Recherche

Yannis Tsirbas

Extraits

ActuaLitté

Littérature étrangère

Victoria n'existe pas

Ce pourrait être ici ou ailleurs. C'est en Grèce à l'heure d'une crise que la société ne supporte pas. Deux inconnus se rencontrent dans un train en direction d'Athènes. L'un déverse brutalement son quotidien : les étrangers et la pauvreté ont envahi son quartier, Victoria, et il a même imaginé une "solution finale" au problème. Victoria dont le passé resurgit à travers quelques monologues entrecoupant son récit. Peur, résignation ou apathie, l'autre voyageur oscille, quasi silencieux, entre voyeurisme et politiquement correct.

10/2015

ActuaLitté

12 ans et +

U4 : Yannis

Yannis est un survivant. Ses parents et sa soeur sont morts. Lorsqu'il sort de chez lui, terrorisé, il découvre une Marseille assaillie par les rats et les goélands. Tandis que des bandes prêtes à tuer patrouillent, le jeune garçon parvient à se cacher et décide de s'enfuir vers Paris.

08/2015

ActuaLitté

BD tout public

U4 : Yannis

" Je m'appelle Yannis. Ce rendez-vous, j'y vais pour rester libre. " Yannis vit à Marseille. Ses parents et sa petite soeur sont morts du virus U4, qui a décimé 90 % de la population mondiale en à peine dix jours. Lourd de culpabilité de n'avoir pu enterrer ses proches, Yannis voit leurs fantômes un peu partout et commence à douter de sa raison... Heureusement qu'il lui reste le fidèle Happy, son chien. Dehors, ils découvrent horrifié une ville où brûlent des bûchers de cadavres, une ville prise d'assaut par les rats et les goélands, mais aussi par des jeunes prêts à tuer ceux qui ne font pas partie de leur bande. Yannis réussit à échapper aux patrouilles... mais à peine a-t-il retrouvé son meilleur ami que celui-ci se fait tuer sous ses yeux. Trouvant un scooter, il décide de fuir Marseille et de s'accrocher à son dernier espoir : un rendez-vous fixé à Paris par le mystérieux Khronos, qui les a convoqué, lui et tous les autres experts de son jeu en ligne préféré : " Warriors of time "...

01/2022

ActuaLitté

Littérature française

Les bannis

"Tous, ils marchent en chantant. Ils ne sont ni joyeux ni tristes, mais ils chantent. Ils sont ma famille, mon peuple, ma condamnation à l'errance. Ils viennent de Picpus ou de Bretagne, de Bucarest ou de Tunisie, d'Istanbul ou de Lannemezan, de Pittsburgh ou du Jura. Ils n'ont souvent rien en commun et pourtant ils fredonnent tous le même chant d'exil, le même récit d'un bannissement. "Une histoire vraie racontée comme une fiction, celle d'une famille unique et surprenante.

08/2015

ActuaLitté

Science-fiction

La forêt des bannis

Xavier fait la connaissance de Nina, une adolescente que les gens du village ont surnommée "la fille des bois". Elle vit avec ses parents dans un manoir à la lisière de la forêt. Cette demeure avait appartenu il y a de nombreux siècles, à une soi-disant sorcière qui passait le plus clair de son temps cloîtrée dans son sous-sol. Chassée du village, elle était partie se cacher dans la forêt en jurant de se venger des villageois...Les cauchemars atroces dont Nina est victime depuis son enfance s’intensifient, et son comportement se modifie de jour en jour. Est-elle possédée, comme le laissent entendre les mauvaises langues du village ? Ou est-elle atteinte d’un des maux de ce siècle : la schizophrénie ? Pour répondre à cette question, Xavier devra prendre un billet pour l’enfer...

01/2013

ActuaLitté

Littérature française

La tendresse des bannis

"Quand la poésie allie écriture et témoignage, quand la sensibilité la plus pudique est traversée d'émotions violentes et d'images fortes, quand le regard est porté à hauteur d'homme, sans frontière ni tabou, du Congo à la rue de la Goutte d'or, des violences faites aux femmes à la tragédie des enfants soldats, des Gilets Jaunes aux détenus des prisons, des maisons de retraite aux migrants pourchassés, de la famine qui tue au racisme quotidien qui nie l'être humain, alors la poésie devient douleur et colère. Le trait est vif, incisif, réaliste, impliqué, sans compassion, baigné à la fois d'une immense humilité et d'une rage contenue". Daniel Barraud

01/2020

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté