Recherche

Victor Hugo

Dossiers

Extraits

ActuaLitté

Histoire

Les formidables ; cent histoires vraies qui donnent des ailes

Ils sont écrivains, comédiens, écologistes, soignants, gardiens d'immeuble, boulangers, ou simples passants. De toutes les nationalités, de toutes les religions, tous ont eu la même volonté de changer le monde autour d'eux et de croire en la solidarité et la tolérance. Ce beau livre magnifiquement illustré rassemble leurs histoires inspirantes ! Cent portraits de "formidables" qui ont changé le monde à leur façon. Personnalités historiques ou héros du quotidien, ils forment un véritable souffle d'inspiration à l'heure où l'on se questionne sur l'avenir de notre société. • De Victor Hugo à Greta Thunberg, en passant par cette jeune femme qui a osé tendre la main à un sans-abri: les histoires extraordinaires de personnes célèbres ou ordinaires qui ont eu la force de croire qu'un autre monde est possible. • Des anecdotes et des récits de vie inspirants de toutes les époques et du monde entier, incarnés par une narration littéraire menée par Marie-Agnès Gaudrat, directrice de collection des Feuilletons de la mythologie. • Quatre illustrateurs très talentueux se partagent les cent portraits: Jeanne Detallante, Frédéric Rébéna, Lucie Durbiano et Donatien Mary. Quatre styles très différents qui créent une ambiance graphique singulière. Retrouvez la sélection Noël des livres de Bayard Editions

10/2020

ActuaLitté

histoire essais

Jaurès et le réformisme révolutionnaire

Jaurès n’est pas aujourd’hui honoré comme l’authentique socialiste anticapitaliste et révolutionnaire qu’il fut. Les « réformistes » du parti socialiste édulcorent depuis longtemps la vigueur de sa critique du capitalisme et l’audace de sa conception du socialisme démocratique. Beaucoup ne voient plus en lui qu’un champion de la justice et un réformiste précurseur des compromis sociaux-libéraux. Une relecture « au plus près » des textes de Jaurès permet d’apporter un éclairage nouveau sur sa pensée politique. Loin d’être antimarxiste, Jaurès déclare en 1901 avoir été « toujours dirigé par ce que Marx a nommé magnifiquement l’ évolution révolutionnaire ». Cette stratégie consiste à introduire une succession de réformes anticapitalistes « qui annoncent et préparent la société nouvelle, et par leur force organique hâtent la disparition du monde ancien ». Les propos révolutionnaires de Jaurès sont souvent interprétés comme des concessions faites aux « marxistes » pour les rallier à l’unité du parti socialiste, ou comme des postures adaptées à l’exercice de l’opposition. En retraçant le parcours intellectuel de Jaurès, cet essai montre au contraire comment sa pratique des « réformes révolutionnaires » tend vers un au-delà du capitalisme et constitue la clé de lecture de tous ses combats pour la République, la démocratie et le socialisme. Agrégé d’histoire, longtemps professeur en chaire supérieure (CPGE), Jean-Paul Scot est notamment l’auteur de La Russie de Pierre le Grand à nos jours (Armand Colin, 2000), Un poète en politique: les combats de Victor Hugo (Flammarion, avec Henri Pena-Ruiz, 2002) et « L'État chez lui, l'Église chez elle ». Comprendre la loi de 1905, (Seuil, 2005).

ActuaLitté

Non classé

Hugo journaliste ; articles et chroniques

Figure tutélaire et conscience éclairée de son temps, Victor Hugo fut de toutes les luttes. La première d’entre elles? La liberté de la presse. Dès 1819, il fonde Le Conservateur littéraire, qu’il rédige avec ses frères et plusieurs jeunes écrivains romantiques. Il y critique les dernières parutions ou y éreinte de mauvais dramaturges. Sa plume est allègre et audacieuse: il va jusqu’à encourager un Lamartine de douze ans son aîné! Ses convictions, il les exprima d’abord dans la presse. Devenu républicain, il stimulera sans relâche la création de nouvelles feuilles et soutiendra les journalistes opprimés. La présente anthologie entend mettre à l’honneur l’oeuvre de Hugo journaliste. Celle-ci est marquée par d’importants combats – pour la justice, contre la peine de mort… –, et par d’autres qui montrent parfois un grand homme soucieux de l’image qu’il destine à la postérité. Si Hugo prit quelquefois ses distances avec le journalisme, qu’il estime trop rivé aux faits, il comprit très vite l’importance du phénomène journalistique, qu’il a vu naître et s’amplifier. Pour lui, la mission de la presse n’est rien de moins qu’une mission civilisatrice. Contre l’anecdotique, il veut restaurer la primauté de l’Idée. Une leçon de journalisme.

ActuaLitté

Non classé

Hugo journaliste ; articles et chroniques

Figure tutélaire et conscience éclairée de son temps, Victor Hugo fut de toutes les luttes. La première d’entre elles? La liberté de la presse. Dès 1819, il fonde Le Conservateur littéraire, qu’il rédige avec ses frères et plusieurs jeunes écrivains romantiques. Il y critique les dernières parutions ou y éreinte de mauvais dramaturges. Sa plume est allègre et audacieuse: il va jusqu’à encourager un Lamartine de douze ans son aîné! Ses convictions, il les exprima d’abord dans la presse. Devenu républicain, il stimulera sans relâche la création de nouvelles feuilles et soutiendra les journalistes opprimés. La présente anthologie entend mettre à l’honneur l’oeuvre de Hugo journaliste. Celle-ci est marquée par d’importants combats – pour la justice, contre la peine de mort… –, et par d’autres qui montrent parfois un grand homme soucieux de l’image qu’il destine à la postérité. Si Hugo prit quelquefois ses distances avec le journalisme, qu’il estime trop rivé aux faits, il comprit très vite l’importance du phénomène journalistique, qu’il a vu naître et s’amplifier. Pour lui, la mission de la presse n’est rien de moins qu’une mission civilisatrice. Contre l’anecdotique, il veut restaurer la primauté de l’Idée. Une leçon de journalisme.

ActuaLitté

Non classé

La Maison-Dieu ; une histoire monumentale de l'église au Moyen Age (vers 800-vers 1200)

" Dieu, cela n'est pas, tant que ce n'est pas en pierre. / Il faut une maison pour mettre la prière " : Victor Hugo a noté l'évolution paradoxale qui amène le christianisme occidental à exalter les monuments de la présence divine, alors que le Christ et ses premiers disciples entendaient rompre avec le monde matériel et avec toute sacralité ancienne incarnée dans la pierre pour mieux faire sa place à la Cité spirituelle de Dieu dans l'au-delà.

ActuaLitté

Non classé

Claude Gueux

« Voyez Claude Gueux. Cerveau bien fait, cœur bien fait sans nul doute. Mais le sort le met dans une société si mal faite qu’il finit par voler. La société le met dans une prison si mal faite qu’il finit par tuer. Qui est réellement coupable? Est-ce lui? Est-ce nous? » Tout à la fois prolongement du Dernier Jour d’un condamné et préfiguration des Misérables, Claude Gueux raconte l’histoire d’un pauvre diable emprisonné pour avoir volé du pain, et guillotiné pour avoir assassiné le directeur des ateliers de sa prison: voilà comment la société fait d’un père de famille un voleur, et d’un voleur un meurtrier. Inspiré d’un fait divers, ce récit sobre et poignant est un ardent plaidoyer contre la peine de mort et les malfaçons d’une société qui ne répond à la misère que par la répression.

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté