Recherche

Thierry Chevillard

Dossiers

Extraits

ActuaLitté

Littérature française

Thierry

"En écrivant ces deux textes et en les proposant dans un ordre de lecture aléatoire, j'ai cherché à illustrer ce qu'à mon sens le nom propre d'un autre comprend du nom commun du monde et inversement, ou encore, tenté de montrer que c'est sur un tel nom que s'épanouit en première instance et se referme en bout de course, sans pour autant qu'il le contienne cependant qu'il en esquisse chaque fois, dans son déploiement, une forme dynamique - selon laquelle il semblerait aller d'une origine à une fin -, ce que nous évoquons, consciemment ou non et à des degrés divers de clarté et de distinction, lorsque nous invoquons, en y prêtant plus ou moins d'attention, en paroles ou en pensée, le monde".

05/2006

ActuaLitté

Critique littéraire

Thierry Maulnier

Né en 1909, élève de l'Ecole Normale Supérieure avec Robert Brasillach, Simone Weil et Georges Pompidou, Thierry Maulnier meurt en 1988, académicien et grand éditorialiste au Figaro. Disciple de Charles Maurras, engagé à l'Action française, il traverse les années trente ivre de connaissance, à la découverte de Malraux, Aragon, Breton, et adule Dostoïevski et Sophocle. C'est en jeune nationaliste irrigué par des préoccupations sociales et économiques qu'il participe aux manifestations de 1934. Alarmé très tôt par la montée du nazisme, refusant tout embrigadement, il ne s'abîme pas comme tant d'autres dans la collaboration. Son talent de polémiste se réveille plus tard, après la Guerre, dans le combat intellectuel mené contre le communisme et Jean-Paul Sartre. Il crée alors avec François Mauriac, La Revue de la Table ronde. Critique littéraire, homme de théâtre, moraliste et journaliste, Thierry Maulnier demeure, à la manière de Raymond Aron, la parfaite illustration, dans une certaine tradition de la droite française, d'une conscience libre et brillante, celle qui sait si bien saisir les battements de coeur d'une époque. Sa silhouette déglinguée de funambule a marqué les mémoires mais sa pensée et son oeuvre (sur la poésie du XVIe, Racine et Nietzsche) est largement oubliée : peu habile à se faire valoir, enclin à la paresse des surdoués et d'une nonchalance fiévreuse, Thierry Maulnier est également un grand esprit marqué par l'obsession métaphysique à l'ironie clairvoyante, oscillant toujours entre canular et tragédie.

04/2013

ActuaLitté

Décoration

Thierry Mugler

Livre accompagnant l'exposition présentée au musée des Arts décoratifs à Paris du 2 juin 2021 au 9 janvier 2022

09/2021

ActuaLitté

Littérature française

Le bouc du mal Tome 1 : Le carnet noir

Un carnet noir m'attira. Je le débarrassai délicatement de sa gangue de saleté. Une fine écriture courait sur les pages restées étrangement blanches et propres. J'examinai ces signes lorsque j'entendis des pas. Je sursautai. Je vis une ombre grandir et franchir la porte de sa lourde masse. Un homme, en uniforme noir, botté et ganté, un brassard rouge à croix gammée, s'approcha de moi et fit, en silence, un salut grotesque. Que s'est-il passé quand le IVe Reich a vu le jour ? La Bête est sournoise. Ensemence la terre de ses maléfices. Dès que le fruit est mûr, elle se dévoile et asservit le monde. Telle est l'histoire du Carnet noir et de Heinrich Himmler... Un roman d'anticipation à ne pas lire la nuit.

01/2014

ActuaLitté

Littérature française

Sept tableaux de la vie d'une call-girl

L'auteur a recueilli les confidences d'une call-girl. Elle a déversé l'intime. Pendant plusieurs semaines. Le résultat : une parole de femme. Forte et fragile. Belle et meurtrie. Arrogante et orgueilleuse. Une histoire de toujours.

05/2014

ActuaLitté

Littérature française

Le bouc du mal Tome 2 : Le roi des rats

Gregor Sullivan était emmuré sous la cité du Vatican depuis deux jours. Ses plaies le faisaient souffrir et un pus jaune et malodorant en suintait. Je vais mourir. Il se maudissait d'avoir rompu son serment et d'avoir trahi sa Mère. Ses bras, attachés aux murs, étaient endoloris et ses muscles tétanisés. Il avait faim et soif. lin rat se hissa jusqu'à sa bouche et glissa entre ses lèvres un morceau de pain rassis. Gregor Sullivan mastiqua longuement cette manne. Les rats, museaux gorgés d'eau, l'abreuvèrent. Il se rappela son combat dans les rues de Rome et sa blessure. Ne suis-je pas devenu un rat ? ... La Bête continue son oeuvre de destruction. Rien n'échappe à ses tentacules. Ni les hommes, ni les animaux. Dans ce deuxième tome de la série Le bouc du Mal, les âmes pures et belles souffriront mille tourments avant de redonner espoir au monde... Ainsi va le cycle de la vraie histoire de l'humanité.

01/2015

Tous les articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté