Recherche

archeologie livre

Extraits

ActuaLitté

Non classé

Les immémoriaux

Empreint de poésie et de sensualité, le chef-d’œuvre de Victor Segalen est d’une modernité sans âge. Avec ce premier livre, devenu un classique, il forgera l’imaginaire anthropologique, À vingt-cinq ans, Victor Segalen, médecin de la Marine française, débarque à Tahiti. Le diagnostic s’impose à lui : confrontée à la venue des « hommes à la peau blême », aux maux et à la puissance de destruction dont l’Europe est porteuse, la culture maori se meurt. Dès lors, le poète s’emploie à recréer la belle « société antique et forte », ses fêtes, son culte du jouir, son alliance heureuse avec la nature. Quant à la langue sacrée des Maori, il la réinvente par une prose sans exemple, qui en devient le simulacre. Victor Segalen (1878-1919) est un médecin, archéologue et romancier français. Son activité de médecin de la marine l’a amené à séjourner en Polynésie, où il fit la connaissance de Gauguin et où il rédigea Les Immémoriaux. Préface de l'édition par Jean-Luc Coatalem. Retrouvez ce livre dans les nouveautés poche de la collection Aventure chez Points.

ActuaLitté

philosophie textes / critiques / essais / commentaires

Toute Histoire Est Histoire D'Une Pensee ; Autobiographie D'Un Philosophe Archeologue

Robin George Collingwood est peu connu du public français, alors qu’il fait depuis longtemps partie des classiques dans le monde anglo-saxon. Professeur de philosophie dans l’un des Colleges les plus réputés d’Oxford, il s’est révélé dans le même temps l’un des maîtres de l’histoire de la Roman Britain, cette Angleterre occupée pendant des siècles par Rome. D’un côté, il se trouvait donc enseigner la philosophie aussi bien ancienne que moderne ; de l’autre, il menait des fouilles pour construire un savoir historique cohérent sur une époque où les données textuelles sont plus que rares. Ce double mouvement l’a amené à des réflexions sur la nature de la tâche historienne qu’il n’a guère livrées que vers la fin de sa vie (relativement brève: il meurt en 1943, à cinquante quatre ans). Ainsi publie-t-il d’abord des ouvrages sur l’art, la religion, l’histoire de la philosophe, avant de se lancer dans des éclaircissements sur sa conception de l’histoire dans lesquels il stigmatise ce qu’il appelle « l’histoire ciseaux-pot-de-colle », désignant par là ces historiens qui ne connaissent que leurs « sources » textuelles, qu’ils découpent et recollent à leur guise. Le travail de l’archéologue, remarque-t-il, ne consiste pas à creuser là où il pense qu’il y a quelque chose à trouver, mais à se poser des questions à partir de son savoir lacunaire, et à chercher ce qui lui manque pour arriver à un minimum de consistance rationnelle. Collingwood part donc de l’idée qu’on ne trouve, pour peu qu’on soit chanceux, que ce qu’on cherche, quitte à ce que d’heureuses surprises viennent troubler ce plan de base. En philosophe, il généralise les leçons de cet apprentissage pour considérer qu’une proposition, quelle qu’elle soit, n’a de sens que relativement à la question, au problème, à l’aporie qu’elle entend solutionner. Ce qui revient à privilégier l’histoire dans l’étude même de la philosophie puisqu’un énoncé ne sera désormais reçu qu’au prix d’avoir été ramené, non seulement à son « contexte », mais aussi à ce qui depuis longtemps risque de s’être complètement dissipé et qu’il faut donc reconstruire, à savoir la question à laquelle il doit le jour. Dans cette Autobiographie, qu’il écrit rapidement en sachant que les années lui sont comptées, il livre, sous une forme libre et souvent drôle, les étapes de sa vie intellectuelle qui l’ont conduit de l’Oxford realism de sa jeunesse (devenue sa bête noire dès l’âge mur) à une vision de l’historien qui alimente encore aujourd’hui de nombreux débats en langue anglaise.

ActuaLitté

biographies historiques

Cortes et son double ; enquete sur une mystification

1568. Un ancien compagnon de Cortés, Bernal Díaz del Castillo, écrit, à la fin de sa vie, L’Histoire véridique de la conquête de la Nouvelle-Espagne, considérée encore aujourd’hui non seulement comme un document de première main, mais comme un authentique chef-d’œuvre littéraire, qui met en scène, sur fond de volcans mexicains, des conquistadores, des franciscains, des courtisans, des guerriers indigènes… Voilà la version officielle. Mais elle ne résiste pas à l’examen approfondi auquel se livre Christian Duverger. Alors surgit une énigme: qui est cet homme qui se cache dans l’ombre? Quel est son dessein? Avec une écriture jubilatoire, Christian Duverger nous entraîne dans une enquête au long cours, où l’on côtoie Cortés et Malinche, Díaz del Castillo, Charles Quint et José Maria de Heredia. On s’invite à quelques procès, on ouvre des testaments, on surprend des complots d’antichambre. On suit à la trace de précieux manuscrits qui disparaissent et réapparaissent en Espagne, au Mexique, au Guatemala. On entre peu à peu dans l’alchimie d’une insoupçonnée création littéraire qui sut déjouer l’absolutisme et ses interdictions pour défier le temps. Et au cœur de l’énigme, on découvre ce que la gloire doit au secret. Christian Duverger, spécialiste du monde méso-américain, historien et archéologue, est professeur à l’École des hautes études en sciences sociales. Il est l’auteur de La Fleur létale (Seuil, 1979), de L’Origine des Aztèques (Seuil, 1983 et « Points Histoire », 2003), et d’une biographie de Cortès (Fayard, 2001) qui a fait date.

ActuaLitté

Non classé

L'enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime

L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime« À ce procès de la famille, ou pour être plus exact, à l’enquête que notre temps poursuit sur la famille et l’enfance, le livre de Philippe Ariès apporte une contribution capitale. »Claude Mettra, Les Nouvelles littéraires« La leçon de ce livre est immense pour nous Occidentaux scolarisés, familiarisés, œdipianisés… Comme tous les livres d’histoire qui s’enfoncent à cette profondeur dans ce qui constitue notre archéologie, il nous dote d’un savoir comparatif déterminant, il nous permet de penser vraiment que tout n’a pas toujours été pareil. »Raymond Bellour, Le Magazine littéraire« Un livre étonnant, le seul à vrai dire qui propose une approche historique de l’enfance, un travail monumental qu’il faut connaître si l’on ne veut pas rester un imbécile. »Jean-Michel Damian, Politique hebdoPhilippe Ariès (1914-1984)Célèbre pionnier de l’« histoire des mentalités », il s’est imposé par des ouvrages devenus des classiques, notamment L’Homme devant la mort (Seuil, 1977).

ActuaLitté

analyse du discours

L'archeologie du savoir

Archéologie: mot dangereux puisqu'il semble évoquer des traces tombées hors du temps et figées maintenant dans leur mutisme. En fait, il s'agit pour Michel Foucault de décrire des discours. Non point des livres (dans leur rapport à leur auteur), non point des théories (avec leurs structures et leur cohérence), mais ces ensembles à la fois familiers et énigmatiques qui, à travers le temps, se donnent comme la médecine, ou l'économie politique, ou la biologie. Ces unités forment autant de domaines autonomes, bien qu'ils ne soient pas indépendants, réglés, bien qu'ils soient en perpétuelle transformation, anonymes et sans sujet, bien qu'ils traversent tant d'œuvres individuelles. Et là où l'histoire des idées cherchait à déceler, en déchiffrant les textes, les mouvements secrets de la pensée, apparaît alors, dans sa spécificité, le niveau des 'choses dites': leur condition d'apparition, les formes de leur cumul et de leur enchaînement, les règles de leur transformation, les discontinuités qui les scandent. Le domaine des choses dites, c'est ce qu'on appelle l'archive ; l'archéologie est destinée à en faire l'analyse.

02/2008

ActuaLitté

histoire essais

La fabrique des sciences modernes

La nature à l’aube des Lumières n’est plus un livre à déchiffrer, mais un champ à travailler. Comètes, marées, tremblements de terre, cessent d’être considérés comme les prodiges d’un univers immuable et transcendant. Aux XVIIIe et XIXe siècles, l’avènement du capitalisme industriel et son développement mondial jouent un rôle fondamental dans la constitution des sciences modernes. La nature devenue chantier peut être explorée, contrôlée et instrumentalisée. Dans les observatoires et laboratoires, cours et académies, théâtres et manufactures, les Newton, Lavoisier, Kant, Lord Kelvin, mais aussi des artisans, des médecins, des jésuites, des hommes de spectacles s’attèlent à une nouvelle forme à la fois de connaissance et de gouvernement de la nature: les sciences expérimentales. Bien au-delà d’une simple généalogie progressiste, Simon Schaffer met en œuvre une véritable archéologie des sciences modernes, cherchant leurs racines et suivant leurs multiples ramifications sociales et culturelles, des capitales européennes jusqu’aux mondes lointains. Il éclaire les micro-pouvoirs et les dispositifs qui organisent les sciences comme technologies disciplinaires et agencement de l’information. Ces processus multiples permettent de comprendre comment ces sciences finissent par façonner un monde naturel et social à leur mesure. Simon Schaffer, historien et philosophe des sciences réputé, enseigne à l’université de Cambridge. Il est l’auteur, avec Steven Shapin, d’un ouvrage qui a fait date en histoire des sciences, Léviathan et la pompe à air: Hobbes et Boyle entre science et politique, La Découverte, 1993. Traduit de l’anglais par Frédérique Aït-Touati, Loïc Marcou, Stéphane Van Damme

03/2014

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté