais sur la route, des Dangers de l'outre-tombe se lèvent... Si les Aventuriers ne parviennent pas à se faire confiance, Pierrefranche sera perdue à tout jamais. Histoire liée Peu nombreux sont ceux à vouloir rejoindre la Guilde des Aventuriers: ses membres meurent souvent jeunes... • Une quête à la "Donjons et Dragons": une aventure trépidante qui entraîne le lecteur dans un univers riche, mêlant humains, elfes, voleurs, magie et sorcellerie, avec une pointe d'humour. Une belle initiation à la fantasy • L'un des auteurs a participé à la série "Animal Tatoo" et reprend les éléments qui en ont fait le succès: une écriture dynamique avec des retournements de situations inattendus, des péripéties haletantes... un vrai page-turner, • Des personnages très attachants: les adolescents issus de différents milieux forment un groupe hétéroclite, mais leurs différences se révèleront justement être leurs forces, et leur amitié, le plus puissant des pouvoirs. Retrouvez la sélection Noël des livres de Bayard Editions

09/2020

ActuaLitté

Non classé

Homo detritus ; critique de la société du déchet

Un livre fort sur l’accumulation des déchets et sur les impasses des approches « gestionnaires » d’Homo detritus. Stockés dans des décharges, éparpillés à la surface des océans ou dispersés en particules invisibles dans l’atmosphère, les déchets sont désormais des traces indélébiles de notre présence sur terre autant que des symptômes de la crise protéiforme du monde contemporain. Après les avoir enfouis, il est devenu impératif de les réduire, de les réutiliser, de les recycler. À l’heure de l’économie circulaire, l’idéal d’un monde sans restes tend à faire consensus. Cette promesse rappelle un mensonge de la tribu Chagga, évoqué par l’anthropologue Mary Douglas, où les mâles adultes affirment ne jamais déféquer, contrairement aux femmes et aux enfants, demeurant esclaves de leur corps. Ce livre montre que la quête de pureté, qui organise l’histoire du déchet dans nos sociétés industrielles, fabrique un aveuglement collectif. Il raconte comment homo detritus, face cachée d’homo œconomicus, croit sauver la planète en « bien jetant ». Baptiste Monsaingeon Chercheur postdoctoral à l’Ifris, il est maître de conférences à l’université Rennes Champagne Ardennes. Cofondateur de l’association Watch the Waste, il a participé à la première expédition dédiée à l’identification du « continent de plastiques » en Atlantique Nord. Il est membre du bureau de l’association Worgamic, dédiée à la gestion des déchets organiques en ville. Il a été membre du conseil scientifique de l’exposition Vies d’ordures présentée en 2017 au MuCEM. • Un essai indispensable, clair et convaincant, qui ose se confronter à nos sociétés du déchet pour en montrer les impasses. • Une réflexion qui déconstruit l’approche techniciste et gestionnaire des déchets, qui met à mal notre aveuglement sur notre capacité à gérer les déchets que nous produisons. • La compétence et l’expertise de l’auteur : à la fois sociologue, chercheur, spécialiste des questions d’environnement et de gestion des déchets. A retrouver dans le dossier Points Terre : écologie et sauvegarde de la planète

ActuaLitté

Non classé

La Mer pour aventure

INÉDIT. Neuf membres des "Ecrivains de Marine" (Sylvain Tesson, François Bellec, Loïc Finaz, Patrice Franceschi, Olivier Frébourg, Patrick Poivre d'Arvor, Emmelene Landon, Dominique Lebrun et Jean Rolin) nous livrent neuf textes sur la mer, territoire d'aventure. Une tempête à effrayer les âmes les mieux trempées, de mystérieux naufragés perdus dans les tréfonds du Pacifique oriental, la vie en milieu confiné d’un patrouilleur austral lancé sur les mers tumultueuses des 40emes rugissants, tous ces textes – et quelques autres – écrits par neuf des vingt « écrivains de marine » français, nous rappellent une chose fondamentale : la mer a toujours été, est encore, et sera longtemps pour les hommes, l’un de leurs cinq « territoires d’aventure », à l’égal de ces autres espaces naturels que sont la montagne, le désert, la jungle et le ciel. Les auteurs sont membres des Écrivains de Marine, association regroupant une vingtaine d'écrivains liés au monde de la mer et de la Marine. L'intégralité des droits d'auteur sera reversé à la Fondation de la Mer. Retrouvez ce livre dans les nouveautés poche de la collection Aventure chez Points.

ActuaLitté

Littérature

À la ligne. Feuillets d'usine

A la ligne est le premier roman de Joseph Ponthus. Il raconte l'histoire d'un narrateur lettré devenu ouvrier intérimaire qui doit embaucher dans les usines de poissons et les abattoirs de Bretagne. A la ligne est surtout un chant, une manière d'épopée. Par la magie d'une écriture simple et somptueuse, tour à tour distanciée, coléreuse, drôle, fraternelle, la vie ouvrière devient ici une Odyssée avec un Ulysse qui combat des tonnes de bulots cyclopéens ou des car- casses de boeufs promises à l'équarrissage. On est saisi d'emblée, à la lecture de cette prose scandée, de ces versets hypnotiques, par cette voix d'homme qui est capable de raconter avec une infinie précision les gestes du travail, le bruit, la fatigue, les rêves confisqués dans la répétition de rituels épuisants, la souffrance du corps épuisé. Mais il sait le faire, tou- jours, en multipliant les registres, tour à tour avec colère, humour, rage et amour. Il inventorie ainsi tout ce qui donne l'envie qu'une journée de travail se termine au plus vite. Et la transformer en texte que ce narrateur écrit comme un journal de guerre ou un livres d'heures avec ses psaumes, ses actions de grâces, ses prières pour les morts. Aller à la ligne, c'est aussi se reposer dans les blancs du texte où l'on retrouvera la femme aimée, le chien Pok Pok, la lecture des auteurs et poètes, le bonheur dominical, l'odeur de la mer. A la ligne est une revanche lyrique, un moyen de dépasser le quotidien en continuant à se souvenir, dans le bruit de l'usine et les odeurs du travail, des poètes qu'il a aimés, des écrivains qui ont baigné son enfance, son adolescence et son âge d'homme. Et ce qui est répétition devient à chaque fois unique : pendant le travail, avec les gestes machinaux, les souvenirs reviennent. Le narrateur a eu une autre vie : il se souvient de ses cours de latin, il a été mousquetaire avec Dumas, amoureux de Lou et Madeleine avec Apollinaire, nostalgique et joyeux avec les chansons de Trenet, combattant avec Marx. C'est sa victoire provisoire contre tout ce qui fait mal, tout ce qui aliène, tout ce qui pourrait empêcher son paradoxal et invincible bonheur d'être au monde, dans l'épouvante industrielle. Si A la ligne s'inscrit dans une tradition qui est celle de la littérature prolétarienne, de Henry Poulaille à Robert Linhardt, en passant par Georges Navel, Joseph Ponthus la renouvelle ici de fond en comble en lui donnant une dimension poétique qui est l'autre nom de cette espérance de changer la vie, comme le voulait Rimbaud.

01/2019

ActuaLitté

Histoire du 20ème siècle à nos jours

Un homme en guerres

C’est un personnage et un destin qu’aurait aimés Romain Gary. Une vie qui va vite, traversée par les déchirements du XXe siècle. Bernard Fall est l’une des légendes les plus secrètes et attachantes parmi les reporters de guerre. Né en 1926 à Vienne dans une famille juive, contraint de fuir après l’Anschluss, il se réfugie à Nice où il échappe à la grande ra e de la police de Vichy, qui sera fatale à ses parents. À seize ans, il entre dans la Résistance. Deux ans plus tard, il décroche ses galons de lieutenant des FFI en Savoie. Traducteur au procès de Nuremberg, toujours en mouvement, conjurant deuils et blessures, il part étudier aux États-Unis, s’empare de la ques- tion indochinoise. Il multiplie les séjours en Asie du Sud-Est, s’impose comme l’un des premiers spécialistes de la guerre révolutionnaire et de la contre-insurrection, devient l’un des correspondants de presse les plus avisés et redoutés, surveillé par le FBI qui le prend pour un espion français. Avec l’Indochine puis le Vietnam, c’est une histoire d’amour dont il tirera des livres, notamment Rue sans joie. Plus qu’un titre, la Rue sans joie est une région maritime, au nord de Hué, qui a le visage de la beauté mais reste un enfer pour les com- battants : Bernard Fall y trouvera la mort le 21 février 1967 à quarante ans en sautant sur une mine. Depuis longtemps un pacte unit Bernard B. Fall à Hervé Gaymard. Il est parti sur les traces de ce frère d’armes et de larmes : à Vienne, en Ukraine, à Nice, en Savoie, à Washington, au Vietnam. Un récit de voyage sur cet aventurier, universitaire- soldat, toujours en marge, gure ardente de la liberté et de la vérité dont on aurait voulu faire son meilleur ami. Hervé Gaymard est l’auteur de plusieurs essais dont Pour Malraux et Bonheurs et grandeurs, ces journées où les Français ont été heureux. Avec Un homme en guerres, il signe son premier récit.

10/2019

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté