Recherche

apprentissage format

Extraits

ActuaLitté

romans jeunesse / dystopie

Arena 13 t.1

Une nouvelle saga de Joseph Delaney pour les ados !
Les temps sont funestes pour l'humanité, qui a presque disparue de la Terre, vaincue par des machines douées de conscience. Les derniers humains vivent confinés dans le pays de Midgard, entouré par une infranchissable barrière de brouillard. Au-delà, personne ne sait précisément ce qu'est devenu le monde, car celui qui ose la franchir, disparaît à jamais, ou devient fou. Gindeen, la seule ville du pays, est réputée pour ses arènes, où toute la journée se succèdent des combats. Là, dans une citadelle, vit une sinistre créature Hob - il n'est pas humain - qui exerce une tyrannie sanglante sur la population. Doué de multiples vies, et capable de changer d'apparence à volonté, Hob enlève des femmes qu'il laisse exangues, provoque au combat des guerriers obligés de relever le défi et les tue. Un jour, Leif, un jeune garçon, va trouver Tyron, l'un des entraîneurs les plus réputés, et l'implore de se charger de sa formation, car il veut combattre dans la célèbre Arena 13 et espère vaincre Hob. Tyron, qui se fait habituellement payer très cher ses services, hésite longuement. Mais, séduit par la détermination du garçon, il finit par accepter de le prendre à l'essai, et gratuitement. Leif, qui n'a que l'expérience de combat de bâtons - dans lequel il excelle, s'installe donc chez Tyron où il entame son " apprentissage ". Il y fait la connaissance des deux autres disciples du maître : Deinon et Palm. Si le premier est plutôt avenant, Palm lui témoigne une hostilité immédiate, et le traite en rival..

ActuaLitté

litterature jeunesse romans / contes / fables

Swing à Berlin

1942, la guerre s'enlise, et les Allemands commencent à sentir que l'issue ne sera pas victorieuse.
Afin de remonter le moral de la population, Joseph Goebbels, ministre de la Propagande, décide de créer un groupe de "musique de danse accentuée rythmiquement", un équivalent du jazz, considéré comme une "musique dégénérée" ou "musique de nègres". On fait appel à Wilhem Dussander, un pianiste d'une soixantaine d'années, qui s'est retiré du monde depuis que les membres juifs de son groupe ont été arrêtés. Celui-ci est obligé d'accepter. Il part sur les routes d'Allemagne, accompagné de Dietrich Müller, un fonctionnaire zélé. Dès leur première rencontre, le courant passe mal entre les deux hommes. Cela ne s'améliore pas lorsque Dussander rejette en bloc tous les garçons qui se présentent aux auditions. Pour jouer du jazz, la technique ne suffit pas ; il faut avoir le sens du rythme et de l'improvisation, ce que les Jeunesses Hitlériennes n'ont pas enseigné à leurs élèves... Dussander parvient tout de même à trouver trois perles rares : le fragile Ruppert au piano ; au saxophone, Max, qui n'a pas sa langue dans sa poche ; aux percussions, Thomas, qui vivait dans la rue. Le quatrième membre de la formation est imposé par Müller : Hermann est un pur produit des Jeunesses Hitlériennes ; il joue de la contrebasse avec rigueur, sans fantaisie. Le groupe formé, les "Quatre en Or" - ou "Goldene Vieren" - ainsi que les garçons se baptiseront eux-mêmes par la suite, peuvent commencer leur apprentissage dans le manoir de Dussander. L'entente entre eux n'est pas immédiate, surtout vis-à-vis du "petit nazi", mais leurs liens se resserrent lors des cours de sport dispensés par le brutal lieutenant Kluge.
L'après-midi, Dussander leur enseigne la musique, la théorie et toute l'histoire du jazz, puis la pratique. Les garçons progressent vite, même Hermann, qui, peu à peu, se laisse envahir par le swing. Dussander s'occupe d'eux avec bienveillance, épaulé par sa domestique, Elsa.
Bientôt, le groupe est prêt. Un premier titre est enregistré, qui obtient un immense succès.

ActuaLitté

geopolitique politique

L'esprit cosmopolite ; voyages de formation des jeunes en europe

De quelle éducation, de quelle culture les jeunes ont-ils besoin aujourd'hui pour devenir les citoyens de l'Europe et de la société globale? Le concept de Bildung cosmopolite, introduit dans cet ouvrage, veut répondre à cette interrogation en explorant la façon dont des étudiants Erasmus, héritiers du Grand Tour du siècle des Lumières, font leur apprentissage des cultures européennes. Aux yeux de cette génération, la seule familiarité avec une culture d'appartenance est désormais insuffisante. Élargir le cercle de sociabilité par des rencontres internationales, déchiffrer les codes et les comportements des autres pays, s'orienter dans l'entrelacs des types sociétaux d'Europe et se situer à différentes échelles (infranationale, nationale et transnationale), tels sont les piliers d’une éducation où prime la vertu d’ouverture. Mais le cosmopolitisme des jeunes Européens ne saurait être compris comme une citoyenneté universelle. Il traduit plutôt un désir d’atteindre un horizon d’universalité en croisant d’autres modes d’existence et de pensée, tout en restant fortement attaché à son propre pays. Ainsi, l’on comprend que pour se déclarer Européen, il faille d’abord passer par une identité nationale.

05/2012

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Dans mon salon

"Un premier roman. Une révélation littéraire !



Sabrina, vingt-deux ans, vient de décrocher son diplôme d'esthéticienne et s'apprête à faire ses débuts dans un institut parisien. Mais sa mère, qui l'a élevée seule, a d'autres ambitions pour elle. Soucieuse de donner au plus vite à sa fille les moyens de réussir sa vie, elle lui offre la direction d'un petit salon d'esthétique près de Montmartre. Lâchée sans formation à la tête de son entreprise, Sabrina doit faire ses preuves et ne recule devant rien pour impressionner sa mère. Des épilations aux massages " avec finition ", elle glisse progressivement dans le cercle infernal des rapports tarifés et des transactions louches.



Un récit d'ascension malsaine où le lecteur, troublé par la nonchalance insouciante du personnage, se laisse entraîner avec elle dans l'engrenage. Cupide, narcissique et superficielle, la jeune Sabrina n'en est pas moins attachante. Les maladresses de l'esthéticienne débutante, ses doutes et sa volonté désespérée de bien faire pour rattraper ses écarts de conduite et satisfaire les exigences de son entourage sont racontés avec une délicatesse et un humour malicieux. 

Servi par un style enlevé, entre le roman d'apprentissage et le conte moderne, un texte subtil à l'atmosphère feutrée où résonnent cruellement l'ambiguïté des rapports mère-fille et les déconvenues du passage à l'âge adulte."

10/2011

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté